La Saga des esclaves au Château du Marquis d’Evans (épisode 18)

18- Les deux soumises au château (suite)
mardi 28 avril 2015
par  Marquis d’Evans
popularité : 1%

J’étais là à attendre la suite .

Il me contemplait comme un fauve patient qui sait, par avance, que la proie est sienne. Je ressentis une drôle de sensation dans mon ventre, comme un fourmillement . Était-ce de l’angoisse, de l’excitation, je n’aurai pas su le dire , mais c’était là, tapis au plus profond de moi . Il ne se décidait pas, comme s’il avait quelque chose qui ne lui plaisait pas, le gênait . Il tourna autour de la croix, passa sa main sur mes seins, s’attardant sur chaque tétons, les pinçant, vrillant, puis caressant ma nuque, redescendit sur ma poitrine. Passant son fouet doucement sur mon nombril, il se recula, me contempla des pieds à la tête, réfléchit et regardant Walter :

— la croix ne conviendra pas, détache-la et installe-la ici, lui dit-il en désignant une poulie accrochée au plafond .

Située presque au milieu de la pièce , elle était entre la cage où se trouvait Lalielou et le coin salon . Il y avait plusieurs chaines qui en pendaient . Walter me détacha donc, me porta, plus que je ne le suivis, sous la poulie et me levant les bras m’y attacha.

— enlève-lui ses escarpins, qu’elle soit pieds nus, je ne voudrai pas qu’elle se torde une cheville en se débattant, je veux la rendre la plus intacte possible à Maître Tarl.

Que ces paroles m’affolèrent : "en se débattant...., la rendre la plus intacte possible"...., qu’allait-il donc faire de moi pour qu’il prenne tant de précautions ? Il était si froid, si méthodique, si maître de lui... Cela me fit me sentir plus fragile encore, plus offerte, plus abandonnée à son plaisir si cela avait était possible .

La poulie n’était pas remontée à son maximum et mes pieds reposaient à plat sur le tapis . Mes bras n’étaient pas tendus non plus et mes coudes étaient à peine plus haut que ma tête . Le Marquis vint près de moi, se colla contre mon dos, il descendit sa main libre vers mon pubis, le caressa, remonta sur mon ventre, tourna encore autour de chaque sein, en pinça de nouveau légèrement les mamelons . Puis doucement, comme un souffle, il m’embrassa sur la nuque. Se retournant vers Walter il lui demanda :

— lève-la plus haut ! que ses bras soient suffisamment tendus pour qu’elle ne soit que tout juste à plat sur ses pieds !

Walter se saisit d’une chaîne et tira dessus comme le lui avait demandé le Marquis, mes bras se levèrent et je me retrouvais vite tendue . La position n’était pas inconfortable en elle-même . Les bras étant hauts au dessus de moi, je levai la tête, essayai de voir les mouvements que je pouvais faire . Je ne pus que me tourner vers le Marquis, il recula encore une fois et me contempla comme un artiste prenant du recul pour vérifier son œuvre .

Il avait conservé le fouet et se tenait les bras croisés sur la poitrine . Puis il leva le bras...

— tourne toi !

Ce que je fis, ne voulant pas voir, je fermais les yeux . J’entendis un sifflement... Je serrai les dents, m’attendant à recevoir le premier coup ...qui ne vint pas ! ? ... Puis un claquement sec suivit... Mais toujours rien, pas de douleur .. J’ouvris les yeux.

— il faut que je réveille ta libido, me dit le Marquis d’un air pervers, bon, si on te faisait payer le reste de ta dette, petite chienne ?

Et sans prévenir, il leva le bras qui entraina le fouet et dans un mouvement ample l’abattit sur moi.

J’entendis de nouveau le chant du serpent de cuir. Il vint, sauvage, s’enrouler autour de ma taille, comme un amant trop ardent, provoquant tout à la fois effroi, brulure, éclair de douleur. Quand la mèche me heurta, juste sous le sein, je hurlais, me cabrant sous la douleur infernale ! Le fouet se déroula, lentement, desserrant son étreinte de feu.

J’entraperçus le mouvement du Marquis qui relevait son bras et d’un mouvement sec, de nouveau, lançait son fouet dans une ronde cruelle qui finissait sa course autour de moi, partenaire involontaire de cette danse infernale. Car, enlacée par ce fouet de cuir, prolongement impitoyable du bras du Marquis, il me faisait danser.

Oui je dansais, me tordant dans mes liens, me cambrant, tournant sur moi-même, accrochée à la poulie qui me maintenait, offerte de toutes parts, au jeu du Marquis. Tendue comme la corde d’une guitare, je vibrais sous sa morsure. Je hurlais à chaque coup, demandant grâce. Ma peau se zébrait d’un étrange motif. Je pensais que je ne tiendrai pas longtemps à ce rythme-la. Qu’il finirait pas me déchirer, par me blesser, que j’allai finir en lambeaux lamentables.

Il s’interrompit un instant, Walter vint regarder les marques écarlates sur ma peau blanche, que mon Maître trouve si douce ! Ah mon Maître si vous étiez là, vous pourriez arrêtez ce supplice, me prendre dans vos bras ...

Il fit signe au Marquis qui s’approcha, frôla chaque marque, Walter s’accroupit devant moi et posa sa bouche contre mon sexe ruisselant :

— elle est trempée Monsieur le Marquis, son sexe dégouline, elle aime ça, cette salope !

"NON je n’aime pas ça, c’est la douleur, c’est la peur qui provoque ça ! Ne le voyez vous donc pas ?" criai-je.

Décharge électrique ! Je sursautais. Walter avait posé sa langue sur mon clitoris gonflé à en éclater. Je n’avais jamais senti une telle intensité dans cette caresse buccale. Je propulsais mon bassin contre sa bouche, instinctivement ! Pourvu qu’il continua encore, que cela ne s’arrête pas !
C’est à cet instant que je sentis l’orgasme monter, tel un animal étrange, se pelotonnant, tapis au creux de mon ventre, se roulant en boule, près à jaillir ! Mais qu’est-ce que c’était que ça ? J’étais enchaînée, fouettée, mais trempée et léchée merveilleusement bien par le majordome.

Le Marquis pris alors mes seins à pleine main, je gémissais sous leurs caresses conjointes, j’ondulais, j’écartais les jambes au maximum des possibilités que me laissait la position. ’’L’animal’’ se préparait, je le sentais qui grossissait, lové au plus profond de mon corps. Je rejetai la tête en arrière et dans un spasme incroyable, l’orgasme bondit hors de moi mélangé dans un flot d’urine et le tout s’écrasa au sol en un jet puissant et abondant, inondant le tapis et les mains de Walter. Mon corps oscillait sous les spasmes qui diminuaient doucement d’intensité, l’’’animal’’ reflua et disparût.

J’étais tout aussi catastrophée que confuse de ce que je venais de faire, je jetais un regard angoissé à Walter qui se redressait, me regardait avec un sourire pervers. Je ne savais plus quoi penser. Après s’être regardés, ils partirent tout les deux dans un grand éclat de rire !

— Monsieur Le Marquis ! Quelle aubaine !
— Oui Walter, nous voila avec une "femme fontaine" ! et quelle fontaine ! je vais devoir faire changer le tapis ! s’esclaffa-t-il !

En voyant mon air effaré ils se remirent à rire de bon cœur. Une femme fontaine ? qu’est ce que c’est que ça ?
Je venais de ruiner son tapis et Monsieur le Marquis semblait heureux !

— ne t’inquiète petite femelle soumise, peu de femmes ont cette possibilité-là, ce pouvoir-là, et que tu nous le dévoiles ce soir, me comble de plaisir ! Je voulais par amusement te mener à l’orgasme, je ne pensais pas que cela irai jusque la femme fontaine ! J’en suis enchanté, petite salope !
— ... je ne comprenais rien à tout cela . J’avais donc quelque chose que je ne savais pas avoir ? Le répit ne dura pas !

— Walter, je pense que cette petite chienne pourrait bien jouir encore une fois ou deux, mon ami le fouet a sût réveiller la femelle que je sentais en elle, profitons en !

Walter s’installa confortablement dans un fauteuil et attendit, impatient, la suite.

Le Marquis reprit son fouet et se replaça derrière moi. Non, il n’allait pas recommencer ! avant même qu’il ne leva son fouet je lui fit "non" de la tête, implorant en silence sa compassion.

— ne t’inquiètes pas, petite chienne, tout se passera bien, tu verras !

Et avant que j’ai pu dire quoi que ce soit, le fouet reprit sa folle danse, s’enroula, tourna, siffla, claqua, me zébra le corps d’éclairs de douleurs, m’embrassa de mille baisers de feu. Peu à peu je perdis pied.

J’entrais dans un autre monde où j’étais seule avec le fouet. Il avait, manié avec la dextérité du Marquis, prit vie, et nous dansions dans un corps à corps voluptueux et sensuel, fait de douleurs fulgurantes, de cris montant haut et me libérant, faisant renaître peu à peu l’animal captif. Je le sentais qui, au fil des coups, grandissait, m’envahissait, reprenait possession de mon ventre, et attendait le moment . Je criais de moins en moins, ressentais de moins en moins la douleur, dopée que j’étais par les hormones que mon corps déversait dans mes veines. Je n’avais plus qu’une envie, que cela continue, que ça ne s’arrête jamais.

Je perdis la notion du temps, j’entendis, comme dans un brouillard, quelqu’un me parler au loin, mais je ne compris pas ce que l’on disait. Je sentais que malgré la douleur, mon corps rompu, ne se révoltait plus, il s’offrait entièrement à la douleur en la faisant sienne. Je ne vivais que pour le fouet, ce serpent, qui me faisait l’amour comme on ne me l’avait jamais fait, cherchant dans mes derniers retranchements la femelle que je ne connaissais pas. Il la fit surgir, en un éclatant soleil. ’’L’animal’’, une fois de plus, sortit de moi en un millier d’étoiles.

Mon corps se tendit tel un un arc et mon cri jaillit, puissant, bestial. J’étais devenue vestale jouissant pour un Dieu ancien, dans un rite depuis longtemps oublié des hommes. Ma jouissance m’emporta loin et un voile noir se glissa entre le Marquis et moi. Je m’effondrais dans ses bras. Il me soutint le temps que Walter me détache.

— j’ ai rarement assisté à ça Monsieur le Marquis ! elle était magnifique !
— oui, en effet, magnifique ! Maintenant occupe toi de Lalielou, laisse la dans la cage, enlève lui le plug, donne lui une couverture et ferme la porte. Il se fait tard, restaure toi et prends du repos. Nous nous reverrons demain. Bonne nuit Walter !
— bonne nuit Monsieur le Marquis, à demain.

Je revenais lentement à moi, Le Marquis porta ses lèvres sur mon front et me dit, tu as été superbe petite chienne. J’aime quand les femmes deviennent chiennes et ce soir tu m’as offert un magnifique spectacle, maintenant tu vas te reposer.

En grand seigneur, Il me porta, de ses bras puissants, à travers plusieurs pièces jusqu’à une chambre. Je m’endormais, lentement bercée par sa démarche majestueuse, lente. Il me portait, sans peine. J’entendais son coeur contre mon oreille, mon corps ne réagissait plus. Il me déposa par terre, m’allongea et me liât les mains au pied du lit. Je ne compris pas ce qu’il faisait, mais vaincue par la fatigue je m’endormis à même l’épais tapis... LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre et des suivants est disponible pour les abonnés de RdF
PRECEDENT ......................................................SUIVANT

LE CHATEAU DU MARQUIS D’EVANS




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur