L’Eglise de la Purification

Chapitre 1 : Cérémonie luxuriante
lundi 12 janvier 2015
par  Pourvosseins
popularité : 2%

En entrant, on était d’abord impressionné par une atmosphère d’intimité et de recueillement .De belles voix d’hommes et de femmes entremêlées s’élevaient dans l’air enfumé et parfumé par l’encens.
L’église était occupée, au plus près de l’autel, par une vingtaine de religieuses et à peu près autant de moines, de l’autre côté de l’allée centrale. Un prêtre, chasuble rouge et beige, dirigeait la cérémonie. Trois moines l’assistaient. L’autel central, deux cierges de part et d’autre, était situé devant un grand rideau de velours rouge haut d’au moins trois mètres.Tous étaient agenouillés, chantant et priant avec ferveur. L’église était dans la pénombre, mais les vitraux projetaient dans l’édifice une lumière richement colorée.
"Et maintenant, mes biens chers frères, dit soudain le prêtre, découvrons qui est vraiment cette pécheresse qu’il a plu à Dieu d’envoyer dans notre église .Priez pour elle, car il y a beaucoup à lui pardonner." Les moines et les sœurs baissèrent la tête en signe de recueillement."Mes bien chères sœurs et bien chers frères, priez pour celle que nous allons vous dévoiler avec tant de tristesse." Et s’adressant à la religieuse située juste à sa droite :"Allez" intima-t-il.
Une clochette retentit.
A cet instant, sœur Marie-Joseph, postée à côté de la tenture, tira sur le cordon qu’elle avait en mains .La tenture se replia majestueusement, laissant apparaitre en pleine lumière le corps nu d’une religieuse .Ecartelée sur une croix de Saint-André : elle était nue. Pire que nue .Ayant gardé sa coiffe, elle portait seulement des sous-vêtements et des bas noirs, mettant en valeur les roses veloutés de sa chair .Bras en croix, elle avait les jambes largement écartées.Entre bas et culotte, la carnation tendre des cuisses était très suggestive. La poitrine, volumineuse, hors-normes, était soutenue par un soutien-gorge noir laissant libres les aréoles, colorées en rouge .Les seins semblaient suspendus, formidablement gonflés, les pointes saillantes horizontales, presque dressées.
La taille était fine, les jambes fuselées .Le bas ventre portait juste un triangle noir en soie, cachant à peine le sexe .On distinguait pourtant une fente centrale restée ouverte dans le voile léger, d’où s’échappait la plus séduisante des fourrures qui soit.
Le prieur reprit :"Chers frères et chères sœurs, constatez vous-même les causes de la damnation de sœur Angélique. Sa tenue est impudique, plus proche de la luxure que de Dieu ".
Frère Anthelme fit quelques pas vers la suppliciée, et saisissant une paire de ciseaux, coupa de part et d’autre du sexe le frêle vêtement qui le masquait encore .Un " Oh ! " de stupéfaction parcourut l’assemblée à la vue du sexe, dont la toison avait été tondue et taillée au-dessus de la vulve .Un adroit tatouage, rendait le sexe encore plus impudique et attirant.
Frère Anthelme y porta la main : " Voilà la cause de ses péchés !"
Ce-disant il massait la vulve avec vigueur, écartant les grandes lèvres, et glissant deux doigts à l’orée du vagin en un mouvement de va-et-vient. Il s’adressa alors à la religieuse suspendue à la croix
" Votre conduite est inqualifiable, sœur Angélique, vous serez donc punie, en présence de cette assemblée bienveillante ".
Sœur Marie-Josèphe tendit un fouet très épais, à lanières multiples, au prieur.
Celui-ci recula d’un pas. Le premier coup s’abattit sur le sein droit .Angélique sursauta. Le second coup, très ajusté cingla la pointe du sein gauche. Angélique gémit. Plusieurs coups se succédèrent posément, faisant sursauter la religieuse à chaque fois.
A la surprise de la suppliciée, le prieur changea son angle de visée, et un coup, frappé de bas en haut, gifla le sexe d’Angélique. Elle grimaça. Une dizaine de coups suffirent à faire rosir les chairs .Les pointes des seins étaient devenues rouge vif et saillantes.
Frère Anthelme reprit : "Les comportements luxurieux de sœur Angélique sont condamnables ,mais nous allons lui montrer que notre communauté lui pardonne ses fautes comme Dieu a pardonné nos offenses .Nous allons donc remédier comme d’habitude au mal par le mal .Prions pour notre Sœur en lui montrant qu’elle aurait pu être la mère de Jésus , comme le corps de Marie l’a été avant elle . Nous allons dire pour elle un "Je vous salue Marie " Répétez après moi :"Je vous salue Marie, pleine de grâces. Le Seigneur est avec vous,"
A la fin de chaque phrase, le prieur tâtait les seins de la pénitente, s’attardant beaucoup plus que ne le commandait une simple prière, et faisant fi de toute élémentaire décence.
" Et le fruit de vos entrailles est béni "
A ces mots Frère Anthelme saisit le sexe à pleine main, le massant quelque temps, puis visita à nouveau le vagin en y glissant deux doigts inquisiteurs aussi loin qu’ils pouvaient pénétrer dans l’orifice, déjà très humide.
" Chers frères et chères sœurs,, je vous livre maintenant le corps de sœur Angélique ,laissant à votre sagacité le soin de choisir la punition corporelle qui vous paraitra la plus appropriée et en terminant par un baiser d’amour et de paix aussi prolongé qu’il vous sera possible ."
Une procession de moines s’approcha du corps exposé, se présentant l’un après l’autre vers le corps nu.Les seins superbes, dénudés, furent les premiers convoités .Frère Benoit et frère Baptiste, âpres une vague caresse enveloppante, saisirent les pointes pour les pincer douloureusement un long moment. D’autres pétrissaient les deux mamelles avec délices.
Mais c’est évidemment le sexe qui fut le plus sollicité.
Des doigts pénétrèrent le vagin de sœur Angélique, deux d’abord, puis trois, esquissant des mouvements de va et vient. Beaucoup cherchèrent le clitoris qui devint gonflé et sensible. La sœur se tordait dans ses liens, ouvrant les cuisses au maximum malgré elle.Chaque moine finissait sa visite au corps de la religieuse en posant ses lèvres au beau milieu de la fente sexuelle .Certains ne faisaient qu’effleurer. Les plus nombreux ajustaient leurs lèvres à l’orifice et âpres avoir exercé une longue succion, sortaient une langue inquisitrice qui se propageait au plus loin possible.
" Sœur Angélique " reprit le prieur " vous avez sans doute compris comment et pourquoi vous avez péché. Nous allons maintenant vous donner l’absolution, véritable libération de tous vos péchés. Sœur Thérèse et sœur Lucie débarrassez votre sœur de ses erreurs en lui ôtant ces tissus démoniaques. Enlevez le soutien-gorge, mettez la nue. Angélique, ôtez votre coiffe."
Sœur Angélique fut alors présentée de face à l’assemblée religieuse .Elle était nue, à l’exception de ses bas noirs, tenus à mi-cuisses par des dentelles élastiques. Les seins, énormes, restaient sphériques, comme suspendus.
Frère Anthelme reprit "Sœur Angélique va être placée sur l’autel de la purification et nos frères vont lui administrer la preuve de l’existence de Dieu de la plus intime des façons."
Sœur Angélique grimpa sur l’autel, mettant ses fesses à l’extrême bord. Ses jambes furent relevées, puis pliées, attachées par les chevilles aux anneaux qui ornaient l’autel de chaque côté .Son sexe était ainsi bien exposé, offert entre les cuisses ouvertes .Ses bras furent attachés et immobilisés en croix de chaque côté .La tête de la religieuse n’avait aucun support et elle se mit le plus souvent à pendre en dehors de l’autel.
Frère Clément et frère Benoit vinrent alors se placer face au prieur, relevant leur robe de bure jusqu’à la taille, sous laquelle ils étaient nus .Ils exhibèrent tous les deux leur sexe tendu. Esquissant un signe de croix, Frère Anthelme déclara alors :"Au nom du Père, du Fils et du Saint esprit, vous incarnez la présence de Dieu Tout-Puissant dans notre sainte église, grâce à laquelle Sœur Angélique sera purifiée, pour les siècles des siècles, à tout jamais, Frère Benoit et Frère Clément accomplissez votre office."
Nouveau tintement de clochette.
Frère Benoit se plaça devant le bassin de la religieuse qu’il découvrit
Les jambes repliées, attachées, grandes ouvertes présentaient le sexe au visiteur. Les lèvres étaient discrètement disjointes.
Les sœurs assistantes saisirent les pans de la robe du moine, et, la relevant, mirent à nu le corps du moine jusqu’à la taille, fixant les pans de la bure dans la corde qui lui servait de ceinture. Frère Benoit avait une solide érection, bien qu’elle ne fut pas encore à son meilleur niveau .Il s’avança alors vers la suppliciée, jusqu’à toucher de son sexe le sexe de la femme. Saisissant le membre de sa main droite, sœur Georgette décalotta le gland qui apparut de forte taille, violacé et volumineux. La sœur présenta le gland à l’entrée du con de sœur Angélique et fit aller et venir, de haut en bas et ’inversement, la boule violacée qui grossissait à vue d’œil .Elle s’attarda vers le clitoris, jusqu’à ce que le moine, d’un coup de reins puissant, introduise le rouleau de chair, maintenant d’un diamètre respectable, dans le vagin offert. Angélique émit un long soupir .Frère Benoit entreprit alors une longue séquence d’allers et retours dans l’orifice dilaté qui s’humidifiait abondamment.
Les chairs féminines s’écartaient pour laisser glisser la verge du moine, qui provoquait des boursouflures aux petites lèvres en se retirant .Les sœurs assistantes tentèrent de saisir les testicules religieux qui frappaient la zone anale de la pénitente, vainement .La bite monacale était happée par le vagin de sœur Angélique. Le sexe du moine le remplissait totalement, frottant agréablement sur ses parois .Les deux sexes étaient moulés l’un dans l’autre .La sœur poussait de petits gémissements.
Frère Benoit effectuait toutes sortes de variations dans l’intromission de sa verge.
Quelquefois ,il la sortait du con presqu’entièrement , ne laissant que le gland turgescent au contact .D’autres fois ,il pénétrait au plus profond du vagin ,jusqu’à ce que ses poils vinssent au contact de ceux du sexe féminin ,qui laissait maintenant s’échapper bien involontairement ,une mouille abondante .
Frère Clément, cependant, s’était approché de l’autre extrémité de l’autel .Il souleva sa bure. Son pénis apparu, fièrement dressé .Le religieux saisit alors à deux mains la tête de sœur Angélique, pendante hors de l’autel, et entra sa verge brutalement dans la bouche de la pénitente.
"Repentez-vous, Sœur Angélique, Dieu est présent dans la chair que je vous offre et votre devoir est de l’adorer.".Sœur Angélique entreprit alors de faire bénéficier le membre du moine de variations inventives dont elle avait le secret. Elle lécha longuement cette superbe bite monacale depuis sa base, au milieu des poils du pubis j’jusqu’a l’extrémité du gland. Sa langue, mise en pointe, tenta plusieurs fois d’entrer dans le méat.
Le pénis rentrait maintenant au plus profond de la gorge, alors que les couilles du moine couvraient le nez et le haut du visage de sœur Angélique. Elle jouissait.
Frère Benoit sortit sa verge du vagin de la patiente, la posa sur son ventre et émit plusieurs giclées somptueuses de sperme blanchâtre.
Frère Anthelme se tourna vers l’assistance : "Allons mes sœurs ne laissez pas se perdre la semence divine que vient de nous donner Frère Benoit. Qui voudra en profiter ?"
Trois sœurs montèrent vers l’hôtel d’un pas décidé .L’une d’elle se mit à lécher le sperme du moine encore chaud, pendant que l’une de ses mains massait le sein le plus proche. Une autre étala la semence sur le ventre d’Angélique, sa main allant chercher le sexe proche, qu’elle visita.
Frère Clément faisait glisser en douceur son membre dans la bouche de sœur Angélique .Les chants s’amplifiant, il accéléra la cadence .Ses mains avaient saisi les seins de la suppliciée et les malaxaient en tous sens. Il les serrait avec le poing jusqu’à faire saillir exagérément les pointes, puis il les massait d’un mouvement circulaire en les aplatissant.
Puis il sortit sa verge et promena le gland sur le front, les joues, le nez de la religieuse .Soudain, sa bite pénétra la bouche brutalement et, dans un râle, Frère Clément éjacula. Il y eut une pleine bouche de foutre qui déborda jusque sur les joues et le menton. Sœur Angélique déglutit.
Suivirent quelques instants de repos.
"Chantons ensemble" reprit Frère Anthelme "pour rendre grâce à notre Seigneur J-C de son indulgence et de sa bonté. Les sœurs qui voudront communier aujourd’hui même peuvent donner un baiser de Paix au sexe de Sœur Angélique puis elles se placeront derrière l’autel en récitant un "Notre Père ". Dépouillez-vous ensuite mentalement et physiquement des biens matériels d’ici-bas en quittant vos vêtements .Laissez-les tomber au sol sans crainte et apparaissez entièrement nues à notre Seigneur. Vous en serez gratifiées. Mes biens chers Frères et bien chères sœurs, ainsi s’achève la cérémonie de purification de sœur Angélique .Celles et ceux d’entre vous qui le désirent peuvent se rendre dans la salle capitulaire où vont se dérouler dans quelques instants des exercices complémentaires évacuant les mauvaise pensées .La chair est faible, hélas ! La luxure doit être poursuivie en permanence et sans relâche. Vous trouverez dans la salle capitulaire de quoi guérir les plus mauvais penchants ! "
"Mon Enfant," dit alors la Mère Supérieure, s’adressant à sœur Angélique " allez prendre place dans la Salle capitulaire où Frère Sébastien vous attend."

A SUIVRE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de doc aldo
mercredi 14 janvier 2015 à 11h01 - par  doc aldo

Bravo pour votre texte, tout y est. l’ambiance religieuse, l’aspect punition rituelle, le voyeurisme des moines....hummm j’adore - Doc Aldo

Navigation

Articles de la rubrique

  • L’Eglise de la Purification

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur