chantage et soumission 2

jeudi 1er décembre 2011
par  elisabetha
popularité : 2%
3 votes

(la première partie a été enregistrée sous le pseudo de servitorine)

Une fois rentré à la maison j’étais impatient de me retrouver le jeudi 19 septembre (ma prochaine après midi de RTT) tant les impressions que j’avais éprouvé durant cette après midi étaient excitantes. Je me disais que je venais de découvrir une source de jouissance d’une ampleur formidable. Les jours d’attente se passaient avec toujours une frénésie érectile incroyable. Pendant ce temps, je ressentais ma femme plus distante, elle qui aimait tant ses coïts réguliers me donnait l’impression d’espacer nos rapports. Je me disais que son travail d’infirmière très prenant devait lui enlever une partie de ses désirs sexuels. Cependant cela ne m’inquiétait pas outre mesure car mon état libidineux était métamorphosé. Je passais de longs moments à me masturber, les fins après midis où ma femme travaillait du soir. Pendant ces moments de plaisir personnel je tentais de m’imaginer ce que ma maîtresse Déborah allait me demander la prochaine fois et invariablement les éjaculations étaient à chaque fois intenses et béatifiantes.

A quelques jours, de ma prochaine soumission le lundi 16 septembre, je reçois, vers 17 heures un long sms sur mon portable de ma Maîtresse Déborah. Elle me dit : « Servitorine, suite à ma demande lors de notre première rencontre et mon désir de te voir sodomiser sans préservatif, j’exige que tu trouves rapidement toi-même un soumis qui accepterait de jouer ce rôle. Il y a un site qui est très bien pour ce genre de requête : adorable.fr. Je te laisse manœuvrer à ta guise dans l’urgence mais je n’accepterai aucun retard à ce commandement. J’attends impatiemment le coup de fil de cette personne qui une fois convaincue par ta demande devra impérativement m’appeler sur ce numéro avant mercredi 18 à 22 heures. Bonne recherche à jeudi. Maitresse Déborah. »

Je me rassure de ce commandement quant je me rappelle que ma femme est également du soir ce jour. Je vais pouvoir faire ma recherche sur Internet à la maison. Je me précipite donc chez moi ayant encore en souvenir la cuisante mésaventure de ma première punition. Je paye avec ma carte bleu les droits d’entrée au site conseillé et j’envoi ma formulation : « Urgent a la demande ma maîtresse, qui demeure en Touraine je recherche un soumis qui accepterait de m’accompagner jeudi 19 septembre dans son antre. Etudie toute proposition merci Servitorine »

Il est 21 heures 30 quant me parvient une proposition crédible. Je n’ai aucun moyen de négociation car le temps presse et ma femme doit rentrer vers 22 heures. J’accepte donc sans attendre cette offre inespéré : « Servitorine, j’habite Tours et me surnomme « Bruno la soubrette » et je suis disponible jeudi cependant je voudrais ton numéro de portable pour que mon maître t’appelle et finalise notre accord ». Je me dis : « c’est un soumis qui à un maître c’est bien ma veine ! » Cependant l’urgence du temps ne me laisse le choix et je lui communique mon numéro de téléphone en lui indiquant que j’aimerai que son maître m’appelle rapidement. La réponse me fut cinglante : « Servitorine si tu veux que Maître Pedro daigne t’appeler dans l’instant c’est 500 euros et je te conseille de faire profil bas. »

Un coup de froid me parcourt l’échine car je viens de comprendre que les évènements vont prendre une tournure que je ne vais pas forcement apprécier. Tant pis, perdu pour perdu, je me lance et j’accepte la proposition malhonnête. Mon portable retenti dans l’instant en numéro caché, je décide d’être avec cet inconnu un très docile soumis en prenant l’appel je dis : « Maître Pedro je vous remercie d’avoir répondu a ma requête et dites moi par quel moyen je dois vous régler. ». La réponse est claire : « Je vois que tu as envie d’être une bonne petite pute ! Alors pour demain soir tu vas prendre une table au restaurant La Chope à 20 heures et tu vas attendre mes instructions ! Sinon c’est 500 euros pour le dérangement 1500 euros pour le prêt de mon soumis et 500 euros pour avoir le privilège de me sucer demain soir. T’es OK ? »

Malgré les larmes qui me montent aux yeux, je réponds : « oui Maître » Alors il me répond triomphalement : « Alors bonsoir à demain et je te veux avec une belle chemise rose dans le restaurant pour que je puisse te reconnaître entre mille ! ». A cet instant j’en voulais à la Terre entière de mettre mis dans cette galère. Heureusement encore que j’avais des économies un livret et un plan d’épargne logement bien garni. Sinon comment ferais-je ? Je crois que ma Maîtresse a trouvé un beau pigeon et que je n’ai pas fini d’en baver. Ma femme arrive et je lui prétexte un mal de crâne pour aller me coucher immédiatement. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit en pensant à la queue de cet inconnu que j’allais devoir engloutir pour répondre aux exigences d’une sévère maîtresse. La somme d’argent ne fut pas compliquée à rassembler car j’avais anticipé d’éventuelles dépenses pour ma maîtresse et j’avais à la maison dans la même cache secrète que mon string, et mon collier quelques 5000 euros en espèces. Le mardi 17septembre je pars au travail très déprimé mais je n’ai pas le choix que de continuer ce scénario si je ne veux pas qu’apparaisse à beaucoup les révélations de mes sulfureuses tendances.

En sortant du travail, je passe chercher mon test de séropositif négatif et attend dans un bar 20 heures pour pouvoir prendre une table à La chope. Avant cela comme un menteur chevronné j’avais pris soin d’informer mon épouse d’un repas avec des collègues de travail qui me ferait rentrer vers minuit. A l’heure dite je rentre au restaurant avec un nœud à l’estomac et ma chemise rose étincelante. Je passe une petite commande dans ce restaurant gastronomique. Le garçon qui m’apporte les amuse gueules me laisse glisser subrepticement un billet que je lis anxieusement : « Je t’attends 20 h30 précise dans les toilettes hommes, garde de la place pour mon foutre nourissant Maître Pedro » Je n’avais pas beaucoup d’appétit mais là je ne pouvais plus rien avaler, heureusement que j’avais choisi une soupe de poisson en entrée. A 20h30 comme un automate je demande où se trouvent les toilettes au serveur cachetier Il me les indique en esquissant un sourire moqueur. Je descends les escaliers tremblant de tous mes membres en serrant les billets de la somme exigée dans mon poing. Je tente de pousser la porte des toilettes homme mais celle-ci est verrouillée je dis faiblement : « Maître vous êtes là » la réponse est sans équivoque : « Dépêche toi petite salope a me passer l’argent sous la porte ». Une fois fait il m’ordonne : « Tu vas te dévêtir complètement et ensuite je vais t’ouvrir la porte, tu vas rentrer avec tes vêtements en boule, t’agenouiller défaire ma braguette et me faire une pipe magistrale. Allez dépêche toi ». Totalement tétanisé je me déshabille, je rentre m’agenouille en baissant les yeux, déboutonne la braguette et extirpe une belle verge que je commence à sucer. Il me dit sur un ton moqueur : « Je vois que tu as déjà pratiqué. Ta petite langue est bien agréable mais accélère le mouvement je n’ai pas que cela à faire. »

Je m’exécute et perdant d’un coup mon mal être je développe à mon tour une belle érection. Je me laisse aller à goulûment aspirer la verge de maître Pedro et les effets ne se font pas attendre dans un contentement contenu il déverse dans ma bouche sa précieuse semence. Après lui avoir fait une toilette appropriée de son bijou de famille. Il me dit : « Merci petite garce, rhabille toi et sache que le serveur qui te sert est mon soumis ! Et il me laisse en plan la bouche maculée de liquide séminal. Je me rhabille et remonte soulagé d’avoir passé ce cap imprévisible. Je m’assois de nouveau et Bruno la soubrette m’apporte le plat principal et en profite pour me glisser un deuxième petit mot ou il est écrit : « Attends moi, je termine mon service a 23 heures ».

Le repas terminé je sors dehors et attend patiemment que Bruno la soubrette apparaisse. Le voici je lui donne immédiatement le téléphone de ma Maîtresse Déborah en lui indiquant qu’il faut impérativement qu’il l’appelle avant le lendemain 22 heures. Il me demande également mon numéro de portable dans le cas où il aurait une question supplémentaire. In extremis je pense à lui dire également qu’il faut qu’il vienne avec un test de séropositivité négatif, il me répond qu’il en fait faire régulièrement pour satisfaire les clients de son Maître. Satisfait de sa réponse je rentre me coucher plus serein. Le lendemain vers 16h30 comme par hasard juste à mon heure de débauche, je reçois un sms de Bruno la soubrette qui stipule : « Servitorine, si tu veux que j’appelle ta maîtresse aujourd’hui c’est 500 euros à toi de voir ? Si Ok Je suis au bar continental de 17h30 a 18 heures » Le salaud, lui aussi veut sa part du gâteau ! C’est le troisième maître chanteur que je croise depuis que je suis au service de Maîtresse Déborah, je suis maudit. Là une fois de plus il n’y a pas de pièces à y mettre il faut obtempérer si je ne veux pas augmenter la série noire de mes ennuis. Je me dépêche d’aller retirer la somme demandée et lui apporte au lieu de rendez-vous convenu. Il est là tout sourire : « Merci Servitorine et a jeudi » me dit il sur un ton moqueur. Etant enchaîné au chantage de Maîtresse Déborah, je m’en vais dépiter tout en n’oubliant pas d’acheter un chanel n°5 100 ml comme cadeau obligatoire de retrouvaille avec ma belle dominatrice.

Encore une fois c’est entre peur et désir que je prends le train pour être à Amboise à 12h30 le jeudi 19 septembre. A l’heure précise, mon portable sonne et c’est Maîtresse Déborah qui m’informe que mon « carrosse » est prêt. Je repère le Kangoo bleu et pratique le même rituel que la première fois. Quand le véhicule stoppe mon portable retentit et je me mets immédiatement en tenue de soumis, je récupère la laisse sous le siège accroche le mousqueton a l’anneau et attend que l’ouverture de la porte soit suffisante pour faire glisser la laisse. Sans mot dire elle me fait descendre de la camionnette et m’ordonne de m’agenouiller en complimentant ma docilité. Je dépose mon présent à ses pieds. Contente elle me dit : « Très bien Servitorine, tu as bien enregistré la leçon. Aujourd’hui je vais également te féliciter du choix que tu as fais pour m’avoir trouvé comme deuxième soumis : une perle. Bruno est comme je le désirais ! Je vais donc le positionner comme soumis dominant et il va donc remplir ton écuelle avec son urine de mâle. » LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF

Elisabetha1880@yahoo.fr

PRECEDENT ................................................................ SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur