La perte de ma soumise

vendredi 4 novembre 2011
par  romain89
popularité : 1%
1 vote

Voici le dernier résumé des séances que j’avais avec ma soumise qui me manque aujourd’hui !
contactez moi si vous voulez en apprendre plus...

« -L’amusement avait beaucoup pris place en ce moment plus que nos rapports corporels à vrai dire. L’humeur n’était plus aux corrections, aux ordres, aux sous-entendus. Une certaine distance s’était établie depuis quelques temps comme le volcan qui s’éteint après avoir fait une éruption fulgurante. Mais comme le volcan, il se réveille un jour sans prévenir…

Nous avions pris l’habitude de jouer aux courses de voitures pour nous divertir. Le but étant pour moi de gagner au moins une course. La chose ne se révélait pas si aisée car je trouvais ce jeu sans un intérêt. « Un jeu de garçon » par excellence. Mais là, l’enjeu en était tout autre.

« - Si tu perds une course, tu auras une fessée. »

Une pensée me traversa l’esprit : ne faire aucun effort pour recevoir ses faveurs et être au centre de son attention (chose que j’attendais depuis un certain temps) ou alors gagner et lui faire face d’une certaine façon. Autant laisser les événements arriver par eux même. Allez, cinq courses, en gagner une n’est pas si compliquée !!!

Première course, perdue. Deuxième, troisième, quatrième reçoivent le même sort. C’est la dernière fait un effort. Savant que je ne gagnerais jamais celle-ci, j’abandonne et lui laisse la victoire.

« - Bien. Tu as perdu en position. »

Il s’est levé dirigé vers l’armoire où tous les trésors y étaient entreposés. J’ai quitté mon siège et me suis dirigée vers le bout de mon bureau. J’ai descendu délicatement mon pantalon à mes pieds et me pencha sur le bureau, mes seins s’écrasant contre lui. Ce jour-là, je portais des bas noirs et un string transparent rose pâle dont je n’avais pas pris la peine de retirer.

« - Baisse ton string aussi, je te veux cul nu ».

La voix de mon Maître était de retour. Les battements de mon cœur résonnaient dans ma tête. J’étais contente d’entendre cette intonation de voix, cet ordre que je n’avais pas entendu depuis quelques temps. La cravache et la badine étaient proches de moi et je savais le sort qu’elles allaient me réserver.

Ce n’était pas le cuir que je sentais tout d’abord mais sa main qui me caressait les fesses d’une douceur qui me surprit quelque peu. Elle caressait ma croupe puis elle se dirigeait vers mon intimité. L’excitation montait rapidement en moi du à l’absence de contact avec Lui pendant une période trop longue à mon goût. Ses doigts se glissaient sur mes lèvres et jouaient avec celles-ci puis un doigt s’insinuait dans mon humide intimité. Une vague de plaisir me submergea. Cela dura un court instant et me laissa dans le vague tentant de savourer ces secondes de plaisir.

Le premier coup me ramena à la réalité puis le deuxième plus cinglant. Au bout de dix, sa main caressa les rougeurs laissées par le cuir de la badine. Encore ses instants de douceur avant le retour de la tempête. La cravache cingla sur mes fesses. Les coups s’enchaînèrent sur mes fesses mais aussi sur mes cuisses laissant au fil des coups des stries rouges. Au bout de vingt percussions, sa voix se fit entendre.

« - Comment vas-tu ? », tout en caressant du bout des doigts les stries rouges vifs laissées par la cravache.

« - ça va, merci ». J’étais la première étonnée d’avoir supportée autant de coups sans en souffrir davantage alors que cet instrument était mon ennemi fatal m’amenant à pleurer après quelques coups.

« - Je vois que tu apprécies toujours autant que je m’occupe de toi », alors qu’un doigt pénétra profondément dans ma chatte humide et chaude. « Veux-tu que je continue ?

— Je ne sais pas à vrai dire. Je suis étonnée que mon Maître me laisse le choix alors que je n’en ai pas la liberté ».

La cravache glissait le long de ma raie puis se frottait contre mes lèvres chauffées par le plaisir qui se faisait de plus en plus grand. Je reçues vingt coups pour avoir formulé cette réponse. Mais, intérieurement, j’étais heureuse que mon Maître s’occupe de moi. Son manque d’intérêt à mon égard provoquait chez moi comme un état d’abandon, d’indifférence. J’aime être désirée, touchée, caressée, tourmentée, humiliée… J’avais pris énormément goût au rôle qui était le mien. UNE CHIENNE répondant aux envies, désirs de son Maître. Tantôt à lui lécher les testicules, sucer sa queue, caresser son anus… Chaque ordre était bon pour me divertir et me procurer du plaisir. J’étais contente que je sois l’objet de ses envies, de ses vieux démons et je ne voulais pas arrêter pour le moment d’être le centre de l’intention.

« - Veux- tu que je continu ? », alors que je sentais la pression de son corps sur moi.

« - Je ne sais pas.

— C’est pourtant simple. Veux-tu que je te frappe encore ou non ?

— Si je dis que je veux arrêter, vous allez peut-être continuer et si je dis que je veux continuer vous allez le faire cela reviendra au même.

— Je veux une réponse. »

Un dilemme faisait rage en moi : continuer ou arrêter les coups ce qui signifiait que mon Maître arrêtera de s’occuper de sa chienne. Les marques de cravache me chauffaient et je devais me rendre à la piscine le soir même avec des amis. Que diraient-ils quand ils verront les marques ? Que vont-ils penser de moi ? Je devais enfin me décider.

« - Je veux arrêter. »

Ses mots sortirent de ma bouche malgré moi. L’amertume commença à venir car je savais que je ne serais pas utilisée comme il se doit. Et me voilà de retour à la case départ…




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de favre
lundi 7 octobre 2013 à 08h09 - par  favre

bonjour
ally la telle mis au tapin réellement ,a telle continuer sont travail ou a tel d’émissionné
en attente de la réponse

Logo de zebra
jeudi 23 août 2012 à 08h27 - par  zebra

une super soumise qui a renplis sont role de chienne

je voudrais bien savoir si elle a été mise sur le trotoire se que je pence luis aurais convenu elle aime sa il faut continuer

Navigation

Articles de la rubrique

  • La perte de ma soumise

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur