Herpin


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 10 mai 2011
par  herpin

9- L’Hétaïre

Devant cette évolution, Madame décréta un jour que son apprentissage était terminé, étant désormais apte à faire face aux désirs les plus pervers, et qu’elle pourrait donc rentrer chez elle dès le lendemain. La nuit qui s’ensuivit fut peuplée de rêves érotiques où Florence se voyait offerte en pâture aux délires sadiques de quelque débauché. Le lendemain matin, venues comme à l’accoutumée, procéder à son (...)

samedi 2 avril 2011
par  herpin

8- L’Hétaïre

Bien qu’à priori réticente pour ne pas dire écœurée à l’idée de se livrer à une telle caresse, Florence avait constaté que les deux jeunes femmes y avaient pris un plaisir non feint ; la fougue dont elles avaient fait preuve pour se partager la chaude semence était une réalité qu’il lui fallait admettre. Elle en était là de ses réflexions lorsqu’elle fut ramenée à la réalité par la voix autoritaire de (...)

samedi 5 mars 2011
par  herpin

7- L’Hétaïre

Satisfaite de voir ainsi Florence progresser sur le chemin de la dépravation, Madame tint à la féliciter pour les progrès accomplis. Toutefois, ajouta-t-elle, il ne suffit pas que tu puisses consentir aux assauts les plus fougueux et les plus pervers ; il faut aussi que tu saches prodiguer à tes maîtres d’un jour les étreintes qu’ils sont en droit d’attendre d’une parfaite débauchée. Si je ne doute (...)

samedi 12 février 2011
par  herpin

6- L’Hétaïre

Résignée, et surtout peu désireuse de subir une correction qu’elle devinait pour le moins douloureuse, Florence consentit à suivre ses deux accompagnatrices. Celles-ci la menèrent rapidement jusqu’au salon, où Madame se tenait effectivement, semblant calmer son impatience en faisant claquer la lanière de cuir qu’elle tenait à la main contre ses bottes. Dominant sa gêne, Florence s’avança jusqu’à elle, (...)

dimanche 30 janvier 2011
par  herpin

5- L’Hétaïre

A peine rassurée par ces doux propos, Florence se leva et soutenue par les deux jeunes femmes, tant elle avait du mal à se tenir seule debout, après sa longue période d’immobilisation, elle se dirigea vers l’escalier par lequel elle avait accédé à cet enfer.
Cette fois, il lui permit de regagner le rez-de-chaussée, et là de se rendre jusqu’à une vaste salle de bains. Emerveillée par un luxe et un (...)

vendredi 14 janvier 2011
par  herpin

4- L’Hétaïre

Lorsque le lendemain, Sylvie conduisit son amie au rendez-vous qui lui avait été fixé, cette dernière se sentait un peu dans la peau de la victime que l’on mène à l’autel en vue d’un sacrifice. Quand bien même se rendait-elle volontairement sur les lieux de ses futurs tourments, qu’elle n’en était pas moins inquiète, ignorant tout de la façon dont son éducation devait être faite. Aussi est-ce le cœur (...)

dimanche 12 décembre 2010
par  herpin

3- L’hétaïre

Le lendemain, guidée par son amie, Florence se rendit au domicile de celle qui allait lui ouvrir les portes de ce monde de débauche qui serait peut-être désormais le sien. A la description que Sylvie lui en avait faite, elle reconnut immédiatement la vaste demeure nichée au cœur d’un parc protégé par de hauts murs. Il se dégageait de l’ensemble une impression de calme et de sérénité qui contrastait (...)

samedi 6 novembre 2010
par  herpin

2- L’hétaïre

Lorsqu’elle sortit de son engourdissement, Florence constata que sa camarade était occupée à laper consciencieusement la mouille qui continuait à sourdre de sa fente. Maintenant que l’excitation était retombée, elle eut honte de la position dans laquelle elle s’exhibait, et plus encore au souvenir du spectacle qu’elle venait de donner en s’envoyant en l’air comme la pire des débauchées. Elle voulut (...)

vendredi 8 octobre 2010
par  herpin

1- L’Hétaïre

Parcourant des yeux pour la seconde fois l’affiche apposée sur le mur de son lycée, Florence dut se résoudre à l’évidence ; son nom ne figurait pas sur la liste des « reçues » au baccalauréat. Bien que cet échec ne constitua pas pour elle une véritable surprise vu le peu d’efforts consentis durant l’année scolaire, elle ressentit néanmoins une douleur à l’estomac à l’idée de devoir affronter les foudres (...)

dimanche 19 septembre 2010
par  herpin

24- Pierre, Agnès et les autres

Plongée dans ses sombres pensées, Agnès n’avait pas vu le soleil se coucher, et c’est la fraîcheur du soir qui la fit sortir de sa torpeur. Avisant un café, elle eut envie d’entrer s’y réchauffer. Pénétrant dans la salle, elle avisa une table située un peu à l’écart, et alla s’y installer, se laissant choir sur la banquette en moleskine. Bercée par le brouhaha des conversations, elle laissa son regard errer (...)

Commentaires récents

14 octobre

Henic traduit MERVEILLEUSEMENT un excellent texte. L’auteur sait parfaitement doser, relater, ménager le suspense. Le traducteur réussit à rendre d’une façon SUBLIME la pensée de l’auteur, rendre très (...)

13 octobre

Elle accepte sa soumission et se prend au jeu. Il souffre mais prend beaucoup de plaisir. C’est presque un cliché !
Mais c’est en tout cas bien raconté et cela met en émoi - douloureux - le lecteur (...)

12 octobre

Voilà une histoire fort bien racontée. Elle me fait penser au film « The pet » (2006), ainsi qu’à l’histoire « Olenka » d’Alex Cordal, en ligne sur ce site de rdf. Il y a bien sûr de très grandes (...)

5 octobre

Voilà en effet une visite médicale très orientée ! Elle s’exerce sur une femme d’un naturel très soumis, ce qui facilite bien sûr l’exécution de la manœuvre.
Il est toujours étonnant de voir un mari livrer (...)

28 septembre

Parler d’éveil est déjà être dans le pléonasme, ou mettre la barre très haut, au choix. La séance vécue par la soumise n’est pas de celles que l’on vit au tout début d’une relation D/s : la durée, mais (...)

27 septembre

Après la lecture de ces quinze pages, on se demande si les hors d’oeuvres subis par la femme n’étaient déjà pas une punition. Apparemment pas vu l’annonce finale d’un geôlier. La traduction est (...)

26 septembre

C’est une approche pour le moins originale du mariage : le mari candauliste assumé et volontaire n’est pas si fréquent.
Voilà une histoire bien troussée, c’est le moins que l’on puisse dire (...)

24 septembre

Que voilà une histoire bien troussée !
Le piège était presque gros, mais entre gens de bonne compagnie, on finit par se comprendre et même, dans le cas présent, fort bien !
Le style est riche sans être (...)

20 septembre

ENFIN ! Laure et M se rencontrent. A la page 104 mon impatience est enfin récompensée. Un peu d’action ne nuit pas. De plus une fessée couronne cette entrée en matière. Christine sait parfaitement (...) Il est TRES étonnant que Luc n’impose pas le port d’un préservatif à Fabien pour la scène finale. A moins d’être certain que Lola prenne la pilule, et encore avec les maladies qui traînent... Il est (...)