Trio

vendredi 21 mars 2003
par  Christine Arven
popularité : 1%

J’ai rencontré Pascal un soir au détour d’un chat. Nous avons vite sympathisé (normal, me direz-vous sur un chat la nuit !) Mais lui était particulièrement sympathique compte tenu du nombre de tarés du cul que l’on peut également rencontrer.

Aussi, quand un soir, il m’a demandé si je voulais entrer en contact avec une des ses amies, je ne me suis pas faite longtemps prier.

C’est comme ça, que j’ai fait la connaissance de Babette, jeune femme d’une cinquantaine d’années récemment convertie aux joies du sexe sans tabou et qui fait preuve d’un entrain communicatif et rafraîchissant.

Nos échanges sont restés quelques temps purement virtuels mais, le curiosité de la découverte aidant, nous avons décidé de nous rencontrer réellement tous les trois. Rendez-vous fut donc pris et l’hôtel réservé…

***

C’est donc le cœur battant qu’un matin au lieu de me rendre au bureau, je suis allée à la gare où m’attendait déjà Babette pour récupérer Pascal qui arrivait par le train.

C’est la première fois que je voyais Pascal et je ne fus pas déçu. Un homme avec beaucoup de charme et pas mal du tout… Pas très grand, brun, souriant. Quant à Babette, nous avions déjà eu l’occasion, puisqu’elle habite Marseille, de nous rencontrer autour d’un verre et d’échanger quelques confessions qui avaient eu le don de m’exciter et de me donner très envie de la connaître davantage, en tout cas de manière plus intime.

Lorsque nous sommes arrivés à l’hôtel, nous avons eu un moment de flottement. Finalement un peu intimidés par la situation mais nos rapports se sont vite réchauffés quand Pascal nous a toutes les deux attirées à lui et a commencé à nous caresser les fesses tout en nous disant ce qu’il comptait nous faire, ce qu’il comptait qu’on lui fasse, ce qu’il comptait que nous nous fassions toutes les deux.

Nos vêtements ôtés, Babette et moi nous sommes allongées sur le lit sur lequel Pascal est venu nous rejoindre. Nos corps se sont alors enchevêtrés, mélangés, mêlés. Sous ma main je sentais la peau lisse et douce de Babette qui faisait place à la peau plus rêche de Pascal. Mes doigts se refermait sur le sexe tendu de Pascal et puis glissaient entre les cuisses de Babette, remontaient jusqu’à son sexe s’humectant de sa moiteur. Mon sexe, mes seins étaient pareillement sollicités soit par les doigts de Babette un peu timides au début, soit par les doigts de Pascal beaucoup plus intrépides.

Echauffement des corps qui se cherchent, s’emboîtent, se découvrent. Mes doigts mêlés à ceux de Pascal qui s’immiscent entre les lèvres mouillées de Babette que j’entends commencer à gémir. Premier baiser échangé avec Babette dont la douceur féminine me fait soudain fondre et rompt mes dernières pudeurs.

Debout, mains attachées, yeux bandés. Je suis à leur merci. Des mains me parcourent. Pareillement douces et chaudes. Caresses multipliées qui excitent chaque parcelle de mon corps. Le plaisir qui monte. La bouche de Pascal qui titille du bout de sa langue mon clito. Les lèvres de Babette qui se posent sur mes seins et en tètent les mamelons. Leurs mains sur mes fesses, mon ventre.

Changement.

C’est maintenant Babette qui est attachée. Ma bouche parcourt son corps offert, rencontre la bouche de Pascal. Nos langues mêlées sur le corps de Babette qui se tend. Je descend plus bas. Je glisse mon visage entre ses cuisses qui s’ouvrent. Ma langue sur son clito. Je la lèche doucement. Son odeur, sa chaleur m’envahissent et me font tourner la tête. Vertige des sens devant cette douceur lisse qu’elle m’offre et le goût salé et sucré tout à la fois de sa chatte. Son corps se cambre. Le sexe dur et raide de Pascal qui s’immisce à son tour entre ses cuisses. Ma langue qui va du sexe de Babette à la queue de Pascal qui se frotte lui arrachant des râles de plaisir. Je défaille sous le désir.

Nous sommes maintenant de nouveau sur le lit. Pascal entre nous deux. A lui d’être à notre merci mais il se soumet à notre convoitise de bonne grâce. Nous nous penchons sur lui. Ma main guide sa queue entre les lèvres de Babette. Je le branle alors que Babette le lèche. Puis , à mon tour de le sucer. Nous alternons, chacune notre tour puis, ensemble. Nos bouches se rencontrent, et nous le léchons ensemble dans un même mouvement mêlant nos langues avides. Baisers échangés sur le sexe de Pascal ce qui l’excite encore davantage. Pascal allongé, les yeux clos puis qui nous regarde. Sourire de connivence.

Babette et moi sommes maintenant à quatre pattes sur le lit, Pascal debout au pied du lit, nous lui présentons nos fesses. Sa main qui nous palpe. Sa queue qui nous envahit à tour de rôle. Nous lui offrons nos chattes, notre cul. Mes doigts sur le clito de Babette alors qu’il s’introduit dans son cul. Mouvement de sa queue qui va et vient en elle. Je suis allongée, jambes largement écartées. La bouche de Babette. Sa langue. Elle me lèche avec ardeur. Pascal debout derrière elle la sodomise. A mon tour d’être à genoux Pascal planté en moi pendant que Babette, placée sous moi, me lèche.

Sensation d’extraordinaire plénitude. Plaisir intense. Cri. Souffle court et haletant. Nous ne sommes plus trois, nous ne faisons plus qu’un unis dans un même plaisir. La jouissance qui jaillit, nous submerge tour à tour nous laissant haletants et épuisés.




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur