Ma femme 3

mercredi 19 septembre 2012
par  sirdick
popularité : 3%
7 votes

Quelque temps après je demandais à Laure si son directeur la laissait tranquille ; elle me fit que oui « depuis que l’une des employées l’a menacé de porter plainte pour harcèlement sexuel » .

— Tu sais pour notre petit jeu j’ai consulté sur internet des maitres pour qu’ils me donnent des conseils , je me demandais si toi aussi tu n’y étais pas allée ?

— Pourquoi me demande tu ça ?

— Parce que je suis étonné de la façon donc tu réagis et que jusqu’à présent je n’ai pas eu à te punir et cela m’étonne que tu sois parfaite . Alors !

— Et bien oui j’y suis allée d’abord pour voir si la réaction que j’avais eue avec mon directeur était normale ,et puis je suis tombé sur un site où il y avait des soumises et maitres qui dialoguaient entre eux , alors je me suis inscrite et depuis je discute avec un maitre .

— Montre moi de quel site il s’agit.

Elle ne mentait pas elle dialoguait avec un maitre qui lui envoyait des messages pour la conseiller mais qui en même temps voulait la prendre sous sa coupe .

Le passage qui me plût le plus était celui où il demande si elle suçait jusqu’au fond de sa gorge , et elle de lui répondre qu’elle n’avait jamais put le faire car cela lui donnait l’envie de vomir .

Il lui donnait des conseils pour y arriver alors je sautais sur l’occasion pour dire à Laure de les mettre en pratique .

J’enlevais mon pantalon et mon slip et dis de me sucer .

Elle s’exécuta sans même protester ,elle fit grossir ma bitte en léchant soigneusement le gland puis la prit en bouche et commença un va et vient. Petit à petit ma bitte s’enfonçait dans sa bouche puis elle ne pouvait plus car cela la faisait déglutir , alors d’un coup je pris sa tête dans mes mains et je lui enfonçais ma bitte jusqu’à la garde , je crus qu’elle allait s’étouffer.
Elle se débattit pour que je me retire de sa bouche , et quand je me retirais elle vomit sur le sol ses entrailles .

— C’est comme çà qu’il te dit de faire le maitre avec qui tu parles , ta glotte s’habituera et ensuite tu pourras sucer jusqu’aux couilles.

— Je sais me dit-elle mais je n’osais pas te le demander .

— Pendant quelques temps tu me suceras tout les jours et quand cela passera tout seul on fera autre chose ,d’accord ?

— Oui maitre .

Il lui fallut une bonne semaine pour ne plus vomir et depuis elle me fait des pipes d’enfer je suis aux anges .

Je demandais à Laure de remercier son maitre virtuel pour les bons conseils prodigués .Sa réponse fut , que si elle voulait vraiment le remercier , il faudrait qu’elle vienne le voir et soit à lui pour une journée .

Il était grand temps que je lui passe son collier. Il me vint l’idée de faire un cérémonie avec deux témoins. Je proposai à ce maitre d’être témoin pour moi et si il avait une soumise qu’elle soit témoin pour ma femme, et qu’à l’issue de cette union il pourrait profiter de ma femme une heure seulement , c’était à prendre ou à laisser .

Il accepta . Je le lui demandai d’organiser la cérémonie chez lui et un vendredi soir de
préférence . Je lui demandai une rencontre afin de se mettre d’accord sur le principe et surtout je ne voulais pas qu’il fasse n’importe quoi avec Laure .

Le jour du rendez-vous je vis un homme je dirais entre 55 et 60ans cheveux grisonnants environ 1,80m pour 85kg à peu près. Un beau mâle en somme .
Il fut d’accord à presque tout sauf pour ma femme , il trouvait que une heure serait trop juste il négocia trois heures .

Je lui fis promettre d’être soft avec Laure .

Nous devions maintenant nous préparer psychologiquement à cette rencontre , au début on osait à peine en parler puis après chaque séance on abordait le sujet .
Elle était inquiète et à la fois excitée de ce moment qu’elle passerait avec ce maitre.

Ce fameux vendredi arriva , nous avions rendez-vous vers les vingt heure chez lui .
Laure devait s’habiller le plus simplement possible ,une jupe courte et un chemisier , sans culotte et sans soutif bien sûr et surtout les talons hauts .

Nous l’appellerons Philippe pour l’occasion.

Il nous fit entrer dans sa demeure. Laure avait ordre de ne pas le regarder dans les yeux . Il la détailla des pieds à la tête.

— Tu es comme je l’imaginais et comme tu t’es décrite , c’est bien lui dit-il . Vas te placer dans le salon.

Elle partit se mettre au centre du salon les mains derrière la tête .
Une femme était là,il me la présenta comme étant sa soumise mais pas sa femme .

Pour la cérémonie il dit à Laure de se mettre nue pour qu’elle sache bien que son statut allait changer , qu’elle m’appartiendrait pour la vie .

Elle commença à déboutonner son corsage. Je vis de suite que ses seins pointaient , elle était excitée , elle ouvrit son corsage et nous montra ses seins avec ses tétons bien durs , puis elle défit la fermeture éclaire de sa jupe et la laissa tomber par terre , elle fit un pas en avant et de l’autre pied envoya sa jupe balader , puis elle reprit sa position jambes écartées et mains derrière la tête .

Il se délectait de voir ma femme nue avec sa chatte bien rasée avec le petit ticket de métro qui va bien.

Je regardai Philippe un instant , il n’en perdait pas une miette , je remarquai même la bosse qu’il y avait à son entre jambe . Il bandait le salaud et je suppose qu’il se délectait à l’avance de ce qu’il allait lui faire après la séance. Il lui dit aussi que maintenant elle pouvait regarder son maitre , car il fallait que je vois dans ses yeux sa joie à devenir mon esclave. Puis il nous récita les dix commandements de la soumise puis du maitre.

Une fois que Laure et moi ayons dit oui il me proposa de lui passer le collier , en l’occurrence un collier de cuir avec des anneaux pour pouvoir, si besoin était, lui attacher les poignets.

On signa tout les quatre un registre donc un exemplaire fut gardé par Philippe et les deux autres à nous deux .
Maintenant nous devions honorer notre promesse .J’intimais à Laure d’obéir à maitre Philippe pour le restant de la soirée .

IL y avait un fauteuil dans lequel je m’installais ,car Philippe m’avait dit que tout se passerait dans le salon .
Il ordonna à sa soumise de se déshabiller , une fois nue il la plaça devant ma femme et lui ordonna de se mettre à genoux .
J’avais comme une boule dans le ventre de voir ma femme à la merci de ce type.
Il ordonna à sa soumise de lécher la chatte de ma femme , et sans plus attendre elle posa sa bouche directement sur son clitoris et savamment elle la fouilla de sa langue , Laure ne tarda pas à gémir de plaisir ,alors le maitre pris une cravache et en donna un bon coup sur le fesses de ma belle , elle sursauta et cria sa douleur , il frappa de nouveau et lui dit que tant qu’elle crierait il frapperait encore .
Je la vis serrer les dents , "C’est beaucoup mieux" lui dit-il.

La soumise continuait en introduisant parfois sa langue dans la chatte de Laure , d’ailleurs ses jambes commençaient à se dérober. Elle aurait voulut maintenant s’allonger , puis sa respiration se fit plus cadencée , à ce moment il lui dit que si elle avait envie de jouir il fallait qu’elle demande la permission , ce qu’elle fit et dans les règles .

— Permettez-moi de jouir maitre s’il vous plait.

En guise de réponse elle fut frapper de deux coups de cravache .

IL dit à sa soumise d’arrêter et d’installer Laure sur la table basse , allongée sur le dos, les pieds et mains attachées aux quatre coins de la table ,et ce n’était pas une petite table. Ses jambes étaient largement ouvertes et toute son intimité offerte à la vue de tous . il dit à sa servante de prendre un god dans le sac et de lui introduire dans son sexe .
Elle branla d’abord son clito avec et lui enfonça d’un coup sec le god jusqu’à la garde .
Ce qui eut pour effet que Laure cria surprise du geste et se prit aussitôt un coup de cravache sur les seins .

Elle fit la grimace .

Pendant que la soumise la limait avec son accessoire ,lui s’approcha de son visage et lui demanda d’ouvrir la bouche ,ce qu’elle fit , puis il lui posa un bâillon en cuir sur lequel un sexe d’homme était accroché , elle ne pouvait que gémir maintenant .
La femme devant son sexe accélérait le mouvement de va et vient de son god , et Laure je le voyais à ses yeux et aux gémissements qui s’échappaient de sa bouche allait jouir. Le maitre vit qu’elle était sur le point de capituler alors il mit une pince sur le téton du sein gauche , la douleur du moment lui fit oublier sa jouissance mais très vite le plaisir du god reprit le dessus et il lui mit une autre pince sur le sein droit et la douleur fut persistante je le voyais à l’expression de son visage .

Son corps se tortillait sur la table , je ne pouvais plus dire si c’était de douleur ou de plaisir .

Il prenait un malin plaisir à tirer sur les pinces et parfois en même temps il la gratifiait de quelques coups de cravache . Le supplice dura un bon moment puis il enleva les pinces et la laissa enfin jouir . Il obligea sa soumise à la nettoyer avec sa langue ce qui donnait des spasmes à Laure qui soulevait ses fesses. Pour moi c’était impressionnant et quand il jugea que c’était propre il la laissa tranquille .

Après quelques minutes Laure semblait apaisée mais son calvaire n’était pas fini car
seulement trois quart d’heure venaient de s’écouler il en restait encore au deux à subir , j’en avais mal pour elle car je ne pouvais pas savoir si pour elle cela avait été pur plaisir jusqu’à maintenant .

Il la fit détacher et la positionna genoux par terre , thorax sur la table et de nouveau
attachée aux quatre coins . Je me suis dit que son cul allait y passer .
Et effectivement il dit à sa soumise de lubrifier sa rondelle et d’y enfoncer le god. Une fois cela fait il frappa les fesses de ma belle avec sa cravache , et sa soumise fit aller et venir le sexe en plastique. Laure faisait la grimace tout en me regardant et je voyais dans ses yeux son inquiétude , elle devait surement ce demander à quel sauce il la mangerait .
Mais bizarrement le plaisir prit une nouvelle fois le dessus , ses gémissements la trahissaient , et le maitre qui était à l’écoute, ne la laissait pas prendre le dessus et un coup de cravache pour lui rappeler que son plaisir ne lui appartenait plus .
il prit un autre god et le lui enfonça lui même dans la chatte et maintenant ils étaient à deux à faire un va et vient dans ses entrailles .

Elle ne put résister longtemps à un tel traitement elle se mit à jouir en s’effondrant sur la table .

Ils la détachèrent et la laissèrent reprendre ses esprits .
Laure put boire un peu et se dégourdir les jambes , elle ne disait rien de peur des représailles et elle savait que ce n’était pas terminé .

En effet il se servit du collier mis à son cou quelques instants plus tôt pour y accrocher une lanière qui partait du cou et qui allait aux menottes qu’il venait de mettre à ses poignets et à ses chevilles qui elles étaient maintenus par une barre qui obligeait Laure à écarter ses jambes . Ainsi elle ne pouvait ni marcher ni se défendre .
Il la fit mettre à genoux et ce fut à son tour de sucer la chatte de la soumise. Il lui prit la tête par les cheveux et plaqua sa bouche sur le sexe de la femme ,

— Suce, lui dit-il sur un ton violant

Sa langue se mit à parcourir ce sexe de femme qu’elle léchait pour la première fois.

— Mieux que ça criait-il et il la frappa de nouveau sur les fesses .

Laure s’appliquait au mieux , et la soumise se mit à son tour à gémir de plaisir et son maitre se mit à la frapper aussi pour qu’elle comprenne bien que lui seul avait le pouvoir sur elle.

Cela dura une bonne trentaine de minutes quand à bout de force toutes les deux , l’une pour avoir trop léchée et l’autre pour n’avoir pas put jouir, s’écroulèrent car elles ne tenaient plus sur leurs jambes et que Laure avait mal à ses genoux .

Il les laissa reprendre leur souffle , puis il dit à sa soumise de venir le déshabiller.
C’est cela que moi je redoutais le plus. L’instant où il allait se taper ma femme .

Il remit Laure à genoux et lui dit de lui sucer la bitte .
Se tenant à deux trois pas d’elle il l’obligea à se déplacer à genoux et quand elle fut à la portée de sa bitte toute pendante , elle baissa la tête pour en prendre le bout par le dessous .
Le gland du maitre n’était pas décalotté , elle dut faire quelques va et vient pour libérer ce gland et quand il le fut je vis sa langue tourner autour. J’étais mal à l’aise de la voir sucer un autre homme que moi , surtout qu’elle le faisait bien , elle s’appliquait , puis je vis sa bitte grossir à vue d’œil et Laure l’engloutir jusqu’à ses couilles. Mon cœur battait très fort.
J’étais rouge de voir que ma femme prenait du plaisir à sucer un autre .
Il retira sa bitte de la bouche de Laure très vite car je crois qu’il allait jouir plus tôt que prévu avec sa bitte raide il la fit se mettre visage au sol et se présenta derrière elle .
Il la pénétra d’un coup dans la chatte et entama ses va et vient .
Elle criait son plaisir avec des « elle est bonne , elle est grosse ,défoncer moi »j’en passe et des meilleures .
Mon égo en prenait un sérieux coup .
Il la frappait de ses mains sur les fesses ,puis il se retira et présenta sa bitte à l’entrée de son cul , il devait rester du gel car il n’eut pas trop de mal à y entrer .
Laure était folle je ne la reconnaissais plus .
« défoncez moi » lui disait-elle .
Il se mit à jouir dans son fondement avec un râle de bête , et s’écroula sur le dos de Laure .

Après avoir repris ses esprits il se retira et se plaça de nouveau devant ma femme pour qu’elle lui nettoie sa bitte .
Elle le fit sans hésitation lui gobant tout la bitte .
J’étais vert .
Je regardais ma montre il lui restait encore une heure .
Il s’assit sur le canapé et se servit un verre en regardant sa proie .
C’était comme cela que je le voyais.
Il me regarda et me dit

— J’aimerais que cette dernière heure soit reportée à plus tard , car je n’ai plus de jus et que je voudrais faire d’autre chose avec votre soumise.

Que dire ? Je me levai, me servis un verre également et je regardai Laure qui était toujours tête au sol et récupérait de sa jouissance , son regard me disait j’en peux plus .

Alors je lui dit o.k. Nous prendrons rendez-vous plus tard .

La soumise du maitre libéra ma femme et elles purent toutes les deux aller se laver .

Une fois rhabiller nous prîmes congé du maitre en le remerciant pour la cérémonie et
Laure pour le bien qu’il lui avait prodiguer .

Une fois dans la voiture Laure s’endormit d’un sommeil profond .

PRECEDENT .......................................................SUITE






ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Pc141970
jeudi 27 septembre 2012 à 08h11 - par  Pc141970

Bravo
un histoire pleine de réalisme et qui ne dérive pas dans la vulgarité
vivement la suite

Logo de Rêves de femme
jeudi 20 septembre 2012 à 21h34 - par  Rêves de femme

Très beau début mais reste à savoir de quel côté les lecteurs se placeront pour apprécier.
Côté mari ou côté Maitre ?
Côté soumise novice et débutante ou côté soumise rodée aux ordres de son Maitre ?

M_JPS

Logo de Henic
mercredi 19 septembre 2012 à 22h13 - par  Henic

Cette histoire est agréablement réaliste.
Les protagonistes sont bien dans leurs rôles respectifs : mari attentif et quelque peu jaloux, épouse soumise et docile, maître meneur mais pas surhomme... Quant à deuxième soumise, elle est vraiment psychologiquement transparente mais n’est-ce pas son rôle ?

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur