KIDNAPPING ET SOUMISSION (4)

TOME IV
vendredi 18 avril 2014
par  manumaitre
popularité : 5%
4 votes

I. La tournée des clubs
Arrivé à Tournai au Kit Kat Klub, N°1 et Sweet Pussy furent reçues par le tenancier du club.
« Bonjour, mes esclaves. Comment va N°1 ?
« Bien, Maître. »
« Et qui est cette nouvelle esclave ? »
« Sweet Pussy, Maître. » dit doucement Isabelle.
« Je vois que Maîtresse Aurore a opéré sur ton joli corps, pour un début c’est pas mal du tout. » Dit le tenancier en tâtant les seins de Sweet Pussy et en pinçant ses tétons.
« N°1, tu lui donnes les instructions de vie ici pendant votre séjour en allant à votre chambre, vous commencez demain. »
« Mais, nous n’avons encore pas répéter le numéro de danse ! »
« Demain, j’ai dit, pas de temps à perdre, le retour sur investissement doit être rapide ! »
« Bien Maître. »
Les deux esclaves marchèrent le long d’un couloir et arrivèrent dans leur chambre. Deux lits à baldaquin collés l’un à l’autre trônaient au milieu de la chambre. Les murs étaient couverts en alternance de miroirs et de photo SM, le plafond n’était qu’un miroir. Pendant que Sweet Pussy regardait la chambre, des hommes amenaient de grosses valises et les déposaient dans un coin de la chambre.
« Je vais te donner quelques instructions et Il faut se reposer un peu, car après, nous devons répéter notre numéro. Nous dormirons ensemble dans cette chambre. Nous y mangerons et passerons tout le temps sauf pendant nos numéros et séances. Nous n’avons pas le droit de sortir. Les toilettes sont dans ce coin comme tu peux le voir. Il y a tout ce qu’il faut pour se maquiller et s’habiller. Quand nous aurons fini nos prestations, le 4x4 viendra nous chercher et nous emmènera dans un autre club. Il faut dormir et prendre des forces pendant la journée car, dans les clubs, c’est nuit blanche ! »
« Mais on ne va jamais dehors ? »
« Pendant la tournée, on ne va jamais hors des clubs. On ne voit l’extérieur que lorsque l’on revient au château. »
Sweet Pussy commençait à regretter d’avoir accepté de venir. Elle pensait voir le monde extérieur et peut-être pouvoir s’échapper ! Mal lui en a pris.
« Quel est le programme des festivités, que fait-on ? »
« Nous ferons notre numéro de danse ensemble, ensuite je te laisse la surprise, sinon, ça n’a plus grand intérêt ! D’ailleurs, il faut que je te montre certains mouvements et ensuite on répétera notre numéro. Il faut que l’on choisisse aussi nos vêtements. »
N°1 mit un CD dans le lecteur de la chaîne hi-fi et se positionna au centre de la chambre, la tête relevée, le regard sévère au travers de son masque. Ses mains reposaient sur sa taille, elle avait écarté les jambes. Sa position altière rendaient encore plus proéminents ses énormes seins. Les enceintes crachèrent subitement une musique techno et N°1 commença à headbanguer et sa tresse pivota comme on fait tournoyer un fouet. Puis elle fit des mouvements de hanche pour montrer ses fesses couvertes de latex rouge. N°1 fit glisser ses mains sur ses seins et tira sur ses anneaux comme elle l’avait fait lors de sa présentation au château devant les nouvelles esclaves. Elle pivota sur ses talons et mit sa tête en arrière et pliait ses jambes comme si elle voulait s’empaler sur un phallus. Sa main caressait sa chatte au travers du latex. Puis elle se mit à terre et écarta les jambes tout en ouvrant le zip de sa combinaison pour montrer sa chatte annelée. Elle roula sur elle-même et se mit à quatre pattes, sa main passait entre les lèvres annelées de son sexe. Elle enfonçait ses doigts dans son sexe puis ils ressortaient pour entrer dans son cul. Elle lécha ses doigts en fermant les yeux. Elle se remit sur le dos et prit ses seins à pleines mains. Elle les faisait bouger comme un gâteau de gelée. Ses doigts pincèrent ses tétons et elle tira fortement pour les allonger. Elle se releva.
« Voilà, ma petite Sweet Pussy, les principaux mouvements que tu dois faire. Quand on sera à deux, on improvisera pour charmer les Maîtres. Maintenant, il faut nous reposer. »
N°1 et Sweet Pussy se couchèrent dans leur lit. N°1 mit l’alarme du réveil pour deux heures de sommeil.
Deux heures plus tard, le réveil sonna et les deux esclaves se libérèrent des bras de Morphée. Elles enlevèrent leurs vêtements, leurs corps étaient en sueur. Elles allèrent à la douche et se savonnèrent le corps. Sweet Pussy voulut embrasser N°1 mais elle l’en empêcha.
« On n’a pas le temps de s’amuser ! Il faut se préparer, on doit être irréprochable dans nos tenues. »
N°1 vérifia si le crâne de Sweet Pussy ne comportait pas de repousse. Elle prit un rasoir et de la mousse et rasa une nouvelle fois son crâne.
« Il faut que tu fasses des séances d’épilation laser, j’en ai assez de te raser le crâne tous les jours ! »
« Mais si je veux retrouver mes cheveux ! »
« Maîtresse Aurore a choisi pour toi la coupe que j’ai, tu n’auras plus que celle-ci ! »
Les deux esclaves sortirent de la douche et se séchèrent. N°1 s’occupa d’abord de Sweet Pussy. Elle ouvrit la valise et prit une combinaison latex semi-transparente mauve. Sweet Pussy l’enfila par les pieds. Cette combinaison comportait des pieds et gants, mais avait des ouvertures au sexe, aux globes fessiers et aux seins. La combinaison fut zippée dans le dos. N°1 maquilla les yeux de Sweet Pussy, un maquillage flashy et des épais très de rimmel. Ses lèvres reçurent un rouge cerise du plus bel effet. N°1 prit le masque de latex et l’enfila délicatement sur la tête de Sweet Pussy pour ne pas toucher le maquillage. Elle passa sa tresse dans le tube prévu et serra les lacets du masque. Le masque était un peu différent de celui qu’elle avait avant la douche car des boucles de ceinture se trouvaient près des yeux et de la bouche.
N°1 termina par chausser les bottes noires en vinyle avec une semelle compensée de 10 centimètres. Sweet Pussy se leva mais vacilla car elle n’avait jamais marché avec de telles bottes.
« Il faut que tu marches un peu dans la chambre pour t’y habituer. »
Sweet Pussy avait une démarche hésitante et se tenait au lit pour ne pas tomber. Elle marcha dans la chambre pour s’habituer à ces bottes inhabituelles.
N°1 se prépara en ajustant une combinaison rouge à liseré noir, elle farda ses paupières, mit du rimmel et son rouge à lèvres puis enfila son masque et demanda à Sweet Pussy de serrer les lacets et le zip de sa combinaison.
« Nous sommes prêtes. Nous n’avons plus qu’à attendre l’ordre du Maître. »
Le Maître arriva dans la chambre sans frapper.
« Allez les esclaves, on y va et que la prestation soit bonne car il y a du beau linge dans la salle pour vous. »
N°1 et Sweet Pussy se levèrent et suivirent le Maître jusqu’aux coulisses de la scène. Une musique techno assourdissante retentissait dans la salle. Les deux esclaves attendaient au pied des quelques marches qui permettaient d’accéder à la scène. Le Maître du club prit le micro sur pied et fit sa présentation.
« Bonsoir mes chers confrères. Pour vous ce soir, j’ai le plaisir de vous présenter votre esclave préférée N°1 qui sera accompagnée de Sweet Pussy qui fait ses débuts. Esclaves, c’est à vous ! »
Une musique rythmée et des rais de lumière tourbillonnaient sur la scène pour accueillir les deux esclaves. Elles montèrent les marches et commencèrent à danser sur la scène. Ce fut d’abord N°1 qui apparut sur le devant de la scène. L’expérience aidant, ses mouvements étaient pleins d’assurance et de professionnalisme. Elle présenta ses énormes seins à l’assistance. Elle pinça ses tétons annelés et tira sur les énormes anneaux. Elle fit volte-face pour présenter son cul. Elle ondula de la taille pour aguicher les Maîtres. Elle fit tourner dans les airs sa tresse. Elle passa la main sur son sexe et ouvrit le zip pour faire apparaitre ses lèvres annelées qui pendirent sous le poids des anneaux. Elles les frotta et simula un orgasme en fermant les yeux et porta à sa bouche les doigts humides. Puis elle se coucha sur le sol et glissa sous son élan. Elle écarta les jambes et ses mains prirent ses talons. Sweet Pussy qui n’avait jamais pris de cours de danse se demandait comment elle allait faire pour se présenter aussi bien. Son corps n’était pas aussi souple et svelte que celui de N°1. Elle appréhendait le moment où elle devrait danser devant les Maîtres.
N°1 continua sa prestation sans aucune faute. N°1 fit un geste vers Sweet Pussy pour « passer le relais ». Sweet Pussy sut alors qu’elle devait faire son numéro.
Sweet Pussy était légèrement hésitante mais avait le rythme dans la peau car ces pas de danse furent assurés. Elle reprit les mouvements de N°1 et y mit sa petite touche personnelle. Sweet Pussy, qui avait sa combinaison ouverte sur ses fesses, avait le zip qui lui séparait à merveille ses globes fessiers. Elle ondulait des fesses et ses rats tatoués sur ses fesses ravissaient le regard des Maîtres. Elle pivota sur elle-même grâce à ses semelles compensées et présenta ses seins. Même s’ils n’étaient pas aussi gros que ceux de N°1, Sweet Pussy vit les Maîtres parlaient entre eux. Elle passa sa langue piercée pour que les Maîtres voient ses trois piercings et qu’ils voient qu’elle était envieuse. Elle posa sa main sur sa chatte annelée et enfonça un doigt dans son vagin. Celui-ci glissa facilement avec le latex. Un deuxième s’aventura en elle, puis un troisième. Elle porta sa main gantée à la bouche et lécha avidement ses doigts. Des sifflets et des applaudissements se firent entendre dans la salle. N°1 avança vers Sweet Pussy et improvisa un numéro à deux. Cela surprit Sweet Pussy car N°1 ne lui avait pas parlé d’un show à deux. N°1 se blottit dans le dos de Sweet Pussy et commença à caresser son corps. Ses mains glissèrent sur sa taille, descendirent sur ses jambes, puis remontèrent vers ses seins. N°1 empoigna les seins pour les soupeser puis pinça ses tétons. Sweet Pussy ferma les yeux sous ses caresses et commença à se balancer de droite et de gauche en suivant le rythme langoureux de la musique. N°1 descendit de nouveau ses mains et en s’accroupissant derrière Sweet Pussy enfonça ses doigts dans la chatte de sa compagne. Ses doigts commencèrent un va et vient lent qui s’accéléra subitement. Sweet Pussy commença à gémir et montra son orgasme dans un cri rauque et une giclée abondante qui déclencha un tonnerre d’applaudissement et des « ooohhh » de surprise de la part des Maîtres. N°1 reprit ses mouvements et Sweet Pussy jouit de nouveau dans une giclée abondante qui coula sur le sol de la scène.

Sweet Pussy coula abondamment et sa jouissance fit une flaque sur le sol. Son orgasme se transformait en jet d’urine. N°1 incita Sweet Pussy à venir au sol et à s’allonger. Les deux esclaves se roulèrent dans ce mélange de cyprine et de pisse. N°1 se mit à plat ventre sur le sol et lécha la jouissance de Sweet Pussy. Sweet Pussy se positionna devant N°1 tête contre tête et lécha aussi sa jouissance. Puis Sweet Pussy se fit glisser sur le sol et embrassa N°1. Cette dernière scène ravit au plus haut point les Maîtres qui s’étaient levés et applaudissaient chaudement.
Les deux esclaves se relevèrent et saluèrent les « spectateurs ».
« C’est gagné, tu as été parfaite. » dit N°1 à l’oreille de Sweet Pussy.
Le tenancier du club monta sur scène et reprit le micro.
« Ne vous avais-je pas dit que vous seriez aux anges, chers Maîtres ? Eh bien, maintenant à vos enchères et que le meilleur gagne ! »
« 1000€ » cria un Maître au fond de la salle.
« 2500 » Entendit-on sur la gauche.
« Allons mes chers confrères, un peu plus d’enthousiasme pour ces esclaves. »
« 2000 » redit le Maître au fond de la salle.
« 2500 » dit un Maître tout de cuir habillé.
« 10000€ pour les deux. » dit un Maître noir qui se tenait debout près de la porte.
Le silence se fit dans la salle. Les têtes pivotèrent pour savoir qui avait émis une enchère aussi élevée.
« Personne pour surenchérir ? » dit le tenancier.
« Adjugé » pour Maître Tumba.
« Les deux esclaves sont à vous pour cette nuit. »
Le tenancier s’approcha des deux esclaves et les emmena vers leur propriétaire d’une nuit.
« Qu’est ce qui se passe ? » dit Sweet Pussy à l’oreille de N°1.
« Lorsque ton numéro est terminé, et si tout s’est bien passé, tu passes la nuit avec un ou plusieurs Maîtres, cela dépend. Les nuits sont blanches, je te l’ai dit. »
Les deux esclaves descendirent les marches et virent un grand black, la tête rasée, habillé d’un costume noir. Il mesurait environ deux mètres, que du muscle, un vrai colosse.
« Bonsoir les putes. » dit-il.
« Bonsoir, Maître. » dirent à la cantonade les deux esclaves.
« Je sens que je vais bien m’amuser, ce soir. Allez, dans la chambre. »
Le Maître et les deux esclaves allèrent à la chambre. Sitôt entré, le Maître ferma la porte à clé et mit celle-ci dans la poche de sa veste. N°1 et Sweet Pussy virent que la chambre avait été légèrement aménagée car deux portiques avaient été posés en travers de la chambre
« A genoux toutes les deux sous les barres, mains sur la tête. » Lire la suite

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdDF

PRECEDENT ............................................................. SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur