Au cinema (4 et 5)

samedi 18 avril 2015
par  bruno02
popularité : 2%
8 votes

Nu, en plein milieu d’une salle de ciné entouré de moqueurs et de voyeurs, je suce, frissonnant de honte, je sens mes oreilles brulantes et les joues rouges. Je suce une queue puis une autre sous les regards de ma femme nue elle aussi le vagin dégoulinant de leur sperme, et devant ma belle-sœur Marylène et son mari, devant cinq jeunes voisins surexcités par la situation et devant nombre de spectateurs qui ont quitté leur fauteuil pour se repaitre du spectacle infiniment plus intéressant d’un cocu tout nu qui suce les bittes des amants de son épouse. Les rires et les quolibets pleuvent, j’essaie de les ignorer en sachant que je serai surement la risée du voisinage après cette cruelle expérience !
— Regardez comme il suce bien !
— On dirait qu’il aime ça le cochon :
— Oui regardez, il bande en suçant !
— Il bande aussi parce que sa femme s’est fait mettre !!!
— Et ce n’est pas fini, lance kriss, je vais m’en occuper de la petite Thérèse ! Oh la lumière revient, la séance est finie !
— La séance de ciné peut-être mais pas la séance de baise, c’est kriss qui a parlé, allez ma queue est toute propre on va y aller ! Direction le nid douillet de nos deux oiseaux, on va voir si le lit conjugal est accueillant !
— On les rhabille, demande Marylène ?
— Bof pas complètement, puisqu’on va encore s’amuser avec, tiens cocu remet tes pompes et ton tee- shirt ça suffira pour rejoindre les voitures, toi Thérèse remet juste ton chemisier, il t’arrive à mi-cuisses ça ira comme ça !
J’obéis en baissant la tête sous les œillades amusés des voyeurs qui sont restés pour regarder notre départ, j’enfile mon tee-shirt qui ne cache que partiellement mes fesses et ma zig, j’enfile mes souliers sans les chaussettes. Du coin de l’œil je vois mon épouse qui remet son corsage, le visage rouge, tous les regards fixés sur son corps nu, et sous les éclairs de flashs, ces salauds font un max de photos, tous sans exception et bien sûr mes maudits petits voisins. Je frissonne en pensant à tous ces clichés de mon épouse entièrement nue qui vont circuler, sans compter sur celles de mon visage avec une queue entre les lèvres car pendant que je suçais les éclairs de flashs n’ont pas cessé bien au contraire. Je me sens perdu, vaincu et pourtant une certaine raideur de ma zig persiste comme si le fait de me sentir humilié me procurait du plaisir. Cette idée me remplit à la fois de honte et de stupéfaction. Bien que dans le passé j’ai déjà été confronté à des situations gênantes je n’avais pas constaté une telle excitation à l’idée d’être soumis de cette façon.
Entourés par nos nouveaux amis ainsi que du couple formé par ma belle sœur et son mari et des cinq petits voisins hyper excités nous sortons. La fraicheur de l’air sur mes cuisses nues me rappelle que je ne porte rien sous mon tee-shirt, comme ma femme d’ailleurs, et je vois des mains qui en profitent pour soulever son corsage et le tripoter au passage. Ce sont des spectateurs qui essaient de caresser ma femme avant qu’elle ne quitte la salle. A ma grande surprise ni Ben ni Alex ni même kriss ne font le moindre geste pour les en empêcher, et c’est le corsage relevé jusqu’à la taille, cul et foufoune à l’air que Thérèse fait sa sortie ; je suis moi-même trop gêné pour faire le moindre geste , je me contente de filer, tête basse pour atteindre au plus vite le parking et la sécurité des voitures.
— Vous reviendrez ? demande plusieurs personnes les yeux brillants.
— La semaine prochaine vous reviendrez voir un film ?avec Thérèse ?
— Possible, répond kriss en souriant !
— Alors bonne nuit et baisez-la bien !
— Comptez sur moi !!!
Ça y est nous somme sur le parking. Marylène me fait monter à l’arrière de sa voiture, nous étions venus avec eux, elle monte à coté de moi, Ben se met au volant avec Alex. Ma femme est montée avec mon beauf et kriss. Nous partons,
— Allez vire mon ton tee-shirt ? me lance-t-elle !
Nos fringues ont été jetées dans le coffre ! Je vois la voiture dans laquelle se trouve ma femme qui passe devant nous avec à l’arrière mon épouse assise à cote du beauf. Au moment où ils passent devant nous la vitre arrière s’ouvre et Bernard, le mari de Mary, hilare agite devant nous le corsage de ma femme ,elle est donc toute nue de nouveau !
— Salaud, je murmure ;
— Je lui ai donné la permission de s’amuser avec elle, précise Mary, depuis le temps qu’il a envie d’elle !
— Tu vas le laisser la euh le laisser euh…
— La baiser ? Oui une fois où deux ; un peu de changement ce n’est pas mauvais pour un couple, et ce faisant elle pose doucement sa main sur ma queue.
Surpris je la regarde, sans bouger ! Elle tient ma verge maintenant d’une main ferme et commence à me masturber doucement, en se rapprochant de moi ;
— Ecarte bien petit cochon laisse toi faire.
Puis doucement elle se penche sur moi et prend tendrement ma queue entre ses lèvres, elle commence à me sucer, puis se redresse, elle vient coller sa bouche sur la mienne cherchant ma langue que je lui offre immédiatement, ma bitte est dure comme un morceau de bois ; elle me regarde et me dit :
— Tu vois je t’ai toujours aimé, et je t’aime toujours, j’aurais voulu être ta femme mais tu as préféré ma salope de sœur, alors mon amour va se transformer en haine et je vais faire en sorte que tu sois puni et humilié comme jamais un mari cocu n’a été ; mais j’ai comme l’impression que tu vas quand même y trouver du plaisir, petit cocu !
— On va t’aider au maximum, rigolent Alex et ben devant, on a pas mal d’idées aussi !
Nous arrivons chez nous les voitures se garent devant notre petit pavillon situé dans un lotissement. Les jeunes voisins sont déjà là eux aussi.
— Tout le monde descend.
Je frissonne, nu la queue dressée, Mary m’a abandonné en érection. Je sors, ma femme nue également quitte le véhicule ; je vois kriss qui discute avec les mômes.
Regard interrogateur de la part de ses deux copains :
— Je leur ai dis qu’ils ne pouvaient pas venir avec nous maintenant, vu leur âge c’était risqué (l’incitation de mineurs à la débauche) mais je leur ai dit aussi qu’ils pourraient toujours venir dire bonjour à Térèse dés lundi quand nous serons partis, du moment que c’est leur initiative, nous on n’a rien à redire hihi, je crois qu’ils ont compris le message …
— Tu crois qu’ils oseront la baiser. demande Mary excitée à cette idée.
— Peut-être pas tout de suite mais ils vont sûrement vouloir la mater un peu et la peloter (dans un premier temps) et puis, chemin faisant, ça se pourrait qu’ils finissent par oser aller jusqu’-au bout, la nature est ainsi faîte… hihi
Je baisse la tête mort de honte, l’idée que ces gamins vont venir et essayer de tripoter mon épouse me fait quand même mal, je n’ose même pas imaginer qu’ils puissent la. ... enfin la...aller plus loin !!!Une claque sur les fesses me sort de mes pensées ;
— Bon on va s’organiser maintenant ; qui reste ?nous sommes vendredi, moi je reste tout le week -end avec Térèse pour la baiser.
— Nous on doit retourner à Paris, marmonnent Alex et Ben, d’un air manifestement déçu, on aurait aime la tringler aussi mais il y a nos gonzesses qui nous attendent pour le week -end !
— Ouais dommage, enfin si vous avez un peu de temps avant de partir vous pouvez toujours lui en remettre un petit coup avant d’y aller ?
Curieuse impression quand même d’entendre parler de mon épouse légitime comme d’un vulgaire jouet, regard moqueur de ma belle- sœur ;
— Allez y les jeunes elle est là pour ça !
Je regarde ma femme elle n’a rien dit, nue au milieu du salon, elle attend ;
— Si tu veux Bernard tu peux monter avec elle je te l’avais promis ;
J’avale ma salive avec difficulté je suis plus meurtri par la fait d’être cocufié par mon beauf que par les autres.
— Ouais, allez ma petite Thérèse on monte, et en ponctuant cela d’une petite tape sur son cul rebondi il prend ma femme par le bras et l’entraine vers l’escalier qui mène aux chambres. LIRE LA SUITE

L’intégralité de ces 2 chapitres est disponible pour les abonnés de RdF


PRECEDENT ................................................ SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur