Ma femme 4

dimanche 18 novembre 2012
par  sirdick
popularité : 1%
3 votes

Une dizaine de jours s’était écoulés quand Maitre Philippe nous rappela , le rendez-vous pour le vendredi suivant était pris mais cette fois-ci pas chez lui.
Il demandait que Laure soit nue sous un manteau et qu’elle ait des talons aiguille. Il n’en dit pas plus .

Nous fîmes comme il avait dit et on se rendit à l’adresse indiquée .

Je pense que cela devait être un club privé car il n’y avait pas d’enseigne, c’était une grosse porte avec un judas . On actionna le marteau et quelques secondes plus tard le judas s’ouvrit , je vis le visage d’une femme elle nous demanda qui nous étions et je lui répondis que maitre Philippe nous attendait.

La grosse porte s’ouvrait automatiquement et je fis entrer Laure en premier .Une fois à l’intérieur je regardai le visage de Laure , elle avait l’air inquiet car la fille qui nous a fait entée était vêtue de cuir de la tête au pieds et seul son visage apparaissait. Elle nous demanda nos manteaux. Laure hésita et le femme lui dit : " Là où vous allez vous n’en aurez pas besoin". Ma femme défit son manteau et le lui donna , elle était nue perchée sur ses talons aiguille et ne portait que son collier

— Il y a de beau reste lui dit -elle

Puis elle ouvrit une porte qui donnait sur un escalier, elle passa devant tenant la laisse de Laure. Une fois en bas dans la pénombre je vis Philippe qui nous attendaient .

La femme lui donna la laisse dans les mains , il dit à Laure qu’elle était ravissante vêtue que son collier et il me dit que je n’avais pas à m’inquiéter j’avais juste à regarder.

On entra dans une grande pièce , il y avait une lumière tamisée , quatre grands canapés étaient disposés en carré et au centre de ce carré il y avait un plateau rond d’environ deux mètres de diamètre et une lumière plus vive qui l’éclairait .
Le maitre plaça Laure au milieu du cercle, du temps je trouvais une place sur un des canapé où se trouvait déjà une femme et deux hommes .

Philippe expliqua les règles du jeu

— Seulement cinq Maitres pourront profiter de l’esclave, ils auront chacun dix minutes et doivent être soft quand à la manipulation , pour le reste vous faites comme vous voulez . Qui veut commencer ? 

Un maitre se leva et prit dans ses mains la laisse que tenait Philippe, il avait environ la cinquantaine et il portait un pantalon de ville noir avec une chemise noire aussi . A ce moment le plateau se mit à tourner doucement sur lui-même , ainsi chacun pouvait à un moment ou un voir ce qui se passait .

Il demanda à deux soumis de ramener au centre un cadre de métal grillagé et il leur demanda d’attacher Laure à ce cadre . La prenant de chaque côté ils la soulevèrent, lui attachèrent les poignets avec des menottes et ils firent pareil pour les chevilles en lui écartant bien les jambes puis ils mirent deux cales de bois afin que ses pieds puissent reposer dessus .

Les deux esclaves se tenaient de chaque côté bras croisés en attendant un nouvel ordre .

Tous deux étaient vêtus d’un short en cuir qui avait un trou au niveau de leur sexe qui sortait et était bagué et tenu droit par une chainette ; Ils portaient une cagoule de cuir et deux bretelle croisées reliées au short . Dans leur dos ils avaient un carcan dans lequel il y avait des accessoires . Le maitre posa la main sur le visage de ma femme et descendit doucement , sa main suivait les formes de son corps et arrivée au sexe s’arrêta. iL demanda à un des soumis de lui donner le vibromasseur, l’engin était gros et l’on pouvait en entendre la vibration .

Il le plaça directement sur son sexe et la branla avec , très vite Laure se miT à onduler sur sa grille. Il sentait en elle monter sa jouissance. Il confia le vibro à un des esclaves qui ne cessa de la caresser avec .
Il demanda au deuxième de lui passer un gode. Il sortit de son carcan un sexe noir de grosse taille et d’une longueur impressionnante , il l’approcha prés de sa grotte humide et y enfonça juste la tête et quand le gland disparu à l’intérieure il lui enfonça d’un coup .

Elle ouvrit ses yeux en grand et cria de surprise , une fois le god entré à fond il le confia au deuxième esclave .
IL lui ordonna de faire des va et viens , d’abord lents et puis de plus en plus vite .
Il ne fallut pas longtemps à ma femme pour crier sa jouissance et le supplice dura au moins six bonne minutes , puis il arrêta. Les deux sbires rangèrent le matériel. Il laissa Laure récupérer et lui demanda si cela lui avait plu .

— Oui maitre vous m’avez comblée, lui fit-elle .

Ils la décrochèrent de son cadre et avant qu’ils ne partent le maitre demanda à Laure de les remercier . Les deux hommes se tenaient devant elle bras croisés et le maitre murmura à son oreille quelque chose et aussitôt elle prit dans chacune de ses mains les bites qui tendues. Elle les branla et leur bites commencèrent à grossir. L’anneau qu’ils avaient autour du gland étranglait celui-ci et la douleur pouvait se lire sur leur visage .

Le maitre lui dit d’arrêter et lui de contempler son œuvre .
Elle voyait deux bites gonflées avec des glands violacés .

— Embrasse leur bite, lui dit-il

Laure s’agenouilla et déposa un baiser appuyer sur leur gland , ils firent la grimace tant cela devait être sensible .Puis il leur dit de partir avec le matériel .

Il releva ma femme, prit la laisse dans sa main et demanda à qui le tour .

Une femme vêtue d’une jupe courte en cuir noir avec des bottes et d’un corset les seins nus , brune, cheveux long et un maquillage très sombre tenant dans sa main une cravache dont l’extrémité était plate et la poignée en forme de phallus se présenta et prit dans sa main la laisse que lui tendait le maitre .

Elle demanda à un des soumis de ramener un pouf .

IL le plaça au centre du cercle , et en guise de remerciement elle donna un coup de cravache sur sa queue , il remercia la maitresse et partit .

Et croyez moi le type dut serrer les dents pour ne pas crier.

Elle fit mettre à genoux ma femme et posa son ventre sur le pouf .
Puis elle mit un bracelet de cuir à chacun des poignets de Laure, lui tira les bras pour qu’ils soient tendus vers l’avant et accrocha ses poignets à des chaines qui était fixées au sol.
Elle fit de même avec ses chevilles en lui écartant bien les genoux . On pouvait ainsi voir son cul dans toute sa splendeur ainsi que sa chatte bien humide .

Par moment je me demandais ce qu’elle pouvait bien penser dans une situation comme celle-ci , et surtout comment moi arrivait à supporter le fait de la livrer à des inconnus .

On entendit un grand un gros clac sur ses fesses , la cravache venait tout juste de me réveiller de mes pensées . Le cri que poussa Laure fit frissonner toute la salle .

— Tais toi sinon je frappe plus fort !

Et vlan ! un autre coup sur l’autre fesse , et Laure serra les dents pour ne pas crier de nouveau .
La tête relevée , car la maitresse tenait toujours la laisse et tirait dessus pour que justement son visage puisse être vu de tous , je vis des larmes couler sur ses joues .
Elle ne me voyait pas , mais ne me cherchait pas non plus du regard ou alors elle ne nous voyait pas du tout .

La maitresse la caressait maintenant avec la partie en forme de phallus , lui titillant le clito et en insistant bien dans sa fente , tant et si bien qu’elle le fit entrer tout en douceur puis elle se mit à faire un va et vient et son cul commença à onduler sous le rythme qu’elle imposait. D’un coup, à une vitesse fulgurante, elle sortit le phallus de sa chatte , lui infligea un puissant coup de cravache et remit aussitôt le phallus dans son intimité .

Avec un dextérité incroyable , elle renouvela l’opération plusieurs fois de suite , Laure ne savait plus si elle devait jouir ou pleurer .
Ses fesses étant bien rouge maintenant la maitresse s’arrêta de la frapper mais par contre la fit jouir avec son phallus . Elle relâcha la laisse et la tête de ma femme s’écroula sur le pouf .

La maitresse la détacha l’aida à se remettre debout et, pendant qu’un soumis retirait le pouf, elle demanda qui voulait prendre la suite .

La suite fut prise par un homme jeune, je dirais tout juste la trentaine. Il était brun, beau gosse, le pantalon de cuir lui allait très bien et la chemise noire qui collait à la peau aussi .
Il prit la laisse et demanda aux esclaves de lui ramener sa table et ses accessoires .

C’était une table de gynécologue , Laure s’installa dessus , il lui attacha les poignée à la table, écarta bien ses jambes et les attacha aussi .
Il enfila des gants de chirurgien et prit sur la table un écarteur qu’il l’enduisit de gel avant de le présenter à l’entrée de la grotte d’amour de ma femme .
Doucement il fit pénétrer l’engin et un fois bien en place il commença à tourner la molette et l’on pouvait voir la chatte de ma soumise s’ouvrir.

Quand elle fut suffisamment ouverte il s’arrêta et prit un deuxième écarteur et le présenta à l’entrée de son anus. Il y allait doucement comme s’il pratiquait une opération. Une fois en place , il tourna la molette et son cul s’ouvrit aussi sans effort , je pus voir à la grimace que faisait Laure que cela lui faisait mal .

Une fois assez ouvert pour lui il se leva de son tabouret et prit sur la table un écarteur de dentiste et se dirigea vers sa bouche . IL lui installa l’appareil et sa bouche se retrouva ouverte en grand . Il contempla son œuvre et la laissa quelques instant comme ça à la vue de tous , puis il prit sur la table un gode gonflable il l’enfonça dans sa chatte , le gonfla juste ce qu’il fallait pour retirer l’écarteur , il fit la même chose pour les autres , à la fin trois godes avait remplacé les écarteurs .

Ensuite il put à loisir les gonfler au point qu’au début cela devait être du plaisir mais qu’une fois énormes dans ses entrailles on l’entendait gémir à chaque respiration faute de pouvoir crier . Il la laissa un bon moment comme ça . Il prit dans ses mains des pinces et se dirigea vers ses seins. Tout d’abord il les caressa et un fois le téton bien dressé il y mit la pince et croyez moi cela devait être douloureux car la respiration de Laure était plus que saccadée. Quand les deux tétons furent équipés de leur pince, il retira ses gants et alla s’assoir pour profiter du spectacle qu’offrait ma femme ainsi prise par tout les trous .
Il regarda sa montre et quand il jugea suffisant le temps passé sur la table il se leva et alla la délivrer de ses objets .

Quand ma femme fut remise de ses émotion il la fit descendre de la table lui déposa un baiser sur la joue , il prit la laisse et dit « au suivant »

Une femme se leva blonde avec de longs cheveux. Elle portait une jupe très courte avec un bustier qui comme sa collègue soutenait seulement ses seins qui étaient comme ceux de Laure. Je vis aussi qu’elle ne portait pas de culotte et je me dis que cela allait être sexe .

Elle tenait la laisse très près de son cou et l’obligea à se mettre à genoux devant elle .

— As-tu déjà gouté le sexe d’une femme ?

— Oui maitresse

— Et bien montre moi .

Elle attrapa ses cheveux et fit passer sa tête sous sa jupe .

— Lèche moi bien lui dit-elle

J’imaginais Laure sa bouche contre se sexe , elle qui ne l’avait jamais fait .

Lui tenant toujours les cheveux elle fit ressortir son visage et lui assena une gifle magistrale.

— Si cela te dégoute fallait pas venir et en tant qu’esclave tu fais ce qu’on te dit de faire. Compris !

— Oui maitresse . Et elle replongea la tête sous sa jupe

— C’est mieux... beaucoup mieux, continue comme ça

Puis dans l’assistance un homme se plaignit qu’il ne voyait rien.
Alors la maitresse défit sa jupe et tout le monde put voir ma femme en train de lécher le sexe de cette femme. Je voyais disparaitre sa langue dans le vagin et la maitresse qui fermait ses yeux de plaisir .

A ce moment un homme fit son apparition et se plaça derrière la domina , il lui prit les seins dans ses mains et les malaxa doucement. Il claqua des doigts et fit signe au soumis de ramener un pouf .
Il souleva une jambe de la maitresse et lui fit poser le pied dessus , ma femme du coup avait plus de place pour sa tête. L’homme défit sa braguette, sortit sa queue et pénétra d’un coup la domina , ce qui surprit ma femme qui s’arrêta de lécher .

— Ne t’arrête pas lui dit-elle en lui plaquant la tête sur sa chatte .

Maintenant elle léchait aussi une bitte .

J’étais mal à l’aise et ma voisine de canapé de me dit :

— Ne vous inquiétez surtout pas ; c’est toujours comme au début , on veut que sa soumise ne soit que pour soi et finalement on s’aperçoit que l’on n’a pas le choix , il faut la prêter et c’est le prix à payer pour nos fantasmes.

Le type finit par jouir et quand il en ressortit il se fit nettoyer la queue par ma belle qui dut aussi nettoyer le sexe de cette femme .

— Très bien lui dit-elle, tu m’as donné du plaisir et je suis sûre que maintenant tu sauras en donner .

Puis elle tendit la laisse à celui qui voulait bien la prendre .

Un homme d’une grosse corpulence vint se présenter. Il devait mesurer au moins un mètre quatre vingt quinze , une vraie armoire à glace. Il dit de suite à Laure que maintenant il fallait qu’elle montre se qu’elle savait faire .

Il l’a dirigea vers le canapé où se trouvait Philippe. Quatre homme s’y trouvaient assis et il la présenta au premier qui voulut qu’elle lui fasse une pipe .

Elle se mit à genoux et défit le pantalon de cette personne et aussitôt prit son sexe en bouche. Elle le suça en faisant des petit va et vient. On la voyait par moment lui lécher le gland et reprendre le sexe en bouche. Cela dura un moment et quand je vis le visage de ce type se crisper, je compris qu’il allait jouir , mais le maitre qui était derrière ma femme la redressa d’un coup et dit au type de jouir dans le verre qu’il lui tendait.

Ce qu’il fit il en déchargea une bonne dose . Laure dut lui laver le gland avec sa bouche ,puis il la présenta au deuxième qui n’était autre que Philippe .

Lui voulut la pénétrer. Il enleva son pantalon lui même , se recala dans la canapé et demanda à ce que la soumise lui soit placé de dos et califourchon sur sa queue .

Le maitre la souleva comme une plume, lui fit placer ses jambes de chaque côté des jambes de Philippe, celui ci tenant sa queue bien raide, le maitre l’aida à empaler ma femme dessus. Il put ainsi jouer avec les seins de ma femme et tout le monde pouvaient voir la pénétration .

Ma femme y prit du plaisir malgré que parfois il lui pinçait fortement les tétons .

Quand le maitre jugea au visage de Philippe qu’il allait jouir il fit la même opération. Il souleva d’un coup ma femme et tendit le verre à Philippe . Elle dut aussi lui nettoyer sa bite avec sa langue . J’étais vert sans commentaire comme on dit.

Puis ce fut le tour d’un autre qui lui était déjà prêt debout avec sa bite à la main . Le maitre comprit de suite ce qu’il voulait. Alors il prit Laure sous le bras et présenta le cul de ma femme à ce type . Il lubrifia de sa salive sa bite et força l’entrée de sa rosette. Avec ce qu’elle avait subi auparavant il ne fut pas difficile d’y entrer. Je vis cette bite défoncer le cul de ma femme . La vision de cette pénétration était bizarre pour moi. Ma femme sous le bras de ce costaud, le verre de sperme dans l’autre et l’autre qui l’enculait. Il fit la même chose il retira d’un coup ma femme de l’emprise de cette bite et lui tendit le verre . Ce qui me répugna un peu c’est de voir ma femme obliger de lui nettoyer aussi la bite , elle devait avoir un sale gout .

Puis le quatrième se leva aussi et dit au maitre de ne pas bouger, il la prendrait simplement par derrière , et il s’enfonça dans sa chatte humide. Alors le maitre arrêta son étreinte et se plaça devant le visage de Laure , il ouvrit sa braguette et en sortit une grosse bite qu’il lui enfonça dans la bouche. Ils se calèrent tout les deux pour le va et vient , et ce fut partit pour un pur moment de plaisir. Le premier qui craqua ne fut pas le maitre. Le verre étant posé sur le dos de la soumise l’homme le prit et se vida les couilles dedans et reposa le verre où il l’avait trouvé .

Le maitre lui continua à prendre la bouche de ma femme pour un vagin puis s’en retira et prit à son tour le verre et dit à Laure de regarder. Toujours baissée, Laure vit le sperme s’écouler dans le verre puis lui donna aussi sa bite à nettoyer . Il la redressa et présenta le verre à sa bouche et dit de tout boire. Elle ouvrit la bouche et il lui vida le contenu dedans. Elle avala sans même une grimace. J’étais sidéré de voir que ma femme avait subi tout un tas d’épreuves et qu’elle n’avait pas bronché , elle avait tout accepté. J’étais fier et en même tant jaloux car c’était d’autres personnes qui en avait profité .

Le maitre se retournant ver moi me fit un clin d’œil en guise de remerciement .

Philippe prit la laisse dans les mains et dit que le jeux étaient fini pour cette esclave et me la ramena . Je me levais et il me raccompagna à la porte .

Derrière se trouvait l’hôtesse qui nous avait accueillie à l’arrivée .
Philippe me remercia pour ma parole tenue et félicita Laure pour sa conduite et nous souhaita une bonne fin de soirée .

L’hôtesse m’aida à tenir Laure pour remonter les escaliers et un fois en haut nous tendit un verre d’eau que Laure but d’une traite puis elle me tendit une enveloppe .

— A n’ouvrir qu’une fois à la maison me dit-elle .

L’air frais nous fit du bien et Laure s’endormit aussitôt dans la voiture. Moi je ressassais toutes les images de cette soirée .
Maintenant je crois que nous étions passer dans une autre dimension et que nous n’avions plus d’autre choix que de continuer et de voir où cela nous mènerait.

PRECEDENT ........................................................... A SUIVRE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de maitre jean
samedi 23 mai 2015 à 06h55 - par  maitre jean

bonjour
j’ai beaucoup aimé les textes pour amener votre femme a la soumission
vous y allez comme il faut par etapes
j’attend avec impatience la suite

Site web : Ma femme 4

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur