Septième épreuve

jeudi 14 janvier 2010
par  nathykara
popularité : 1%
4 votes

Septième épreuve

Cela fait vingt fois que je passe devant le portail, je n’en peu plus, je transpire, je dégouline, j’ai du mal à continuer à courir, chaque pas est un effort, j’ignore combien de temps s’est écoulé depuis que j’ai commencé.

Mes seins pointent à travers le petit top, ils se balancent, c’est la première fois que j’ai cette sensation, il est vrai que je n’avais pas l’habitude de courir, le traitement doit vraiment être efficace car ma poitrine à bien grossi.

Enfin, j’entends trois coups de sifflet, me dirige vers les bâtiments, lors de mes passages j’ai repéré le garage. Une bâtisse avec trois portes basculantes et une porte d’entrée sur un côté, d’ailleurs la porte est ouverte.

J’entre doucement, attends quelques instants que ma vue s’habitue à la pénombre, je découvre la voiture de mon voisin, un gros 4x4 nippon, un camping car et une porte ouverte éclairée.

Dans une grande pièce un jacuzzi central et autour une cabine de sauna, une grande cabine de douche, des toilettes et différents instruments de sport comme dans une salle (step, cardio, tapis etc...)

• Va prendre une douche et rejoins moi dans le jacuzzi.

La douche me fait du bien, me détend un peu, rien à voir après mon immersion dans l’eau chaude à remous.

Il me regarde fixement, je ne sais quelle attitude adopter, finalement je baisse les yeux.

• Viens prés de moi.

Je m’installe à côté de lui, il réajuste ma perruque, prend mon visage à deux mains et m’embrasse.

Peu habituée, je résiste un peu, sa langue vient forcer le barrage de mes dents, je m’abandonne à ses douces caresses et le laisse mener le bal de nos langues. Ses mains ont quitté mon visage et me caressent, il insiste sur mes seins, ils réagissent à ces attouchements.

Il me fait le chevaucher et sa verge entre facilement en moi, a contrario des autres jours il me fait l’amour il ne me baise pas, il reste attentif à mes réactions. Nous restons un long moment en silence, j’ai fermé les yeux et goûte le plaisir, je jouis contre son ventre.

Il se dégage et présente son sexe devant ma bouche, je l’enfourne sans hésitation et m’applique dans ma fellation, ses grognements m’encouragent, il apprécie, son foutre frappe le fond de mon palais, je déglutis par a coups il y en a une belle quantité.

Satisfait, un sourire sur ses lèvres il sort et me tend la main, nous nous séchons mutuellement.

• Va te reposer dans ta chambre je t’appellerai plus tard.

C’est totalement nu que je regagne la maison, mes affaires avaient disparu.
Je m’allonge sur le lit et m’endors.

Une douce caresse me réveille, il est là à côte du lit et fait courir le long de mon corps les lanières d’un martinet.

Mon corps se hérisse, j’ai la chair de poule, appréhende le premier coup.

• Allez Ma Pute, lève toi, va dans la salle de bain te préparer et rejoins moi au salon.

Dans la salle de bain m’attendent un serre taille, des bas et une paire d’escarpins, je réajuste mon maquillage, revêt les affaires et descends au salon.

Il m’attend assis dans un fauteuil un verre à la main, au centre de la pièce pend du plafond une sangle avec à son bout une barre métallique avec à chaque extrémité un bracelet de cuir.

Je m’avance dans la salle et me positionne sous la barre, écarte mes jambes et baisse la tête les mains derrière le dos.

• De mieux en mieux, je peux être fier de toi Ma Pute, mais je pense que tu as compris qu’il valait mieux anticiper et obéir de ton plein gré plutôt que je sois obligé à t’y forcer.
Sage résolution tu as tout à y gagner.
Ce que tu vas endurer n’est pas une punition mais je veux connaître tes limites.

Il se lève et m’entrave.

• Exceptionnellement je te fais choisir les yeux bandés ou pas ?

• Bandés s’il vous plaît.

• Comme tu veux, ça sera plus dur car je ne verrai pas tes expressions car yeux bandés vont de pair avec bâillon.

Me voilà à nouveau isolée du monde extérieur, je crois que cela me satisfait en fait de ne rien voir et cela décuple mes sensations.

Un sifflement, l’impact le premier coup, je vacille au bout de la sangle.

Je n’ai plus la notion du temps, mon corps me brûle de partout, j’ai reconnu la cravache, le martinet, le paddle et je pense que c’est un fouet qui mord mon corps.

Surprenant la douleur s’est transformée en ondes de plaisir, je sens mon sexe bandé, mes seins gonflés malgré les coups reçus, les larmes coulent mais je gémis de plaisir et non plus de douleur.

Je geins, j’ai du mal à tenir debout, cela fait quelques instants que plus rien ne se passe, j’ai mal aux bras.

Je sens sa présence dans mon dos, sans ménagement il m’écarte les fesses et plonge son sexe dans mon anus, le plaisir pris m’a bien lubrifiée il entre en moi sans douleurs, il me prend brutalement cherchant son plaisir, il m’inonde de son jus ça déclenche ma propre jouissance.

Il me détache, rend ma liberté visuelle et buccale, je vois mon corps marqué par les coups.

• Merci, Ma Pute tu réponds parfaitement à mes attentes, pour te récompenser ce soir tu manges avec moi et du dormiras dans mon lit cette nuit.

PRECEDENT ................................................................... SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés, d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur