Maîtresse Pervertie 1/3

Une séance très particulière
vendredi 19 août 2011
par  lÔrye
popularité : 3%
5 votes

Au risque de choquer les âmes sensibles, je vais vous compter la séance que j’ai vécue hier. Loin d’être ordinaire, elle est pourtant l’une des plus belles qui m’est été permise de vivre.

Sophia, mon soumis, m’a avoué qu’il avait, sans mon autorisation, ôté sa cage, pour se donner du plaisir…. Cette provocation, ce manquement à son engagement ne pouvait pas rester impuni… il lui fallait recevoir une punition exemplaire, une punition qui sorte de l’ordinaire.

J’ai donc pris le temps de préparer ce qui serait un moment très particulier et vais vous le raconter.

J’ai donné rendez-vous à Sophia dans une station-service. Il n’avait absolument aucune idée de ce qui l’attendait, ni ou je voulais l’emmener. Il avait eu pour consigne de porter sa cage de chasteté et de s’habiller normalement. Il devait apporter son collier d’esclave ainsi que ses chaines.

A peine avons-nous commencé à rouler que je lui ai demandé de baisser son pantalon et mettre en évidence sa queue, qui déjà, était à l’étroit dans sa cage. Il était si tendu, stressé, que je me délectais d’entretenir le mystère. Nous avons ainsi roulé 1h durant laquelle je ne me privais pas de le caresser.

Arrivés au donjon, l’ordre est tombé de se mettre nu, à genoux devant moi. Une fois vêtu de son collier, de menottes aux poignets et aux chevilles, nous nous sommes dirigés vers la croix de st André ou je l’ai attaché bien solidement… lui glissant des mots crus à l’oreille. Lui rappelant qu’il n’était que ma chose, une salope, et qu’il allait payer pour son égarement. La pression montait irrémédiablement, et son souffle m’indiquait qu’il était au comble de l’excitation…. Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer…

Le fouet de latex est venu s’abattre sur sa queue… ses couilles… ses tétons ! Ses couinements se sont intensifiés, j’ai donc décidé de la bâillonné… avec un anneau l’obligeant à garder la bouche ouverte et accessible. Ce bâillon à l’énorme avantage de pouvoir y accueillir mes doigts trempés de sa mouille pour lui prouver qu’il n’était devenu qu’une chienne entre mes mains

Après le côté face… le côté pile. Ses fesses et son dos se devaient de rougir ! J’aime cette douce couleur obtenue lentement, après une longue période de chauffe permettant de devenir plus endurant, plus réceptif à la douleur, la laissant se transformer en plaisir.

C’est alors que tout a changé, vers un monde que j’avais accepté, voulu, souhaité. L’homme que j’avais choisi pour être mon Maitre est entré doucement. Surprenant ? Non. Avant d’être domina j’ai été soumis. Qui mieux qu’une soumise peut comprendre les émotions de ceux qu’elle malmène.

En silence je l’ai reçu, et j’ai mené Sophia dans la cage, sans lui dévoiler la présence du Maitre qu’il n’avait vu rentrer, ayant les yeux bandés. Une fois bien enchainé dans la cage, les yeux furent libérés, et il découvrit la présence de Maitre P. Intrigué et inquiet, je lui expliquais que sa punition était loin d’être terminée. Et que celle-ci consisterait à être terriblement frustré, en assistant à un spectacle surprenant, celui de sa maitresse transformée en chienne, en soumise docile… humiliée. Quant à lui, il n’aurait d’autre choix que d’assister à ça, et peut être aurait il le loisir d’y jouer un rôle.

Maitre P me fit alors me changer ! Je quittais ma robe de cuir pour enfiler une jupe courte de latex, un serre taille laissant ma poitrine accessible, des bas, et des bottes à talons hauts. Il me mit un collier de métal et me fit mettre à genoux.

Je sentais le regard de Sophia sur moi, et voulus tenter de l’ignorer, mais impossible.

Je sombrais doucement dans mon nouveau rôle, entrant dans ma bulle de docilité et d’acceptation.

Maitre P me mena vers une longue barre triangulaire, suspendue au plafond. Je due la chevaucher, avant qu’elle ne monte, m’obligeant à me mettre sur la pointe des pieds pour ne pas trop souffrir. La barre appuyant sur les chaires délicates de mon sexe. Il me lia les bras très hauts dans le dos, ce qui eut pour effet de me déstabiliser d’avantage et m’empêcher de lutter contre les sévices qu’il pouvait désormais m’infliger. Mon clito devint vite très gonflé sous l’effet de ses caresses insistantes. Mes fesses sensibles sous les claques qu’elles recevaient. Mes seins douloureux sous ses doigts qui les pinçaient fortement.

Puis je fus conduite sur le grand lit… pour y être attachée très solidement en croix. Une fois excitée par un violent vibro, Sophia fut sorti de sa cage pour venir me lécher. Il devait me faire crier de plaisir, et ne s’en priva pas, avec dextérité, je dois bien l’avouer. Il prenait gout à cette séance si particulière. Je le sentais fou d’excitation, et sa langue me prouva que c’était le cas.

La suite est plus difficile à raconter… car la base de ce qui me fut infligé fut de l’humiliation. LIRE LA SUITE

La suite de cette histoire de Lorie est disponible pour les abonnés du site




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Crabou
dimanche 21 août 2011 à 15h30 - par  Crabou

J’aime vivre ce genre de séance et je suis en train de préparer une rencontre entre deux de mes Maîtresses qui devraient être un grand moment pour moi mais pour elles aussi.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur