Une autre histoire

Chapitre 8 et 9 (à suivre ????)
samedi 8 mai 2010
par  Tuo
popularité : 3%
5 votes

Immobile et à genoux, j’entendais Aurélie s’affairer dans mon propre appartement. J’essayais de deviner ce qu’elle était en train de faire, en fouillant dans mes armoires…Je n’avais aucune idée de l’heure et du temps que je passais ainsi, mais cela n’avait aucune importance. Je me délectais de la situation, et il me paraissait normal qu’en qualité de soumise, je devais attendre qu’on ait du temps pour moi.

Aurélie allait et venait dans l’appartement. A chaque fois qu’elle passait à côté de moi, elle effleurait mes fesses ouvertes par le plug.

— J’allais oublier de vous joindre les coudes. J’aurais pu être puni pour cette inattention.

Je sentis alors la jeune femme passer une corde au niveau de mes coudes puis tirer dessus. Elle ne me ménageait pas et je pensais qu’elle prenait du plaisir à me tourmenter ainsi. Une fois les coudes joints, Aurélie noua fermement la corde. La douleur était bien présente, sans parler de l’inconfort lié à cette nouvelle entrave, qui avait aussi comme effet de me relever la poitrine. Ma passivité à subir les tourments de la jeune esclave de mon maitre et ma satisfaction me troublaient. Un filet de liquide s’échappait de mon ventre et je ne savais pas pourquoi je pensais toujours à Claire, que j’aurais aimé savoir là, à me voir ainsi offerte et soumise…
La sonnerie d’un téléphone interrompait mes pensées fantasmagoriques de ma cousine qui m’introduisait un plug entre mes fesses après m’avoir ligotée….Ecouter m’était encore autorisé :

— Aurélie

— (…)

— Oui Monsieur elle est prête.

— (…)

— Oui Monsieur, elle sera suffisamment élargie mais j’ai été contrainte de la bâillonner.

— (…)

— Oui, elle est très docile. Et très excitée aussi.

— (…)

— Oui Monsieur. Merci de m’avoir permis de pouvoir l’utiliser. Elle peut progresser afin d‘être acceptable pour vos amies. Mais j’ai pris beaucoup de plaisir. Encore merci. J’espère pouvoir l’utiliser à nouveau.

— (…)

— Très bien Monsieur. Nous vous attendons. Je me prépare. A tout de suite Monsieur.

Il y avait quelque chose dans la voix d’Aurélie qui me troublait….Du respect mêlé à de l’excitation, et quelque chose d’autre qui m’échappait. J’étais en train de comprendre que la privation de plusieurs sens accroissait les autres.

— Le maitre sera là dans un quart d’heure, j’ai juste le temps de profiter à nouveau un peu de vous et d’être en tenue réglementaire. Vous avez de la chance, j’aimerais beaucoup être à votre place. En tout cas, je pense que vous ferez une esclave remarquable et que nous nous entendrons bien.

Je sentis Aurélie dans mon dos, puis le bâillon se détendre.

— Restez à genoux, je vais vous guider vers mon ventre.

Aveugle, je sentais pourtant que j’avais la tête sous les jupes d’Aurélie. Celle-ci le guidait de ses mains et au moment où je sentis la chaleur de son ventre, et malgré mes entraves, je prie soin de donner avec ma langue tout le plaisir que l’autre esclave attendait de moi, sans arrière pensée. J’étais là pour ça et c’est de toute façon ce que j’étais venue chercher.

Malgré l’inconfort de mes entraves et la douleur dans mes fesses, j’arrivais à coller mes lèvres contre le sexe imberbe d’Aurélie et je m’étirais le plus possible afin d’enfoncer ma langue dans son ventre. Il était chaud et humide, et je sentais le mien bruler de désir et de plaisir. Je sentais Aurélie vibrer sous les caresses de ma langue et de mes baisers fougueux à son intimité. Je sentais le plaisir monter chez la jeune femme et j’essayais de faire en sorte que le mien ne monte pas, car les quelques mouvements que je pouvais encore faire faisaient bouger les 2 cylindres enfoncés dans mon ventre et mes reins, et j’étais à ma grande surprise très excitée à être contrainte de la sorte à donner du plaisir à une inconnue, sans être vraiment maitre de mes mouvements.

Rien ne m’avait laissé imaginer que j’aimerais autant faire l’amour une femme, ou plutôt dans mon cas procurer du plaisir. Je me délectais d’Aurélie, et je la sentis jouir à plusieurs reprises, alors que ma langue se dirigeait plutôt à l’instinct. J’avais envie d’apprendre, je voulais donner du plaisir et être efficace dans ma tache d’esclave.
Dans un dernier gémissement, Aurélie se retira. J’avais encore envie d’elle, mais le temps était venu pour autre chose. Sans un mot, elle me passa un linge humide sur mon visage souillé puis elle ajusta à nouveau le bâillon, et je me rendais compte que je lui facilitais la tache en ouvrant en grand ma bouche pleine encore de ses sécrétions intimes. LIRE LA SUITE

PRECEDENT ............................................................... A Suivre


Entrez votre pass abonné

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Doume
mardi 21 décembre 2010 à 10h55 - par  Doume

Excellent enfin du et des sens, du style...
La suite de ce recit sera agreable a lire.
A vous lire tres bientot.