Despina donne naissance à Chloé

dimanche 5 mai 2013
par  chloe soumise a despina
popularité : 2%
4 votes

Comment commencer à parler du thème le plus intime qui soit. Quelle joie et quelle chance d’avoir trouvé celle qui me manquait depuis toujours, mon âme sœur, mon double, mon autre moi ...
Quel privilège que de pouvoir lui offrir gracieusement ma plus profonde intimité, la perle de mon âme.
Et de reconnaitre en elle ...Ma Destinée.
Il m’est toujours arrivé depuis tout petit, de fantasmer sur le fait que j’étais une fille, ces pensées récurrentes provoquaient un intense plaisir, une subtile excitation, à l’âge où toutes les choses du sexe et de la morale n’ont pas encore entaché la pureté originelle de nos cœurs.
Cette sensation diffuse s’est estompée pour revenir plus tard vers 12 ans, mais à ce moment là, il était impossible de l’exprimer, de même la regarder alors encore moins de l’admettre.
Cette vérité fut totalement refoulée, refusée, condamnée.
Mais cela revenait à cracher sur une partie de moi, peut être même la plus belle, la plus juste et la plus noble qui soit ...ma part féminine.
Vécue comme une partie honteuse dans ce monde de machos, de tordus (et pour cause)..., dans cet environnement de robots conditionnés et inconscients des richesses qu’ils possèdent ...
Et puis je t’ai rencontré .....TOI ...mon Amour, ma merveille, toi qui a tout vu, qui a tout fait, qui a tout exploré et qui ne juge pas, toi qui comprend, qui jouis et qui profite de la vie comme personne, toi mon amour, ma sublime Maîtresse ...
Tout ceci pour introduire le thème ; "ma transformation en femme ".
Quel thème que voilà !! Quelle précision, quel punch !
J’ai failli m’évanouir !!

Mais trêve de bla bla et avec toutes les révérences qui se te sont dues, il est temps de commencer ...

Un jour dans la vie d’un être humain, la naissance .....

"
Bonjour mon amour"
—" bonjour mon cœur"
— C’était bien la danse ma chérie ? Ça c’est bien passé ?
— Oui très bien, je me suis régalée, je suis trop contente, c’était génial ...tu nous sers à boire ?
— mais il est 14 h, tu veux boire quoi ?
— ben je ne sais pas, un whisky, j’ai une nouvelle à t’annoncer. "
Je m’empresse de la satisfaire comme à mon habitude et alors que je lui tends son verre, elle me lâche :
— "je pars tout le tout le week-end avec une amie
— quand ça ?
— tout de suite, je monte prendre un bain et hop...... Je disparais
— mais qu’est ce qui te prend, c’est pas cool, tu aurais pu m’avertir avant... tu rentres et tu me dis que tu me plante la dans 2 heures. Avec qui tu pars ? "
— "Tu ne la connais pas, d’ailleurs moi non plus, je ne la connais pas. Ecoutes moi bien mon trésor, tu es la chose que j’aime le plus au monde, mais la pendant 4 jours et 4 nuits, je ne veux plus entendre parler de toi, tu comprends ? Je ne veux plus te voir, je coupe mon téléphone, tu fais de même et tu arrêtes de poser des questions. ...ok ?! "
— mais tu es folle ? Je comprends rien, tu me fais quoi là ? Je comprends pas et puis pourquoi tu veux que je coupe mon téléphone, c’est hors de question, je dois rester joignable par le bureau et puis t’as raison, tu n’as qu’à faire ce que tu veux ..."
L’incompréhension et le désarroi m’envahissant, la colère commençait à monter sensiblement...
Tu restes stoïque et sûre de toi, et très calmement tu me dis
— "Ou la là ça commence mal mon chéri. Le bureau est au courant, ils ne t’attendent pas. Tu es à moi 4 jours et 4 nuits complets, donc tu vas couper ton téléphone et tu vas te plonger dans un profond coma duquel tu ne sortiras que dans 4 jours ..."
Tu me fais un immense sourire coiffé de tes dents parfaites et blanches et tu laisses s’échapper
— "si Dieu veux ......."
Je ne comprenais rien mais j’essayais seulement de saisir si c’était bon ou mauvais, j’étais vraiment perdu, le doute planait et je ne l’avais jamais vu comme ça ...
Tu réfléchies et tu dis
— " donne-moi 3 lettres ! "
J’hésite un instant et je lâche sans réfléchir …
— " H .........L ........................et ........... O "

Je te vois les yeux au ciel dans le vague, comme cherchant l’inspiration et tout en songeant à ces 3 lettres, tu me plantes là direction la douche ...`

Je suis en bas avec mon verre à la main et j’essai de comprendre si je dois m’énerver ou accepter ...
Quand tout à coup....
— " Chloé
— quoi Chloé ?
— je pars avec Chloé
— qui c’est celle là ??? ......."
Abasourdie, je comprends en un éclair ....

Elle part avec Chloé et ...
Chloé c’est moi ....
— "viens voir mon chérie, je vais t’expliquer "
Alors que je gravis les marches, je t’imagine souriant dans ton bain .....Je monte, je rentre dans la salle de bain et comme à chaque fois que je te vois nue, je ne peux m’empêcher de me dire que tu es sublime et que j’ai vraiment de la chance d’avoir une femme comme toi ..
Je te souris, tu fais de même et je te dis avec un grand sourire :" t’es folle"

— "tu ne crois pas si bien dire et toi aussi tu vas devenir folle ma pauvre fille, je présume que tu as compris mais tu ne sais pas ce qui t’attends réellement "

Puis tu me dis :
— " puisque tu es déjà douché, rasé, mets la cage de chasteté, à partir de toute de suite, je prends le, contrôle totale et absolue"

Je m’affaire à installer le truc, m’approche de toi, tu clic le cadenas et tu me regardes
— "Ne t’inquiètes pas c’est provisoire, tu vas rester tout nu pour le moment. Descend m’attendre dans le salon ..."

Tu me rejoins habillée de ta robe noir dos nu, bas, sandalettes repettos noires, parfumée, coiffée, maquillée impeccable, épilée, ta peau est douce et soyeuse, brillante, tes lèvres sont rouges, et ta posture est parfaite.
Je suis en transe, ma cage se redresse difficilement ...
— "je t’ai dis que c’était provisoire, mais je ne t’ai pas dit pour autant que tu allais me baiser et encore moins jouir"
Je suis assis, sur le canapé
— "lève-toi ! "
Tu me tournes autour, tu me regardes, tu m’inspectes, tu me touche, me tire les poils, me titille, la cage, me claque les fesses et tu lance dans un soupir ...
—" y a du travaille n’est ce pas ma chéri !?"
Je me mis à rire.
Ce petit rictus sembla te contrarier puisqu’en t’approchant doucement de mon oreille mais avec une assurance et un regard qui ne trompaient pas, tu chuchotas
— " dorénavant et pendant 4 jours, c’est OUI Maîtresse quand on est en séance ou OUI Madame quand tu me sers de domestique ...
Tout en attrapant mon paquet pendant et en serrant un peu ....
— ."Alors ?"
Ce fut un
— "oui Maîtresse" instantané
— "Ok, prend nos verre et monte."
— "D’abord on va te raser, t’épiler, et te rendre douce, allez !!! En position, exécution ! "
Une heure après, le changement est bluffant ...je ne me reconnais pas et me toucher m’excite, ma peau est lisse, je parais beaucoup plus mince, plus androgyne ...
Je me sens très excité et extrêmement mal à l’aise ...
Tu rigoles et tu lances...
— "bonjour Chloé
— bonjour maitresse
— et si on faisait connaissance afin que je puisse débuter ton éducation, qu’est ce qu’il y a, ça ne va pas ?
— Je le vis un peu mal, j’ai l’impression que c’est mon souhait et non le tiens, que tu le fais pour me faire plaisir...
— Tais toi petite idiote, Il est trop tard pour reculer ma petite chienne, oui à la base c’est une idée de toi c’est vrai mais aujourd’hui, la situation t’échappe, parce que c’est devenu MON souhait et que mes souhaits sont plus important que tout, que je parviens toujours à ce que je veux et je ne te veux plus homme pour le moment, je te veux TOI belle Chloé, féminine comme l’est le cœur de mon homme tant aimé mais je te veux docile et soumise, sexy ,frustrée, dévouée et volcanique mais surtout ultra réaliste, et c’est à ça que nous allons nous employer au cours de cette formation, je veux pouvoir m’y méprendre et pour finir, je te veux en objet de désir qui jamais ne dit non et qui ne demande rien pour elle quoi ... Ma pute. Oui c’est ça je veux être ton Mac et je veux que tu sois ma pute..."
Voyant que j’étais pour le moins mitigé aux vus de l’énoncé de la question elle s’empressa de continuer.

— " Allez ma chérie, tu l’as tant espéré, ton vœux se réalise enfin, c’est la loi d’attraction, tu n’y changeras rien, de grès ou de force, Chloé va prendre vie sous mes doigts de Déesse créatrice et tu n’y changeras rien, l’univers est en marche ...
— Assure, je suis mort de trouille
— alors je répète.... "
Tu me regardes fixement et tu dis
— "c’est OUI Maîtresse et pas "assure" et si tu dois t’exprimer, tu prends l’habitude ...c’est au féminin, tu disais quoi ?
— je suis morte de trouille.
— Maîtresse !!! Après chaque phrase tu ponctues en disant Maitresse ou madame, Je ne suis pas ta copine, enregistre bien ! Je te forme, je te créée, je te façonne, un respect et une discipline absolue sont nécessaire. Chaque fin de phrase doit impérativement se terminer par Maîtresse ou Madame, n’oublie pas, sinon ce qui risque de t’arriver ne te fera pas beaucoup rigoler, car moi, je ne rigole pas ..."
Puis après un temps de réflexion ...
—" mais c’est bien, ne t’inquiètes pas tu vas voir, ça fait 35 ans que je suis une femme, je ne suis pas morte. Tu vas te sécher et te lisser les cheveux avec ce produit, je te veux bien pute en apparence mais très distinguée et très bien élevée ...un peu sainte ni touche mais gourmande quand même, tu saisis, l’ambigüité ?
Allez ma chérie, sois raisonnable, au travaille !!! "

Ma bite était devenue toute molle, signe qu’elle avait gagné, que j’étais devenu incapable de résister à ses désirs, à ses idées merveilleusement maléfiques et la magie de son intuition aiguisée.
Quand je redescendais, mes cheveux étaient lisses, raides, elle était sur internet sur je ne sais quel site inspirant sa libido, elle me dit : "remonte va te mettre ce string, et ces bas et habille toi en homme par dessus nous sortons ...
— Mais Maîtresse, je me suis coiffé.
— Et alors, pris pour ne rencontrer personne, On va faire du shopping. "

Ma Maitresse conduisait et j’étais passagère. Le string et la cage me dérangeaient et je n’arrêtais pas de me tortiller
— assieds toi comme une femme, trouve une position féminine et gracieuse et arrête de gesticuler "
Je me posais sur une fesse et je croisais les jambes
— " Mets tes deux main sur ton genoux et tiens toi droite
— Oui Maîtresse.
— la c’est oui Madame idiote ... Tu vas comprendre ou pas ?
— oui Madame.
— on va aller t’acheter du maquillage, tu demanderas à la vendeuse ce qu’elle pense qui est le mieux pour ton teint et pour tes yeux ...
— mais Madame, c’est très dure de faire ça pour moi, j’ai trop honte
— tu es une femme Chloé, tu dois l’accepter, ta formation a commencé et elle doit être cérébrale avant tout, ton corps n’est que le reflet de ton âme, je vais faire de toi une femme, pas un sac vide, tu dois t’y soumettre, je suis la pour te transformer, pour te formater et révéler la belle Chloé qui dors depuis trop longtemps, fais moi confiance, tout ira bien, tu es à moi, tu es ma propriété intime et exclusive, tu es ma poupée, mon jouet, ma disciple, tu dois me faire confiance absolue, parce que tu es ma création, c’est moi qui ai sauver ta virilité quand je t’ai recueilli après tes déboires sentimentaux, ta libido, ta confiance en toi et ta virilité en avaient pris un coup te souviens de l’état dans l’état dans lequel tu étais ? L’homme que tu es m’appartient, ainsi que sa virilité et j’en fais ce que j’en veux. Elle m’appartient, j’en fais ce que j’en veux, et pour l’instant, tu n’es personne d’autre que Chloé ma salope, ma pute encagée et obéissante ...on est d’accord ?
— oui Madame "
Sa tirade m’avait excité à mort ... Ma cage allait exploser, et j’étais définitivement suffoquant dans les mailles de son filet, j’avais trop parlé, elle savait trop de moi, elle me tenait et ça me rendait fou j’aurai pu jouir sur place sans me toucher rien qu’au son de sa voix .....

L’épisode du maquillage n’est pas d’un grand intérêt si ce n’est le petit jeu de regard entre Maîtresse et la vendeuse. Il semblait même qu’elle avait tout compris et pire que ça, un certain jeu de séduction subtile et une certaine complicité semblèrent s’installer très vite ...

De retour à la maison, il était 19h30, ma Maîtresse me demanda de lui préparer un repas vêtu uniquement de ma cage et d’un petit tablier en dentelle, elle disparu dans la chambre pendant un long moment ...
— "quand tu auras fini, tu montera ma petite biche, on va passer aux choses sérieuses "
— Oui Madame."
La porte était fermée, je tapais ...
— "Entrez mademoiselle Chloé...
Maitresse avait disposé quelques babioles un peu partout, des chaussures et des tenues de femme grande taille, des bas, des dessous, du maquillage, des crèmes, des sextoys en tout genre ...
Mais ce qui reteint le plus mon attention furent ces 2 objets ...

Le premier
Une culotte vagin pénétrable V string qui recouvrerai totalement ma virilité et me transformerai en femelle.

Le second
Une paire de faux seins 100 D à bretelle qui provoquerai une posture et une silhouette réaliste à ma condition de soubrette a gros seins

Ces deux objets étaient posés sur le lit, bien en vue, alors que tout le reste était éparpillé.
J’étais transit de peur en pensant à ce qui m’attendait et en même temps dans un état d’excitation qui aurait pu me procurer un arrêt cardiaque, j’étais au bord des larmes, et je dus m’assoir un instant sur le lit.
— Tu n’es pas contente Chloé ?
Ce prénom commençait à raisonner dans ma tête comme un lavage de cerveau et la déstabilisation était bien réelle
— oui Maîtresse, mais ça craint ....
— comment ça, ça craint, qu’est ce que tu t’exprimes mal !!Tu assume où tu n’assumes pas. Ou tu te décides à vivre ce qui t’habite ou tu reste un pauvre ringard conformiste avec ses masques à deux balles et ses frustrations névrotiques ... ....... Ne te pose pas de questions ma Chloé, tu verras et puis j’en ai très très envie et tu es ma soumise n’est ce pas ? Pour 4 jours nous avons dit, n’est ce pas Chloé ?
— oui Maîtresse
— alors c’est bien, tu vois ? Ca rentre ... Et sans jeu de mots" Dit elle en souriant,
— c’est bien belle esclave, tu as capté tout de suite la transition, nous sommes en séance à partir de maintenant, alors je vais te mettre ton collier. À genoux !

Je m’agenouillais avec toujours ma cage et mon tablier de dentelle et « Despina », comme elle se faisait lors de nos délires D/s, cette femme qui me tenait de ses griffes, celle qui était devenu ma nourriture quotidienne me passa le collier autour du coup.

— "Alors je vais t’expliquer à quoi servent tous ces objets, tu te documentera grâce au prospectus sur la culotte vagin en silicone pour savoir comment cela fonctionne, mais rien qu’avec les photos, une petite chaudasse impénitente comme toi devrait vite comprendre.
La culotte vagin en silicone est une parfaite réplique ultra réaliste aussi bien a la vue qu’au touché du sexe de la femelle. Elle dissimule et immobilise les organes du mâle et le transforme en véritable femme dépourvu de phallus et uniquement destiné à être pénétrée ....
Pour le reste c’est assez simple et bien sur des grosses miches de trainée et ta cage de chasteté que nous avons acheté mais que Mr ne veux jamais porter parce que cela le dérange … c’est terminer ne t’avise plus jamais de me dire non, j’ai lu que c’était l’outil indispensable pour te maintenir bien frustré et impuissant et t’ôter toute réaction de rébellion.
Pour 4 jours, tu es Chloé ma soumise, tu vas porter tes mamelles en permanence et la culotte vagin en permanence, tu ne l’enlève que pour ta toilettes que je ferai moi même afin d’être sur que ne te procure aucune stimulation et également pour tes besoins animaux durant les quelles je serai toujours présente... Tu demanderas mon autorisation à chaque fois...c’est compris ?
— oui Maîtresse.
— À la moindre rébellion, au moindre sursaut de masculinité, tu quitteras tes prothèses et tu porteras la cage longue durée, le temps que je déciderai ... cela risque d’être très long, parce que je me suis acheté un nouveau gode et je dois dire que la technologie fait vraiment des miracles ... Quelle extase ! Tu comprends soubrette ? J’ai de quoi me passer de toi quelques temps ... "
Elle jubilait, elle savait qu’elle avait dans ces mains toute l’histoire du monde et des relations homme/femme et qu’elle vengeait symboliquement les infinies exactions masculines perpétrées au cours de l’humanité à l’égard des femmes ...
— " tu veux être une femme ? Tu vas voir ce que c’est ..."

J’étais coincé, pour rien au monde je ne raterai cette occasion de week-end rêvé avec ma Maitresse, mais qu’avait elle derrière la tête, jusqu’où irait elle ?
Elle m’avait dit de lui faire confiance, j’allais chercher toute ma motivation et mon amour de soumis pour passer outre la peur et lui dire en baissant les yeux ...
— "OUI Maîtresse
— je suis fière de toi, tu es à la hauteur de ta Maîtresse, téméraire et aventurière la, Chloé une petite trainée en devenir prête à tout pour obéir à sa Maîtresse, dorénavant, tu penses femme, tu ris femme, tu bouge femme, tu parle femme et tu jouis femme ...
Habille toi et rejoins moi, nous allons manger" elle me tend une boite dans laquelle il y avait une robe noire, un string noir, des bas coutures et une paire de boucles d’oreilles à clip. Tes chaussures seront derrière la porte quand tu sortiras, fais toi belle pour ta maîtresse, que je m’amuse un petit peu avec toi ce soir, et mets les prothèses, ça commence tout de suite !...."
— "oui Maîtresse " ........
Une fois prêt, ou plutôt prête, je me postais devant le miroir et je me trouvais ridicule, mais excité à en perdre la tête, j’avais envie de voir Chloé dans des poses outrageuses, je voulais me faire baiser, humilier, complètement retourner la tête par ces sensations rêvées si douce mais si sauvage et qui allient vulgarité et volupté.
J’étais grande et instable sur mes talons, ma poitrine énorme et lourde me tirait en avant, mon sexe n’avait jamais été aussi timide et avait de toute façon été totalement absorbé et digéré par cette culotte vagin.
Le seul accès que cette invention démoniaque autorisait était dirigé vers mon petit trou. Ce qui dorénavant serait l’organe sexuel exclusif de Chloé, autrement dit, Ma chatte ...
Je descendis comme ça, en titubant sur mes échasses, extrêmement honteux mais à la fois sublimement heureuse.
Maîtresse se leva, s’approcha de moi et posa directement sa main sur mon entre jambe...
— "Petite salope, tu es toute mouillée, et tes lèvres sont douces et goulue, tu risque d’avoir des problèmes avec les hommes dans la rue"
Je voulais dire :"arrête" quand je me souvins ce qu’elle avait dit à propos de là cage longue durée... Je baissais les yeux ...
— "C’est bien ma chérie .... On passe à table ?"

Ce qui se passa, fut un long échange entre les deux femmes ... enfin, entre la femme et son apprentie. Entre celle qui savait et celle qui rêvait, entre celle qui avait fait et celle qui allait apprendre, entre celle qui allait lever la baguette et celle qui allait devoir bomber là croupe et subir les outrages, entre celle qui resterai digne et inflexible et celle qui allait sentir le poids de ses lourdes mamelles pendante se balancer au bout de la laisse, entre celle qui allait mater et diriger et celle qui allait attendre et sentir le regard dévorant de sa Maîtresse se poser sur son cul de trainée, entre celle qui allait désirer et celle qui allait exécuter, entre celle qui allait prendre et celle qui serait prise. Entre la Dame et la traînée ...
Chloé était née, il ne manquait plus qu’a l’éduquer et abuser d’elle a loisir, elle n’existait que pour cela, permettre a sa maitresse de s’amuser, d’extérioriser sa divine rancune envers l’homme et assouvir sa soif incommensurable de sexe au féminin dans la plus stricts légitimité.
Après cette longue discussion, ma Maîtresse qui était fatigué lança contre toute attente.

— "c’était un soir de briefing ma chérie, demain, il, fera jour, on te fera les ongles, les cils, on fignolera tout ça, je vais faire de toi ma garce du corps, tu vas devenir la plus belle et la plus obéissante des soumises, je vais faire de toi ma compagne rêvée, ma femme, ma protégée et mon souffre douleur, ma propriété... mais pour le moment, je suis fatiguée, on va aller se coucher, tu vas aller dormir bien sagement ... J’aimerai bien te faire jouir, tu as étais si mignonne mais je dois perdre cette habitude, car tu le sais, si tu jouis, cela risque de contrecarrer mes plans et de multiples surprises t’attendent les jours à venir, tu va avoir besoin de toute ta dévotion, de ton courage et ton adoration pour ta Maîtresse. Pour ce qui est du couchage, on dort ensemble, tu es ma femme après tout, ne sommes nous pas un couple lesbien ? Mais attention, à la moindre maladresse ou intrusion, cela te coûtera TRÈS ...TRÈS ... Chère, allez tourne toi petite chienne, bonne nuit"
Sans piper mot et dans un soupire d’amour et de gratitude ....
— bonne nuit Maîtresse adorée "
Elle se blottit contre moi posant sa main sur mes hanches et elle me glissa un merveilleux ...
— "je t’aime mon amour."
Cette phrase anodine semble t il venait de sceller définitivement l’existence de Chloé à la mienne et avec la plus pure sincérité qu’il soit donné à l’être humain, je lui rétorquais ...
— "moi aussi mon trésor"...
Le sommeil fut très dur à venir ce soir là, l’excitation était inhumaine et elle l’avait compris, c’était la clef de tout et grâce à ce pouvoir, elle allait fabriquer cette cendrillon lubrique qui sommeil en moi depuis toujours, j’étais dans un autre monde, dans un autre temps, dans un autre corps ...
Maîtresse avait tout balayé, tout mis en place, il n’y avait plus personne d’autre qu’une certaine Chloé.
Prisonnière volontaire de la perversion de ma femme ... Prisonnière volontaire de ma folie,
Prisonnière o combien libre d’être ce qu’elle voulait être
Libre d’être ta pute, ta soumise, ta copine dans la vie et au lit, libre de prendre ta main, pour qu’enfin tu me mettes sur le chemin ....

Même si j’écris et poste, je ne revendique en rien ce travail, car c’est à sa demande que je l’ai mis en ligne. Il est à la base sa propriété intime et exclusive. C’est avec grand plaisir et honneur que je le fais partager et c’est dans son infini générosité qu’elle me le permit.
Elle est la créatrice toute puissante de mon être et de mon inspiration. Tout ce qui est écrit ici, est romancé en une histoire mais inspiré de faits réels et d’ambiances de vie bien présentes. Si ce récit vous plaisait faites-le lui savoir afin qu’elle veuille bien en partager d’autres




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Despina donne naissance à Chloé

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur