Notre histoire 1

samedi 16 avril 2005
par  Nico
popularité : 1%
4 votes

Je m’appelle Nicolas, j’ai 22 ans et je suis marié avec Patricia qui en a 21. Nous sommes amoureux l’un de l’autre depuis 6 ans et nous nous sommes mariés dès qu’elle à eu 18 ans. Nous avons toujours su que nous allions nous marier, mais Pat a eu plusieurs partenaires avant notre mariage et je n’ai jamais éprouvé de jalousie lorsqu’elle sortait avec un de mes copains ou un homme rencontré quelque part. De mon coté j’ai eu une ou deux aventures, mais elles furent très brèves car je n’étais pas vraiment intéressé par d’autres femmes. Nous parlons régulièrement de notre sexualité et bien vite après notre mariage, nous avons décidé d’aller de temps en temps dans un sauna libertin proche de chez nous. C’est un sauna qui, certains soirs, accepte les hommes seuls dans une proportion raisonnable en fonction du nombre de couples présents.

Nous y allons une ou deux fois par mois et la plupart du temps, si un homme encore jeune et courtois plait à Pat, nous finissons en trio dans un des box réservé aux câlins. Pat aime les hommes doux et délicat qui savent la mettre en confiance puis l’exciter petit à petit avant de la prendre. Elle n’aime pas les machos grossiers qui parfois hantent ce type d’endroit et n’ont qu’une vision vulgaire des femmes qui sont présentes.

Avant d’aller plus loin, laissez moi vous décrire Patricia. Elle fait 1m66 pour 52 KG, de beaux seins bien fermes (90C) des jambes musclées par l’exercice car elle fait beaucoup de sport et un cul très ferme qui sans être gros ne peut plus être qualifié de "p’tit cul". Le tout couronné d’un visage plutôt allongé et des cheveux noirs mi—longs Bref c’est une belle jeune femme et les hommes se retournent parfois pour la suivre du regard, bien qu’elle ne soit pas un top model…

Un soir de mars 2003, nous étions arrivé assez tôt au club et il n’y avait encore personne. Nous nous étions donc installé dans un des saunas pour profiter d’un peu de tranquillité. Au bout de 15 minutes, deux hommes seuls sont entrés et tout de suite j’ai compris que ce n’était pas le genre de gars qui convenaient à Pat. A peine entrer l’un des deux dit à haute voix :

— Humm, tu as vu la belle paire de nichons que voilà !

L’autre a répondu :

— Oui, on en mangerait…

Pat ne dit rien, et les deux gars ont tout de suite enlevé leurs serviettes laissant voir leurs bites qui bien qu’au repos semblaient plutôt de bonne taille. Ils continuèrent :

— J’espère qu’il va y avoir de la bonne cochonne ce soir…

— Oui, j’ai les couilles bien pleines, y va falloir vidanger !

Je décidais d’intervenir car je savais sans aucun doute que Pat n’aimait pas ce genre de discussion. Je lui dis donc :

— Bon, je commence à avoir chaud, on va boire un coup au bar ?

Je fus stupéfait de l’entendre me répondre :

— Vas y toi, moi je reste encore un peu ici.

Je perdis contenance sous le regard assez goguenard des deux mecs. Je me levais et sortis du sauna étonné par ce qui se passait et ne sachant trop que faire. Je pris une douche avant d’aller vers le bar. Entre—temps, deux autres couples dans la quarantaine et 5 ou 6 messieurs étaient arrivés. Je restais 5 minutes au bar, mais je retournais vite au sauna pour voir si tout allait bien.

Lorsque j’entrais dans la pièce, je trouvais Pat assise entre les deux hommes en train d’en sucer un pendant que l’autre lui caressait les seins. Celui qui se faisait sucer tenait ma femme par les cheveux et rythmait la fellation de manière appuyée.

Inquiet de voir si Patricia n’était pas forcée par les deux hommes je demandais :

— Ça va ?

Ce fut l’un des gars qui répondit :

— Tu m’étonnes que ça va, avec une suceuse de bites pareille ça ne peut qu’aller…

Puis il ajouta :

— Bon, suce mon pote maintenant.

Il souleva la tête de ma femme et la dirigea vers la queue de son copain.

— Tu vas voir, c’est une reine de la pipe, on voit qu’elle aime la queue cette petite salope…

J’étais totalement abasourdi. Jamais Patricia ne pourrait tolérer un tel langage, mais alors qu’elle passait d’une bite à l’autre, ma femme me fit un grand sourire avant de plonger goulûment ses lèvres vers la bite de l’autre gars.

— Humm, oui, tu as raison, c’est une vorace.

— J’ai tout de suite vu, avec une paire de nichon pareille qu’on avait affaire à une gourmande.

Puis s’adressant à moi :

— Tu as de la chance d’avoir trouvé une salope comme ça mon gars et tu as bien raison d’en faire profiter les autres, car les cochonnes de cet acabit il leur faut plus d’un mecs pour les rassasier.

Je me sentais vide, incapable de faire quoique ce soit d’autre que de regarder ma femme sucer cette bite tandis que le premier mec la positionnait à 4 pattes pour lui lécher le sexe. Patricia se laissait manipuler par les deux gars en continuant à aspirer le membre dans sa bouche.

— Elle est trempée la cochonne. Je crois qu’on ferait mieux de l’emmener dans un salon, je suis sûr qu’elle a envie de se faire sauter comme une salope. Hein ?

Comme ma femme ne répondait pas il lui mit une bonne claque sur les fesses :

— N’est ce pas que tu as envie de te faire sauter comme une salope ?

Ma femme releva la tête et répondit :

— Oui…

— Oui, quoi ?

— Oui, j’ai envie de me faire sauter comme une salope

— C’est bien, on va s’occuper de ça. Vient par ici.

Il prit Pat par la main et elle le suivit sans rien dire tandis que l’autre gars leur emboîtait le pas.

J’étais à la porte du sauna en train de les regarder prendre une douche rapide avant de se diriger vers les coins salon lorsqu’un jeune black entra dans cette partie du club. Il était très musclé et sa bite était vraiment grosse. Le premier gars l’apostropha :

— Eh, on a trouvé une belle petite salope qui veut de la bite. On l’emmène dans un salon. Tu viens avec nous ?

Le black jeta un regard appréciateur à ma femme et répondit :

— Avec plaisir…

Le gars se retourna vers moi et dit :

— Si tu veux tu peux venir regarder, mais dépêche toi.

Puis ils se dirigèrent vers un salon muni d’un verrou et d’une vitre d’où l’on pouvait suivre ce qui se passait à l’intérieur depuis le couloir.

J’étais désorienté en ne sachant pas quoi faire, si bien que lorsque j’arrivais à la porte du salon je la trouvais déjà fermée. Comme dans un nuage, je vis ma femme se mettre à 4 pattes en embouchant le bite du black tandis que le premier mec se positionnait derrière elle pour la baiser. Le troisième était de l’autre coté à lui malaxer les seins. On entendait assez bien ce qui se passait à l’intérieur et les commentaires grivois que les trois mecs faisaient sur ma femme.

— Allez, suce cette belle queue noire pendant que je te baise, tu ne vas pas regretter d’être venue ce soir !

— Oui, tu vas voir comment on s’occupe des petites chiennes dans ton genre. Hein, tu vas être une bonne chienne ce soir ?

Et ma femme de répondre :

— Oui, je vais être une bonne chienne…

Je ne reconnaissais plus la douce Patricia que je connaissais. Je n’étais aucunement jaloux, mais juste étourdi de découvrir ce nouvel aspect de ma femme.

De plus en plus de monde était maintenant présent dans l’établissement et d’autres salons étaient occupés par des couples ayant invité un ou deux garçons à jouer avec eux, mais beaucoup d’hommes seuls se pressaient pour regarder ce qui se passait dans le salon où ma femme se faisait prendre.

Toujours déboussolé par ce qui se passait je me laissais glisser le long du mur et je me retrouvais assis dos au mur. Cela libéra de la place et deux autres gars se serrèrent au—dessus de moi pour voir ce qui se passait. On entendait toujours ce qui se passait dans la pièce, et les voyeurs faisaient aussi des commentaires.
Ma femme gémissait sous les assauts des trois hommes. Apparemment elle en avait toujours un dans la bouche pendant qu’un autre la prenait. De temps en temps on entendait le bruit d’une claque sur les fesses de Pat avec un commentaire du genre :

— Oh ma salope qu’est ce que t’es bonne à tringler…

Les voyeurs n’étaient pas en reste :

— Quelle salope, tu as vu comment elle lui suce sa bite ? On dirait qu’elle va lui avaler le chibre…

— Et puis quel cul elle a, j’espère qu’on pourra la sauter après…

— Je ne sais pas, faut demander au mari.

— Je crois que le mari est hors course répondit l’un d’eux en me regardant et en riant…

Apparemment à l’intérieur les choses évoluaient. Ils avaient fait pivoter Patricia pour qu’elle montre son cul aux voyeurs qui remerciaient les trois hommes.

— Super, ah ce cul…

— Elle est trempée la salope, vous l’avez bien baisée…

— Eh, regardez ils vont l’enculer…

— Oui allez enculez la..

— Cassez lui la rondelle…

Nous n’avions jamais essayé la sodomie avec ma femme, non par refus de sa part, mais c’était quelque chose qui ne correspondait pas à notre façon de faire l’amour.

On entendait venir de l’intérieur une discussion :

— Tu aimes te faire enculer ?

— Je ne sais pas je l’ai jamais fait.

— Humm, un petit trou vierge, ça faisait longtemps…

— Mais tu sais qu’on va t’enculer ce soir ?

— Oui, je sais.

— Tu as envie de te faire enculer ce soir ?

— Oui j’ai envie.

— Pourquoi ?

— …

— Pourquoi tu as envie ? (accompagné d’une claque sur les fesses)

— Parce que je suis une salope.

— Oui, une belle petite salope qui va se faire farcir l’oignon…

J’étais toujours assis contre le mur et je ne voyais pas ce qui se passait, mais les paroles entendues étaient assez explicites.

— Oui vas—y rentre lui bien les doigts, ouvre lui le cul.

— Ça y est il va l’enculer...

— Oui, il rentre...

— Ah la salope elle se fait prendre le cul devant tout le monde…

Les gars se pressaient contre la vitre pour mieux voir si bien que j’avais leurs bites juste devant moi. A un moment, sans rien avoir réfléchi, j’en pris une dans ma bouche et je me mis à la sucer. Le "propriétaire" sursauta, mais ne se retira pas.

— Eh les gars, voilà que le mari se met à sucer aussi…

Tout le monde se mit à rigoler, mais l’action à l’intérieur captiva à nouveau l’attention des voyeurs.

— Et voilà le deuxième qui va l’enculer, quelle chienne…

J’écoutais ça tout en aspirant bien la bite que j’avais dans la bouche. C’était la première fois pour moi et ce n’est pas que je trouvais ça agréable, mais j’avais comme un besoin de le faire. Le gars ne tarda pas à m’envoyer son jus dans a bouche et j’avalais comme si j’avais toujours fait ça.

— Ah le salaud, il m’a tout pompé...

— Moi aussi je veux bien me faire sucer par le mari en regardant sa femme se faire défoncer le cul. Je suis sûr qu’après ça va être au tour du black et de sa grosse bite de lui prendre le cul.

Le gars se positionna devant moi et je pris sa bite dans la bouche. Il m’agrippa les cheveux et se mit à me baiser la bouche.

— Ah salope, tu te fais bien défoncer le cul, Oui vas y, encule la toi aussi, trois queues dans son petit cul c’est un beau dépucelage.

Rapidement il se déversa aussi dans ma bouche et un autre mec prit sa place.
Cinq gars au total profitèrent de ma bouche. Le dernier avait une queue vraiment grosse qui m’obligeait à bien ouvrir ma mâchoire et il dura plus longtemps avant de me déverser une fois de plus son sperme dans la gorge.

Pendant ce temps, il semble que les trois hommes dans le salon avaient eux aussi utilisé la bouche de ma femme pour recevoir leur foutre. La porte s’ouvrit soudain et je me relevais pour voir sortir Pat, le visage couvert de sperme, le regard fatigué mais heureuse. Elle se précipita sur moi et se mit à m’embrasser en mélangeant le reste de jus qu’elle avait dans la bouche avec celui qui restait dans la mienne. Plusieurs personnes se mirent à applaudir.

Nous avons pris une douche et nous sommes rentrés chez nous. Nous avons fait l’amour très tendrement et le lendemain nous avons discuté de ce qui s’était passé. Patricia avait tout d’un coup ressenti le besoin de se soumettre à ces hommes. Pour moi, le fait de la voir se livrer ainsi avait déclanché le même besoin.

Depuis, lorsque nous retournons au sauna, Pat est "utilisée" par les hommes présents tandis que je suis à genoux près d’elle en train de sucer ceux qui le désirent. Soit pour les préparer à la prendre, soit juste pour les vider pendant qu’ils regardent d’autres gars s’occuper de son cul.

Les choses ont ensuite évolué lorsque nous avons rencontré Anne et Marc, mais ce sera pour la prochaine fois…




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur