L’esclave de Becky

Chapitres 9 à 11
samedi 7 mai 2022
par  Henic
popularité : 2%
30 votes

9. Reddition complète

Quand arrive le matin, je me lève le premier et je prépare le petit déjeuner de Maîtresse Hilda. Elle me fait m’allonger sur le sol et rendre hommage à ses pieds pendant qu’elle prend son repas. Quand elle a terminé, elle dépose par terre ce qui reste dans son assiette pour que je le mange.
Maîtresse lit le journal et s’allonge pendant que je nettoie la cuisine et refais son lit. Je fais mon rapport à Maîtresse Hilda dès que j’ai terminé, dans l’espoir de la trouver satisfaite de mon travail. Je m’agenouille devant elle, le nez à ses pieds.
« Comme tu l’as probablement compris, Denny, je suis une “formatrice professionnelle”. Je fais cela depuis des années. Je prends des soumis comme toi et je les façonne, les peaufine, les rends plus présentables et responsables devant leur maître ou leur maîtresse. Je forme des hommes et des femmes. Cela n’a pas d’importance pour moi. Je trouve ce que leurs supérieurs attendent d’un esclave, j’ajoute quelques-unes de mes propres qualités, puis je les renvoie à la maison. »
Maîtresse se lève et se met à marcher dans la pièce. Elle a une longue canne comme celle qu’elle a utilisée la veille.
« Je pense que tu connais l’essentiel des bases, donc je ne perdrai pas mon temps sur celles-ci, sauf pour dire que tu es censé les connaître. Si tu me déshonores de quelque manière que ce soit, comme ne pas t’agenouiller correctement, ne pas parler avec un ton soumis, et n’être pas attentif à tout moment, tu seras puni. J’attends une obéissance absolue à tout instant. »
Maîtresse se rassoit.
« Le programme que j’ai pour toi va commencer aujourd’hui et durera toute la semaine. Tu seras testé au-delà de tes limites. À la fin de la semaine, lorsque tu retourneras chez Maîtresse Becky, tu exécuteras tes ordres sans hésitation. »
Elle fait fouetter la canne dans mon dos pour attirer mon attention.
« Regarde-moi Denny ! »
Je lève la tête pour regarder le visage de Maîtresse Hilda. Je n’avais jamais encore été autorisé à la regarder jusqu’ici, à part un coup d’œil. Elle est en fait très jolie.
« Je ne tolère pas bien l’hésitation. L’une des qualités les plus importantes d’un esclave soumis est de suivre les ordres sans hésitation. Tu comprends ? »
Je réponds rapidement par « oui Maîtresse ». Elle tapote ma tête avec la canne et remet mon nez au sol.
« Nous verrons si c’est le cas. »
Elle reste silencieuse pendant quelques instants.
« Becky m’a dit autre chose. Becky m’a dit que tu hésites, tu poses des questions ; tu essaies de la dissuader de te faire jouer. Denny, tout cela va cesser ! S’il y a une chose que tu apprendras cette semaine, c’est de suivre les ordres sans poser de questions. Autrement, il y aura des conséquences désastreuses pour toi. »
Maîtresse continue sur ce thème pendant longtemps. Plus elle parle, plus je veux être comme ça. Je veux lui plaire. Je veux plaire à Becky. Je n’arrête pas de me dire que je vais mieux faire, que je vais apprendre.
« Cette semaine, on t’ordonnera de faire des choses que tu n’as encore jamais faites, Denny, pour te tester, te fortifier, faire de toi un bon esclave. Chaque fois que tu hésiteras, tu seras puni. Ne t’avise pas de m’interroger. »
Je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qu’elle va me faire faire. Qu’est-ce qui pourrait être si méchant ? Puis je me suis souviens avoir lu des choses que certains maîtres et maîtresses font faire à leurs esclaves. Certaines d’entre elles me plaisaient, je fantasmais. Mais certaines d’entre elles ne me plaisaient pas, et j’en redoutais d’autres.
« Denny, tu n’aimeras pas tout ce que je vais te faire faire, mais tu apprendras à tolérer et à obéir quand même. Tu le feras parce que c’est ce que je veux que tu fasses. Tu apprendras à prendre plaisir à me satisfaire, tout comme tu apprendras à apprécier de plaire à Becky et à toute autre personne à qui elle veut que tu fasses plaisir. »
Je me souviens d’avoir satisfait la petite amie de Becky. J’ai aimé cela. Mais ensuite, je me souviens d’avoir mangé le sperme de sa culotte. Je savais que c’était du sperme masculin. Je savais que ça devait être John. J’ai détesté ça. Je ne voulais pas qu’elle baisât John. J’ai essayé de faire sortir ça de ma tête. Peut-être que Maîtresse Hilda a raison. Je dois le faire parce que ça plaît à Becky, pas parce que ça me plaît. Je ferme fort les yeux et me répète encore et encore : « Je dois plaire à Becky. Je dois plaire à Becky… »
Maîtresse passe le reste de la matinée à me donner des instructions particulières sur la façon dont je dois agir devant d’autres invités et d’autres esclaves. Je lutte intérieurement lorsque je commence à réaliser certaines des choses qu’elle va me faire faire. Je sais qu’elle va me faire subir une grande humiliation, bien plus grande que ce que Becky a pu me faire endurer. Mais d’une manière étrange, cette idée m’excite. J’ai lu plusieurs fois sur des esclaves soumis exécutant toutes sortes d’actes vulgaires. Je vais maintenant réaliser certains de ces fantasmes. Je me sens durcir. LIRE LA SUITE




Entrez votre pass abonné

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de de Perry
lundi 9 mai 2022 à 14h57 - par  de Perry

Comme le lecteur s’ennuierait avec ses tortures identiques et répétitives, avec ses dialogues et ordres similaires sans cette EXCELLENTE traduction de Henic qui évite une lassitude du lecteur. Il sait choisir un système de traduction et un vocabulaire adapté qui évitent un décrochage du lecteur. GRAND BRAVO à Henic. Sylvain.