La fille à Saint-Guirec

samedi 14 juillet 2018
par  shiloh
popularité : 32%
4 votes

Elle est assise dans une chaise en osier sur la terrasse d’hôtel, regardant la mer et les pierres de terre brune. Elle pense que le bosquet est trop soigneusement taillé. Elle souhaiterait qu’on le laisse pousser plus sauvage.
La fille va à l’intérieur, à sa chambre. Elle s’assoit dans le fauteuil rouge, ouvre son carnet sur la petite table ronde, écrit :
Il me dirait : « Tu sais qu’il est interdit de porter un slip. Enlève-le ». Mes yeux se baissent. Comment est-ce qu’il sait ? Il doit m’avoir vu le mettre par le miroir quand il était dans la salle de bain. C’est très court et ample, la robe qu’il me fait porter. Il sait que je me fais du souci pour montrer tout. J’ai essayé d’enfiler un slip pendant qu’il ne regardait pas. Je lui ai désobéi, et maintenant je me sens affreuse. Je l’enlève. Je suis debout là, mon slip autour de mes chevilles, n’osant croiser son regard. « Tu es ma fille ? » demande-t-il. Je le suis. « Et ma fille fait comment ? » Comme vous dites, toujours comme vous dites. « C’est ça. Mets-toi là ». Il montre la cheminée du doigt. Il y a deux bâtons sur le manteau, trop fraîchement coupés pour être utilisés comme de petits bois. Je sais trop bien ce à quoi ils servent....... J’obéis.......

Son copain bouge dans le lit. « Tu es levée tôt, dit-il, tu recommences ? »
La fille glisse son carnet dans son sac.
« Tu as envie du petit déjeuner ? lui demande-t-elle. Je n’ai pas encore mangé.
— Je te veux, toi », dit le garçon en souriant.
La fille le voit devenir en érection sous les draps. Elle traverse la chambre, vient dans le lit. Le matin, il aime être pris par sa bouche, et elle le fait, pour lui plaire. Mais il ne demande jamais plus qu’elle ne veut donner, ne la force jamais en bas, ne retire jamais le sexe de sa bouche et la gifle pendant qu’elle en est halètement, puis le lui fait encore avaler.
Elle se lève et va se brosser les dents. Elle se regarde dans le miroir, la joue qu’elle souhaite piquer de sa gifle, les cheveux qu’elle souhaite avoir été saisis plus fort.
On prend le petit déjeuner sur la véranda. La fille prend un croissant pour le beurrer pour son copain, mais il en a déjà pris un pour lui. Elle mange la moitié du sien et des fraises. Elle regarde le garçon. Il mange comme un ogre. Elle aime la façon dont le vent joue avec une boucle de ses cheveux.
La fille voit ensuite le château de granit rose au loin, avec ses tours néogothiques, son isolement austère. Elle sort son carnet, écrit :

Je suis appelée devant Monsieur le Comte, en ne portant que des chaussures à boucles et un corselet, mes seins nus perchés au-dessus, ma chair tremblant quand son valet me conduit brusquement, mes cuisses et mon ventre complètement exposés pour mieux exciter le libertinage de mon maître. Ici, loin des regards indiscrets, il fait toujours honte à ses pauvres bonnes ainsi. Le comte s’arrête de manger une grenade.
« Valentin me dit que ce matin, comme tu réglais ma table, il t’a vue tremper un doigt dans un bol de confiture et le lécher ».
Je me retourne vers le valet un moment, qui glousse d’amusement sadique.
« Tu sais que l’abondance de ma table est à moi et à moi seul, et pourtant, tu en as volé ».
—  Mais ce n’était qu’un petit goût.....
—  Ingrate ! Valentin, cherche le chat ».
—  Oh Monsieur ! par pitié, j’avais tellement faim !
—  Faim ? Je ne te fournis pas de pain, et assez de vin pour t’aider à dormir après les divertissements du jour ?
—  Monsieur, je vous en supplie !
—  Tourne-toi, ma petite voleuse, et arrête de pleurer, on n’a même pas commencé
Je peux seulement prier que ma punition ne soit pas aussi dure que mon maître a coutume d’en rendre….

« Tu es si belle, dit le garçon. Je t’aime.
— Regarde cette vieille femme là-bas, dit la fille.
— Tu penses qu’on sera toujours ensemble à cet âge ?
— Son chien a peur des vagues.
— Il n’a jamais vu la mer avant, peut-être.
— Elle est venue peut-être ici, cette dame, quand elle était jeune, et a prié le saint pour un mari, comme autrefois. Il est peut-être parti, mais elle vient toujours là, pour se souvenir de lui.
— Ou ses prières ont resté sans réponse, dit le garçon.
— Si, le saint y répond toujours.
— Je ne savais pas que tu étais si superstitieuse.
— J’ai envie d’avoir la foi, dit la fille.
— Tout le monde aussi, n’est-ce pas ? »
On est assis en silence pendant un moment, en écoutant au petit chien aboyant sur les vagues.
Plus tard, à la chapelle, dans un coin où rejoignent les murs du bâtiment cruciforme. Ils s’embrassent. La fille serre le garçon, elle se recule. Elle veut se sentir le dos au mur, piégée, impuissante. Ils s’embrassent encore. La main du garçon glisse sous la robe.
« Je veux faire l’amour partout avec toi », dit-il.
E-lle sent le sexe pressé à son ventre.
« Et si tu m’attrapais en regardant un autre homme ? demande la fille.
— Je le tuerai.
— Et moi, tu me punirais ? Si j’ai connu ses baisers, si j’ai connu les parties de son corps où il aime être caressé ?
— Je ne pourrai jamais te faire de mal, dit le garçon.
— Ne dis pas ça », dit la fille. Elle l’embrasse passionnément.
Plus tard.
La marée arrive. La fille marche jusqu’à la plage. Elle traverse les bas-fonds vers l’oratoire ancien. L’ourlet de sa robe se mouille et colle à ses cuisses. La fille atteint le côté de l’oratoire qui fait face à la mer. Il y a seulement le bruit du vent et des vagues.
La fille lève ses yeux vers la statue du saint et lui offre une prière silencieuse.




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur