KIDNAPPING ET SOUMISSION (2)

TOME II
mardi 24 septembre 2013
par  manumaitre
popularité : 3%
3 votes

TOME II
I. Seconde épreuve
Dans l’autre aile du château, Sweet Pussy était dans sa cellule, sur son lit attachée au pied du lit par une chaîne reliée au collier de son cou. Un écran avait été installé dans sa cellule et elle devait donc regarder chaque matin les films qui étaient diffusés sur « la seule chaîne » que réceptionnait l’écran. Toujours des films SM à regarder.
Un matin après avoir déjeuné sa bouillie quotidienne et regarder trois heures de films, la porte de sa cellule s’ouvrit.
Maîtresse Aurore entra, suivie de deux esclaves totalement recouvertes de latex :
« Bonjour Sweet Pussy. »
« Bonjour, Maîtresse. » répondit Sweet Pussy.
« Apprécies-tu mes films ? »
« Certains sont beaux, d’autres non… »
« Tu apprendras à aimer, petite chienne. D’ailleurs, tu vas travailler maintenant, tu t’es assez reposée sur tes lauriers. Il est temps de refaire des épreuves. Amenez-la à la chambre 109. »
« Bien Maîtresse. » répondirent les deux esclaves.
Sweet Pussy arriva à la chambre 109. Cette chambre se trouvait dans la pénombre lorsque les deux esclaves et Sweet Pussy y pénétrèrent. Maîtresse Aurore entra à son tour. Maîtresse Aurore ouvrit la valise qui se trouvait sur la table au centre de la chambre. Maîtresse Aurore ouvrit la valise. Elle en sortit des cordes.
« A quatre pattes, chienne ! » cria Maîtresse Aurore, ce qui fit sursauter Sweet Pussy. L’esclave se mit à quatre pattes attendant son bondage. Maîtresse Aurore passa une corde autour du sein gauche et serra celle-ci. Sweet Pussy couina un peu ce qui fit réagir Maîtresse Aurore qui la fusilla du regard. Le sein droit subit le même traitement.
« A genoux maintenant. » Sweet Pussy s’exécuta. Une corde vint se nouer sur celles qui entouraient les seins et passa autour de son cou. Une autre corde fut fixée sur son sexe et son cul puis fit son tour de taille. Maîtresse Aurore tira vertement sur la corde autour du cou, ce qui fit tirer les seins de Sweet Pussy vers le haut. Une corde vint faire la jonction entre celle du cou et celle de la taille. Deux plugs de 10 cm furent enfoncés dans ses orifices, ce qui eut pour effet de distendre la corde lorsqu’elle fut placée sur les plug pour éviter que ceux-ci ne sortent.
Un masque en latex lui recouvrit la tête, ouvert au niveau des yeux et de la bouche. Maîtresse Aurore retroussa les cheveux blonds de Sweet Pussy et posa deux pinces à seins pour terminer la décoration. Maîtresse Aurore les plaça derrière les anneaux et serra la vis de chaque pince. Sweet Pussy grimaça lorsque la pince commença à écraser son téton gauche, puis le droit. Mais sa complainte n’y fit rien.
« Bien esclave. Te voilà parer pour ton épreuve. »
Maîtresse Aurore prit le saladier qui se trouvait sur la table et l’apporta à Sweet Pussy.
« Tiens ça ! »
Elle partit dans le fond de la pièce et tourna l’interrupteur pour installer plus de lumière dans la chambre. Un rideau de velours noir était au fond de la chambre. Maîtresse Aurore tira celui-ci et une foule d’hommes nus et masqués se caressant la bite pour la faire grossir apparue à Sweet Pussy.
« Voici 50 hommes prêts à se faire traire la bite comme les pis d’une vache, et c’est toi qui va les traire et mettre leur jus dans ce saladier. Pas une goutte ne doit tomber sur le carrelage. Sinon cela te coûtera cher ! Allez messieurs, vous avez tiré chacun un numéro de passage. Que le numéro un se présente à la traie. Et toi branle ces bites. »
L’homme ayant tiré le numéro un s’avança, la bite bien droite et se positionna devant l’esclave au saladier. Sweet Pussy prit la bite dans sa main droite et la branla au-dessus du saladier. L’homme la regardait, fixant ses seins ligotés. Il commença à gémir et des spasmes se firent sentir sous les doigts de l’esclave. Le méat s’ouvrit et trois salves de sperme vinrent s’étaler dans le saladier.
« Numéro deux », cria une voix derrière Sweet Pussy. Le numéro deux arriva avec une bite pas encore tout à fait tendue. Sweet Pussy prit la bite et la branla pour la faire éjaculer. Le bal continua et Sweet Pussy commença à avoir mal au bras mais surtout à la main. Ses seins la meurtrissaient aussi car les pinces mordaient irrémédiablement ses tétons et les mouvements de son bras agitaient les pinces sur ses seins. Son visage était en sueur sous la chaleur du masque de latex et des gouttes de sueur coulaient sur son corps. Le saladier se remplissait de sperme. Au bout de 2 bonnes heures de branlette, tous les hommes étaient passés sous la main de Sweet Pussy pour se faire traire. Des hommes bedonnants à la bite noueuse, des blacks à la bite épaisse et turgescente se présentèrent devant l’esclave pour se faire traire.
« Numéro 30. » cria Maîtresse Aurore. Le numéro 30 se positionna devant Sweet Pussy et celle-ci branla la bite piercée et vit des couilles bien dimensionnées ornées de 10 piercings sur le scrotum et un ball-stretcher.
Le numéro 30 n’était autre que Manu. Maîtresse Aurore avait poussé le vice jusqu’à intégrer Manu dans les 50 hommes. Mais il ne put reconnaître Isa « Sweet Pussy » sous son masque comme Sweet Pussy ne put reconnaître son Mari et Maître sous son loup avec sa bite et ses couilles annelées et transformées. Sweet Pussy branla cette bite numéro 30 comme les autres et pourtant, celle-ci lui était bien connue. Mais comme les autres hommes, Manu fut trais comme une vache et gicla dans le saladier. Une grosse giclée puisque cela faisait plusieurs semaines qu’il n’avait pas joui. Pendant que Manu se faisait branler la bite, il regarda avec avidité ces seins annelés et cette bouche qu’il aurait bien voulu avoir sur sa bite. Le saladier n’était pas rempli mais la cinquantaine de giclée de sperme représentait une bonne dose. Sweet Pussy craignit qu’on l’oblige à boire ce mélange de sperme.
L’esclave en latex lui prit le saladier des mains de Sweet Pussy. Elle fut soulevée de terre et emmenée dans la cellule de soins que Sweet Pussy connaissait bien maintenant.
On la libéra de ses liens des pinces à seins et de ses plugs pour l’installer sur cette satanée chaise métallique, attachée par les chevilles, les poignets et le cou. La libération de ses tétons eut pour effet qu’une violente douleur traversa ses seins par le sang qui circulait de nouveau dans cette partie privée de vie auparavant. Le plug de 10 cm fut pointé sur son cul et il s’enfonça de nouveau dans son cul. On lui fit garder son masque mais l’esclave de latex vint lui placer une sorte de ball-gag percé dans la bouche fixé par une pression de part et d’autres de ses lèvres sur le masque. Ce ball-gag avait un tube noir en latex coudé qui allait vers le plafond. Ce tube, qui ressemblait à un tuba, se terminait par un raccord et avait une petite vanne juste au niveau du coude. Une poche fut vissée à ce raccord.
Sweet Pussy se demandait une nouvelle fois à quoi servait tout ce système. Elle ne tarda pas à le savoir lorsque Maîtresse Aurore vint se placer juste devant son esclave sexuelle. Elle la fixa droit dans les yeux et tourna délicatement la vanne du tuyau en latex. Un liquide froid, épais et âcre coula dans sa bouche. Du sperme ! Le sperme qui venait des 50 hommes. On lui faisait boire leur sperme. Sweet Pussy voulut ralentir le débit en serrant sa bouche et sa langue contre l’ouverture du tuyau mais rien n’y fit. Elle devait boire cet affreux liquide. Elle eut un spasme de dégoût et commença à s’étouffer. Elle s’agita car le liquide s’amoncelait dans sa bouche, elle en respira même, du sperme remontait par le nez et coulait par ses narines. Elle pensait étouffer quand Maîtresse Aurore vit que cela ne passait pas et que son esclave était en danger, elle ferma la vanne et ôta le tube de la bouche de Sweet Pussy qui toussa abondamment et vomit ce qu’elle venait d’ingurgiter. Du sperme coulait de sa bouche, ses seins étaient maculés de sperme qui dégoulinait lentement vers sa chatte puis le sol. Maîtresse Aurore vint la consoler car Sweet Pussy pleurait et hoquetait suite à cette peur de mourir étouffée par du sperme.
« C’est tout mon esclave, c’est tout, plus de peur que de mal. On s’arrêtera là pour aujourd’hui. Tu resteras ici jusqu’à demain pour te calmer. Demain sera un autre jour. »
« Pitié, laissez-moi, je veux voir mon mari, je vous en prie. »
« N’abuse pas de ma patience, mais pour te montrer ma bonne volonté, tu verras ton mari dans quelques jours. »
« Merci. » soupira Sweet Pussy.
« Merci qui, salope ! »
« Merci, Maîtresse Aurore. »
« Mais sache ceci, tout échec est sanctionné ici. Tu vas t’en apercevoir de suite. »
Maîtresse Aurore ôta le masque que portait Sweet Pussy. Mais à peine son visage retrouvait la liberté que Maîtresse Aurore en prit un autre et couvrit de nouveau la tête de son esclave. Celui-ci avait un trou sur le haut du crâne et Maîtresse Aurore prit un peigne et tira sur les cheveux de Sweet Pussy pour en sortir une grosse mèche aussi dense et épaisse que le trou du masque. La Maîtresse prit quelques élastiques, serra la grosse mèche à plusieurs endroits et inséra un fil de fer pour modeler la mèche en forme de queue de cheval, puis le masque fut retiré du visage de Sweet Pussy. Sweet Pussy se vit dans le miroir avec sa nouvelle coiffe, elle qui n’avait jamais fait de queue de cheval en était toute étonnée.
« Comme je te le disais, ici tout échec est sanctionné. »
A peine Maîtresse Aurore avait-elle fini de parler qu’elle prit à pleine main la grosse mèche, prit de son autre main une tondeuse placée derrière la chaise métallique et la passa sur la tête de Sweet Pussy !
« Non !!!! » cria l’esclave en voyant ses cheveux longs tombés sous les coups de la tondeuse. L’esclave voulut échapper à cette coupe mais Maîtresse Aurore maintenait ferme la tête de son esclave par sa queue de cheval. La tondeuse passa sur toute la surface du crâne sauf sur la mèche. Puis Maîtresse Aurore prit un rasoir et le passa délicatement pour qu’il n’y ait plus aucun cheveu disgracieux hormis la mèche.
Sweet Pussy pleurait à chaudes larmes en regardant sa Maîtresse la raser de près, elle qui avait toujours eu les cheveux longs !
« Te voilà belle maintenant ma jument ! Je vais te programmer quelques séances épilation laser pour qu’il n’y ait pas de repousse. »
Sweet Pussy fut reconduite dans sa cellule, elle pleurait toujours de la perte de ses cheveux.
De l’autre côté du château, Manu avait subi aussi des épreuves. LIRE LA SUITE

PRECEDENT ........................................................SUITE

L’intégralité du tome II est disponible pour les abonnés de RdF

Merci de me donner vos impressions et vos suggestions !



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur