Je suis folle

vendredi 13 mai 2016
par  Ozone
popularité : 1%
5 votes

Longtemps je me suis demandé si j’étais normale.
Depuis toute petite j’ai toujours été profondément émue par les héroïnes prisonnières dans les films, particulièrement celles kidnappées et attachées. D’où cela vient-il ? Je l’ignore. Mais une fois arrivée à l’adolescence, cela a vite tourné à l’obsession. Non pas que je sois attirée par les femmes même si, avec le temps, j’ai découvert que je n’étais pas contre les relations bi-sexuelles. Non, ça n’était pas cela. Je me projetais ! C’était moi que je voyais prisonnière. Et lorsque j’ai appris à jouer avec mon corps, il suffisait que je m’imagine en mauvaise posture pour me mettre dans tous mes états. Cela marchait à coup sûr.
Mais je n’en ai jamais parlé ! À personne !
Pas même à mes premiers fiancés. J’avais honte de ressentir cela. Avec le temps, mes rêveries sont devenues de plus en plus extrêmes et poussées. J’aimais le sexe avec mes copains mais rien ne valait mes fantasmes masochistes pour me faire perdre la tête.
Alors pourquoi ne pas leur avoir demandé de me donner une bonne fessée par exemple ? Par honte tout d’abord (je suis une fille plutôt réservée) mais surtout parce que de simples claque sur les fesses ne m’auraient pas suffi. J’avais envie d’autre chose, de perdre totalement le contrôle pour que cela marchât vraiment.
J’ai toujours eu du succès auprès des garçons. Je suis plutôt jolie, typée maghrébine, petite mais avec des formes, beaucoup de formes. D’où le succès ! Je suis bien en chair mais j’ai toujours fait beaucoup de sport, j’ai donc un corps ferme. Mais avec des hanches larges, des grosses fesses cambrées (je ne peux pas dormir sur le dos, c’est vous dire !), des cuisses larges également, mais ce qui m’a rendu très populaire auprès de la gent masculine, c’est mon impressionnant 110 D. Une poitrine pleine qui faisait ma fierté quand j’étais jeune mais qui commence à me poser de vrais problèmes de dos ces derniers temps.
J’ai trente-trois ans et j’ai déjà eu une vie amoureuse bien remplie. Je viens tout juste de quitter l’homme avec lequel j’ai vécu pendant dix ans. C’est moi qui suis partie, la passion n’était plus là. À lui non plus, je n’ai rien dit de mes fantasmes extrêmes. J’ai abordé une seule fois le sujet avec lui après avoir vu un reportage sur les adeptes du SM à la télé. J’ai très vite compris qu’il ne comprenait rien à ce genre d’envie.
« Faut être taré pour aimer avoir mal ! »
Il ne s’agit pas juste d’avoir mal mon chéri ! Il s’agit de perdre le contrôle, d’être à la merci de quelqu’un d’autre. C’est cela qui est terriblement excitant. Bien sûr, je ne lui ai rien dit.
En fait, je ne sais même pas si j’aime avoir mal. Comme tout le monde, la douleur me fait peur. Mais l’idée qu’elle soit mélangée au sexe provoque en moi un émoi que j’ai du mal à contrôler.
Je me souviens encore m’être arrêtée sur une bande dessinée de Stanton dans une librairie. Pendant que je feuilletais furtivement les pages en surveillant que personne ne me voie, une bouffée de chaleur m’a submergée en admirant les dessins de femmes attachées, tordues et comprimées. Je me suis longuement masturbée le soir même en y repensant.
En me retrouvant célibataire, mes fantasmes ont viré à l’obsession. D’autant que je me suis retrouvée aussi sans boulot, ma boîte ayant fermé. Les hasards de la vie sont parfois étranges. J’avais du temps devant moi, j’étais seule à Paris.
Et si je tentais l’expérience ? LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce récit est disponible pour les abonnés de RdF




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
dimanche 7 août 2022 à 19h35 - par  Henic

Quelle imprudente ! Complètement menée par ses hormones, elle en perd le sens commun et accorde sa confiance un peu trop rapidement...