Georgen d’Oronte


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 24 février 2011
par  Georgen d’Oronte

Les abandons de Geneviève

En un long soupir de demi-satisfaction Geneviève repose son stylo-plume sur son secrétaire. Elle vient de finir un article destiné à une publication historique après quelques semaines de recherche. Demi-satisfaction car si cet article lui paraît bon, son corps lui rappelle qu’elle n’a pas fait l’amour depuis plus de trois semaines. Son mari, Georges, semble gaspiller sa vie à arpenter le monde à la (...)

samedi 15 mai 2010
par  Georgen d’Oronte

3 - Les présentations de Geneviève - Chap 16 à 23

Seizième partie
Avec des gestes d’une exquise féminité, Geneviève défait un à un les boutons de son spencer qu ’elle pose délicatement sur le cuir noir du siège, puis ceux de son chemisier et apparaît à Sadorge en soutien-gorge blanc en voile de nylon qui laisse facilement deviner son contenu. — Un écran prometteur, dit-il. Veuillez me tourner le dos pour vous dégrafer puis cacher vos seins de vos mains. (...)

vendredi 5 mars 2010
par  Georgen d’Oronte

2 - Les présentations de Geneviève - Chap 11 à 15

Onzième partie :
Georges et Saint-Hubert sont assis autour d’une table recouvert d’une nappe vichy dans une alcôve tranquille d’un restaurant Place des Vosges. Ils viennent de terminer leur repas entre amis et sirotent un armagnac hors d’âge . Malgré l’ambiance détendue , Georges prend la parole nerveusement :
Mon cher Francis, je ne peux répondre à ton invitation. Nous sommes en juillet et mes (...)

samedi 6 février 2010
par  Georgen d’Oronte

1- Les présentations de Geneviève - Chap 1 à 10

Première partie
Nous en avions parlé, Geneviève et moi après avoir fait l’amour, de ce manque qu’elle ressentait en elle, même lovée contre moi et apparemment repue de désir . Je me décidai à aborder ce sujet le soir de notre second anniversaire de mariage devant deux flûtes de champagne rosé.
— Tu es une jeune prof dynamique de 32 ans, sure de toi dans ton métier et pleine d’avenir . Mais en (...)

Commentaires récents

14 octobre

Henic traduit MERVEILLEUSEMENT un excellent texte. L’auteur sait parfaitement doser, relater, ménager le suspense. Le traducteur réussit à rendre d’une façon SUBLIME la pensée de l’auteur, rendre très (...)

13 octobre

Elle accepte sa soumission et se prend au jeu. Il souffre mais prend beaucoup de plaisir. C’est presque un cliché !
Mais c’est en tout cas bien raconté et cela met en émoi - douloureux - le lecteur (...)

12 octobre

Voilà une histoire fort bien racontée. Elle me fait penser au film « The pet » (2006), ainsi qu’à l’histoire « Olenka » d’Alex Cordal, en ligne sur ce site de rdf. Il y a bien sûr de très grandes (...)

5 octobre

Voilà en effet une visite médicale très orientée ! Elle s’exerce sur une femme d’un naturel très soumis, ce qui facilite bien sûr l’exécution de la manœuvre.
Il est toujours étonnant de voir un mari livrer (...)

28 septembre

Parler d’éveil est déjà être dans le pléonasme, ou mettre la barre très haut, au choix. La séance vécue par la soumise n’est pas de celles que l’on vit au tout début d’une relation D/s : la durée, mais (...)

27 septembre

Après la lecture de ces quinze pages, on se demande si les hors d’oeuvres subis par la femme n’étaient déjà pas une punition. Apparemment pas vu l’annonce finale d’un geôlier. La traduction est (...)

26 septembre

C’est une approche pour le moins originale du mariage : le mari candauliste assumé et volontaire n’est pas si fréquent.
Voilà une histoire bien troussée, c’est le moins que l’on puisse dire (...)

24 septembre

Que voilà une histoire bien troussée !
Le piège était presque gros, mais entre gens de bonne compagnie, on finit par se comprendre et même, dans le cas présent, fort bien !
Le style est riche sans être (...)

20 septembre

ENFIN ! Laure et M se rencontrent. A la page 104 mon impatience est enfin récompensée. Un peu d’action ne nuit pas. De plus une fessée couronne cette entrée en matière. Christine sait parfaitement (...) Il est TRES étonnant que Luc n’impose pas le port d’un préservatif à Fabien pour la scène finale. A moins d’être certain que Lola prenne la pilule, et encore avec les maladies qui traînent... Il est (...)