Le bonheur de Francine 3

Chapitres 7 à 12
vendredi 6 juin 2008
par  alab
popularité : 1%
3 votes

7

Le nouvel an

On a fait comme on se l’était promis….Nous avons tout les deux accepté les envies de l’autre.

Cela fait 3 mois que nous vivons ensemble et si le premier mois a été une fête, je patauge, il s’ennuie, je le sens, je le vois….

Nous sommes tombés dans le banal, dans le quotidien et cela mine notre relation….D’ailleurs je m’ennuie aussi….Je ne trouve plus cette flamme des premiers instants….

Cela ne veux pas dire que comme femelle je n’y trouve pas mon compte….Il prend soin de moi, j’ai mon lot de fessées, il me baise, m’encule, me suce et de temps en temps, il retrouve ses accents de dominateur et me fait crier comme je le craignais et comme je l’ai aimé, à l’époque…Mais cela n’arrive plus très souvent, hélas….

Ces derniers temps, il oublie même le chemin de mon cul !!

Igor est un amant infatigable, mais qui ressemble à un médicament !!

J’ai changé, n’est ce pas !!....

J’ai beau me creuser la tête, faisant abstraction de ce qu’il s’ingénie à faire pour moi ; concerts, théâtre, voyages… : le courant passe, mais à basse tension…

Il n’ya plus qu’une solution !

Je veux retrouver cette flamme, cette torsion dans mon ventre qui me nouait les ovaires…Il est plus que temps : je ne peux plus me tromper : je vais avoir à Noel, mes 45 ans !!....

Voilà, nous allons fêter Noel, avec 2 couple d’amis, chez nous….Le traiteur a tout livré et nos amis doivent se changer dans leurs chambres….Tout est prêt, je m’en suis assurée, il ne manque que moi et je serais la dernière, j’attendrais qu’on m’appelle….

Je tremble…Si je me suis trompée, ce sera ma faute…..

Voilà, on m’appelle….et je m’avance, j’ouvre la porte, frémissante, ardente……

Dans le silence que trouble une petite musique, je ne vois que lui, assis sur le bras d’un fauteuil …..

J’ai choisi la robe longue et noire qu’il m’a offerte pour cette soirée de sinistre mémoire…Je suis bien entendue nue dessous….Je m’avance et dans le silence obstiné qui règne….au son de cette bête musique, je fais glisser la robe à mes pieds…..Je suis nue, totalement nue…..

Je n’entends que vaguement les souffles de stupéfaction de nos amis….Je m’agenouille à ses pieds, reprenant la position de soumission, en levant le cul sur mes cuisses tendues…..

— Je suis ton cadeau, mon Maitre !!.....Je te suis soumise et je te prie de m’accepter !!

Dans le silence total qui s’est fait, maintenant, je ne le vois plus, je l’entends simplement aller, venir…..Je souris…..Une cravache effleure mes reins…. il parle, sa voix est rauque….

— Je t’accepte et je te prends comme soumise…..totalement soumise….

Tout est dit……………..

8

Le bonheur de Francine

Je tremble, nue devant mon Maitre…J’entends avec bonheur la phrase rituelle….et puis :

— Relève-toi ma jolie chienne….Va te faire belle et revient nous servir….

Je m’éclipse en laissant Jean s’expliquer avec nos amis qui déjà le pressent de questions, j’en ris toute seule…Je me sens bien….

Je remets mes anneaux en me contorsionnant un peu….les trois, sans aucune difficulté…Il ne reste plus qu’à accentuer le rouge de mes lèvres, de passer et d’attacher mes bas à un superbe serre taille (qui s’il affine ma taille, fait admirablement ressortir mes fesses) et de choisir une paire de hauts talons….

Dans le salon, ils me regardent avec une certaine admiration ( ?)…me pressent de questions…

Je me tourne vers lui….

— Je t’autorise à répondre, esclave….

J’explique en phrases courtes ce que j’ai ressenti, ce que je ressens maintenant, l’ardente nécessité de ce choix que j’ai fait…. Je sers le champagne en même temps…

Jean explique mes anneaux, mon ventre épilé, ma servitude, notre histoire…

Il n’est pas difficile de voir que les deux hommes bandent : la bosse de leur pantalon de smoking est assez parlante…

Les femmes ?...Leur réaction, outrée d’abord, devient plus nuancée à mesure que j’explique…

Est-ce une lueur d’envie que je distingue dans leurs yeux ?

Jean leur montre mes photos…..Il y a 18 mois de ça !!....Attachée, hurlant de douleur, prise par Igor, aux pieds de mon Maitre, lui suçant les orteils, sa belle bite enfoncée dans ma bouche….Elles passent de main en main, ils me regardent pour se persuader qu’il s’agit bien de la même personne !

Clara, la plus coquine….effleure mes anneaux….Je me tends en l’appelant au secours du regard.

— Je vous la prête pour ce soir….si vous avez envie d’elle…..me sourit Jean….

Clara insiste et tire à petits coups sur mon clito…Je feule en me tendant….Lise me tire les 2 anneaux des seins….

— C’est fou, la longueur de tes tétons !...elle les touche…..Si durs !!...Je ne me doutais pas que tu étais si belle…Quels beaux seins !!

— Et ce clito !...murmure Clara qui est à genoux devant moi…Enorme !...Ce que tu jutes dès que je le touche !!...

Si ça continue, je vais croire qu’elles sont mures pour la soumission, elles aussi…

Conciliabule des hommes…Ils parlent à voix basse à Jean qui hoche la tête.

Impassible, mais si heureuse, je sers le buffet, dispose les assiettes….Le feu ronfle dans la cheminée…

— Je désire que tu suces nos deux amis …..

— Bien Maitre !

— C’est aussi simple que ça ?...s’exclame Lise….qui me regarde dézipper les pantalons, et sortir délicatement les deux bites et leurs attributs…Jolies bites d’ailleurs, presque comme la sienne, dont le contact avec mes doigts fins accentue la raideur…

Il faut bien commencer et je choisis Paul…le fait asseoir sur le bras d’un fauteuil…et commence mon office…J’ai amélioré ma technique, je pourrais retarder sa jouissance, mais cela est « réservé » à mon Maitre….En 2 mn, il se rend en criant et me donne un bon sperme chaud et bien épais que je bois avec reconnaissance….

Sa femme qui m’a observé de près, me regarde, effarée, recueillir au bout de ma langue la dernière goutte que ma main qui presse sa bite fait arriver et me lécher les lèvres…

— C’est fou !!....râle-t-elle…

Dans un élan, elle s’agenouille près de moi et me prend la bouche dans un baiser sanglot…Je lui donne le gout du sperme de son mari qui commente, haletant encore….

— Il ya longtemps que tu ne m’as pas sucé, Lise….Et de cette façon, jamais !!....

Lise baisse la tête….

Au tour de Charles qui me caresse les cheveux, qui se tend quand je le prends dans ma bouche, qui veut gouter ma gorge…ou je l’enfonce pour le branler tout au fond, mes lèvres collées à son ventre….Lui se rend aussitôt…me donne plus de sperme que Paul….Je le bois comme l’autre, et Clara vient prendre dans ma bouche sa part…..Elle interroge du regard son mari…

— Ta bouche est bonne, ma chérie….Mais être sucé au fond de sa gorge, c’est inoubliable !

L’atmosphère devient électrique….

La première, Lise est nue….Clara l’imite…Toutes les deux s’agenouillent devant leurs hommes et suavement, l’une suce les couilles et l’autre prend la bite molle entièrement dans sa bouche….

Jean a fait entrer Igor qui contemple la scène en remuant la queue…

Je suis contre Jean, lui sourit…Il prend ma bouche en murmurant à mon oreille…

— Tu m’as fait le plus beau de tous les cadeaux, ma chérie….

Je lui donne ma langue, le gout des autres à qui il m’a donnée….Je suis heureuse à un point !!...Mon cœur bat comme il n’a pas battu depuis longtemps !....Je ne me suis pas trompée !!!....Dire que je viens d’être « prêtée » !!...Et que j’en suis ravie !!!

Je n’ai jamais fait l’amour à une femme, mais les corps de mes amies sont beaux et les voir sucer les rapproche de moi…Les hommes me regardent par-dessus elles, je crois qu’ils rebandent.

Elles se relèvent, assez fières d’elles, caressant et branlant légèrement les bites qu’elles ont fait se retendre.

Lise s’exclame…..

— Le chien !.....Igor est là !!.....Regardez !!!

Igor est devant moi, me lèche avec l’application qu’il met quand je jute autant….Je me tiens à l’épaule de Jean, des étoiles…..le ventre tendu, offerte…

— Tu peux jouir !...me souffle-t-il….

Je me laisse aller et je feule en exhalant mon plaisir, je jouis…Il y a si longtemps que je n’avais joui comme ça !!.....

Le pauvre Igor bande comme un fou et contemple les femmes nues qui le regardent fascinées par son érection…Il hume l’air, s’avance vers Lise, le museau se faufile sous le ventre, la langue sort, la lèche….Lise crie, paralysée, regarde partout, comme affolée, ouvre les jambes… LIRE LA SUITE

PRECEDENT................................................ SUITE

L’intégralité de ce récit est disponible dans la zone abonnés




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur