19- Plume d’ange

Chapitre 19
jeudi 3 septembre 2009
par  Angélique
popularité : 2%
1 vote

Sitôt seule avec les filles Hélène s’adresse à Niobé …

" – Maintenant je vais pouvoir m’occuper de toi … Niobé je dois t’examiner pour juger de la gravité de tes blessures. Installe- toi sur la table à langer."

Niobé obéi et s’assied sur la table à langer.

" – Couche toi. Relève et écarte les jambes ! "

Une lampe crayon en bouche, Hélène écarte doucement les grandes lèvres et regarde à l’intérieur du vagin de Niobé.

La lampe crayon en main …

" – Qui t’a fait cela ?"

" – Une fille avec un gros godemiché, dans un centre qui ressemble à une prison."

" –Tu as une dizaines de fines coupures. Tu as mal ?"

" – Oui … ça brûle."

" - Tu m’attends sans bouger."

La frimousse de Murielle s’encadre entre deux barreaux du lit cage. Elle ne quittera plus son poste d’observation jusque la fin de l’accueil de Niobé

Murielle …

" - A mon avis elle est partie chercher des langes à ta taille."

" - Tu crois ? "

Hélène revient avec des culottes nursing et un appareil photo numérique. Elle s’adresse à Murielle …

" - Toi tu ferais mieux de demander à être changée. Je pense que tu as le cul qui baigne dans l’urine. Tu ne le sens pas ?"

Mouchée Murielle se tais …

Hélène recule, et photographie Niobé dans le plus simple appareil. Gênée Niobé tire la tête.

" - Souris Niobé tu n’es pas en prison."

Wizzzzzz …. Le flash crépite une première fois

" – Place les mains derrières toi, laisse-toi aller en arrière et écarte les jambes. "

Wizzzzzz … wizzzzz …

" – A quatre patte jambes écartées, ton cul vers moi."

Wizzzzzz … wizzzzz … wizzzzz …

" - Fais-moi face. Ecarte les mains que l’on voie tes nichons. Relève la tête et souris."

Wizzzzzz … wizzzzz …

La séance photo dure un long moment pendant lesquelles Hélène photographie Niobé sous tous les angles.

Hélène …

" - Cette séance photos est faite dans l’éventualité où tu te sauverais. Ta Maîtresse a oublié de le faire. Dès ce soir tu seras fichée sur le réseau des esclaves. Il y aura le nom de ta Maîtresse, son adresse, son numéro de Gsm et ton nom. Ainsi que les photos que je viens de faire. Avec tes particularités qui sont celles d’être une esclave à vie et constamment en chaleur. Je suis tentée d’ajouter menteuse, mais comme je n’en n’ai pas la certitude je ne le ferai pas. Il y aura encore une séance de photos quand tu auras tes anneaux dans tes tétons et dans ta chatte et que tu seras tatouée. Si tu fuis je te signale en fuite et tu es recherchée. Celle ou celui qui te rattrapera auras le droit de te raser la tête et de t’enchaîner. C’est moi qui viendrai te rechercher. La suite se passera entre-nous deux dans la cage. Je finirai avec ceci … une esclave en fuite est toujours recherchée. Jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée … vivante ou morte. La traque ne s’arrête jamais."

" - Tu as des questions à poser ?"

" - Non Madame aucune. J’ai vu ce qui est arrivé à Caroline. Je ne veux pas subir la même chose."

Cela ne dépend que de toi.

Hélène range l’appareil photo et s’empare d’une culotte nursing.

" - Niobé ce sont des culottes nursing. Elle s’utilise, comme une culotte ordinaire, pour l’apprentissage à la propreté. Elle te permettra de jouir sans laisser des traces partout. Pour cette nuit et par précaution pour la literie, tu seras langée comme Murielle. Si tu restes sèche la nuit, tu porteras une culotte nursing pour dormir. Je préfère que tu jouisses dans une culotte nursing que dans les draps."

Niobé écoute attentivement Hélène en gardant le silence …

"- Je t’en met une pour te montrer comment on procède tu te débrouilleras par la suite. Elle est en papier. Tu feras attention à ne pas la déchirer avec tes ongles."

Hélène culotte Niobé puis tend les mains vers l’avant. Par réflexe Niobé attrape les mains tendues, tire et s’assied. Niobé, à moitié nue, se retrouve face à Hélène qui la regarde dans les yeux …

" - Aujourd’hui je t’explique les règles de vie de la maison. Je te demande d’écouter et de poser des questions quand tu ne me comprendras pas. Je ne pense pas que tu en auras beaucoup à poser."

La voie douce de Hélène contraste tellement avec celle de sa Maîtresse que Niobé mal à l’aise détourne le regard de son hôtesse et gardienne.

" – Tu n’es guère polie Niobé. Regarde-moi quand je te parle."

Niobé obéi et regarde Hélène dans les yeux …

" - Tu es sous ma responsabilité. Si tu essayes de te sauver, je t’enferme dans la cage qui se trouve en face de cette pièce. Tu y seras enchaînée jour et nuit. Dès cet instant, tu seras accompagnée pour tous tes déplacements dans la maison. Et à chaque fois reconduite dans la cage. Tu me verras une fois par jour quand je t’apporterai ta nourriture. Un jour sur deux je viendrai t’apprendre à obéir et je te ferai regretter chèrement ton escapade. "

Hypnotisée par la voix de Hélène, Niobé à l’impression de ne plus avoir de cerveau. Elle perçois les paroles de Hélène dans un état second.

Après une brève pause, Hélène poursuit sur le même ton monocorde …

" - Retiens bien ce que je vais te dire. Je te fais confiance. Trompe moi et tu te retrouveras en enfer. Quand tu changeras Murielle, regarde attentivement les traces sur ses fesses. C’est un échantillon à coté de ce que tu recevras comme correction quand on te ramènera chez moi. Tu as des questions à me poser ? "

Niobé s’éclairci la voix à plusieurs reprises …

" – Murielle m’a déjà dit que vous frappez fort quand vous punissez ou que vous êtes fâchée. "

Hélène …

" – Quand tu seras tentée de désobéir pense à Murielle. Vous êtes deux et celle qui désobéi et qui se fait prendre, entraîne l’autre dans la punition. Je ne négocie jamais une punition. "

Niobé frisonne de frousse et de froid. Hélène lui tend une veste de pyjama …

" – Enfile - là, j’ai assez d’une pisseuse. "

Hélène poursuit …

" – Ce qui est valable pour les punitions l’est aussi pour le plaisir. Quand l’une joui l’autre aussi. Chez moi tout se partage, les mauvaises et les bonnes choses."

" – Oui je vous ai compris et si …"

" – Il n’y a pas de si Niobé. Tu dois apprendre à obéir sans réfléchir. Me faire confiance et apprendre encore et toujours. Tu n’en sauras jamais assez pour contentez ta Maîtresse. "

Hélène fixe Niobé qui panique de plus en plus …

" - A la demande de ta Maîtresse je vais devoir t’apprendre à obéir et à masser. A ces demandes j’en ajoute une, celle de cuisiner. Une bonne esclave cuisine pour sa Maîtresse."

" – Oui Madame."

" - Tu m’accompagneras chaque jour pour faire les achats. Je resterai dans la voiture pendant que tu seras dans le magasin. J’effectue mes achats dans le même magasin que ta Maîtresse. Je pense que tu y connais déjà une vendeuse ? "

" – Oui Madame et je ne l’aime pas du tout."

" – C’est ton problème, cela ne me concerne pas. C’est le seul magasin que je fréquente, il es bien achalandé et me suffi largement. Je t’attendrai dans la voiture. Tu auras un délai raisonnable pour faire tes achats.

Hélène relève la tête de Niobé par le menton …

" - Oublie l’heure et je te l’a rappellerai à ton retour. Regarde Murielle et dis-toi bien que si tu fais une bêtise, tu l’entraînes dans la punition. Je pense te l’avoir assez répété."

" – Oui Madame plusieurs fois et de façons différentes."

Pendant tout son laïus, volontairement entre coupé de pauses, Hélène n’a pas quitté Niobé un instant du regard. Ni changé le ton régulier et monocorde de sa voix Son but est d’impressionner Niobé, de la mettre en condition pour toute la durée de son séjour.

Hélène …

" – Je t’interdit de m’appeler par mon prénom. Je vais te demander de faire un choix parmi deux propositions. Réfléchis bien à celle que tu vas faire. Je ne te donnerai pas de seconde possibilité. "

" – Je vous écoute attentivement Madame."

" – Tu peux m’appeler Maîtresse ou Maman … tu as une minute pour faire ton choix."

Niobé réfléchi du mieux qu’elle peut. Elle se demande ou se trouve le piège. Etourdie par la tonalité de la voix, elle essaye d’assembler ses idées. Ivre de sons, incapable de faire un choix, elle regarde Murielle qui agite désespérément deux doigts.

Hélène imperturbable …

" – Le temps est écoulé … J’attends ta réponse Niobé."

" – Je vous appellerai Maman."

Hélène toise Murielle qui prend un air angélique. Puis reporte son regard sur Niobé …

" – Je vois que tu fais déjà équipe avec Murielle, c’est très bien. Il ne te reste plus qu’à changer Murielle qui doit être trempée. Une toute dernière chose, tu mets des vêtements uniquement pour sortir. A l’intérieur tu restes en culotte nursing et pieds nus. Es-ce bien compris ? "

" – Oui … Maman."

" – Oublie cette règle et tu le sentiras passé. Prévenue une fois, c’est pour toute les fois. As-tu une question à poser ? "

" – Oui Maman … Pour vous parler je dois vous demander la permission ?"

" – Non jamais tu me parles comme pour le moment. Mais toujours en me vouvoyant. Tu as une autre question à me poser ?"

" – Non Maman aucune."

Hélène regarde Niobé avec un grand sourire radieux …

" – Alors je te souhaite la bienvenue chez moi. Apprentissage, Punition, Obéissance, Récompense. Ce sont les règles de la maison. APOR en abrégé. Tu retiendras ? "

La bouche sèche Niobé murmure …

" – Oui Maman."

Hélène se déplace et enlève le toit du lit cage pour permettre à Murielle de se lever.

Elle poursuit …

" – Murielle est une pisseuse. J’ignore pourquoi ? Le fait est qu’il faut la changer régulièrement et de plus en plus souvent. Ce sera à toi de le faire pendant ton séjour chez moi. Elle est majeure et lesbienne. Tu peux lui poser toutes les questions que tu veux. Si elle ne sais pas te répondre, c’est moi qui le ferait."

Niobé …

" - Oui Maman."

Hélène …

" – Murielle tu expliqueras à Niobé comment on vit chez nous. Je peux te faire confiance ?"

Murielle …

" – Oui Maman, tu peux me faire confiance."

Hélène …

" - Je vous laisse un moment."

Hélène sort de la chambre et referme la porte derrière elle.

Niobé …

" – Tu avais raison pour la voix. Elle m’a vraiment foutu la frousse, j’ai failli pisser par terre. "

" – A ta place j’éviterai de pisser par terre. Sauf si tu veux ramasser l’urine avec ta langue."

Pour pisser et le reste, le w.c. est dans la salle de bain. Les mains derrière la tête et les jambes écartées. Pour ne pas que tu te branles sur la toilette. "

" - Comment saurait-elle que je me branle ?"

" - Il y a des caméras presque partout. Mais pas dans la chambre, du moins je ne crois pas. Il y en a dans la cuisine pour ne pas qu’on vole la nourriture. Dans les escaliers et dans la salle de jeux. Et aussi sur le palier du deuxième étage. C’est là que ce trouve sa chambre. Et aussi une autre pièce que je ne connais pas."

" – Pourquoi agitais-tu deux doigts quand je devais choisir ? "

Murielle …

" – Pour t’aider à faire le bon choix. Je t’en ai parlé tout à l’heure. Tu avais déjà oublié ?"

" – Tout à l’heure à force de l’écouter parler, j’avais l’impression d’avoir bu, elle me saoulait de paroles. Il m’était impossible de rassembler deux idées. Quand elle m’a posé la question, je dois t’avouer que oui. J’avais complètement oublié les escaliers. Merci de ton aide."

Murielle assise sur la table à langer …

" – En parlant d’aide, je suis trempée. Tu pourrais me changer ? "

" – Tu as raison, je bavarde avec toi et j’oublie de te changer. Comment je fais ?"

" - Comme pour un bébé. Tu as déjà changer un bébé ?"

" – Oui mais il y a longtemps."

" – J’enlève le pyjama et tu fais le reste."

Niobé …
" – Tu me préviens si j’oublie quelque chose, mais je pense que ça ira. "

Murielle enlève son pyjama. En lange devant Niobé, elle guide sa compagne de chambre.

" – Tu jettes le lange dans la poubelle qui est dans la toilette. Tu me laves et ensuite tu me mets des vêtements propres. N’oublie pas de me mettre un change propre."

Niobé délange, lave et essuie Murielle. Couchée sur le ventre, Murielle présente ses fesses pour être soignée.

" - Maintenant tu me soignes les fesses."

" – Qui t’a fait cela ?"

" – Maman, hier soir. Regarde bien l’état de mes fesses. Tu auras la même chose si tu désobéis. Pour me soigner, il y un tube de pommade dans la salle de bain. Qui est caroline ? "

" – Une esclave qui s’est sauvée. Ma Maîtresse la rattrapée, elle lui a tondu la tête, la enfermée dans un cachot puis la rendue à sa Maîtresse. Quand elle est venue la chercher elle a été battue puis enfermée dans le coffre de la voiture de sa Maîtresse. Je te raconte ce que j’ai vu. Moi-même j’ai reçu la fessée par Maîtresse Yvonne. Elle frappe très fort. Je crois qu’elle est raciste mais je n’en suis pas certaine."

Niobé regarde les marques sur le cul de Murielle

" - Avec quoi as t-elle fait ça."

" - Avec ses mains et rien d’autre."

Niobé est stupéfaite de ce qu’elle voit. Les marques qui couvrent les fesses de Murielle sont de couleurs jaune verdâtre, bleu foncé et noir.

" - Ben dit donc. C’est pire que ma Maîtresse, je pense que je vais réfléchir avant de désobéir."

Niobé prend le tube d’onguent à l’arnica et en applique une couche sur le cul de Murielle. Elle pétri et masse les fesses offertes pour faire pénétrer l’onguent.

" - Retourne toi, tes fesses sont sèches. "

Murielle se met sur le dos, le sexe entrouvert et luisant de cyprine …

" – Niobé, donne-moi du plaisir s’il te plait. J’ai oublié ce que c’est. "

Niobé interdite …

" – Tu ne peux pas le faire toi-même ? "

" – Si bien sur … mais j’aimerai que ce soit toi qui le fasse."

Niobé hésitante …

" – Je veux bien mais très vite. Si Maman nous surprend on sera punie toutes les deux. "

" - D’accord mais tu vas jusqu’au bout." LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF
PRECEDENT .................................................................... SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de fx
vendredi 4 septembre 2009 à 20h42 - par  fx

Bonsoir Angélique
Je vous réponds sur l’orthographe : en fait ce sont les conjugaisons qui coincent parfois (elle obéi, ce serai, elle à 19 ans,...)
Mais ça passe largement au second plan, à coté de l’histoire.

Logo de Selene
vendredi 4 septembre 2009 à 19h50 - par  Selene

Moi aussi j’aime beaucoup votre histoire

Je suis très curieuse de connaître le prochain chapitre.

Je viens pas très souvent mais je suis quand même très impatiente.

Bravo miss Angélique pour cette superbe fiction et imagination.

A Bientôt.

Logo de Angélique
vendredi 4 septembre 2009 à 11h39 - par  Angélique

Bonjour
Votre interpellation m’étonne un peu. il est fort possible que l’une ou l’autre faute d’orthographe ai échappé à ma vigilance. Me les indqiuer me permetrait de les corriger et d’éviter de les reproduire. Je vous remercie de me lire et de vos encouragements.
Angélique

vendredi 4 septembre 2009 à 06h31

Une très bonne histoire dont j’attends chaque nouvel épisode avec impatience. Du dressage, de l’amour, (voire du mystère avec cette histoire de lait frelaté), il y a de quoi tenir en haleine pour (j’espère) encore de nombreux épisodes.
Si j’avais juste une petite critique à formuler, ce serait pour l’orthographe... Mais bon, c’est accessoire face au plaisir de la lecture. Bravo donc à l’auteure.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur