Deserrance


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 14 juillet 2007
par  Deserrance

Les mots de Christine

Lorsque je l’ai rencontrée ce sont ses propres mots qui ont formé en moi la grammaire d’une langue lointaine, profondément mienne et pourtant jamais verbalisée. Pour la première fois je savais esquisser les contours d’un monde étranger jusqu’alors. Un monde où la majuscule habille le D, et la minuscule dévoile le s. Tous ces codes je les découvrais en lisant les récits qu’elle savait si bien conter. Elle (...)

jeudi 22 septembre 2005
par  Deserrance

Sirènes

Deux heures du mat, le son des oruchas a baissé progressivement, les gens sont partis après avoir fini leur dernier verre, le bar a fermé ses portes et c’est à regret que nous avons pris le chemin du retour. Dans l’ascenseur, ma femme s’est rapprochée imperceptiblement, j’ai fait de même. Nous nous sommes pris au jeu, nos mains nous ont échappé, notre souffle s’est accéléré, l’air s’est fait manquant, (...)

mercredi 27 juillet 2005
par  Deserrance

Poussière d’étoiles

Enfin, ce rêve tant attendu approche. Enfin, je vais pouvoir caresser, goûter ta peau, tes seins, ton sexe brûlant. Enfin je vais pouvoir découvrir le corps d’une autre, le posséder, m’y abreuver et enfin… m’y noyer. Enfin, je vais pouvoir te sentir frémir sous mes caresses. Enfin je vais posséder ton corps. Cet instant, je l’ai rêvé tant de fois. Tant de fois, seules, abandonnées à mes plus intimes (...)

mardi 5 juillet 2005
par  Deserrance

S’il m’était donné...

S’il m’était donné de pouvoir te toucher, de pouvoir te sentir, je ferai de toi une déesse du plaisir, je ferai de toi une princesse de désir. Alanguie sur ta couche tu attendrais chaque instant de ta vie que mes mains se posent sur tes courbes, tu ne penserais à rien d’autre, tu ne vivrais pour rien d’autre. Ton corps jamais rassasié m’attendrait jour et nuit. Ton esprit toujours assoiffé ne penserait (...)

mercredi 9 mars 2005
par  Deserrance

Cadeau d’un corps

Je nous imagine moi attaché, entièrement soumis à toi ma maîtresse vénérée, tu tournes autour de moi, mes yeux sont bandés, je sens ton souffle effleurer ma peau frissonnante, je sens ton corps me frôler sans jamais me toucher, j’entends ta voix suave mais exigeante qui m’ordonne de m’abandonner entièrement à toi, puis tes mains se posent sur mon torse, tu me griffes légèrement, je gémis doucement de (...)

mercredi 2 mars 2005
par  Deserrance

Goutte d’eau

Ma Maîtresse, voici ton Maître qui t’écris.
Tu es seule dans un sauna, tes pensées vagabondent, tu t’imagines entièrement livrée à ma bonne volonté, tu deviens mon esclave, cette chaleur t’aide à t’abandonner en toute simplicité.
Tu es allongée sur le ventre, une serviette est déposée sur le bas de tes reins, on aperçoit la naissance de ta raie...
La moiteur se fait de plus en plus ressentir, tu as (...)

Commentaires récents

29 août

Cette histoire commence très bien : le récit monte en puissance jusqu’au bout du chapitre, et laisse penser que les chapitres à venir seront au moins aussi (...)

24 août

Un grand merci pour vos commentaires. Pour ma part, il n’y aura pas de suite à cette histoire, libre à ceux et celles qui veulent en écrire un autre chapitre, bon courage à eux.
Bonne journée à (...)

20 août

Ce récit est intéressant. Il constitue en fait une introduction à une histoire de candaulisme mêlé de BDSM, dont la suite reste à écrire.
Frankie prendra-t-il le relais, ou Marsajean et lui écriront-ils (...)
Une excellente histoire qui met l’eau à la bouche pour avoir envie de lire la suite. Un GRAND BRAVO à Marsajean pour ce nouveau récit.

7 août

Roger est-il le mari ou le frère de la nouvelle maîtresse de Tania ?

6 août

Peut-on dire que la morale est sauve ? Il faut alors qu’elle soit bien élastique...
Mais au sein du cadre original du scénario, l’histoire est bien contée. Certes, il ne faut pas être totalement (...)
Une excellente adaptation d’un roman parfaitement traduit par Henic. Un grand plaisir de lecture. GRAND MERCI à vous. Sylvain.

1er août

Voici une histoire originale, surtout du fait de l’évolution des relations entre les parties prenantes.

29 juillet

Merci pour vos commentaires. Il est vrai que j’aurais pu commencer par une fessée mais comme l’action primaire se passe dans un manège, la cravache s’imposait.

20 juillet

Le titre résume parfaitement l’histoire.
Le couple décrit est heureux de sa manière de vivre et chacun accepte de servir le plaisir de l’autre selon ses désirs.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur