Le dressage de Nathalie

jeudi 13 août 2009
par  nathykara
popularité : 5%
7 votes

Louise prend les coupes de champagne et les tends à Nathalie et Amélie

—  Portons un toast à Nathalie que tu sois à la hauteur de mes espérances comme Amélie. J’autorise Amélie si elle le souhaite à te raconter son histoire, la tienne commence aujourd’hui.
Sache que je suis une Maîtresse exigeante mais juste, je te laisse deux mois pour assimiler les différents services que j’attends de toi, Amélie te servira de guide, pendant ce laps de temps tu seras déchargée de toute obligation envers l’agence mais tu seconderas ta perceptrice dans ses travaux quotidiens.

Nathalie a du mal à boire sa coupe de champagne, le collier, les bracelets lui pèsent, elle n’ose pas parler ni regarder Louise, celle-ci s’approche, la contourne et l’enlace se mettant dans son dos. Ses mains saisissent le haut de la robe et d’un geste sec le rabat sous ses seins.

Le verre de Nathalie se repand par terre.

—  Idiote, à quatre pattes et nettoie avec ta langue, n’en perds pas une goutte.

Amélie débarrasse Nathalie de sa coupe.

Je me jette au sol et commence à laper la boisson, je sens un pied s’insinuer entre mes jambes et l’escarpin vient buter sur mon sexe, elle me caresse avec la pointe de celui-ci, malgré la honte je sens une montée de plaisir.

Louise me contourne et me présente sa chaussure luisante de ma cyprine.

—  Nettoie ta luxure, Cloé avait raison tu es une vraie chienne en chaleur, il suffit de te faire démarrer. Amélie prépare la table dans la bibliothèque.

—  Bien Madame.

Une fois la domestique éloignée :

—  Je n’ai pas changé mes sentiments à ton égard Nathalie mais je souhaite une compagne soumise et dévouée corps et âme, je veux que tu m’appartiennes et que tu sois à mon image et que lorsque nous rencontrerons mon cercle d’amis il ne puisse pas y avoir d’ambigüité même si je décide à te prêter à un homme ou une femme tu le feras pour moi.

Toujours à quatre pattes, jambes écartées, seins nus, j’ose lever un doigt sans lever mon regard

—  Tu souhaite parler ?

J’acquiesce d’un mouvement de tête.

—  C’est bien tu apprends vite, je t’autorise à parler.

—  Madame, moi aussi je vous aime, je m’en suis rendu compte au cours de cette journée et c’est pour cela que j’accepte ce que vous m’imposez, cependant j’ai une crainte de ne pas arriver à supporter les maltraitances que vous….

—  Idiote, il n’y a pas de maltraitance, ce n’est qu’un dressage, si tu apprends vite et que tu obéis, tu ne seras pas punie, si je te marque ce ne sera que pour montrer à certaines personnes que tu m’appartiens et ce ne sera jamais fait gratuitement pour te faire mal.
En société et en privé tu m’appelleras toujours Madame, tu ne me regarderas jamais dans les yeux, tu marcheras à côté de moi mais légèrement en retrait, tu porteras mes affaires ou paquets, m’ouvriras les portes ou tireras mes sièges, devancera mes désirs car je pense que tu y arriveras à savoir ce que je veux et quand je le veux. Tu pourras m’appeler Louise uniquement dans l’intimité de notre chambre et ce une fois que je considérerai que ton apprentissage est terminé. Finis ce que tu voulais me dire.

—  Je n’ai plus de famille qui s’intéresse à moi, j’ai découvert l ‘amour que je vous porte, je m’en remets à vous et je sens que vous ne ferez rien qui puisse me mettre en danger, je vous suis dévouée, je vous aime.

—  Lève-toi, viens prés de moi.

Une fois à côté d’elle, Madame caresse mes seins, agace mes bourgeons.

—  En guise de signe d’appartenance je ne vais pas te faire marquer au fer rouge mais je vais te faire tatouer différents endroits de ton corps :
Sur le haut de ton sein gauche, sur ta tempe droite, sur le poignet gauche, sur la cheville droite, au creux de tes reins et en haut à droite de ton pubis et je te ferai porter une plaque accrochée à la lèvre droite de ton vagin.
Toute personne voulant t’honorer ne pourra ignorer ton appartenance.
Nous irons chez mon esthéticienne qui te fera un maquillage et une épilation permanente.

—  Madame est servie.

Amélie interrompt cette conversation et nous nous rendons à la bibliothéque…..

La grande table est dressée, un seul couvert sur la grande nappe damassée, un coussin est placé à côté du siège de Madame, de moi même je m’agenouille, positionne mes mains dans mon dos et baisse la tête.

—  Bravo, bonne posture juste que tu dois écarter un peu plus tes genoux, voilà comme ça.

De la pointe de son escarpin elle m’a tapoté l’intérieur de ma cuisse jusqu’à ce que je me positionne correctement, cette position fait remonter outrageusement le bas de ma robe et découvre mes fesses et mon minou glabre mais humide.

Tout le long du repas Louise m’a faite manger en me donnant la becquée à la fourchette ou en me faisant boire dans son verre.

Nous passons au salon pour le café, Amélie me dirige vers le coin de la cheminée ou je découvre une chaîne qui pend du plafond, à l’aide d’un mousqueton elle réunit mes poignets au dessus de ma tête et la tend, je me retrouve pratiquement sur la pointe des pieds.

Madame, assise dans un fauteuil nous regarde en buvant son café et fumant un de ses cigares.

—  Enlève-lui sa robe

Une fois nue Amélie écarte mes chevilles et les bloque avec une barre, je ne tiens plus qu’en équilibre.

La domestique s’absente, Madame se lève et me tourne autour, agace un téton, pince une joue.

—  Ma chérie, je vais procéder à quelques tests, je souhaite connaître tes dispositions exceptionnellement je vais te dire ce que je souhaite te faire ce sera l’unique fois à partir de demain je ne te préviendrai plus à toi d’être toujours prête à me satisfaire, au début j’accepte quelques gémissements et quelques larmes puis il faudra t’endurcir.
Première épreuve Je vais commencer avec un martinet pour colorer ton joli postérieur puis je passerai à tes cuisses et je finirais par tes seins.
Seconde épreuve je vais te placer des pinces sur tes seins et tes lèvres, je t’épargne aujourd’hui la pince sur le clito.
Troisième épreuve je vais faire couler de la cire chaude sur ton corps que j’enlèverais une fois refroidie à la cravache.
Après cela Amélie te libérera et tu viendras me faire jouir uniquement avec ta bouche et ta langue tu garderas tes mains liées dans le dos.
En fonction de ta prestation soit tu dors pour cette première nuit avec moi soit tu reste avec Amélie à qui je donnerai carte blanche pour sa nuit.

Amélie revient avec un plateau roulant ou sont présentés les différents objets dédiés à mes tourments.

PRECEDENT ............................................................................... L’éducation de Nathalie



ZONE ABONNES

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur