Orane et ses 3 soumises

mercredi 16 septembre 2015
par  FRANKIE
popularité : 2%
5 votes

Ce récit se veut une suite aux textes précédents de " l’asservissement de Laure " de Master Freeze, récit commençant une quinzaine de jours avant la fin du contrat entre Orane et Laure, Orane s’interrogeant sur la suite ou non à donner.

A quelques jours de la fin des 6 mois de contrat, c’est-à-dire à la fin de la Terminale, Orane était stressée, mais en tant que " dominatrice ", elle ne le montrait pas, stressée parce qu’elle voyait le temps passer, et elle ne voyait pas clairement l’avenir : 1 contrat non renouvelé d’une façon ou d’une autre, c’était la fin pour elle d’une histoire d’amour intense avec Laure où seraient terminés embrassades, caresses, cunnilingus, léchage et pénétration d’un cul adoré ; histoire d’amour qui prenait le dessus dans son esprit sur l’asservissement toujours apprécié d’une esclave, laquelle reconnaissait qu’ordres variés, punitions, humiliations perverses lui permettaient de mieux se situer dans la société, une personne apte à la soumission et à se laisser guider pour être enfin un jour elle-même, soit 1 fille habitée par un maitre- mot " obéissance totale " ; pas d’initiative, ne pas réfléchir, faire don de son corps…etc.
Bien sûr, Orane savait que cela serait difficile aussi pour Laure, elle qui lui avait déjà dit lors de la fin de l’épisode dans le " vestiaire des filles " qu’elle l’adorait et la vénérait, rien que cela, et qui le lui avait redit plusieurs fois par la suite, mais Orane se posait la question comment concrètement ce contrat pourrait se poursuivre ; en effet, toutes les deux vont terminer l’année scolaire avec un bac accompagné d’une mention très bien, c’était prévu d’avance pour les 2 rivales, vu leurs résultats scolaires ; Orane savait elle, que l’année prochaine elle entrerait à la fac de la ville voisine pour y faire des études de management, ce qui correspond bien à son tempérament, mais pour Laure elle ne savait quelles étaient ses intentions, peut-être que le trouble provoqué dans sa tête par cet asservissement continu mais allant toujours au plus intense ne lui avait pas permis d’y réfléchir !
Orane, n’aimant pas être stressée surtout pour des décisions qui engagent l’avenir, décida que dès le soir même, elle aborderait cette question avec sa petite chienne.
A 18 h cette dernière arriva chez sa maitresse, comme prévu, elle trouva la porte entrouverte de la maison, et donc pénétra dans celle-ci en jappant d’un joyeux Vouaf, Vouaf, Vouaf, Vouaf ! Et se dirigea tout de suite près de sa maitresse, se coucha sur les avant-bras et tête baissée fit moult baisers aux pieds nus d’Orane ; qui lui dit, tout en la caressant sur le museau et l’arrière train :
" Alors la petite chienne, je suis contente de te voir et te caresser. Dis-moi, as-tu passée une bonne journée ? "
La réponse de Laure fut très claire : "Vouaf,Vouaf,Vouaf,Vouaf, Vouaf ! " sur un ton joyeux.
Alors Orane voyant l’état d’esprit de Laure, se dit qu’elle pouvait aborder tranquillement les questions qui la stressaient :
" Petite chienne, tu vas laisser quelques instants ton statut actuel d’animal domestique, et te mettre à genoux devant moi, tête baissée, bras dans le dos comme tu es quand je t’ordonne de te conduire comme une soumise. "
Tout de suite Laure répondit : " Oui, maitresse adorée " (cette appellation spontanée fit beaucoup de bien à Orane) et vint se mettre devant elle comme cette dernière l’avait exigé.
" Tu sais Laure, le contrat que nous avons conclu entre nous arrive à son échéance le 15 juillet, après les résultats du bac ; je ne sais si tu as pensé comment ça allait se passer après : nous séparer dès que je t’aurais rendu le négatif promis ; ou conclure un nouveau contrat sous une autre forme peut-être ; ou un contrat à temps partiel, par exemple le week-end …etc. Dis- moi franchement qu’en penses-tu ? Ce n’est pas la soumise qui doit parler aujourd’hui, mais la jeune femme pleine de sentiments et qui réfléchit à son avenir professionnel, amoureux, familial… "
Laure resta toute ébahie de ce que maitresse lui demandait son avis, ce qui provoqua chez elle une émotion qu’elle avait du mal à cacher ; de fait Orane s’en aperçut, et elle fut rassurée quant à la suite ; Laure , tellement émue, resta quelques minutes à genoux devant sa maitresse sans rien dire, puis lui demanda
" mademoiselle, puis-je avec votre autorisation, vous appeler, en ce moment même, mademoiselle ORANE ? ; habituellement je vous dis , mademoiselle ou maitresse, et cela à cause du grand respect que j’ai pour vous ; même quand je pense à vous, et c’est souvent, je pense automatiquement à mademoiselle ou maitresse, gardant au fond du cœur ce respect pour vous, mais si je vous demande de vous appeler aujourd’hui mademoiselle Orane, c’est qu’en plus du respect, je voudrais exprimer toute l’affection, toute la vénération, tout l’amour que j’ai pour vous, et cela depuis l’humiliation que vous m’avez fait subir dans le vestiaire des filles, heureuse humiliation qui a provoquée chez moi un changement total de comportement. "
Orane, en attendant toutes ces paroles, était aussi émue et entrevoyait une issue positive à ces questionnements de la veille. Laure reprit la parole :
" maitresse, vous m’avez demandé avec bienveillance mon avis ; mon désir le plus profond serait de renouveler mon contrat avec vous, continuer dans cet état d’asservissement où je suis depuis presque 6 mois, que ce soit comme soumise, ou esclave, ou même petite chienne, puisque c’est comme cela que vous le désirez actuellement et vous m’avez fait découvrir combien cet état m’amenait à une liberté intérieure, savoir que j’étais à la bonne place maintenant, ayant oublié mes attitudes d’il y a quelques mois qui me faisaient parader devant mes amies ou mes camarades ; oui mon seul désir ancré en mois depuis quelques semaines, c’est de m’engager de nouveau avec vous dans le cadre d’un nouveau contrat ; comment se fera la mise en œuvre pratique de ce contrat, je pense que vous trouverez la solution car vous savez dominer toutes les situations ; le seul problème qui m’est venu à l’esprit depuis que je pense à m’engager pour un nouveau contrat, c’est la crainte que vous n’acceptiez pas pendant encore quelques années ( je ne sais pas le nombre, pour moi ce serait pour la vie !) d’avoir la charge, lourde très souvent, d’une fille comme moi , dont il faut avoir sans cesse à l’idée comment la faire évoluer pour son bien, ne pas en faire une fille " godiche " mais une fille qui a besoin sans cesse de savoir qu’elle ne peut être heureuse que si elle est dans une obéissance totale et perpétuelle vis-à-vis de sa maitresse ; oui ma présence doit être pesante pour vous ! "
Orane écoutait tout cela avec beaucoup d’attention, ravie d’entendre sa petite chienne évoquer elle-même combien elle a tiré profit de son asservissement, qu’elle n’aurait pas accepté au départ s’il n’y avait eu son chantage ; elle lui répartit :
" Tu vois, Laure chérie, nos désirs les plus intenses sont les mêmes : renouveler le contrat initial ; nous verrons ensuite de combien d’années et de quelle façon, mais toujours avec un engagement réciproque, pour toi un asservissement total voulu par moi-même, asservissement fait de contraintes, de punitions, parfois d’humiliations, mais dans l’objectif toujours de te faire évoluer toujours plus, pour moi un engagement à te protéger, mais aussi à t’aider à aller toujours plus loin, à comme je te le disais dans le vestiaire des filles, à avoir envie de te faire mal quand je devine ton envie d’avoir mal. Laure, si tu es d’accord pour un nouveau contrat, ne dis rien, mais couche toi à mes pieds et baise mes souliers en signe d’allégeance vis-à-vis de moi ! "
Laure s’exécuta immédiatement, trop contente de voir ses rêves se réaliser ; puis, au signe d’Orane, se remit à genoux. Cette dernière reprit la parole :
" Voyons les conditions pratiques : 1° ce contrat sera un contrat renouvelable de 1,2 ou 3 ans ou plus, nous le déterminerons après. Où ce contrat va-t-il s’exécuter ? Une première question Laure, que vas-tu faire après ton bac ? "
"J’envisageais d’aller à la fac dans la ville voisine pour faire des études de management . "
" D’accord pour la ville voisine, mais pas des études de management ; ce sont celles que j’ai déjà décidé ; une maitresse et une soumise ne peuvent se côtoyer sur des bancs de fac, tu le comprends ? "
" Oui maitresse " répondit Laure un peu dépitée, mais elle ne pouvait qu’obéir.
" Ce soir tu en discuteras avec tes parents ou ta mère, et tu me donneras ton choix demain. Mes études en fac durant 3 ans, nous ferons un contrat de 3 ans. Tu viendras demain soir chez moi, habillée en soumise ; je te ferais signer le contrat que je vais préparer ce soir. Le lendemain nous partirons nous inscrire toutes les deux à la fac et trouver un logement. Par ailleurs, Je voudrais parler d’autre chose avec toi ; d’abord une nouvelle qui ne te fera pas plaisir : nous recevrons demain une de tes anciennes amies, Nathalie, celle qui t’a dit dans le vestiaire des filles qu’il te fallait oublier son numéro de téléphone ; oui nous la recevrons dans le séjour et elle aura la surprise de nous voir, moi dans mon fauteuil comme hôtesse, et toi ma petite chienne à mes côtés , couchée sur tes avant-bras, un collier autour de ton cou et ta laisse attachée à celui-ci et pendante. Je sais que cela sera une humiliation très grande qu’elle te voit comme cela, mais je lui expliquerais tout ce qui s’est passé depuis le début, combien je t’ai fait souffrir, mais combien tu as changée ; je lui ferais comprendre que sa réaction dans le vestiaire des filles était méchante, qu’elle n’avait pas vue combien tu étais déstabilisée par mes agissements pervers ; si je la fais venir demain, c’est parce que , après toutes les explications que je lui aurais données, je voudrais que vous redeveniez amies ; nous verrons plus tard comment y arriver. D’autre part, tout-à-l ’heure tu m’as dit que tu hésitais à me demander un nouveau contrat par ce que tu devais être pesante à la longue pour moi ; en fait ce n’est pas le cas ; mais de temps en temps j’aimerais être soulagée d’avoir toujours le souci de te contraindre , de te punir parfois, d’avoir toujours à l’esprit à te faire évoluer ; aussi j’aimerais trouver une personne de confiance qui prenne de temps en temps la relève ; alors dis-moi : ta mère est toujours à la maison, souvent seule parce que ton père est très pris en dehors de son boulot et par ses activités politiques ? "
" Oui maitresse, c’est la réalité "
" Ta mère quel est son tempérament ? Autoritaire ? "
" Quand j’ai été petite, choyée par mon père qui me passait tous mes caprices, j’en ai fait voir de toutes les couleurs à ma mère, souvent seule à cause des absences de mon père, qui donc se trouvait bien seule pour exercer l’autorité parentale, et cela dura jusque vers l’âge de 16 ans , la sentant souvent indécise dans ses décisions concernant mon éducation, indécise pour savoir si elle me punirait ou pas ; et puis vers l’âge de 16 ans, je ne sais pourquoi, je ne sais si elle avait reçu une formation pour, son autorité s’est affermie, elle m’a plus souvent punie, à la fessée, au martinet ,à la cravache parfois, ce qui m’amena à un changement déjà, acceptant ces punitions comme bienfaisantes pour moi. (Je crois que je m’orientais déjà vers l’univers de la soumission !) Quoiqu’il en soit mes relations avec ma mère sont devenues très apaisées, avec beaucoup d’échanges entre nous, même maintenant, même si parfois elle se montre autoritaire ! "
Orane lui dit alors : " Est-ce que cela te serait possible d’avoir ce soir une conversation avec ta mère où tu lui expliquerais dans le détail ce que tu vis avec moi depuis bientôt 6 mois, mon chantage avec les photos (bien sût il te faudra lui parler de ton comportement de salope dans les vestiaires le vendredi ) et l’asservissement de plus en plus intensif que je t’ai fait subir, au point de t’obliger à avoir un comportement de chienne aujourd’hui ? bien sûr ton père resterait en dehors de tout cela ; il ne comprendrait pas ; par contre, si tu as de très bonnes relations avec ta mère, elle peut comprendre, et c’est là où je voudrais en venir, elle pourrait accepter de prendre le relais pendant les week-end et me remplacer pour te donner les contraintes nécessaires et aussi pratiquer de nouveau la fessée avec toi, et t’imposer les marques de respect que je t’impose. Qu’en penses-tu ? Penses-tu qu’elle pourrait accepter une telle responsabilité ? "
Laure réfléchit quelques instants, se disant intérieurement que ce serait une façon pour elle de faire plaisir à sa maitresse que sa mère accepte ; elle répondit donc à cette dernière :
" Oui, maitresse, ce sera dur pour moi de me montrer à ma mère sous un autre jour que celui qu’elle me connait ; mais sachant maintenant combien le relais que prendrait ma mère pourrait vous soulager, je vais essayer de la convaincre. "
" Donc, reprit Orane, si ta mère est d’accord avec ma proposition, tu lui diras de venir se présenter à moi demain à 18 h, et donc tu seras déjà là et tu assisteras aux décisions que nous prendrons toutes les deux pour toi ! "
Laure fut surprise qu’Orane présente cela comme une convocation pour sa mère, mais elle ne dit rien (quelques jours après Orane s’expliquera là-dessus)
Le lendemain, vers 17 h, Laure arrive chez sa maitresse, qui lui ordonne
" Déshabille-toi complètement ! " puis lui met son collier de chienne auquel elle attache la laisse, et lui ordonne de nouveau : " mets-toi par terre près de mon fauteuil, les avant-bras au sol, la tête droite mais les yeux baissés ! Nous allons attendre ainsi Nathalie à qui j’ai donné rendez-vous et qui ne va pas tarder. " LIRE LA SUITE

Une première suite, très différente, au récit de Master Freeze a également été imaginée par masterplayer que vous pouvez lire ICI




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Da45
jeudi 17 septembre 2015 à 16h15 - par  Da45

Excellent récit également.

La direction de cette "suite" est différente de celle imaginée par masterplayer mais promet également de bonnes lectures.

A suivre donc...

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur