11 et 12 - Plume d’ange

Chapitre 11 et 12
samedi 25 avril 2009
par  Angélique
popularité : 1%
2 votes

Maîtresse Carine range son portable et regarde Nadège/Niobé qui n’en mène pas large. Penaude, pétrifiée de son audace, elle baisse la tête et essaye de se faire oublier.
— Comment dois-je t’appeler femme libre ?
— Niobé.
— Niobé mon chien.
— Niobé Maîtresse.
— T’ai-je menti ?
— Non Maîtresse.
— À qui appartiens-tu Niobé ?
– À vous Maîtresse.
— Sois plus précise esclave et baisse les yeux pour me parler, effrontée que tu es.
— Je suis l’esclave de Maîtresse Carine pour une année entière.
— Cela me fait plaisir de te l’entendre dire.
— Les revues pornos trouvées chez toi, elles sont à Marc ?
– Non Maîtresse, ce sont les miennes Maîtresse.
— Tu peux m’expliquer pourquoi dans les livres que tu choisis, il n’y a que des photos de femmes à poils qui se gouinent à toutes les pages. Alors que tu dis ne pas être lesbienne.
— Je ne sais pas Maîtresse.
— Tu préfères coucher avec un homme ou une femme ?
— …
Niobé rougit sans répondre à la question.
— La cochonne serait elle lesbienne ? Je me le demande vraiment. J’ai aussi retrouvé une série de culottes. Toutes plus sale les unes que les autres. C’est l’effet qu’ont les revues pornos sur toi.
— Oui Maîtresse avec l’aide d’un vibromasseur Maîtresse.
— Pourquoi ne regardes-tu pas ce genre de livre cul nu ?
— La peur d’être surprise par Marc Maîtresse.
— Et mettre une serviette dans ta culotte ? …
— Avec une serviette, je ne sens plus ma main sur…
— Sur quoi… finis ta phrase cochonne.
— Je ne sens plus ma main sur mon minou.
— Et comme une collégienne, tu te branles dans tes culottes. Ben c’est du propre. Tu es vraiment une dégoûtante. Ta mère ne t’a donc rien appris.
L’évocation maternelle fait rougir Niobé qui évite de répondre.
Après un moment de réflexion… Maîtresse Carine prend en main la masse des cheveux de Niobé qu’elle réunit et attache en une lourde queue de cheval.
— Dorénavant tu te coifferas comme ça.
— Oui Maîtresse.
— Tes revendications absurdes vont te coûter 10 coups de canne. Ce soir tu dormiras sur le ventre. Arrogance, insultes, effronterie… ta grossièreté de tout à l’heure est inexcusable. Demain après-midi nous rencontrons ta tatoueuse, plus vite tu seras tatouée et plus vite je serai tranquille avec toi.
Courte pause de Maîtresse Carine qui poursuit…
— À partir de ce moment, chaque manquement sera sévèrement réprimé, tu n’as plus aucune faveur à attendre de moi.
Venue de l’entrée une voix hèle familièrement Carine.
— Hou hou Carine… c’est moi Yvonne, je viens rechercher Caroline.
— Je suis dans la pièce avant le cachot, répond Maîtresse Carine
Elle s’adresse à Niobé…
— Maîtresse Yvonne arrive au bon moment. Elle va m’aider à te corriger. Tu connais déjà Maîtresse Alexia. Tu vas faire la connaissance de Maîtresse Yvonne… Au bout de ce couloir, il y a un cachot. Caroline qui appartient à Maîtresse Yvonne y est enfermée depuis dix jours. Caroline est une esclave en fuite. Tout le monde doit se nourrir. Elle a fait l’erreur de se voler de la nourriture le jour où je faisais mes achats. Je l’ai coincée comme voleuse avant de la reconnaître comme esclave en fuite. J’ai payé la marchandise volée et je l’ai ramenée ici… je te laisse deviner la suite. LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires