Brins de poésie, grains de folie - Romance

Romance
dimanche 1er mai 2011
par  Isatitou
popularité : 1%
1 vote

Des flammes dansent dans l’insert du salon. Isabelle et Thierry, un couple d’une quarantaine d’années, regardent un piètre programme télévisé.

— Isabelle, en boîte samedi dernier, tu te souviens de la jeune hôtesse ?

— Heu ! Une belle et élancée jeune femme, mi-vingtaine, châtain clair et habillée hyper sexy,

— Oui Séverine.

— Tu connais son prénom ?

— Quand j’ai commandé nos consommations, je lui ai demandé.

— ON commande une Whisky-coca à sa femme, et ON en profite pour draguer la serveuse !

— Se renseigner du prénom c’est draguer ? C’est vrai, je la trouve très séduisante. Quant elle dansait sur le podium, je n’ai pas perdu une miette du spectacle.

— Je te taquine. Un vieux bouc comme toi a peu de chances de séduire une jeune et fougueuse pouliche comme elle.

— Je sais, je fantasme. Mais elle m’a inspiré ce poème. Tiens…

— Pas mal. Tu n’as pas perdu la main. Qui c’est : « nous » ?

— Toutes les personnes qui la regardaient danser avec envie.

— Ha ! Toujours aussi timide je vois ! Qu’il est loin le temps où, lorsque nous devions nous séparer en fin de week-end, tu me glissais dans la main un romantique poème.

— Je ne les ai plus en mémoire.

— Je les ai tous gardés. Attend, je vais les chercher.

— Je ne me doutais pas que tu y attachais autant d’importance !

— Tiens. Regarde celui là qui relate notre première rencontre.

— Et celui-ci… notre premier baiser

— Isabelle, être amoureux amène de la mélancolie aussi. Regarde

— Mais aussi un optimisme fabuleux. Thierry souviens-toi de celui-ci !

— Ha oui ! Et ces petits poèmes cadeaux, écris pour me remonter le moral lors de mes ennuis de boulot.

— Et ce qui devait arriver, arriva :

— Après tes poèmes sont devenus plus rares….

— Normal ! L’heure n’était plus à la rédaction mais à l’action ! Cependant certains naissaient encore en certaines occasions.

— Et passent les années…

— Ce poème à Séverine, je ne peux pas laisser passer ça.

— Cela te contrarie beaucoup ?

— L’esprit lubrique de mon homme s’égare vers une jeune nymphe. Il faut que je reprenne les choses en main, que je te mette dans le droit chemin. Déshabille-toi et pose tes mains sur la poutre de la cheminée.

— Puisque je t’en parle, ce poème ne constitue pas une imposture ! Alors pourquoi je me retrouve dans cette posture ?

— J’éprouve l’envie, SUBITE, de réutiliser un bel objet que tu m’as offert. Il s’ennuyait au fond de l’armoire.

— Hum, je retrouve ma maîtresse femme. Mais dépêche-toi, les flammes qui crépitent dans la cheminée, commencent à me roussir les poils.

— Monsieur à chaud devant. Il se languit d’avoir chaud derrière ! Patience. J’ajuste les sangles à ma taille. Je lubrifie ce viril phallus noir.

— J’écrirais plus souvent des poèmes en l’honneur des femmes qui me bottent.

— En attendant, prends-toi ma botte secrète dans le cul !

— Ouille ! J’ai perdu l’habitude, mais quel pied !

— Moi, mes automatismes reviennent au galop. Ho ! Les ruades de mon étalon t’excitent. Quel vier que voilà !

— Hum ! Tu tiens mon piaffant oiseau comme une plume d’écolier.

— Oui. Je veux te faire écrire, par une puissante envolée, un vrai poème d’amour sur la vitre de l’insert.

— Ouiiiii !! Je m’envole ! Les mots glissent sur la porte de l’insert. Mais j’ai bien peur, que ce jaillissant poème que tu m’inspires, ne se transforme en crème brûlée.

— Toute cette brûlante poésie m’a mis en appétit ! Lèche la vitre !

— Tu es folle, j’en perdrais ma langue natale ! Je préfère me régaler de ta chatte, au foyer ouvert, et chaude à souhait.

— Tu as raison. Lèche-moi. Hum ! Ta langue, mutine, butine ma féline mimine, quel délice !

— Tes lèvres salivent d’envie. Lentement, je les comble avec le fringuant étalon que tu maniais avec ardeur tout à l’heure.

— Oui. Insère dans ma chatte. Introduit ton index dans mon petit conduit. Mais surtout met à l’index les mots et lèche ! Oui comme ça ! C’est trop bon ! Je pars !

— Houa tu m’inondes de plaisir !

— Ma reprise en main t’a convaincu ?

— Oui, tu es la meilleure ! Je suis stupide de fantasmer ailleurs.

— Mais non ! Je suis folle de toi. Folle tout court. Thierry quand retournons-nous danser ?

— Quand tu veux. Pourquoi ?

— Pour que tu offres ton poème à Séverine, mais en ma présence……


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de Lady Sand
lundi 2 mai 2011 à 22h58 - par  Lady Sand

Une écriture toujours aussi juste et agréable à lire. Bravo pour ce site.
LADY SAND
Mon blog :
http://educationsm-exhib.over-blog.fr

Site web : Très beau texte

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur