LE HAREM 3

Suite d’une ancienne histoire...
lundi 17 novembre 2014
par  doc aldo
popularité : 2%
3 votes

Dans "Harem 2", texte qui date un peu je l’avoue,un bus de femmes Européennes voyageant en Orient, à été arraisonné par les Pirates du Désert. Les femmes ont été conduites dans une forteresse, caché au milieu du désert, elles ont dû quitter leur bus, sous les humiliations du chef et ont étés conduites dans une grande pièce. Ordre leur à été donné de se présenter en culotte et soutien gorge. Le chef à procédé à l’examen de quelques unes particulièrement Catherine une belle femme d’une quarantaine d’année un peu ronde, ses seins ont été palpé à la vue de tous. Amélia une petite brunette, pudique, a refusé de baisser son slip,elle à été mise nue par les gardes et fouetté devant toutes les femmes pour que cela serve d’exemple.Puis les femmes toujours en sous vêtements ont été alignées dans la cour de la forteresse, mains sur le tête, et depuis rôtissent sous le soleil ardent.Anxieuses et terrorisées surtout depuis que le chef leurs a précisé qu’elles allaient être vendues.

Un homme qui suivait la scène dès le début sort de l’ombre, un Européen d’un certain âge, plutôt grand, cheveux coupés courts. Les femmes remarquent qu’il tient un fouet et porte à la ceinture une sorte de tube métallique. Il s’approche du chef et lui parle au creux de l’oreille. Il désigne de l’index Catherine, le chef opine et aussitôt 2 gardes vont chercher la femme et l’approchent de l’homme, qui lui fait signe de se placer contre le mur. Il choisit également Amélia, 32 ans, que nous connaissons déjà, puis le scénario se renouvelle avec Marie-Pierre une grande brune, aux cheveux bouclés, très fine de 30 ans et avec Anne une petite blonde aux cheveux longs qui a l’air très jeune. À son sujet les discussions sont plus longues, mais elle rejoint ses congénères contre le mur. Puis l’homme désigne pour finir Marion une belle brune de 25 ans qui semble avoir de beaux petits seins. Les cinq femmes sont face au mur et n’osent bouger, elles apprécient que l’endroit soit à l’ombre, car certaines présentent déjà des rougeurs sur le corps. L’homme leur parle calmement sa voix en glaciale :
— Vous allez vous mettre en file indienne et me suivre, je ne veux pas vous entendre !
Les femmes obéissent et suivent l’homme, qui entre dans le bâtiment, elles traversent la grande salle, leurs vêtements sont encore posés au sol, un moment elles ont espoir de les récupérer mais l’homme se dirige vers un escalier qui descend dans les profondeurs de la forteresse...
Dans la salle souterraine des cages de chaque côté, sont remplis d’hommes de tous âges, certains sont nus, certains présentent un début d’érection.
L’homme s’arrête et s’adresse aux femmes :
— Vous êtes ici dans la partie du bâtiment réservée aux esclaves de grande qualité. Ils seront vendus dans quelques jours comme esclaves sexuels, ils sont particulièrement sélectionnés pour cela.
Le regard de Marie-Pierre se pose sans le vouloir sur la verge en demi-érection d’un jeune garçon, la taille du membre confirme les dires de l’homme. Marie Pierre rougit et se reprend. Les femmes poursuivent leur chemin et arrivent à d’autres cages où se trouvent des femmes. Toutes les nationalités sont présentes. Certaines comme les hommes sont toutes nues, d’autres portent une longue chemise, aucune ne parlent, elles sont serrées les unes contres les autres.
L’homme fait entrer les femmes dans une petite pièce très éclairée, contrairement aux salles des cages. Au centre une espèce de table médicale en métal en forme de croix, munie de sangles et incliné à 45°. Parallèle au mur du fond, une ligne jaune tracé au sol, avec des trains perpendiculaires espacé d’environ 50 cm.
— bien, dit l’homme, alignez-vous sur la ligne, allons vite ! Comme vous l’avez compris vous avez été enlevées pour votre valeur marchande. Dans quels jours vous serez vendues à de riches émirs ou à des hommes puissants de ce monde. Je vous ai sélectionnées dans le lot pour devenir esclaves sexuelles ...!
Les femmes blêmissent, certaines gémissent, Anne éclate en sanglots.
— Silence, vous serez donc au service de vos propriétaires mais également de leurs épouses ou amis. C’est pour cette raison que vous allez être dressées. Enfin qu’il n’y ai pas d’ambigüité, vous devez obéir !
L’homme insiste sur le mot OBEIR.
— Bien surs toute désobéissance est sanctionnée, premièrement par le fouet !
Très rapidement l’homme fait claquer son fouet, Marion crie la lanière de cuir vient de faire une marque rouge sur sa cuisse. Les femmes sont stupéfaites et terrifiées. Mais l’homme a sorti de sa ceinture le tube métallique, il touche Catherine au niveau du sein droit à travers le soutien gorge, et une forte décharge électrique la projette au sol elle hurle et se tortille.
— Allons relève-toi ! Voici l’effet du pique bœuf sur les plus récalcitrantes, je pense que vous avez compris ?
Les femmes font oui de la tête n’osant ouvrir la bouche.
— Bien vous avez au bout de la salle un comptoir avec un panier et sur ce panier un numéro, vous allez devant le panier, vous retirez tous vos sous vêtements et vous les déposez dans le panier, vous mémorisez le numéro et vous reprenez votre place, mains sur la tête ! Ah je précise la dernière en position sera punie ! Allez-y !
Malgré leur pudeur les femmes se précipitent retirent leur sous vêtements et reprennent leur position.
— Marion ! Tu es la dernière ! Tu seras punie
— Ohh non s’il vous plait
L’homme s’approche et la gifle
— Silence tu ne dois pas répondre !
— le traits perpendiculaires marquent la place de vos pieds, vos cuisses ne doivent pars être serrées, se qui permet d’accéder facilement à votre sexe ! Placez-vous ! hurle l’homme
Puis il remonte la file
— Je constate avec plaisir que vous avez toutes vos poils pubiens, c’est parfait, je préfère vendre une femme poilue le propriétaire peut si il le désire l’épiler !! Et il s’arrête devant Catherine.
— Ouvre la bouche !
L’homme examine sa langue et le fond de sa gorge, puis lui palpe longuement les seins, les aréoles larges et les longs tétons lui plaisent. Il fait rebondir les fortes mamelles dans ses paumes, puis pince les longs bouts qui durcissent. Catherine grimace mais n’ose protester. Puis la regardant dans les yeux il descend sa main entre ses cuisses, apprécie ses petites lèvres charnues qu’ils entrouvrent et trouve rapidement le clitoris caché, qu’il masse légèrement, en faisant attention de ne pas lui donner de plaisir. A l’entrée de son vagin, du bout du doigt il recueille un peu de son humidité, retire ses doigts, les frotte l’un contre l’autre pour apprécier la viscosité et les flaire.
— Bien parfait, dit-il en connaisseur
L’homme contourne Catherine et palpe ses fesses rondes, charnues
— Ton numéro ?
— SS1045 monsieur
— Bien tu es donc la SlaveSex1045.
— Tout en expliquant cela il sort un maker de sa poche et inscrit le n° sur la fesse droite de Catherine. C’est trop pour elle, elle éclate en sanglots.
L’homme éclate de rire devant son humiliation et la pousse au centre de la pièce vers la table.
— Allez installe-toi
Catherine se positionne tant bien que mal, le mobilier est inconfortable, ses fesses reposent sur un tube de métal, ses bras sont écartés en croix, ses jambes repliées au niveau des genoux sont très ouvertes. L’homme la sangle au niveau des poignets et des chevilles. Tout son corps est offert la poitrine bien dégagé, le sexe et l’anus ouverts impossible de se dérober.
— Les futurs acheteurs demandent souvent à vous examiner sur cette table, il peuvent tout voir à loisir. Leurs épouses apprécient également de pouvoir juger "sur pièce". Bien voyons comment tu réagis à la stimulation.
L’homme commence à caresser ses seins délicatement, puis masse les bouts très sensibles chez Catherine, ils durcissent, doucement sa main descend sur le sexe ouvert et caresse la fente de haut en bas. Catherine doit subir impossible de bouger, l’homme passe son doigt de l’anus au clitoris et du clitoris à l’anus. Catherine respire plus fort et ferme les yeux, quand l’homme attaque le clitoris par un mouvement circulaire elle gémit doucement, l’homme continue. Son index gauche s’occupe de son anus et le pénètre doucement...
— Ahhhh Oh oui oui
Son bassin ondule. Malgré la honte, le plaisir devient de plus en plus fort, Catherine se cambre sur la table prête à jouir. Au moment où il sent qu’elle va partir l’homme pose sur son clitoris une pince crocodile, la douleur est vive et le plaisir retombe immédiatement, Catherine frustrée éclate en sanglots....
Mais l’homme reprend ses caresses uniquement au niveau de l’anus, il enfonce son doigt, Catherine a de nouveau envie de jouir, mais comme la première fois l’homme interrompt sa caresse et lui pince fortement les tétons en secouant les mamelles.
— Oh noon s’il vous plait faites moi jouir je vous en supplie, c’est trop dur trop cruel
L’homme se penche sur son sexe, la cyprine dégouline en les petites lèvres. Il parle doucement à son oreille en lui caressant les seins
— Tu as déjà jouis avec une femme
— Oh non jamais je ne suis pas lesbienne....
L’homme approche Marie Pierre et la place à genoux entre les cuisses de Catherine
— Fais la jouir avec ta langue
Marie Pierre rougit, honteuse
— Mais je n’ai jamais fais cela c’est dégoutant je....
— Tu préfères être punie
— Oh noon
— Alors lèche-là...... LIRE LA SUITE

PRECEDENT .......................................... SUITE
L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF

Vos suggestions, critiques, idées ...sadoox12@yahoo.fr





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur