Le mariage

Les débuts d’un couple
vendredi 25 mars 2016
par  marc vautour
popularité : 1%
6 votes

Nathalie était superbe dans sa robe de mariée.
C’est vrai que sa chevelure de rousse et sa peau blanche faisaient apparaitre aux yeux de tous une jolie femme épanouie pour ses 26ans .La robe était longue avec un beau décolleté qui lui remontait ses seins qui, bien que déjà assez gros, paraissaient encore plus ronds .Si on voyait que sa silhouette n’était pas celle d’un mannequin, elle n’était pas non plus grosse disons plutôt ronde .Elle était dans la vie de tous les jours une fille parmi tant d’autres qui n’attirait l’œil que quand elle s’habillait pour sortir en boite. Le reste du temps elle n’était pas de celles qu’on sifflait dans la rue. Par contre ceux qui la connaissaient aimaient bien Nathalie. Mais elle n’arrivait pas à retenir un garçon. Didier, elle l’avait connu lors d’une soirée chez une amie, il ne l’avait pas vue en boite, ils n’étaient jamais sortis ensemble en club .Didier avait 40 ans, divorcé, il n’était là que les fins de semaines et ils avaient pris quelques semaines de vacances ensemble ou dans l’appartement de Didier. Il n’avait donc pas connu la Nathalie des clubs et autres discothèques où elle avait une réputation de fille assez facile à séduire.
Didier travaillait dans une grosse boite de matériel industriel où il avait un très bon poste de commercial et un salaire en conséquence mais éloigné de 200 kilomètres de la ville où habitait Nathalie et ce fut donc tout naturellement quelle donna sa démission pour aller vivre avec son mari… enfin il le serait dans quelques minutes.
C’est au bras de son oncle quelle allait vers la mairie, son père étant décédé, toute souriante mais avec quand même l’angoisse qu’un de ses nombreux amants passager ne fasse pas de réflexion idiote. Parce quelle en voyait des garçons qu’elle avait connus quelques heures sur une banquette de voiture, sur un capot ou dans les toilettes des dancings ! Et certains avaient un sourire en coin qu’elle n’aimait pas trop .Vite finir la mairie et aller ailleurs pour ne plus les voir. Partir aussi de cette ville pour se refaire une virginité toute relative car elle connaissait la méchanceté des gens et comment une réputation pouvait se faire.
Le passage devant le maire fut un peu comme dans un nuage mais qui se souvient de son mariage en détails et quand, en sortant, elle reçut la traditionnelle pluie de riz elle en profita pour accélérer le départ vers la voiture avec Didier à son bras désormais enfin son mari .La voiture mit un temps fou à démarrer, elle voulait partir vite. Elle voyait ces visages et se demandait lequel allait dire le mot quelle redoutait .Mais enfin la voiture démarra et elle se blottit contre son époux comme, pensait-elle, une femme amoureuse devait le faire. Non pas quelle n’aimait pas Didier mais peut être pas autant qu’il aurait fallut pour se marier avec lui mais elle n’était pas idiote et elle savait qu’il était une opportunité quelle ne retrouverait peut être pas facilement.
Quand ils arrivèrent à la salle de restaurant tout alla très vite , les félicitations , les bises aux amis et à la famille mais certains qui vinrent l’embrasser furent quand même très attachés à lui prouver leur contentement, surtout certains hommes, mais elle regardait son mari et il ne semblait pas voir ou remarquer .Et quand son oncle qui l’avait emmenée à la mairie vint l’embrasser presque sur la bouche et lui parla à l’oreille elle eut du mal à ne pas devenir écarlate et en plus il attendait une réponse tout en sachant parfaitement quelle ne dirait pas non .Et Nathalie répondit pas trop fort un :
— Mais bien sûr mon oncle, en espérant que Didier n’avait pas entendu.
Le repas avançait mais Nathalie n’avait pas vraiment faim. On se fait tout un monde de son mariage. Pour une jeune fille c’est le but atteindre le plus beau jour de sa vie , pour elle c’était le jour le plus long .Enfin le gâteau qu’il fallait découper avec son mari .Puis la musique commença et elle sut quelle allait entrer dans le moment quelle redoutait le plus .Danser avec Didier fut plus qu’agréable mais elle allait devoir le laisser pour danser avec les autres et là ça devenait plus compliqué pour elle car elle était la cible de tous ce soir et elle savait que ses réactions étaient épiées .Elle essaya dans un premier temps de ne danser qu’avec certains quelle savait gentils et n’avoir jamais eu avec elle plus qu’une simple amitié mais à un moment il fallut bien accepter ceux quelle évitait .Nathalie réussit pour une fois à ne pas laisser sa nature trop lascive prendre le dessus et si elle dansa avec plusieurs de ses ex amants d’un soir quand arriva le moment de danser avec son tonton ,celui qui l’avait emmenée à la mairie et qui avait remplacé son père elle savait que là elle aurait beaucoup de mal à cacher ses sentiments .En fait cela faisait 8 ans quelle entretenait une relation avec son oncle .Au début très normale puis de plus en plus poussée, surtout sur sa demande à elle, ce qui l’avait beaucoup perturbée mais qui désormais était pour elle un vrai besoin. Jamais il ne lui avait rien demandé, c’est toujours elle qui avait qui avait sous entendu ses désirs et elle savait que là ce soir il allait sûrement lui demander une chose qu’ils avaient envisagée lorsqu’elle avait annoncée son mariage .C’est donc avec un grand sourire mais une boule au ventre quelle vint rejoindre son oncle André. Ils dansèrent très correctement sans parler de choses gênantes mais quand il lui dit :
— Alors pour ton fantasme tu envisages quoi ce soir ?
Nathalie paniqua un peu et cela dut se voir quand même.
— Tu sais c’est pas que j’ai pas très envie mais j’ai quand même peur que ça se remarque et pourtant je te jure que j’ai terriblement envie. Et encore envie le mot est faible .Mais ils sont tous la à me regarder et si je sors il va y avoir toujours quelqu’un pour me suivre. Mais si on peut ça c’est un de mes fantasmes depuis des années .J’imaginais vraiment pas cette journée comme ça. Tu me surveilles et quand tu vois que je sors tu me suis si je suis seule on ira dans un coin discret si tu en as vu un. Surtout que je sens bien que tu bandes mon salaud d’oncle préféré.
Ayant changée de cavalier elle fit encore quelques danses et retrouva son mari. Elle était bien avec lui, elle se sentait bien même si ce quelle envisageait la perturbait et si elle savait quelle aurait du mal à résister à ses envies. Et là les envies elles les avaient. Il fallait quelle trouve un moyen de sortir discrètement et avec sa robe blanche pas facile à faire. Elle se dirigea vers les toilettes, croisa des gens qui bien sûr voulurent lui parler mais enfin elle fut seule et le plus discrètement possible elle sortit du restaurant pour se rendre sur le parking." Vite qu’il se dépêche" on allait sûrement remarquer son absence. Enfin elle le vit arriver Elle avait rêvée à ce moment souvent et à bien d’autres comme celui là le jour de son mariage mais elle savait quelle ne pourrait pas tout réaliser. Elle le prit par la main et le tira dans un coin sombre derrière les voitures et se mit à genoux. Combien de fois avait elle fait ça sur les parkings des discothèques ? Elle ne comptait plus depuis longtemps, mais là c’était très différent, elle était dans sa robe de mariée et elle suçait son oncle à genoux dans les cailloux comme la pire des chiennes en chaleur et elle y mettait une ardeur folle avalant la totalité du membre jusqu’à la glotte, lui massant les couilles avec sa main, se tenant à lui pour éviter de tomber en arrière et elle allait de plus en plus vite .Elle le voulait, elle voulait réaliser ce fantasme il le fallait sinon elle savait quelle en serait dépitée toute sa vie .Elle sentit qu’il gonflait qu’il allait jouir et elle s’empala la gorge au fond et malgré la difficulté quelle avait à chaque fois à avaler une bite entièrement cette fois ci elle voulait qu’il se vide au fond de sa gorge tout au fond .Et lui se laissa aller complètement .Etait-ce la situation, le lieu, le moment, la peur d’être surpris, il ne savait pas mais il y avait longtemps qu’il avait pas joui comme ça et la manière dont il venait de remplir la bouche de sa nièce était sûrement une image qui allait lui rester en tète. Nathalie se releva embrassa son oncle sur la bouche presque timidement et fila en remettant un peu d’ordre dans sa robe, il fallait quelle passe par les toilettes.
En entrant par la porte de service du restaurant elle ne rencontra personne et dans les toilettes non plus ce qui la soulagea. Dans la cabine elle s’essuya elle était complètement trempée, son slip n’avait pas pu absorber toute l’excitation de cette pipe rapide mais terriblement excitante. Elle aurait été frustrée de ne pas avoir pu réaliser au moins ça ce soir même si elle avait honte d’avoir agit ainsi vis à vis de son mari et, alors quelle sortait des toilettes, c’est justement sur lui quelle faillit se cogner.
— J’allais voir si tu allais bien je te voyais plus, avec tout ce stress aujourd’hui je ne voudrais pas que tu me fasses un malaise.
Et sortant un mouchoir de sa poche il essuya un peu de liquide tombé entre les seins de sa femme en lui disant :
— Tu vois tu baves en plus
Et il l’embrassa tendrement, lui prenant la main pour retourner dans la salle où les invités continuaient à faire la fête.
Mais il fallait bien qu’à un moment les jeunes mariés fassent comme il se doit, partir et laisser les invités supputer une soirée de jeunes maries se découvrant.
Nathalie était heureuse d’être enfin mariée, de faire comme les autres filles mais elle se demandait quand même au fond de sa tête si elle ne serait pas poursuivie par son passe. Déjà le fait de ne plus être dans sa ville allait faciliter les choses sûrement.
Ils roulaient en silence, Nathalie ne sachant pas où il avait prévu de finir la soirée, il lui avait juste dit j’ai loué un gite.
Ils arrivèrent bientôt devant une maison au bord d’une rivière, un ancien moulin quelle découvrit dans les phares sûrement superbe en plein jour.
Elle avait hâte de se coucher et aussi de se faire baiser par son mari la pipe faite à son oncle l’ayant beaucoup excitée.
Didier prit les valises dans le coffre et ouvrit la porte.
Quand il alluma elle fut enchantée de voir que l’endroit était magnifique. Une très grande pièce décorée avec une très grande table et un escalier en pierre. Mais elle visiterait ça demain pour le moment elle voulait autre chose.
Suivant son mari elle découvrit la chambre. Un immense lit dans une chambre très vaste toute blanche .
— Je vais fermer, j’arrive.
Nathalie se dépêcha de se déshabiller et se mit nue dans les draps un peu frais en espérant que son désormais mari ne veuille pas dormir de suite.
Une idée subite lui vint et elle se coucha a plat ventre les cuisses grandes écartées repoussant les draps s’exposant nue sur le lit pour lui donner des idées.
Elle l’entendit remonter et écarta encore un peu plus les jambes pour qu’il voie bien l’invitation .
— Ah c’est parfait je vois que tu es prête, messieurs à vous et n’oubliez pas un trou.
Nathalie mit un certain temps à réagir mais en se retournant elle vit plusieurs hommes totalement nus autour du lit.
— Ma chère épouse je sais parfaitement tes goûts et tes fantasmes et je sais qu’une de tes envies était de se faire prendre par plusieurs homme le soir de ton mariage nous allons donc remédier à cela. Il serait ballot qu’après avoir sucé ton oncle ce qui était aussi un de tes fantasmes tu ne réalises pas la suite.
Nathalie voulut se recouvrir avec le drap mais son mari lui retira et vint se pencher à son oreille :
— Ne crains rien nous aurons à parler plus tard mais je sais tout de toi, sur tes besoins tes goûts et tes amusements passés et ça ne me dérange pas bien au contraire alors profite bien de ces bites et donne moi le spectacle d’une épouse heureuse.
Ce disant il lui prit la tête pour la maintenir alors que le garçon le plus proche d’elle lui posait son gland sur les lèvres. C’était bête mais elle n’osait pas, elle qui d’ordinaire était plutôt gourmande des qu’un sexe apparaissait, là devant son mari ce qu’il venait de lui dire la bloquait.
Et puis l’homme poussa, son mari tenant toujours sa tête et elle ouvrit la bouche et comme toujours le contact d’un sexe masculin fit son effet.
Au début elle avalait mécaniquement mais très vite elle suça avec ferveur.
Les autres étaient sur le lit autour d’elle .Ils étaient tous les quatre dans la trentaine mais tous assez bien pourvus .Des doigts commencèrent à la fouiller, à la branler, ses seins étaient palpés, triturés, ses tètons étirés et elle oublia le choc de ce que son mari lui avait dit et elle se lâcha totalement.
Et elle entendit son mari ordonner :
— Surtout n’oubliez pas de l’enculer et si vous jouissez c’est dans sa bouche et elle doit avaler.
Très vite elle fut baisée pendant quelle continuait à sucer goulument mais on la fit changer de position pour pouvoir la sodomiser.
Elle adorait ça et devenait même de plus en plus demandeuse par ce coté, c’est pourquoi quand le premier s’enfonça jusqu’aux couilles elle cria et quand elle sentit des mains écarter ses fesses et son mari dire "vas y éclate lui le cul" elle cassa les reins pour mieux recevoir encore.
Ils se succédaient sans arrêt sur elle, ne la laissant à aucun moment vide de sexe, variant les positions et les combinaisons et bien sûr à un moment elle se retrouva avec un homme dessous, un dessus et chacun de ses trous remplis. Trois en même temps ça c’était vraiment divin elle était aux anges oubliant totalement le reste.
Mais il est toujours plus simple d’avoir la bouche ouverte que le bras tendu et les hommes finirent par se vider dans sa bouche
— Surtout avale
Son mari était là pour surveiller. En général elle adorait ça mais la elle était comme une gamine lors de sa première fois n’osant pas et ce fut la torsion de son téton gauche par l’un des homme qui lui fit avaler le sperme .Elle regrettait presque qu’ils ne fussent pas plus nombreux.
Les 4 ayant épuisés leurs ressources Didier leur sera la main et les raccompagna.
Quand il revint Nathalie était debout :
— Bon je suppose que je dois prendre mes affaires et partir ? Que tu veux plus de moi ?
— La tu te trompes totalement. Si ça avait été le cas je ne serai pas marié vu que je sais ta réputation comme je connais ta relation avec ton oncle et d’autres personnes .Et si ce soir je t’ai organisé cette surprise c’est parce que j’ai su que tu rêvais de ça le soir de ton mariage. Maintenant si ça te choque que ton mari soit au courant et qu’il approuve à toi de voir mais moi là j’ai plus envie de visiter les 3 trous que ces mecs viennent de fourrer que de te virer. Donc soit tu viens de suite me sucer avant de te faire baiser et enculer soit tu pars de suite.
Nathalie était abasourdie et ne bougeait plus comme tétanisée et quand son mari s’approcha d’elle lui roulant une énorme pelle tout en lui fouillant le sexe de ses doigts elle tomba à genoux devant lui et avala son sexe docilement.
Trop excitée par ce qui s’était passé avant Didier ne put se retenir et Nathalie fit en sorte de le vider et surtout de bien tout avaler.
— Tu es parfaite ma femme et là on va dormir un peu on parlera de tout ça demain.
Et quand Didier prit Nathalie dans ses bras une fois la lumière éteinte pour la coller à lui elle pleura en silence .Heureuse mais aussi perturbée mais la fatigue et le stress de cette journée elle sombra.





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur