Danse

dimanche 17 septembre 2017
par  Édmond Dantès
popularité : 1%
3 votes

Vous avez commencé à danser, d’abord timidement. Vous étiez un peu gênée d’être nue devant moi, qui, allongé sur le lit, détaillait chaque partie de votre corps, s’attardant sur vos seins qu’ornaient de magnifiques pinces. Mais très vite, prise par la musique, par la volupté du moment, vous vous laissez aller et ce fut la Salomé que l’on connaissait qui dansât. Belle, désirable, votre corps appelait le désir, vous étiez devenue un être différent, une sylphide qui nous avait rejoint le temps d’une danse. Vêtue de votre seule nudité, vous étiez à la fois provocante et pudique.

Profitant d’un passage plus lent, vous vous êtes mise en face de moi, vos yeux plantés dans les miens. Vous vous êtes baissée sur vos jambes, et je vis la cordelette des boules de Geisha qui émergeait de votre sexe humide. Je souris. Et j’imaginais les ondes de plaisir qui vous inondaient lorsque vous dansiez. Je me suis levé et je me suis placé derrière vous. Puis je vous ai enlevé vos pinces à seins, et les ai remises après avoir passé la chaînette derrière votre cou. J’ai fait un noeud à la chaînette ; ainsi, le moindre mouvement de votre tête tire vos seins vers le haut.
« Danse maintenant »

Au début, tu n’osais pas bouger, chaque mouvement te semblait un supplice. Puis tu repris confiance, ton corps se ranima. Tu imprimais à ton bassin des mouvements de plus en plus rapides. Et j’imaginais l’excitation que tes Geisha provoquaient dans ton corps. La musique s’accéléra. Tu as commencé à relever la tête. Tes seins pointaient fièrement. Tu semblais aimer cette sensation. Maintenant ton sexe mouille abondamment ; et à chaque temps de la danse tu relèves la tête pour imprimer ce divin tiraillement à tes seins.
La musique s’est encore accélérée. J’ai vu que tu perdais le contrôle. J’ai souri. Puis je t’ai entendue pousser un cri. Une mains sur ton sexe, l’autre soutenant un sein ; et ta tête renversée en arrière… Tu tremblais comme une feuille. Cela dura plusieurs minutes avant que tu ne t’écroules sur le lit. Je t’ai retiré doucement les pinces à sein et les Geisha.

Ce geste lui arracha un dernier soupir.

On sonna à la porte. J’allais ouvrir. Un groom me remit un plateau d’argent. Dessus, la tête d’un de vos amants…


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Navigation

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur