Stage de soumission (1)

mardi 30 août 2011
par  qui_deambule
popularité : 2%
5 votes

Je me prénomme Jeanne, je suis la soumise de maître D…depuis environ un an ! Étant célibataire, notre relation est donc suivie, ce qui fait que chacun sait tout des envies et des refus de l’autre…mais malgré ça, il peut y avoir de mauvaises surprises, et justement il y en a eu une pour mon maître lundi dernier !
J’étais chez lui depuis le petit matin, nous étions au donjon, et mon maître m’avait introduit à la fin de la séance un gode vibrant dans la chatte…je devais tenir jusqu’au midi sans jouir, sous peine d’une punition inoubliable selon ses propres mots…mais maître D en bon sadique n’avait de cesse de déclencher de superbes vibrations qui me faisaient beaucoup de bien et de mal à la fois…et bien entendu, je n’avais pas tenu le coup et un orgasme fulgurant m’avait emporté…alors au repas du midi, mon maître me dit :

— petite chienne, tu as joui sans en avoir le droit…j’ai donc décidé de t’envoyer faire un stage chez maîtresse L…tu y découvriras la soumission sous toutes ses formes, sans aucun tabou…la douleur, l’humiliation, tout cela tu devras le surpasser…elle vient te chercher cet après midi a 16 H, et le stage commencera des cet horaire.

A 16 h, ma nouvelle maîtresse arriva, je lui ouvrai la porte et me prosternai tel qu’il m’avait été ordonné. Puis, je fus amené au salon ou on me demanda de me mettre à poil, ce que je fis sans tarder. Je dus rester immobile sous les regards. Puis L prit la parole :

— D, peux tu m’apporter ton fameux champagne que tu m’avais offert la dernière fois ?

D ramena une bouteille presque vide et servit un verre à L…celle-ci finit la bouteille, puis la considéra vide avant de me dire, ironiquement :

— oh dommage, plus de champagne…une soumise comme toi doit bien aimer cela pourtant. Voyons, et si je t’offrais le mien. D, pouvons nous descendre au donjon ?

— oui, sans problèmes…suis nous sans dire un mot, soumise !

Arrivés au donjon, maîtresse avisa le pilori dans le coin de la pièce et fit passer ma tête dedans. J’avais le dos sur le sol et la tête vers le plafond…alors maîtresse se placa au dessus de moi et ouvrit ses cuisses à l’équerre, je pus voir une chatte magnifique…mais soudain, un jet chaud et abondant vint s’échouer sur mes yeux et ma bouche que je fermais par réflexe ! Alors maître D commence à me chatouiller les pieds, ce qui me fit ouvrir la bouche et avaler ce torrent pisseux…le jet semblait ne jamais s’arrêter, mais au bout d’un certain temps, il se fit plus léger puis enfin s’arrêta ! Je n’en pouvais plus !

Alors maîtresse L s’exclama :

— mais cette sale vache n’a même pas daigné avaler tout mon bon pipi de femme…pourtant, il est bon, du mois d’après ce que m’ont dit tous mes stagiaires…sais-tu quelle est la punition dans ces cas la, salope de soumise ?

Je fus bien forcé de répondre non…alors maîtresse L alla parler au maître sans que j’entende bien ce qu’elle disait, j’entendis juste mon maître répondre :

— oui, tu peux y aller, elle doit tout accepter, et il était convenu des nos premières rencontres qu’un jour, nous ferions des jeux faisant appel à cette pratique…qu’elle commence maintenant me parait être une bonne chose.

Maîtresse l s’approcha de moi, enleva son string de cuir qu’elle avait remis, et posa son entre fesses sur mon visage…j’attendais, très stressée car comprenant que j’allais peut-être vivre des pratiques scato. Mais en effet, je me rappelais avoir dit à mon maître que je souhaitais un jour y être initié, mais si possible en douceur. Maîtresse me dit alors :

— je sais quelles sont tes attentes et tes peurs dans le domaine scato…je vais donc seulement t’habituer aux odeurs avant toute chose. Ça tombe bien, j’ai un bon pet en préparation…

Et en effet, soudain je sentis un souffle accompagné d’un bruit bien significatif…maîtresse venait de peter sur moi…son odeur merdeuse m’emplissait soudain les narines , et je crus défaillir ! Mais je voulais supporter pour leur bonheur, et je pus y arriver !

Cela toucha grandement la fierté de mon maître, et plut aussi à maîtresse L…pour me récompenser, j’eus droit à une séance de broutage…les deux dominants me léchaient le gazon avec avidité et je pus cette fois jouir, avec leur permission bien entendue.

A suivre ?…




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de Henic
mardi 30 août 2011 à 18h23 - par  Henic

Tant que le scato ne va pas plus loin, je suis...

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur