Le château

samedi 26 juin 2004
par  Reinson
popularité : 3%

Un lieu, un vieux château, chargé d’histoire, mélangeant un côté viril, à la douceur du temps. Un château, avec des tours, avec une suite dans l’une d’elles. Le mobilier d’époque, des tentures, des sièges à barreaux, des tables lourdes de bois massif, un lit à baldaquin…La nature généreuse, composée de bois, autour d’un parc dominant, une rivière coulant à ses pieds… La suite profiterait d’une terrasse privée surplombant ce cours d’eau…Une grande baignoire, avec des poignets…Des cabanons dispersés dans la propriété, une jolie Fontenelle un peu à l’écart de la bâtisse, laissant plus d’intimité…

Vous deviez m’attendre. La suite était réservée à mon nom, le nôtre pour l’occasion. Vous vous faites montrer la suite, elle se trouve au dernier étage, les pièces ne sont pas immenses, la tour d’un château ne l’étant pas, mais la restauration comme la décoration est de qualité, il y a cette première pièce le salon, avec cette belle table et ses chaises assorties, en bois. Des rideaux lourds, des plafonds hauts, mansardés, avec des poutres impressionnantes, le sol, un parquet massif, fait de planches larges et épaisses. Un lustre central dominant, de cristal. Puis la chambre, séparée d’une porte assortie au décor. La grosse poignet, un grincement chantant d’une serrure poétique. Un lit immense, avec des barreaux remontant aux quatre extrémités, puis se rejoignant comme pour former un cube, un cube spacieux de bois torsadé. Un bois foncé assorti au reste du mobilier. Une fabuleuse tenture, fixé au plafond, redescend sur le derrière et les côtés du lit ayant de la marge comme pour pouvoir faire glisser les pans de tissus et refermer une intimité. Celle qui peut, être partagé dans ce lit, comme pour se cacher des esprits.

Une porte à l’opposé conduisait à quelques marches de pierre, puis donnait accès à un couloir étroit, avec une porte sur sa gauche, donnant sur la salle de bain. Une salle de bain moderne avec une grande baignoire. Le couloir continuait et se finissait d’une porte qui donnait sur cette terrasse, une terrasse magnifique, spacieuse, sur les toits, avec une vue imprenable sur la rivière. Très satisfaite, le sourire aux lèvres de ce moment unique que nous allions vivre, et quel moment, quelle rencontre… Tu devais commander le champagne, et le faire poser sur la table du salon et bien vérifier que je pourrai disposer d’une autre clé, pour ne pas te déranger…

Un stress déjà présent reprenait le dessus, un stress mêlé de doute, vais-je lui plaire, qu’attend-il de moi, que veut-il faire de cette femme qui pour lui et avec lui aimerait devenir une vraie salope, sa petite chienne, à lui, bien à lui, et puis sentir qu’il prend une place dans ton cœur, que tu ne peux plus cacher, te cacher, lui cacher…

Je t’avais demandé d’enlever tes vêtements, gardant seulement ta brassière, tes bas et tes talons… Tu devais mettre un bandeau, bien serré sur tes yeux. Et te mettre à quatre pattes, dans la chambre les fesses tournées vers la porte qui donnait au salon. Offerte, à ma vue, complètement offerte, soumise comme une petite chatte en chaleur. Les bras baissés, la tête au sol, le croupion redressé. Tu allais t’offrir à cet homme que tu ne connaissais à peine, pleine d’espoir, prête à tout pour lui, pour toi…

Ce stress renforcé ce désir, celui de lui, celui de cette soumission à cet homme, cette personne que tu attendais depuis plusieurs années et que tu venais enfin de trouver, enfin tu l’espérais. Tu le savais honnête et droit, il te plaisait et ses mots te parlaient, pour ne dire chanter…Tu sentais que c’était lui, celui qui partageait les mêmes envies, les mêmes plaisirs, les mêmes désirs…Alors tu acceptais et te retrouvais là, sans ne pouvoir rien dire, sauf que tu étais enivrée par cette attente et elle te maîtrisait maintenant…Tu savais en jouir d’avance tellement tu l’espérais… Un bruit de porte, un grincement qui annonce le début des festivités… Tu l’attendais, le redoutais, c’était maintenant et trop tard pour changer, alors t’y soumettais… Avec tant de plaisir et de désirs, d’ailleurs…

Des bruits de pas sur le plancher du salon, le bruit d’un sac jeté par terre, et des secondes qui déjà duraient des heures. Tu te concentrais en espérant comprendre ce que je faisais, l’imaginais au moins. Des bruits de fer, certainement des chaînettes, un bruit de plastique, une poche sûrement. Les pas se rapprochent, tu me sens là derrière toi, le silence et d’or. Tu n’oses rien dire, attendant que je parle comme une preuve de respect. Je voyais enfin ce corps, là, plus beau encore que je ne l’avais espéré. Je me laisse le temps, le temps de savourer ces premiers instants. T’accorder aussi ces minutes, pour caler une respiration. La laisser redescendre, ton pou battait une cadence infernale, et je voulais qu’il diminue pour mieux remonter. Je fis le tour de toi, tu sentais mes pas ou les imaginais. Quelques minutes si longues et si courtes à la fois, où j’explorais le moindre centimètre carré. Tu me sentis alors me rapprocher, plus prêt encore, accroupi sur le coté, près de ton visage. Et d’une voix douce, posée, de quelqu’un qui voit en toi beauté et respect. D’une voix calme, comme si le temps s’était arrêté, une voix de quelqu’un qui aime jouer de ces instants, quelqu’un confiant, confiant de lui, confiant de toi, de cette histoire.

La voix te dit « bonjour », un blanc « je suis content d’être là » « là, avec toi ». J’entends ta voix calée sur la mienne, légèrement différente due à ta position, à ce bandeau. Me dire « bonjour – moi aussi » des doigts caressants, à la cadence de ces mots. Sur ton dos d’abord, te faisant frissonner une première fois, puis viennent dégager tes cheveux, pour mieux voir ton visage, cette main douce frôle ta joue, puis délicatement elle vient caresser tes bras et sans se décoller de ta peau, file sur ton dos en se dirigeant vers tes fesses, impatient de sentir la douceur de cette peau plus fine encore, puis continue sa route, glissant sur l’intérieur de tes cuisses, arrivant sur tes mollets et finissant sur tes pieds. Les doigts quittent ta peau, tu aurais envie qu’ils continuent, ils t’avaient rassurée, tu appréciais ces caresses, cette douceur. Une main plus sèche replongea dans ta crinière, caressante encore, elle montait l’intensité. Elle plongeait jusqu’à ton crâne, saisissait tes cheveux avec une jolie poigne, forçant ton visage à s’aplatir un peu plus au sol. Une poigne plus dominante, ou différemment au moins. Une voix, elle aussi, douce, mais plus ferme te dit d’un ton qui ne te laissait le choix « On va s’amuser, maintenant ». Tu ne pus te retenir et d’une voix soumise dit « oui, oui, je suis à vous, vous le savez ». Tu sentais un sourire se dessiner sur mes lèvres, un sourire partagé, un sourire qui laissa vite la place, à un désir, qui tendait la peau de notre visage comme excité. Ma main agrippant ta crinière la releva et la voix dit « je vais te traiter comme cette petite salope qui deviendra chienne », je vais jouer de toi, tu seras mon jouet, mon jouet de fantasme, mon désir de te sentir soumise et humilier » tu acquiesçais d’un ton d’envie, d’une envie d’un désir, de m’appartenir.

Les doigts de mon autre main se mirent à caresser ton dos et comme jaloux de n’avoir pu être les premiers, te le faisaient sentir, en laissant la douceur de ma peau, à la griffure de mes ongles. Les caresses étaient lentes, mais appuyées. Un dernier geste plus sec de l’autre main, tenant ta chevelure, devenait plus vicieux, comme si mes deux mains surenchérissaient une douce violence. Puis elles prirent une distance, tu me sentis me relever. Et savais qu’une étape était passée.

Je retournais plus loin, sans que tu saches vraiment où, mais devinais que c’était près du lit. Tu entendis le bruit de cette poche qui se vidait, dont les bruits mélangeaient, le scintillement du métal, celui du plastique, d’où se libéraient ces instruments vicieux, et ces bruits plus glauques de jouet que tu aimais, mais appréhendais. Tu sentis d’un coup sec, deux sensations qui se complétaient, celle d’une gifle, de cette claquette, mélangeant et ayant les sensations de la cravache, plus douce, plus subtile, mais avec un effet giflant plus fort et le bruit qu’elle renvoyait, un bruit doux et sec raisonnant plus encore dans ce décor. Un temps se passe, plaisir du moment, reprise d’un souffle, et voilà que cette claquette te caresse, prétentieuse, joueuse et provocante. Elle connaît son pouvoir ou tout au moins le plaisir qu’on lui laisse, que l’on prend d’elle, ou celui, qui est donné à celui qui en tient le manche. Elle revient sur ce fessier, sait le caresser, on en aurait douté, mais qui plus est, remonte, promenant encore et pour le meilleur, arrive plus haute, sur vos épaules maintenant, osant dépasser cette limite même d’une peau plus sensible encore, celle d’un cou, celle du visage, pour se glisser dans votre bouche vous obligeant même à l’embrasser, comme pour la remercier. Vous vous exécutez, ne pouvant même vous empêcher d’en jouer. De ce fait, je vous laisse la caresser d’une bouche ouverte, soumises, vos lèvres lui rendent pareil, un plaisir de la considérer, de la respecter… Alors de bon ton, vous l’acceptez, vous y pliez même. Vos dents la mordillent avec la douceur et le respect qu’elle mérite. Votre langue la lèche pour ne dire l’embrasse, voluptueusement, autant que mon sexe s’endurci, jaloux de ce plaisir que vous lui accordez, bout de cuir qui ne mérite cette chose, plus vrais qu’il est, lui. Ces baisers deviennent réalité et plaisir, vous prenez. Comme pour vous frustrer, alors que parti dans une valse où le goût est en vous, elle se retire. Et se remet à vous caresser, elle se rapproche de votre fessier, et vous craignez. Craindre ne serre à rien, sauf pour vos désirs, qui aimeraient la sentir, honteusement vous le savez, mais l’accepter, le fesser. Elle le dépasse, ou plutôt vient en son centre pénétrer cette chatte offerte, frôler et appuyer votre anus, puis se retire… Un claque vous rappelle sa présence, rougit vos fesses, vous ne savez si c’est le bruit ou la douce sensation du cuir qui le premier, vous ressentez. Mais êtes sûr que plaisir déjà vous prenez.

Un autre claque vient confirmer, ce bruit, cette caresse, et votre bouche ne peut à chaque instant cacher ce moment, ce moment qui vous rappelle à cette position fesse en l’air, croupion présenté. La claquette s’arrête, souffle, vous reprenez. Vous sentez une main saisir une des votre et l’amener replié dans votre dos, la seconde rejoint la première et le temps de reprendre vos esprits, suite à ces claques contre votre fessier, vous vous retrouvez, les deux pouces bloqués dans cette serre du même nom.

Ce petit objet condamnant ceux-ci, sur le principe des menottes, mais pour les pouces, petit, léger, métallique et tellement efficace. LIRE LA SUITE


[ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Le château