MAÎTRE et soumise

Chapitre 26 à 28 (FIN)
vendredi 14 juillet 2023
par  Christine Arven
popularité : 1%
25 votes

ÉPISODE 26

C’est donc avec appréhension que je rentre à la maison où je sais que m’attendent mon Maître et Isa.
À peine ai-je franchi le seuil de l’appartement, Maître JL se lève du canapé où il est assis en compagnie d’Isa en train de siroter un verre et il s’avance vers moi, le sourire aux lèvres. Tendrement, il m’enlace et me serre contre lui. Sa bouche frôle ma tempe en un doux baiser et son souffle chaud me parcourt. Je me blottis heureuse contre lui. Je suis si bien entre les bras de mon Maître ! Je voudrais que cet instant dure toujours. Mon angoisse disparaît comme neige au soleil. Maître JL ne m’a pas habitué à autant de sollicitude. J’en suis la première étonnée, mais profite de ces minutes magiques durant lesquelles mon cœur fond de plaisir. Je me dis que pour avoir cette attitude envers moi qui suis sa chose et son esclave servile, il doit être particulièrement satisfait de moi. Cette pensée redouble ma joie. Je suis si heureuse de combler mon Maître !
—  Mon amie Caroline vient de m’appeler, me murmure-t-il. Elle m’a dit que, cet après-midi, tu t’étais parfaitement comportée et que tes… invités ne tarissent pas d’éloges sur ta… prestation et surtout sur la parfaite disponibilité de ton cul que l’on a trouvé, paraît-il, singulièrement accueillant… Je vois que les exercices auxquels Isa t’a astreinte, ont été bénéfiques. Je suis très fier de toi.
À ces mots, je sens mes joues rosir de bonheur. Je suis tellement heureuse quand mon Maître me complimente. Je me détends complètement et me laisse aller contre sa large poitrine m’enivrant de l’odeur suave qui émane de son corps.
Mais déjà, à mon profond regret, mon Maître se défait de moi et me dit :
—  Va dans ta chambre et enlève-moi ces vêtements. Tu mettras ton serre-taille en cuir noir et, ensuite, tu reviens ici à quatre pattes. Tu as cinq minutes. Pas une de plus !
Je me hâte vers la chambre et, l’œil fixé sur le réveil, je m’apprête rapidement ainsi qu’exigé par mon Maître. Malgré mes efforts, six minutes se sont écoulées lorsque je retourne dans le salon. Mon Maître le constate d’un ton glacé qui me fait présager que ce retard, même minime, me vaudra une punition.
Puis il me fait signe de venir m’agenouiller devant lui et Isa toujours confortablement installés dans le canapé. Sur la table basse, j’aperçois outre leurs deux verres encore à moitié remplis de whisky, un troisième verre vide lui. Interrogative, je le contemple, pensant un moment, surprise, qu’il va m’offrir à boire quelque chose en leur compagnie. Maître JL a remarqué mon regard fixé sur le verre, mais il se contente de le repousser d’un geste négligent. Puis, il reprend :
—  Pour te récompenser de ton bon comportement, je t’autorise à me sucer et à t’abreuver de mon jus.
Éperdue de reconnaissance, je le regarde avec gratitude avant de m’incliner avec déférence vers lui. Avec des gestes précautionneux, je dégrafe son pantalon que tend déjà une belle érection et me saisis délicatement de sa verge adorée. Avec délectation, j’approche ma bouche de son membre et, avec un soupir de contentement, y fais lentement glisser ma langue bien étirée. Je l’enserre entre mes lèvres humides et chaudes. J’éprouve une joie sans limites à sentir le sexe de mon Maître s’enfoncer dans ma bouche et la remplir. Je m’applique. Le suce consciencieusement tout en continuant de le lécher d’une langue gourmande. Mes lèvres vont et viennent tout au long de sa queue qui grossit de plus en plus. Je l’enfourne le plus loin possible dans ma bouche, hoquetant quand le membre épais heurte le fond de ma gorge. Mais je n’ai cure du spasme nauséeux qui m’étreint alors. Je sais que mon Maître aime lorsque je l’avale tout entier, prête à gober ses couilles dans le même mouvement. Tandis que ma bouche se retire, ma langue tourbillonne autour de son gland tumescent, insiste sur cet endroit si sensible à l’extrémité où la peau se tend. Le sexe bandé palpite entre mes lèvres avides et affamées. Je le happe, l’aspire, le lèche, le suce. L’embouche tout entier. Le tète avec application. Gobe à tour de rôle ses bourses renflées. Un flot de désir m’envahit et me fait trembler à sentir la tige épaisse emplir tout l’espace de ma bouche. Une chaude humidité coule de mon vagin palpitant et humecte le haut de mes cuisses. Mon plaisir est si grand. Mon plaisir est si grand de sucer la queue magnifique de mon Maître ! Ma vulve se resserre et s’ouvre démesurément, accordée au rythme de ma bouche qui monte et descend, remonte, redescend… Mon sexe s’affole et pulse devant tant de douceur ineffable. Je défaille de joie de sentir mes lèvres distendues par le membre qui a pris une belle ampleur. Ma langue virevolte, agile, sur le vit turgescent. Soudain, Maître JL agrippe mes cheveux et me fait basculer la tête en arrière. Je le regarde un instant interdite. Gémissante de frustration. Ma langue se tend démesurément dans l’espoir de le happer à nouveau. LIRE LA SUITE


L’intégralité de ce roman est également disponible au format E-Book ICI



Entrez votre pass abonné

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires