Brigitte Chap 2

mercredi 17 octobre 2007
par  Lord Byron
popularité : 1%

Le lundi matin je retourne donc à mon bureau persuadé que je n’aurai pas de nouvelles de Brigitte avant la semaine suivante. Pourtant vers 11 heures le téléphone sonne …

— Bonjour mon chéri, tu me manques…

— Tu n’as pas peur d’appeler …Et ton mari ?

— Il est rentré à la maison seul, il a du travail …

— Il t’a fait l’amour ce week-end

— Il était fatigué, j’ai essayé avec ma bouche mais il a refusé…

— Etrange personnage ; alors tu es en manque ?

— Oui enfin pas tout à fait : je me suis caressée en pensant à toi cette nuit, plusieurs fois …

— Et ton mari

— Il est rentré hier soir.

— Et toi tu t’es salopée plusieurs fois ?

— Oui enfin trois fois …

— C’était bon ? Tu avais l’habitude de faire cela ?

— Oui mais pas comme cela, pas avec autant de plaisir… tu es en train de me révéler

— Ah oui ? Tu n’avais connu que ton époux jusqu’à présent ?

— Oui c’est lui le premier … et le seul … jusqu’à vendredi

— Redis-moi cela avec des mots plus crus … excite-moi

— Je me suis masturbée … je me suis branlé la chatte

— Comment as-tu procédé ?

— Comprends pas la question

— Dedans ou juste dessus

— Ohhh la première fois juste dessus et les deux autres dessus et dedans

— Combien de doigts ?

— Deux et puis trois la dernière fois … c’est un peu gros et ça rentre difficilement mais c’est très bon ; j’ai vraiment joui très fort

— Tu as touché ton petit cul ?

— Oh non je ne peux pas ; je crois que je n’y arriverai jamais

— Mais si je t’y amènerai Que portes-tu ?

— La nuisette et un peignoir rien d’autre

— Ouvre le peignoir et caresse toi les seins … pince les bouts

— Hummm c’est bon ; j ‘ai envie de descendre …mon sexe

— Dis-moi que tu as envie de branler ta chatte de salope pour moi

— Ohhh nonnnn

— Allez caresse-toi avec un doigt tout autour de la chatte mais tu ne touches pas le clito, tu n’ouvres pas et tu ne pénètres pas. En même temps tu continues à triturer alternativement tes deux nichons.

Pendant plusieurs minutes je l’entends gémir en pensant qu’elle ne tiendra pas et qu’elle ira directement se finir en touchant son clitoris. Mais non elle ne va pas craquer. Je suis excité au plus haut point ; cette femme est géniale

— Mon chéri, je suis au bout, je veux finir s’il te plait ?

— Sois plus précise salope, plus crue

— J’ai envie de me dérouiller la chatte … s’il te plaiiit ??

— Pince le clito et tire dessus mais retiens toi

Elle s’exécute tout en gémissant que c’est très dur de ne pas succomber ; je l’entends haleter et se crisper. Je lui demande de lâcher le clito et d’essayer de rentrer quatre doigts.

— Nonnn je n’y arriverai jamais

— Essaye au moins

— Oui je commence par trois… voilà j’essaye … oh oui ça rentre doucement ; non, je n’y arrive pas

— Va et vient avec ta main, continue

Elle se tait et pendant quelques secondes je n’entends plus que les gémissements du plaisir qui monte et soudain ;.. une explosion … un cri étouffé pour ne pas alerter le café en dessous. Enfin elle reprend son souffle.

— Lèche tes doigts ma petite salope, on passera à quatre la prochaine fois.

Après quelques timides réminiscences de principe, elle s’exécute et trouve cela plutôt bon …enfin excitant. Je lui demande si elle est rassasiée ou si elle a encore envie.

— J’ai encore envie, tu me rends folle mais ça ne serait pas prudent

— Touche ton petit cul salope

— Non s’il te plait pas ici et pas seule… pas tout de suite… j’ai peur

— Ok j’accepte exceptionnellement ton refus mais sache que je t’enculerai la semaine prochaine quand on se verra

— ….

— Je t’écoute

— Oui (timide) mais tu feras doucement

— Bien sur ; tu sais je te veux obéissante et soumise

— Oh ce mot obéir, comme il m’excite…je crois que la femme doit être l’esclave sexuelle de l’homme et je voudrais l’être pour toi

— Continue sur cette voie salope ; je voudrais que tu lises un livre

— Lequel ?

— Histoire d’O tu connais ?

— De nom ?

— Achète-le, lis le et ne me rappelle que lorsque tu auras fini

— Oui mon chéri

— A bientôt et pense à moi, je te l’ordonne

— Je t’embrasse dit-elle et j’aimerais te sucer.. je rêve de ta queue

— Attends la semaine prochaine

— Je t’appartiens dit-elle … tu me manques

Clic

Le jeudi suivant, elle appelle à peu près à la même heure ; sa voix est chaude je sens qu’elle est pleine de désir et de plaisir. LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF

PRECEDENT ................................................ SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur