Virginie - espionne pour la CIA (1)

1 - Mission à Eurabia
samedi 18 avril 2015
par  BORIS
popularité : 1%
2 votes

Partie 1 – au service de la CIA

Je suis sortie de prison récemment après plusieurs années de pénitencier assortie d’une peine de sureté au « centre d’éducation pour femmes débauchées » de la petite principauté d’Eurabia au moyen orient. Plusieurs années de réclusion pour des crimes que je n’ai pas commis comme vous le comprendrez en lisant mon histoire.

J’ai terminé mes études universitaires à l’âge de 22 ans. Diplômée de l’université de New York en sciences politiques, plusieurs options pour débuter une brillante carrière étaient possibles. Je fus cependant approchée par la CIA qui désirait recruter des jeunes et jolies femmes, intelligentes avec un niveau d’instruction universitaire. J’ai choisis cette option par patriotisme et par curiosité sans réfléchir aux risques.
Insouciante et sûre de moi depuis l’adolescence, j’ai compris que je pouvais utiliser mes atouts féminins pour atteindre mes objectifs personnels. Je suis une belle jeune femme avec une croupe bien en rondeur, des jambes très bien proportionnées, des seins fermes en forme de poire, des cheveux noirs et des yeux bleus. Peu d’hommes osent soutenir mon regard, j’en suis consciente et cela m’amuse. Pendant mes années d’étude universitaires et lors de mes premières missions pour la CIA, j’ai constamment utilisé le charme et mes atouts féminins pour réussir. Ce comportement a toujours été gagnant (par exemple pour séduire et faire chanter un professeur afin de réussir un examen) jusqu’au jour de cette mission foireuse en principauté d’Eurabia qui m’a valu plusieurs années de détention associées aux pires humiliations et sévices sexuels.

En mai 2015, je fus convoquée d’urgence aux quartiers généraux de la CIA à Washington pour m’exposer l’objectif d’une mission risquée. Le responsable des opérations au moyen orient, en personne, pris la parole :

— Jennifer (c’est mon vrai prénom mais je ne vous dévoilerai pas mon nom de famille), nous avons besoin de vous pour une mission délicate qui représente une opportunité unique de détruire le commandement d’un réseau anti américain secret au moyen orient. Nous avons pensé à vous pour accomplir cette mission d’une durée estimée à six mois et qui demandera un engagement personnel fort de votre part.

Intéressée, j’acceptai la mission immédiatement. Sous une couverture de call girl de luxe, je partis le soir même pour Genève où je devais séduire le colonel Abdirad lors d’une soirée de gala organisée pour la conclusion des accords sur le nucléaire Iranien. La CIA savait que le colonel Abdirad, chef du réseau anti américain secret, était un client habituel d’un réseau d’escort girls très select pour millionnaires. Je devais me faire engager pour quelques mois par Abdirad en qualité d’esclave sexuelle, me rendre avec lui dans la principauté d’Eurabia et découvrir le lieu de commandement du réseau anti américain. A ce moment, il me suffirait de saisir le code 592345 sur mon iphone (spécialement configuré par nos services secrets) pour que l’information soit transmise à la CIA. Ensuite, les gars de la Navy devaient détruire la cible à l’aide d’un missile air-sol lancé depuis l’un de nos FA18.

Devenir une esclave sexuelle réveilla en moi un vieux fantasme lorsque j’étais encore une jeune adolescente vierge. Pour créer ma page web afin d’assurer ma couverture, je participai à une séance photo où je pris plusieurs poses habillée uniquement d’un micro string fendu mettant en valeur mon clitoris. La plupart des photos me montraient entièrement nue avec des chaînes aux chevilles, les mains menottées dans le dos. Mes seins et mon sexe étaient torturés par divers équipements (ligotage des seins, corde d’entre jambes sciant mon clitoris, lèvres intimes et seins reliés par une chaînette avec des poids). L’une des photos me montre empalée sur un gode, mon string baissé à mi cuisses, les jambes maintenues écartées par une barre d’extension. Mes seins, reliés par une chaîne avec des poids accrochés à chaque téton, sont striés de plusieurs marques rouges. Du maquillage bien sûr pour simuler des coûts de fouet car, comme le mentionne le texte de ma page web, j’aime être fouettée et punie. Je dois vous avouer que j’ai eu du mal à contenir mes envies lors de cette séance photo. Excitée comme jamais, mon vagin est devenu de plus en plus humide et mon clitoris de plus en plus sensible. La séance photo s’est conclue, dans mon vestiaire personnel, par une masturbation intense suivie d’un orgasme qui me laissa songeuse sur l’origine de mes fantasmes sexuels.

Pendant le vol Washington – Genève, j’étudiai les lois et coutumes de la principauté d’Eurabia. Je compris, mais il était trop tard pour faire demi-tour, les risques de la mission. Toute personne condamnée d’espionnage pour un pays tiers se voit infliger des travaux forcés à vie. Toute forme de déviance sexuelle commise par une femme est condamnée sévèrement. La police des mœurs de la principauté est très puissante et peut arrêter toute femme suspectée de délit sexuel (adultère, prostitution, bi sexualité, homo sexualité, utilisation de la féminité pour obtenir une faveur, utilisation de vêtements contraire aux bonnes mœurs). La prison « spécialisée pour femmes débauchées » gérée par la police des mœurs a la réputation d’être d’une sévérité exemplaire : les châtiments corporels et les humiliations sont fréquents. Pour donner l’exemple au peuple, les condamnées sont enchaînées nues sur la place du marché pour être torturées (fouet, pendaison à l’aide d’un crochet enfoncé dans le vagin, seins suppliciées, etc…) selon un plan pré établi lors de leur condamnation. Certaines condamnées sont exposées pendant 24 heures sans interruption retenues presque immobiles à l’aide de bondages torturant leurs seins et/ou leurs parties intimes. Dans son ultime recommandation, la CIA m’informe qu’en cas d’arrestation, il serait préférable d’avouer les crimes liés à ma couverture plutôt que ceux liés à mon activité d’espionnage !

Arrivée à Genève, je descendis dans une suite 4 étoiles réservée sous mon nom de couverture : Carole. Je choisis mes vêtements pour la soirée de gala : mini string fendu à la hauteur du vagin, robe noire ultra moulante descendant à mi cuisses, un soutien-gorge push up soutenant le dessous de ma poitrine (ainsi les pointes de mes seins étaient visibles à travers ma robe) et talons hauts avec des lacets aux chevilles. Lorsque je traversai le hall de l’hôtel pour rejoindre mon taxi tous les regards se sont tournés vers moi ce qui ne me déplut pas. Je senti mon vagin devenir humide et cette excitation fut renforcée par mon slip fendu qui en marchant provoqua des vibrations sur mes lèvres intimes.

Je n’eus aucune peine à rencontrer le colonel Abdirad lors de la soirée. En fait ce fût lui qui m’aborda le premier et me proposa très rapidement de m’engager pour les trois prochains mois. Mes prestations débutèrent le soir même. Le voyage pour la république d’Eurabia dans son jet privé était prévu le lendemain. J’étais très satisfaite de cette première étape. Le jeu du chat et de la souris avait débuté sauf que je n’avais pas réalisé que j’étais dans le rôle de la souris. Je devais le comprendre quelques heures après mon arrivée à Eurabia.

Abdirad me ramena à mon hôtel vers 22h et décida de me menotter dans le dressing de ma suite. Vêtue uniquement de mon mini string, les bras maintenus suspendus et retenus à la barre horizontale supérieure de mon dressing il me contempla pendant quelques minutes et décida ensuite d’ajouter des menottes à mes chevilles avec une chaîne courte puis enfonça des boules de geisha dans mon vagin.

— Tu vas m’attendre quelques heures dans cette position. Quelques affaires à traiter en ville puis je reviens.

Le colonel éteignit la lumière me laissant ainsi seule dans le noir avec peu de liberté de mouvement. Rapidement mon excitation augmenta à un tel point que je sentis ma cyprine couler entre mes cuisses. Je tentai de me sécher en frottant mes jambes l’une contre l’autre ce qui, à cause des boules de geisha, provoqua un orgasme que je ne pu retenir. A cet instant, j’entendis quelqu’un entrer dans la chambre. Une voix de femme :

— Room service. Où dois-je déposer votre bouteille de champagne ?

En essayant de contenir mon excitation, je répondis d’une voix tremblante :

— Déposez la à côté du mini bar. Merci et bonne nuit.

Quand je fus certaine d’être à nouveau seule, je me mis à me frotter les jambes l’une contre l’autre comme une folle (la longueur de la chaîne rendait la chose juste possible). J’avais une folle envie de me masser le clitoris mais mes menottes retenaient mes mains prisonnières. Je jouis à plusieurs reprises et il ne fut plus possible de rendre la chose inaperçue. Le colonel à son retour constata l’état de ma transpiration et les traces de ma cyprine qui avait coulé jusqu’au tapis. Il sourit, retira les boules de geisha de mon vagin puis me prit en passant son gland à travers mon string fendu. Etre prise tout en étant enchaînée aux chevilles et menottées fut très excitant et je jouis sans aucune simulation (ce fut la dernière fois en dix ans). Le colonel me détacha les mains pour me les menotter immédiatement dans le dos. J’ai osé demander une douche, la réponse fut cinglante :

— Espèce de salope. Une esclave sexuelle n’a rien à demander. Tu vas être punie pour le reste de la nuit.

Il me fit avancer au milieu de la chambre me coucha sur le tapis déchira mon string pour l’enfoncer dans ma bouche puis relia la chaîne de mes chevilles à celles de mes mains. Il quitta ma suite en annonçant qu’il viendrait me chercher demain matin pour le vol Genève – Eurabia.

Je passai ainsi le reste de la nuit, enchaînée en hogtied et bâillonnée avec mon slip puant, dans un hôtel de luxe en ville de Genève.

Partie 2 : Arrêtée pour débauche sexuelle
Partie 3 : Interrogée par les services secret du colonel
Partie 4 : Le procès de Virginie
Partie 5 : 4 ans de centre d’éducation pour femmes débauchées
Partie 6 : Transfert aux USA
Partie 7 : 6 ans de pénitencier en Floride




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur