2 La séance

mercredi 1er juillet 2015
par  Sybille
popularité : 1%
3 votes

Elle se relève, complètement frustrée. Elle le suit malgré elle, elle sait bien que protester ne sert à rien, voire empire les choses. Au salon, il a posé sur le canapé les vêtements qu’elle devra porter. Car si elle est libre de porter ce qu’elle veut dans la vie de tous les jours, lorsqu’elle est avec lui, il décide. Et si elle aime son confort, il aime sa féminité. Elle enfile donc une jupe assez courte, noire, légèrement évasée. Des bas noirs, qui lui vont parfaitement. Un petit haut gris perle, qui la moule comme une seconde peau et qui fait ressortir d’une manière totalement indécente ses tétons. Il a parfaitement choisi ! Comme elle va détester les regards qui vont se poser sur elle... et lui va adorer sentir sa gêne.

Elle est soulagée du froid qui sévit dehors, il lui permet de mettre son manteau et de cacher sa poitrine au regard des autres, du moins pour le trajet jusqu’au restaurant. C’est un répit qui la soulage. Mais au moment de sortir, elle se rend compte que ce froid qui cache le haut de son corps, s’insinue bien malgré elle en bas, caressant de sa sourde morsure les chairs malmenées qui sont serrées dans leur cocon de latex. Le contraste entre sa chaleur bien entretenue juste avant, et l’air glacial lui provoque un frisson qu’elle ne peut cacher. Son petit sourire à lui, toujours accroché à ses lèvres, lui montre qu’il y avait parfaitement pensé.

Et parce que sa maison ne se trouve pas très loin du restaurant, ils s’y rendent à pied. Après dix minutes de marche qu’elle aurait bien aimé plus rapide, ce tourment se stoppe enfin lorsqu’ils pénètrent dans le restaurant. Très gentleman, il la débarrasse de son manteau à l’entrée, et elle doit faire tous ces pas jusqu’à leur table, elle n’ose regarder personne, ni le serveur, ni les clients. Elle baisse les yeux et son regard tombe sur sa poitrine incachable...

Il la fait s’asseoir face à la salle, elle se sent vraiment mal à l’aise. Pourtant si elle veut surmonter cette soirée, elle doit dépasser cela. Alors, elle plante son regard dans celui de son amant, et, presque malgré elle, redresse le buste. Le petit sourire en coin qui lui fait face la soulage de son audace, elle est belle, tout le monde peut le voir.

Elle fait abstraction de la salle pour se concentrer sur lui, parce qu’à ce moment, rien d’autre ne compte. Il lui a imposé cette petite exhibition, elle se laisse faire... comme si elle avait le choix.

Ils se font servir à boire, commandent également une bouteille d’eau.

– Ma chérie, la bouteille est pour toi, tu va la boire entièrement avant que l’on arrive au dessert.

Elle le regarde d’air mauvais, comme si elle ne savait pas ce qu’il avait en tête.

Mais, à la fin du repas, alors qu’elle se tortille sur sa chaise et commence à se lever :

– Tu ne penses pas à détruire mon œuvre quand même ? interdiction d’aller aux toilettes, c’est moi qui enlèverai ta culotte. LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
vendredi 29 juillet 2022 à 11h08 - par  Henic

Une histoire de soumission, adultérine de surcroît, assez classique mais très bien contée et excitante en diable. Les deux chapitres sont indépendants et peuvent se lire dans le désordre.

Navigation

Articles de la rubrique