Sévices militaires -3-

dimanche 15 avril 2012
par  Ballet boots
popularité : 2%
8 votes

Mes joues me brûlent, j’ai l’impression que ma tête va exploser.... J’ouvre les yeux. Je me rends compte que je suis en train de recevoir des claques. Je referme les yeux croyant faire un cauchemar, mais rien ne change, ma tête est projetée de droite à gauche. Je me souviens d’un seul coup de tout : De la combinaison en caoutchouc, du chef qui m’a ligoté, du hangar à l’écart de tout, des sévices de la veille, de mes mains menottées dans le dos, des fellations, du sac de couchage, des lanières et d’un seul coup je sens l’urine qui a glissée dans le bas de mon corps et qui me donne cette impression tellement désagréable d’être trempé. Je vois le visage de mon maître juste au-dessus de moi en train de prendre son élan pour me frapper. Je reçois encore une claque qui me provoque un flash blanc. Je grommelle dans mon bâillon des sons incompréhensibles, comme pour crier au secours, mes yeux sont écarquillés. Il s’arrête d’un seul coup voyant que je suis réveillé.
— Et ben ma cochonne, j’ai bien cru que j’y arriverais pas…T’as le sommeil lourd, salope !
Il se tient à califourchon sur moi. J’ai du mal à émerger, j’ai la tête en feux certainement à cause des claques, mais aussi à cause du somnifère pris la veille, avec qui plus est de l’alcool. Il se relève et se met à me faire rouler sur moi-même d’un bout à l’autre du lit. Je sens l’urine se déplacer tout autour de moi. Il m’assoit au bord du lit toujours saucissonné dans le sac de couchage en caoutchouc.
— J’vais pouvoir commencer à m’occuper d’toi maintenant ! J’t’ai laissé faire la grasse mat, mais maintenant c’est fini !
Il sort de la pièce, j’entends la porte d’entrée claquer. Pendant plusieurs minutes je reste là assis au bord du lit à me demander ce que je fais ici, et surtout à me demander ce qui va m’arriver. Je me souviens du coup de file à mon père pour lui dire que je ne viendrais pas en permission, j’ai à nouveau les larmes aux yeux.
Il réapparaît avec dans ses mains un bout de tuyaux d’arrosage et un entonnoir. Il m’attrape par le cou pour essayer de tirer un peu ma capuche. Mais avec la bande adhésive qui enserre ma tête, il a beaucoup de mal à la décoller. Il enfile le tuyau d’arrosage que je sens descendre le long de mon ventre. Puis arrivé au raz de mon cou, il place l’entonnoir dans l’orifice du tuyau qui dépasse tout près de ma joue. D’un seul coup je réalise ce qui va se passer… ! Il sort son sexe de son pantalon en cuir et vient se placer juste au-dessus de l’entonnoir.
— J’ai une grosse envie de pisser d’puis que j’m’suis réveillé et j’m suis dit qui me manquait un urinoir…Et ben voilà. ! C’est fait ! LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF

N’hésitez pas à laisser vos commentaires, c’est enrichissant de savoir comment vous ressentez ces histoires qui sont un peu particulières. Merci d’avance.



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires