Les débuts d’une soumise 1

Chapitre 1
jeudi 23 juin 2011
par  domisexy
popularité : 1%
3 votes

Cela remonte à plus de 20 ans, jusque là notre sexualité était tout à fait classique. Celui qui n’étais pas encore mon mari mais déjà mon amant avait 3 amis. Nous sommes allés diner dans un restaurant, j’étais vêtue d’une jupe portefeuille assez sage et d’un chemisier avec juste 2 boutons ouverts. La soirée était agréable, nous avions tous un peu bu et étions très joyeux. La conversation a tout d’un coup dévié sur le sexe, parce qu’une femme d’une trentaine d’années était passé devant notre table et qu’elle semblait ne pas porter de soutien gorge, ce qui a émoustillé mes compagnons.

L’un d’eux m’a alors mise au défi d’en faire autant, je lui ai répondu que ce n’était pas un problème, que je pouvais même enlever ma culotte, cela ne me faisait pas peur ! Je ne voulais pas passer pour une fille coincée, et plus je parlais et plus j’étais acculée dans mes affirmations. Au bout d’un quart d’heure de discussion j’ai abdiqué : Je me suis levée et suis allée aux toilettes, j’ai ôté mon soutien gorge et ma culotte en dentelle et suis retourné m’assoir à table avec mes sous vêtement dans la main.
Ils m’observaient tous les quatre et le plus effronté d’entre eux a voulu voir mes dessous pour être sur que je les avais bien enlevés. Je les lui ai tendus dans le creux de ma main mais il s’en est saisi rapidement et les a exhibés comme un trophée ! Il refusait de me les rendre et mon copain ne faisait rien pour m’aider. Il a même dit à l’autre de les poser en évidence sur la table ce qu’il s’est empressé de faire tout en m’empêchant de les récupérer ! Plusieurs personnes sont passées devant notre table et les ont vus, le serveur aussi et il n’arrêtait plu de me regarder.

J’étais très troublée mais je jouais la fière devant mes amis et essayait de ne rien laisser paraitre. Mais je sentais mes lèvres se mouiller et s’écarter. Mes copains ne me quittaient plus des yeux et continuaient à me provoquer. Nous partîmes du restaurant et il fut décidé d’aller chez l’un d’eux dont les parents étaient absents.

Arrivés chez lui, les autres continuèrent en me disant qu’on voyait bien que je ne portai pas de sous-vêtements parce que mes seins bougeaient beaucoup, vexée je leur rétorquais qu’ils étaient fermes et n’en avaient pas besoin ! Ils disaient aussi que ma jupe rentrait dans mes fesses et qu’on savait donc que je n’avais pas de culotte, etc.…

Je voulais récupérer mes vêtements mais ils ne voulaient pas me les rendre. C’est alors que mon copain m’a dit « Si tu nous fais un strip-tease on te les rendra ! J’ai d’abord refusé en les traitants de fous mais je me suis résignée à le faire pour récupérer mes habits et faire plaisir à mon amant qui me regardai avec un drôle d’air. Ils ont mis de la musique et je me suis levée pour commencer mon effeuillage.

J’ai dansé quelques instants devant eux, ils m’ont servi un whiskey que j’ai bu d’une traite tout en dansant pour me donner du courage et j’ai commencé à déboutonner mon chemisier, bouton après bouton. Au deuxième bouton on commença à entrevoir mes seins, l’atmosphère a brutalement changée, plus personne ne riait et ils ne me quittaient plus des yeux. Je devenais moi aussi de plus en plus excitée et je perdais complètement pieds. Tous mes principes et toute ma pudeur se sont envolés d’un coup, j’avais devant moi 4 hommes qui étaient suspendus au moindre de mes gestes et je trouvais cela fascinant, mon ventre et mon sexe étaient en feu et je me suis laissée aller. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
- d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de henic
jeudi 23 juin 2011 à 19h15 - par  henic

Si c’est « pour [son] plus grand plaisir... », c’est aussi pour le nôtre. Voici un début aguichant, même si le « copain-amant » n’a pas vraiment le beau rôle, en fait : il se fait mener par ses amis beaucoup plus qu’il ne mène la danse. Mais l’occasion fait parfois le larron, voyons comment il s’en tirera...