Perdue dans la tempête -1-

Les mésaventures de Catherine
jeudi 26 janvier 2012
par  doc aldo
popularité : 1%
6 votes

Catherine était ravie son intervention dans un important séminaire de chefs d’entreprises s’était terminé avec 1 jours d’avance. Elle a donc décidé de rejoindre sa famille dans la foulée, elle allait leur faire la surprise, en roulant toute la nuit elle serait chez elle pour le petit déjeuner. Rapidement elle retourna dans sa chambre d’hôtel, prit une douche et rangea son tailleur pour revêtir une tenue plus confortable, jeans, chemisier blanc et pull seraient parfait pour la route. Le GPS programmé le voyage commence...

Après quelques heures de route, en pleine nuit la tempête de neige arrive, le GPS lui indiquant uniquement de petites routes, plus de villages, plus de lumière, des routes de montagnes étroites, sillonnant des forêts sombres, aux alentours de 22h00 Catherine doit se rendre à l’évidence elle est bel et bien égarée......

Évidemment le téléphone portable n’avait pas de réseau impossible pour s’en servir, la tempête de neige gênait la réception satellites du GPS. Catherine sentit l’angoisse monter en elle, elle continua à rouler une bonne heure sans savoir ou elle allait quand soudain au loin une lumière dans la nuit. Une grande bâtisse se dresse devant elle, isolée à plusieurs heures de trajet d’âmes qui vivent. Au dessus de la porte en bois une inscription : MONASTERE DE SAINT EUTROPE …

Seule une fenêtre à l’étage est éclairée.

Pensant avoir trouvé le salut Catherine agite la chaine de cloche d’entrée, après une longue attente une petite trappe s’ouvre :

—  Que voulez-vous ?

Catherine rapidement raconte sa mésaventure et demande l’hospitalité pour la nuit. La porte s’ouvre sur un petit moine replet et assez âgé. Il est en sandale et robe de bure. L’homme la regarde de la tête aux pieds avec un regard qui la fait frémir :

—  Entre ma fille, nous ne refusons jamais l’hospitalité,
—  Oh merci mon Père, je prends mon sac dans la voiture et j’arrive

Catherine pénètre dans le grand couloir du monastère, elle entend la porte qui claque et la serrure qui l’enferme dans le bâtiment. Le moine lui indique un escalier :

—  Montez ma fille l’hiver nous ne chauffons qu’une seule pièce.

Arrivé à l’étage l’homme la fait pénétrer dans une pièce où brûle une cheminée, deux autres religieux assis lisent de saintes écritures, le père portier les présente :

—  Mes frères voici une femme égarée dans la tempête et qui demande l’hospitalité

Les deux hommes lèvent le regard, l’un est le Supérieur très âgé, l’autre un homme grand très maigre barbu, le Père Pascual, le petit rondouillard qui lui à ouvert est le Père Cyprien. Catherine a un drôle de pressentiment surtout quand le Père ferme à clef la porte de la salle. Elle sent une ambiance oppressante, ne sait quoi dire attend debout.

—  Accordons-lui l’hospitalité pour la nuit, elle va égayer notre solitude, dit le Père Pascual

Catherine se sent de plus en plus mal à l’aise, elle ne comprend pas le sens de la phrase du Père mais la fuite est impossible.

—  Euh excusez moi je… je ne comprends pas, je préfère reprendre la route euh s’il vous plait

Le Père Pascual se lève et s’approche :

—  Tu vas vite comprendre catin ! déshabille-toi sur le champ

Catherine manque de défaillir, ses jambes flagellent….

—  Mais mais vous êtes fou c’est hors de question je .. je…
—  Je veux te voir en culotte et en soutien gorge ! immédiatement, tu n’as pas le choix.

Les trois hommes ricanent méchamment, elle comprend le sens de la phrase « égayez leur solitude »

Elle réfléchit rapidement et comprend vite qu’elle est dans une souricière…. L’homme réitère sa demande, devant le manque de réactivité de Catherine il se saisit d’une sorte de bâton métallique qu’il place sur le flanc de celle ci, sous le sein droit et qui dégage une violente décharge électrique, qui projette Catherine au sol. Tremblante elle se relève sous les ricanements des hommes.

—  Arrêtez je vous en supplie je , je vais le faire, pitié.

Elle retire son pull, puis commence à dégrafer son chemisier, les homme regardent les yeux ronds, puis avant de retirer son chemisier elle retire ses baskets et ses chaussettes, elle hésite attend un moment de clémence qui ne vient et retire son chemisier. La honte l’envahit, elle chef d’entreprise plutôt autoritaire forcée d’obéir, humiliée…

—  Ton pantalon vite,

Elle est maintenant en culotte et en soutien gorge devant les trois hommes…

—  Mets les mains sur la tête et marche dans la pièce, fais des allers retour….

Elle s’exécute sous le regard des hommes qui commentent à voix hautes son corps, font des remarques sur ses fesses rondes, ses seins lourds qui ballotent dans le soutien gorge et également sur ses tétons qui pointent à travers la dentelle à cause du froid régnant dans la pièce.

—  Il y a donc plusieurs jours que tu as quitté ton domicile,

Tout en continuant à marcher Catherine répond :

—  Oui mon Père 5 jours !
—  Tu as eu des rapports sexuels durant ces 5 jours ?
—  Oh noon mon Père je suis une femme marié et fidèle, dit-elle en éclatant en sanglots
—  Tu t’es masturbée alors ?
—  Oh non je ne fais pas cela mon Père, jamais !(elle ment mais très peu)
—  Tu dois être dans un état de manque terrible, nous allons te combler, ricane le Père

Elle remarque que la soutane du Père Pascual est tendue l’endroit du sexe, cela ne la rassure pas !

—  Allons retire ton soutien gorge, présente nous tes mamelles…

Soumise par force Catherine obéit, elle passe ses mains dans son dos dégrafe l’accessoire et le retire dévoilant, pour le plaisir des trois hommes, sa forte poitrine.

—  Continue à marcher, fais balloter tes seins…
—  Quelle poitrine formidable !

Catherine se sent très mal à l’aise honteuse, humiliée mais également troublée, un peu excitée par la situation…Elle sent ses seins qui ballottent sous le regard lubrique des hommes et finalement cela l’excite un peu….




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

samedi 21 avril 2012 à 22h38

Un peu rapide...pas assez excitant
ils auraient pu lui dire "sitting girl...
un bout de calendos jeunette ? ou chaussée aux moines amène...
le tout arrosé d’un excellent Bordeaux de presbytère et pour finir une liqueur divine préparée avec amour, pornographie et...fines herbes... (de chez nous, les vieux en connaissaient tout plein des bonnes herbes à décoincer les culs)
bon bref j’ai lu un autre chapitre
pas mal du tout maalox

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur