Les nouvelles drogues du plaisir....

vendredi 19 février 2016
par  Fannydeparis
popularité : 1%
9 votes

Nous sommes en 2016, une importante organisation fait des recherches secrètes sur une nouvelle substance, dans un laboratoire ultra moderne de la région parisienne.
Cette filiale très discrète d’un grand groupe pharmaceutique bien connu est composée d’une vingtaine de personnes, pour la majorité ce sont des chimistes recrutés dans le monde entier. Le patron de cette petite entité est un homme puissant dans la mafia internationale, il est recherché par de nombreuses polices et a trempé dans tous les trafics les plus rentables…Il se fait appeler Mr Max !

Cette étrange équipe vient de mettre au point une nouvelle drogue indétectable, il faut passer maintenant par les tests sur les humains pour pouvoir se rendre compte des effets incroyables de ce produit sur les organismes et les cerveaux. Une vague d’enlèvement est prévue durant ce weekend, dans toute la région autour de Paris, quatorze personnes sont déjà ciblées. Les repérages se font depuis plusieurs semaines…..douze jeunes femmes et deux hommes vont devenir des cobayes !
Monsieur Max a sélectionné avec soin ces futures victimes aidé par deux médecins et un psychologue, dans ces choix, des personnes jeunes en pleine forme, des célibataires en parfaite santé.
Moi je suis Mona, la première jeune femme enlevée par les équipes de Mr Max, j’ai 24 ans, je suis une petite brune pétillante aux cheveux mi long, je suis plutôt fine mais bien proportionnée et mes formes menues plaisent aux hommes…Je suis attachée dans une petite cage de verre, un homme inconnu me parle, il a la cinquantaine, il m’explique dans le détail ce que je fais ici …en attendant que tout le monde soit arrivé et enfermé dans sa cellule de verre. Je suis terrifiée, l’homme parle tranquillement de ses projets fous, de ses expériences déjà faites sur des animaux mâles et femelles.
De nouveaux arrivants complètent progressivement les autres emplacements vitrés, en quelques heures nous sommes au complet, 12 femmes et 2 hommes. Des assistants de Mr Max nous déshabillent rapidement déchirant nos vêtements, profitant de la situation ils nous tripotent sous le regard amusé du chef, ils sont armés de matraques électriques !
C’est nu et debout que nous devons écouter le discours de « Bienvenue » ! « Mes chers invités, vous avez été sélectionné pour participer aux tests du tout nouveau ZARMAX 100, la première drogue de synthèse du plaisir, c’est un produit dans lequel son organisation a mis beaucoup d’espoir et d’argent ! »
« Mesdames et messieurs vous serez donc les toutes premières victimes au monde de cette substance incroyable qui va transformer vos existences en quelques prises seulement, dans deux jours vous ne serez plus les mêmes ! » « Nous allons vous mettre ces colliers électroniques d’identification, ils contiennent toutes les informations utiles et à venir et ont été fabriqués sur mesure pour chacun d’entre vous, ils ont aussi d’autres fonctions que vous découvrirez plus tard. »
Les assistants nous posent les étranges colliers de métal sous la menace des aiguillons électriques, les cercles se verrouillent aussitôt autour de nos cous….Le maitre des lieux nous quitte, il nous donne rendez ce soir à 20h00 pour les premières injections….
Malgré notre terreur nous discutons entre nous, nous faisons connaissance, ma petite voisine de cage une jeune et jolie blonde de 18 ans se nomme Claire, elle est encore plus stressée que moi ! Mon autre voisine est une superbe rousse de 28 ans à la peau très blanche constellée de petites taches de rousseur, elle se prénomme Mylène, elle a des formes somptueuses….Elle pleure !
Les deux jeunes hommes également captifs ont 25 ans, ils sont sportifs, il y a un noir et un blanc Bruno et Kevin, ils sont aussi inquiets que nous si ce n’est pire.
Les gardes au nombre de trois actuellement sont vêtus d’un uniforme beige et marron, ils sont armés d’un pistolet et d’une matraque électrifiée, ils passent entre les cages en font le tour, inspectant chaque corps dénudé, faisant lever les femmes assises. Leurs regards vicieux ajoutent à notre malaise tout comme leurs sourires malsains, ils portent un petit micro et des écouteurs minuscules, ils parlent une langue étrangère entre eux.
A 20h00 précises les lumières principales venant du plafond baisse d’intensité, l’éclairage du sol de nos cages de verres passe du orangé a un blanc bleuté beaucoup plus violent , plus cru ,Mr Max fait son entrée accompagné d’une jeune femme en blouse qui pousse un petit chariot d’hôpital…
Tout le monde se tait, les militaires sont au garde à vous !
« Mes chers amis…un léger contre temps fait que je n’ai que sept doses à vous offrir pour le moment, la moitié d’entre vous devra donc attendre demain pour bénéficier de ce nouveau traitement ! J’ai besoin d’un homme et six femmes volontaires pour ce soir, sinon je vais tirer au sort parmi vous…. »
« Mesdames mesdemoiselles qui a envie de jouir comme une folle des maintenant ? Je peux vous garantir un plaisir immense, incroyablement intense et prolongé avec une simple injection de quelques gouttes de Zarmax 100 ! » L’homme nous fixe longuement, l’une après l’autre, je tremble de peur, les battements de mon cœur s’accélèrent, je vais tourner de l’œil.
« Ne soyez pas si timides les filles décidez-vous ! Je vais vous faire une démonstration avec la charmante petite Mona qui est arrivée la première ici, elle est toute pudique, toute sage surement un peu bloquée coté sexe, vous allez voir sa transformation en femelle déchainée dans 10 à 15 minutes avec une seule dose ! »
La jeune infirmière prépare avec soin une minuscule seringue, les gardes encerclent ma cage de verre qui s’ouvre comme une fleur et se colore d’une lumière rouge quand Mr Max clique sur sa télécommande qu’il porte en pendentif. Les hommes me maintiennent immobile pendant que le grand chef me pique à l’épaule droite, ce n’est pas douloureux, c’est très bref un peu comme un simple vaccin….les hommes me relâchent aussitôt et libèrent mes mains…Je suis libre mais l’objet de tous les regards !
La légère brulure se répand à tout mon côté droit, accompagnée de délicieux fourmillements, des caméras me filment en gros plans. Je me vois partout sur les écrans plats qui tapissent les murs et le bureau de cette immense pièce souterraine. Je suis nimbée de lumière rouge, la douce chaleur se diffuse dans mon organisme, dans tout mon corps.
Des boules brulantes circulent dans mes veines, dans mes plus petits vaisseaux sanguins, je me sens toute bizarre, étrangement énervée et excitée comme jamais, je suis en ébullition….Ma poitrine bien que menue se gonfle, mes tétons s’étirent nettement, mon sexe semble lourd, je sens la moiteur entre mes cuisses que je serre fort. Je dois être rouge de honte de mes réactions sous tous ces regards insistants, heureusement l’éclairage du socle de ma cage doit masquer ma gêne.
Cinq minutes seulement après l’injection j’ai une envie folle de me caresser, de faire l’amour, de m’offrir au premier sexe venu, ce qui est bien loin de mes habitudes !
Ma respiration devient saccadée, plus rapide, plus difficile, mon bassin se met à onduler lascivement, je frotte mes cuisses l’une contre l’autre, je résiste au désir de toucher mes seins tendus, je ferme les yeux essayant de fuir ce lieu, ces regards perçants qui me scrutent.
« As-tu envie d’un male, Mona ? Lequel désires-tu le plus, le beau black bien membré Bruno ou le sportif blanc Kevin ? Désignes donc le prochain qui sera piqué de suite, mais rassures toi tu profiteras aussi de l’autre et de bien d’autres hommes, je te le garantis …. Si tu préfères une femme, c’est également possible…donne juste un prénom mais fais vite ou tu gouteras à la matraque électrique ! »
Honteuse je souffle « Bruno » en m’excusant, mais j’ai tellement envie d’être prise et tellement peur de ces aiguillons diaboliques ….La cage du noir s’ouvre comme la mienne, se colore de rouge, il reçoit l’injection de Zarmax, il est libéré de ses entraves. Son sexe impressionnant au repos prend vite de l’ampleur, une raideur démonstrative attire mon regard, quel engin !
Mon bas ventre est en feu, ma poitrine devient douloureuse tant elle est gonflée, durcie par le désir fou, mon vagin trempé se contracte, mon sexe doit briller de secrétions .Mr Max affiche un large sourire de satisfaction. Je me trémousse sur place, une de mes mains effleure ma poitrine, l’autre se glisse vers mon pubis.
L’antillais est maintenant en pleine érection, sa queue épaisse pointe vers le ciel, il se masturbe lentement en me regardant, je m’aperçois que sur son collier d’inox une petite lumière rouge clignote régulièrement sur les autres captifs c’est une led verte qui est allumée, fixe…..
Mes doigts rampent vers ma vulve en fusion sans que je puisse m’en empêcher, c’est plus fort que moi, plus fort que ma raison, ma pudeur et ma honte sont balayées par ce vent de folie, de plaisir. Des vagues de plus en plus fortes me submergent, je me caresse sans retenue me donnant en spectacle malgré tous ces regards, toutes ces cameras qui m’épient.
« Je constate que notre petite Mona est très en forme tout comme Bruno d’ailleurs, vous allez bientôt pouvoir vous rejoindre, pouvoir vous accoupler et cela ne fait que 10 minutes les effets ne sont pas encore au maximum…Avant d’avoir l’autorisation de vous rejoindre, vous allez me donner deux prénoms féminins chacun !Si vous ne le faites pas en moins de 30 secondes ,je referme vos cages pour la nuit et je sélectionne vos deux voisines les plus proches ainsi que Kevin notre second male…ainsi les 7 doses seront distribuées pour ce soir ! Bien sur mes hommes et moi-même profiteront de vous mesdames ! Soyez sans craintes ! »
Nous sommes incapables de parler, incapables de designer qui que ce soit, nos cages de verres se referment lentement en silence, toujours auréolées de rouge. Les fleurs de mes voisines éclosent Claire et Mylène sont piquées à leur tour et libérées, leurs socles et leurs colliers passent au rouge. C’est ensuite une jeune femme aux longs cheveux bruns qui se nomme Charline puis une longue blonde pulpeuse prénommée Serena, Kevin le sportif pour terminer les injections du soir. Le désir qui me ronge est de plus en plus violent, je me touche impudiquement essayant de diminuer la pression qui me rend folle. J’ai déjà joui deux fois grâce à mes doigts mais cela ne calme pas mes besoins, mon ex partenaire Bruno a éjaculé trois ou quatre fois, il continue sa masturbation effrénée.
Cela fait maintenant 15 minutes que le poison est en moi, au plus profond de moi, d’après notre piqueur les effets du produit peuvent durer jusqu’à 12h00 selon les organismes. C’est pour ça que nos colliers clignotent en rouge pour éviter les surdoses dangereuses et inutiles, il y aura des montées et des périodes plus calmes durant ces longues heures comme pour tout shoot !
Je vois mes pauvres consœurs qui réagissent déjà au monstrueux produit, elles se caressent impudiquement…Moi je perds pied, je supplie, j’implore que l’on me prenne, je fais de pitoyables propositions pour être soulagée.
Les hommes rigolent en me regardant tout comme Mr Max qui semble satisfait de ma déchéance, de ma capitulation totale. Je suis agenouillée, cuisses grandes ouvertes, cambrée au maximum mes doigts fouillent mon sexe en feu qui dégouline comme une chienne en chaleur. J’appelle le mâle, n’importe quel homme, n’importe quel sexe dur… LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce récit de 32 pages est disponible pour les abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Fannydeparis
samedi 20 août 2016 à 10h25 - par  Fannydeparis

Bonjour Monsieur Henic ,merci de votre avis qui m’est très précieux , mon texte bien trop long est un délire total effectivement l’histoire est très dure ,peu réaliste et heureusement qu’un tel produit n’existe pas.
Je ne pratique pas le bdsm ni la soumission autre que très soft dans le réel. Tout cela n’est que pure invention ,fantasmes et rêves érotiques malsains...
Je suis contente d’avoir eu votre opinion et j’accepte avec plaisir vos conseils ...Quand j’écris cela vient tout seul a partir d’une simple idée , un peu comme une source ,j’ai du mal a clore mes histoires qui trainent en longueur ....Pour ce texte nous étions deux Arnold et moi ,l’homme de 43ans qui a co-ecrit ma donné sa vision masculine des choses ...
Si vous souhaitez échanger ce sera avec plaisir et si vous désiriez utiliser "la matière " pour la mettre a votre sauce ,cela pourrait être intéressant ,j’ai lu plusieurs de vos textes écrits ou traduits qui sont bien écrits et très forts ,très troublants ....Merci de votre attention et bravo si vous avez réussi a tout lire.

Salutations Fanny

Logo de Henic
vendredi 19 août 2016 à 08h07 - par  Henic

Le texte est dur, certes, mais ne paraît pas réaliste et il est difficile "d’entrer" dans le récit. L’usage de la drogue qui modifie si profondément les perceptions, sensations, et même la psychologie des victimes place l’action dans un monde "magique" où n’existe plus vraiment l’évolution vers la soumission par le dressage qui constitue le coeur de la plupart des textes BDSM.
On est en fait dans une sorte d’orgie permanente, le niveau haut en est très vite atteint et on n’en redescend plus, ce qui conduit à une saturation du lecteur.
Mais il y a de la matière en quantité, des descriptions bien menées, des esquisses de réactions des victimes comme des bourreaux, qui peuvent être autant de matière pour d’autres récits.

Logo de Fannydeparis
jeudi 18 août 2016 à 10h28 - par  Fannydeparis

Bonjour ,aucun commentaire sur ce long texte , ni lecteur ni lectrice ne donne un avis ,c’est trop dommage ! Que mon texte assez hard puisse choqué je le comprends mais le silence ...pourquoi ?
Fanny

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur