La méchante maitresse

lundi 13 août 2012
par  machomas
popularité : 1%
2 votes

Aujourd’hui j’ai 10 ans, je suis à l’école primaire , classe unique, 25 élèves garçons et filles.

La maitresse , une méchante femme, je pense que je suis son souffre douleur, c ’est toujours moi qui charge un max. Il faut dire que je fais aussi des bêtises. La dernière fois j’ai renversé l’encrier sur un livre de classe. Je me suis pris deux gifles et un quart d’heure à genoux sur du gravier, les bras en croix et, dos à la classe. Et j’ai du dire devant tous les autres "je suis un petit garçon très méchant et j’ai mérité cette punition", j’avais une boule dans la gorge et des larmes pas loin de gicler.

Maitresse Claudie est une femme bien en chair, une poitrine opulente que tend un léger chemisier dont les deux boutons du haut sont ouverts et laisse apparaitre ces deux globes qui lors de ses mouvement se soulèvent. Ses tétons pointent à travers son léger soutien-gorge et mes yeux s’y fixent comme à deux étoiles. Elle porte une jupe au dessus des genoux qui laisse imaginer des cuisses rondes et fermes et voir des mollets ronds avec de fines chevilles. Des légers escarpins à talons de 5 cm lui donnent une posture très sexy. Mais son regard est glacial. Elle parle toujours d’une voie calme et posée, sans jamais élever la voie.

Elle a corrigé la dictée d’hier. Je sais que j’ai fait plein de "photes" et j’ai peur. Elle marche dans la classe en rendant les copies, elle se penche pour parler à un élève et ses deux seins tendent le tissu à le faire craquer, je sens mon sexe devenir tout dur, et des fourmillement dans le bas ventre, une bouffée de chaleur m’envahit. Elle se penche sur un autre élève et son gros cul rond dirigé vers moi m’envoit une nouvelle décharge de désir.

A mon tour, elle s’approche lentement, avec une espèce de petit sourire intérieur. Je sens que ça va être ma fête
.
"Alors Félix j’ai corrigé votre dictée, et, j’ai eu du mal à reconnaitre le texte que je vous ai dicté. Alors puisque vous êtes le plus mauvais élève de la classe vous allez passer au tableau et réécrire le texte au tableau".

J’hésite à me lever, mes jambes ne vont pas me tenir, et mon sexe est tout dur.

"Debout Félix".

J’hésite encore. Et là d’une main elle tient mon menton et de l’autre me gifle à toute volée. Mon corps a un soubresaut de haine et de peur. Ma joue est en feu.

"Allez au tableau"

Je ne sais plus trop où je suis, je me lève, prends une craie , vais au tableau et tournant le dos à la classe attends la dictée.

"Écrivez ! Je suis un petit garçon qui va apprendre le français"

J’écris cette phrase la main tremblante et les yeux embuée de larmes.

"Ça commence bien, deux fautes sur cette ligne. Écoutez Félix chaque fois que allez faire une faute je vais demander à vos camarades de choisir une punition. Mais pour ces deux c ’est vous qui allez choisir : cinq coups de règles sur les doigts ou cinq coups de baguette sur les fesses."

Je choisis la punition sur les doigts, mais à la cinquième je retire ma main.

"Alors on veut éviter la punition, alors je vais continuer sur les fesses. Baisser votre pantalon !"

Mon cœur sursaute, il va falloir que je montre mon anatomie à tous mes camarades, je sens une énorme bouffée de chaleur et de honte me submerger, de plus que mon sexe est de plus en plus dur.

Je baisse doucement le pantalon au chevilles.

"Le slip aussi Félix"

"Non maitresse pas ça"

Et la j’entends le sifflement de la baguette qui vient frapper ma fesse gauche, et le feu quelle dégage me brule.
Je descends alors mon slip doucement, en essayant de masquer mon érection.
Mais c’est trop visible pour être caché.

"Regardez , le petit diable est là."

Et là tous mes camarades se mettent à me huer, pervers, obsédé, il faut le punir pour cet acte.

"Bien, nous allons punir ce petit impudent"

"Qui veut commencer à donner cinq coups de badines ?"

"Antoinette ?, d’accord"

Mon dieu, cette petite garce va mater mon cul et le frapper de toutes ses forces, j’en suis sûr.
Elle prend la badine, caresse une fois la surface de mes fesses et vlan, Vlan, ...
J’ai trop honte , et je pars en pleurs et les sanglots me secouent.

"Un autre ?"

"Oui, Albert, Tiens donnez lui 5 coups de ceinture, ça va peut-être le calmer"

Et les claquement du cuir succèdent à la badine. Le feu envahit mes fesses et mon sexe et mes couilles.

Je n’en peux plus, je sens le plaisir monter, monter, monter et le foutre gicle, gicle (c’est trop bon) .....

Et là je me réveille.....



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Henri Kenney
mercredi 21 novembre 2012 à 05h27 - par  Henri Kenney

hummm bandante ctte histoire miam une suite s’il-Vous-Plait trop bonne continuer machomas merci beaucoup de nous amusé.

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur