Caroline 10

Chap. X – Soirée chez Mamadou.
samedi 8 août 2015
par  Marsajean
popularité : 3%
1 vote

Je ne sais pas comment les choses vont évoluer avec mon mari mais je crois qu’il commence à changer d’attitude à mon égard. Par exemple quand nous faisons l’amour, il ne me demande plus si j’ai pris du plaisir, il prend le sien et ne se préoccupe plus du mien. Avant, il me caressait longuement avant de mettre son sexe en moi et maintenant, il se place devant ou derrière et enfonce son engin en moi sans la moindre préparation.
Un matin que je m’étais levée avec lui pour lui préparer son petit déjeuner, il me pinça le bout d’un sein avant de partir.

— Tu as déjà reçu des nouvelles de Mamadou, me demanda-t-il juste avant de sortir ?

— Non ! Mais monsieur Jean doit lui donner mon numéro de mobile.

Alors, quand il téléphonera, tu lui donneras mon numéro en lui disant que c’est avec moi qu’il doit s’arranger.

— Tu vas…

J’étais surprise par cette décision de mon mari et en même temps j’étais ravie. Enfin, il s’intéressait à mes fantasmes.

— Oui, j’ai décidé que maintenant j’allais régler certaines choses pour toi et la soirée chez Mamadou est une des choses dont j’ai envie de m’occuper. Tu n’y vois aucun inconvénient, je suppose ?

— Non, aucun mon amour. Au contraire je suis très heureuse que tu prennes ce genre d’initiative.

— Alors, tout va bien, à ce soir, mon cœur. Sois sage.

— Comme toujours !

Je reste un long moment à regarder par la fenêtre alors que Pierre a déjà disparu depuis longtemps. Je me demande ce qui se passe dans la tête de mon homme ? Je voudrais savoir ce qu’il pense de mes aventures, comment il les ressent mais, avec lui, c’est difficile de savoir ce qu’il pense vraiment. Il a toujours l’air de prendre la vie du bon côté et aime partager ce qu’il a, c’est pourquoi, il aime me partager avec d’autres.

Je suis de nouveau passée chez monsieur Jean pour le loyer de François, plus que trois fois à me retrouver nue au milieu du parking et dans les escaliers de son immeuble. J’ai encore jouis comme une chienne sous le fouet de monsieur Jean et, comme d’habitude, François m’a caressé avec sa pommade avant de se faire sucer et de me renvoyer chez moi. J’ai encore croisé la concierge dans les escaliers mais cette fois, je retournais au parking, elle s’est montrée offusquée de me voir nue avec la laisse et la chaînette mais en plus j’avais le corps strié de balafres rougeâtres. Je suis passée fièrement devant elle, je me suis même amusée à enfoncer la poignée de la laisse dans ma chatte sous ses yeux.
Pierre s’est montré amusé de l’épisode avec la concierge. Lui aussi m’a mit de la pommade avant de me sodomiser accrochée à l’évier de la cuisine. Dans ma position, je pouvais voir notre voisin qui nous regardait.

Je n’ai toujours pas eu de nouvelles de Mamadou, j’ai l’impression que sa soirée est tombée à l’eau où il a trouvé une autre attraction plus intéressante. J’avoue que je suis un peu déçue car je croyais vraiment que je lui plaisais comme femme et, j’aimais à croire qu’il avait envie de me posséder lui aussi.

Décidément, je vais de surprise en surprise avec Pierre, calmement mais sûrement, il marque des points. Maintenant, il ne veut plus que je mette une robe de nuit pour dormir, je dois rester nue. Il m’a fait jeter toutes mes robes de nuit et même trois robes de chambre, je n’ai pu en garder qu’une très courte.
Cela me fait un effet bizarre de dormir nue, jusqu’à ces derniers jours, j’ai toujours mis une robe de nuit pour dormir sauf à de très rare exceptions près. De même j’aimais particulièrement une robe de chambre informe et longue mais douillette. Je l’avais depuis plus de dix ans et ce fut un crève cœur de la mettre dans le box à vêtements pour les sans abris.
Souvent je pense à Mamadou et j’ai parfois envie de demander son numéro à monsieur Jean. Je sais qu’il me fera subir une humiliation avant de me le donner et cela m’excite encore plus. C’est décidé, dans une semaine, je vais demander le numéro de Mamadou à monsieur Jean.
Pierre est souvent au téléphone pour le moment, quand je lui demande à qui il téléphone, il me répond invariablement que c’est pour le boulot. Le problème c’est qu’avant il ne téléphonait jamais en dehors des heures de travail et que maintenant, il est pendu à son mobile au moins dix fois par soirée.
Ce matin, c’est vendredi et un long Week-end se présente. Il est six heures et le réveil de Pierre sonne et il ne semble pas l’entendre. Je le secoue doucement.

— Pierre, il est l’heure que tu te lèves mon amour.

Il se retourne et me sourit d’une manière espiègle.

— Mais non mon cœur, ce n’est pas pour moi aujourd’hui, c’est pour toi.

— Tu veux que je me lève maintenant ?

— Oui, va me préparer un bon petit déjeuner avec des œufs et des toasts.

Je suis surprise mais je ne vois aucune raison de ne pas accéder à sa demande.

— Comme tu voudras, mon amour mais il faut te lever si tu ne veux pas être en retard.

Il grommelle dans son oreiller mais je finis par comprendre ce qu’il dit.

— Non… congé aujourd’hui… des choses à faire … toi.

Je comprends qu’il est en congé aujourd’hui et qu’il a des choses à faire avec moi.

— Je veux bien mais pourquoi se lever à six heures du matin ?

On a rendez-vous à huit heures.

— Comme ça je comprends mais on aurait encore pu dormir une bonne demi-heure.
Je sors du lit et m’apprête à passer ma robe de chambre mais Pierre m’arrête.

— Non, à poil, ma beauté.

Je ne pense même pas à le contredire et je reste nue pour me rendre à la cuisine. Deux fois je me brûle en cuisant ses œufs. Il arrive quand tout est prêt et s’assied après m’avoir embrasser. Il a passé sa robe de chambre mais il est nu dessous.

— Suce moi !

Il faut un certain temps pour que l’information arrive à mon cerveau. Je me tourne vers lui en ouvrant des yeux ronds et interrogatifs.

Quoi ?

— Tu as bien compris, suce moi mais ne me fait pas jouir.

Machinalement, je me laisse glisser au sol et je me mets à quatre pattes pour aller prendre sa queue en bouche. Je dois dire que c’est la première fois que je fais ce genre de choses au petit déjeuner. Normalement j’aime assez ce genre de caresse buccale mais je n’ai même pas encore pris une tasse de café et son sexe sent assez fort l’urine. Pourtant, je m’applique à le sucer et à lécher la hampe qui se dresse fièrement sous ma langue.
Pour une fois, il n’a pas allumé la radio et les seuls bruits que l’on entend, ce sont les bruits de sucions de ma bouche sur son sexe et ceux qu’il fait en mangeant, c’est surréaliste à six heures et demi du matin.
Pendant plus d’un quart d’heure je reste sous la table avec sa bitte en bouche pendant qu’il prend son petit déjeuner.
Il me repousse doucement avant de se lever.

— Je vais prendre une douche, me dit-il en souriant alors que je sors de sous la table.

— J’en prendrai une après toi. Si cela ne dérange pas monsieur, naturellement ?

— Non ! Cela ne me dérange pas le moins du monde.

Il sort de la cuisine et j’ai la chatte en feu. Je me masturberais bien mais je dois premier débarrasser la table et ranger la cuisine avant d’aller à la salle de bain où j’espère qu’il me fera l’amour.
Quand j’arrive à la salle de bain, il est déjà sortit de la douche et se dirige directement vers la chambre pour s’habiller. Juste avant de passer la porte, il se retourne et me sourit.

— Pas se caresser sous la douche, on reste bien excitée.

— Salaud !

— Ha ! Ha ! Ha !

Ça le fait rire.
Après la douche, je le rejoins dans la chambre mais, quand je pose la main sur la porte de la garde robe, il m’arrête.

— Tss ! Pas aujourd’hui !

— Quoi ? Je ne peux pas m’habiller pour sortir ? Je ne vais pas sortir nue dehors quand même ?

— Non, rassures-toi, il y a tout ce qu’il faut dans le salon. Regarde dans la valise noire qui se trouve derrière le grand canapé.

Je me précipite vers le salon et je trouve la fameuse valise qui me parait lourde. Il y a en effet une très belle robe de soirée noire. Le plus étonnant c’est le manque de décolleté, elle est fermée à la base du cou et descend jusqu’à mes pieds. C’est à peine si le bout de mes chaussures dépasse et encore, ce sont des chaussures à très hauts talons, il va falloir que je fasse attention pour pouvoir marcher avec.
J’ai déjà passé la robe quand je me rends compte qu’il y a des sous-vêtements, une parure complète, soutien gorge, porte-jarretelle, et string ficelle d’un rouge flamboyant, c’est presque dommage de les cachés avec une robe.
Il me faut un certain temps pour me rendre compte que la robe est au moins deux tailles au-dessus de la mienne, j’en fais la remarque à mon mari qui me répond qu’on ne regarde pas quand on vous donne quelque chose.

— Si je comprends bien, la robe, c’est un cadeau et pour le reste ?

Il me regarde en souriant puis, hausse les épaule en ouvrant ses bras.

— Les sous-vêtements sont aussi offerts par un généreux donateur ?

— Tu as tout compris, me souffle mon époux en m’embrassant dans le cou. Je lui ai dit que tu faisais du trente-huit mais il a tenu à ce que tu mettes du quarante.

Il se recule de quelques pas et me regarde pendant que je fais deux tours sur moi-même pour me faire admirer.

— Je ta rassure, même un sac t’irait comme un gant, tu es magnifique dans cette robe.

J’aimerais lui demander qui à offert les vêtements mais j’ai comme dans l’idée qu’il refusera de me répondre, je me dis que j’apprendrai bien assez tôt qui est le responsable. Je suppose que c’est celui qui a organisé la réception où nous allons.
Ce qui m’inquiète un peu, c’est que dans la valise il n’y avait pas que des vêtements. J’y ai vu des pinces, des chaînes, une cravache, un collier de chien et une laisse métallique avec une superbe dragonne en cuir noir. J’ai bien compris que, au cours de cette journée, je risque de me retrouver dans une situation humiliante et je sais déjà que je vais y prendre du plaisir. LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre (ainsi que le chap 11) est disponible pour les abonnés

PRECEDENT ............................................................. SUITE

J’attends vos critiques et commentaires à cette adresse : marsajean49@gmail.com




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de AngeM78
vendredi 4 mars 2016 à 15h21 - par  AngeM78

Moi aussi, j’aime beaucoup cette partie et attends de savoir ce qui se passera à la réception avec celui qui lui a offert ses sous-vêtements sexy et sa robe longue.

Logo de Crabou
samedi 8 août 2015 à 11h28 - par  Crabou

J’aime beaucoup la fin et je suis impatient de savoir ce qui va se passer à la réception.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur