2 - Les aventures d’Aurélie

dimanche 13 juillet 2014
par  Chris Lafner
popularité : 2%
1 vote

— Es-tu prête à continuer ?
—  Oui
—  Je crois que tu n’as pas bien compris. Réponds correctement sinon on arrête tout et on va au cinéma.
Présentement la dernière chose dont j’ai envie c’est d’aller m’enfermer devant un écran, ce que je veux c’est être actrice de mon plaisir et du sien, alors je laisse échapper la seule réponse possible :
—  Oui maitre.
Il ne cherche même pas à masquer sa victoire, un grand sourire illumine son visage.
—  Je savais que tu étais intelligente et j’avais deviné que tu avais des prédispositions mais je voulais en être certain, dit il en passant derrière moi.
Un voile noir s’approche de mon visage. J’ai eu le temps de voir que c’était sa cravate mais maintenant je suis aveugle. Il s’en est servi comme d’un bandeau.
—  Mets les mains dans le dos.
Je sens quelque chose de froid autour de mes poignets. Un claquement et me voilà menottée.
—  Un petit souvenir de Stockholm. Tu me diras j’aurais pu les acheter sur internet en France, mais l’inspiration m’est venue hier soir en passant devant un sex shop pas loin de mon hôtel.
Je ne dis rien, je me laisse faire. C’est le jeu et de toute manière entravée comme je suis quelle est ma marge de manœuvre ?
Maintenant je sens ses mains sur moi, il écarte les pans de ma veste. Il effleure mon sein droit puis le gauche. Une douce sensation me parcourt après une si longue attente mais peut-être a-t-il deviné. Il s’empare maintenant avidement de ma poitrine et la malaxe. Je suppose que cela l’excite mais le mouvement est trop brusque pour m’être agréable, j’ai envie de lui dire d’aller plus doucement mais j’en n’en fais rien. Il a stoppé et je sens sa langue sur mon téton. A nouveau je suis troublée et laisse échapper un gémissement de satisfaction.
Sa langue est toujours sur moi lorsque je sens sa main s’immiscer sous ma jupe. Il la relève, je pense complètement. Je ne me vois pas mais je m’imagine : veste ouverte, jupe retroussée, mains liées, intimité offerte. Il ne m’a pas encore touchée le sexe mais je sens l’excitation qui me gagne.
Ses doigts glissent maintenant entre mes cuisses, à la naissance de mes lèvres mais il prend soin de les contourner. Il m’ordonne d’écarter les jambes afin de me rendre plus accessible mais il continue d’ignorer ma chatte. Il continue de longues secondes son manège puis enfin je sens ses doigts en moi. Il n’a aucun mal à rentrer, je suis toute humide. Il va et vient en moi sans ménagement, il me fouille m’explore. Je suis à lui, je suis sa propriété. Je me sens avilie et pourtant tellement libre. Je ne cherche pas à réfréner les spasmes de plaisir qui me parcourent.
Subitement il arrête. Dommage je me sentais partir. Surement pour cela qu’il s’est retiré. Il veut encore jouer avec moi me faire languir.
—  Ouvre la bouche
Il me fait lécher ses doigts pleins de mon liquide ; combien y en a-t-il ? Au moins trois je crois. Mon Dieu j’étais si ouverte que cela. Son autre main prend la place laissée vacante par celle qui me force la bouche. Il imprime le même va et vient dans mes deux orifices.
Je sens la bave qui coule de ma bouche, je sens la mouille entre mes cuisses, ses doigts qui caressent mon palais, violent ma gorge d’un coté et de l’autre qui me chauffent les parois, titillent mon clitoris. Cette fois je m’abandonne complètement et il me laisse me perdre dans un orgasme nucléaire.
Il me retire les menottes me déshabille complètement à l’exception de mes escarpins puis me fait asseoir sur une chaise ;
—  Je vais te laisser récupérer quelques instants mais reste les jambes bien ouvertes et laisse les mains dans le dos ou je t’attache beaucoup plus fort.
De nouveau l’odeur du tabac envahit la pièce. Je suis encore étonnée par la force de ma jouissance. Et lui qu’a-t-il ressenti à me voir partir comme cela ? Est-il excité ? Se touche-t-il en ce moment ?… Non je ne le crois pas. Au fur et à mesure que ces questions me traversent l’esprit je reprends des forces. Je l’entends s’éloigner, ouvrir le frigo. Il revient. Il boit.
—  Ouvre la bouche
Comme il y a quelques minutes je m’exécute mais cette fois de l’eau bien fraiche s’écoule dans ma bouche.
—  Merci.
—  Tu apprends vite mais tu oublies vite rétorque-t-il au moment où une violente douleur vient de mon téton droit.
Je comprends mon erreur.
—  Oui maitre.
Il relâche mon sein.
—  Il va falloir te faire pardonner.
Je sens son sexe contre ma joue qui glisse jusqu’à mes lèvres.
—  Ne te sers pas de tes mains pour l’instant.
Je ne peux pas répondre parce que je viens d’avaler son membre. Il est déjà en érection mais je l’ai connu plus dur. Il m’appuie sur la tête me forçant à le gober entièrement puis il relâche son étreinte. Je suis à la limite de la suffocation mais je l’ai senti durcir et cela m’a motivé. Maintenant je sens son sexe contre mon nez et ses couilles contre mes lèvres. Il n’a pas besoin de demander j’ai compris. J’entreprends de lécher ses attributs comme deux boules de glace. Pour lui avoir souvent caressé je sais que Jérôme est très sensible des couilles mais pour cette première je sens qu’il est aux anges.
—  Continue mais sers-toi de ta main sur ma queue.
Je m’exécute et commence à le masturber méthodiquement tout en continuant mes caresses buccales. Jérôme râle de plus en plus en fort et je sens un liquide chaud se répandre sur mes joues et mon front.
Pendant quelques secondes il ne se passe plus rien. Je reste assise attendant les instructions puis finalement Jérôme me rend la vue. Sa cravate est maculée de sperme. Bizarrement j’ai une pensée pour notre teinturier en bas de l’immeuble qui va surement deviner nos petits jeux. Je me dis qu’il va que j’irai à l’ouverture le samedi au moment où son apprenti est tout seul cela m’évitera de croiser son regard et ceux d’autres clients.
Visiblement mon maitre n’a pas du tout les mêmes préoccupations terre à terre que moi. Il jette la cravate à terre et m’essuie le visage avec un mouchoir en papier puis pour la première fois depuis qu’il a franchi la porte, il me prend dans ses bras et m’embrasse fougueusement. Je vous l’ai dit j’ai trouvé mon double : un fan de sexe et un grand romantique. Je l’aime.

CHAP 1 .................................................... CHAP 3





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur