Swiss Hotel 3

samedi 21 janvier 2012
par  Noir Désir
popularité : 1%
3 votes

Mardi soir, je Le retrouvais dans la chambre d’hôtel. Notre rituel était désormais fixé. Après l’avoir mis à l’aise, je devais me caresser devant Lui en décrivant ma journée. Je savais qu’il était inutile de Lui raconter mes émois devant un tableau de Van Gogh à la National Gallery ou le plaisir de déambuler dans Covent Garden. Il attendait un nouvel épisode de mes aventures

« Alors Ma Belle qu’as-tu fait aujourd’hui ? »

J’ai rencontré un homme, Sir ! Il m’avait invité à passer chez lui. J’étais à peine entrée qu’il m’a plaquée au mur, me tenant à la gorge. Il a sorti de sa poche un canif et a commencé à faire glisser la lame sur mes joues puis sur mon corps. J’étais pris de tremblements. J’ai senti sa main se glisser sous ma robe, mon string se tendre puis tomber par terre. « Ramasse le ! » me dit-il . « Et plus vite que cela ! » ajouta-t-il en me giflant. J’eus à peine le temps de me baisser qu’il me tirait les cheveux en arrière : « Ouvre la bouche » Il prit alors le string que je lui tendais et le fourra dans ma bouche en guise de bâillon. Il me gifla de nouveau puis m’entraîna sur son lit. Je me suis retrouvée couchée sur le ventre, les mains et les pieds attachés aux extrémités. Il a commencé à me fesser, me frappant de plus en plus fort, d’abord de ses larges mains puis avec une ceinture. Les coups cinglaient, le bruit du cuir s’abattant sur ma peau se mêlait à mes cris étouffés. Peu lui importait mes larmes, il continuait à frapper durement. J’avais les fesses en feu, la fièvre me montait à la tête, je respirais avec difficulté.
Je l’ai entendu retirer son pantalon, il a glissé un coussin sous mon ventre, puis s’est allongé sur moi. Ses mains ont saisi mes hanches, tirant mes fesses vers lui. J’ai compris ce qu’il allait faire. Mon Dieu, j’aurais aimé lui dire « “S’il vous plaît, s’il vous plaît … Non, ne le faites pas ».

Son sexe appuya contre mon anus. Je me suis raidie, tentant en vain de le repousser. D’un seul coup, j’ai eu le sentiment que ma chair était déchirée, son sexe pénétra mon rectum. La douleur était intense. “Oh non !...” Je gémissais et je pleurais alors que son sexe avançait inexorablement. Mon sphincter pris des convulsions, je tentais de l’expulser en vain. Il a saisi mes cheveux me tirant la tête en arrière et a poussé de nouveau. Je me suis retrouvée regardant le mur de la chambre en ayant l’impression que mon cuir chevelu était enlevé – une sensation brûlante qui m’a fait pleurer et supplier de nouveau. Un court instant, il a reculé puis d’un seul mouvement il m’a empalé. Je pourrais sentir ses testicules claquer contre mon sexe. De nouveau il s’est retiré et a ensuite plongé profondément. J’étais alors certaine que je saignais tellement la douleur était insupportable.

Mais il s’est mis à aller et venir dans mon anus. Les mouvements se sont accélérés et il y eut une explosion en moi. Je ne savais plus où j’étais, ni qui j’étais. Quand je repris conscience, j’ai senti son poids sur moi, son sexe toujours à l’intérieur de mes entrailles. Il se retira lentement de mon anus que j’imaginais gluant et béant.

« Attends-moi, je reviens, tu es trop belle ainsi ! ». Je crois que je me suis endormie, malgré la douleur lancinante et les draps trempés d’urine.

Une claque sur les fesses me réveilla, Il était revenu avec un autre homme. Je me suis retrouvée entravée à quatre pattes sur le lit, devant sucer un sexe mal lavé, à l’odeur rance tandis que mon premier partenaire me baisait sans douceur. Ils ont alterné jusqu’à ce qu’ils se lassent. Ils m’ont permis de prendre une douche après avoir uriné sur moi puis ils m’ont jetée à la rue.

« Votre imagination est sans limite Ma Chère, mais décidément vos histoires me plaisent ! Allons dîner, je vous apprendrais ensuite ce que soumission veut dire ».

Le dîner fut excellent. Comme d’habitude Il choisit pour moi un repas léger. Mais, avant de quitter la chambre, Il avait voulu que je porte mes bijoux intimes : une chaînette reliant mes seins dont il testa l’accroche et un rosebud.

Au retour, Il entreprit de m’expliquer ce que l’on appelle une éducation anglaise.

« Savez-vous ma Chère, que les Anglais ont compris très tôt que la soumission s’apprend. Elle est un savant dosage d’humiliations et châtiments corporels. Pour vous, une séance de pénitence s’impose.
« Retirez vos vêtements, venez devant le lit et mettez les mains derrière la nuque » « Voilà c’est bien. Écartez les jambes !... Davantage ! Dans cette position, quelques pinces bien placées au bout des seins et sur le sexe devraient faire merveille ».

Il retira la chaînette et fixa deux pinces à dessin sur mes mamelons et une troisième sur mon clitoris. Puis Il attacha mes chevilles aux pieds du lit.

« Vous savez ce que l’on fait avec les jeunes filles qui ne sont pas sages ? » me demanda-t-il

« Elles sont punies, Sir ? » ai-je répondu d’une petite voix.

« C’est exact ! Penchez-vous et venez prendre appui sur la chaise, les bras tendus je vous prie ! Creusez le dos, je veux voir saillir votre poitrine ! ».

Il ajouta un poids à chaque pince, recula pour se rendre compte de l’effet que cela faisait, puis me caressa le dos et la nuque, comme s’Il flattait l’encolure d’un animal. « Vous êtes très belle ainsi ! ». Il prit une badine et se mit à jouer avec les poids en les faisant se balancer. La douleur et la fatigue des muscles se mêlaient quand Il me demanda d’ouvrir la bouche et de tirer la langue. Il y fixa une pince qu’il attacha au dossier de la chaise ; je me mis à saliver. Je commençais à perdre la notion du temps, les bras tendus, les seins et le sexe en feu, la douleur irradiait l’ensemble de mon corps. Une décharge électrique me transperça quand Il retira la pince de mon clitoris, je lâchai la chaise, la pince fixée sur ma langue vola dans les airs. Sur le coup, j’ai crié et j’aurais pu tomber à la renverse s’il ne m’avait pas retenu.

« Voyons ma Chère, est-ce des façons de se tenir ?! »

Et, avec un grand sourire, Il me gifla par deux fois. « Tenez-vous droite ! Je vais vous apprendre les bonnes manières ! »

Il prit la badine et se mit à cingler ma poitrine, mon ventre puis mon sexe. Au premier coup, j’eus le réflexe de me protéger de mes bras. Une gifle puissante me fit reprendre ma position, mais pour plus de sécurité, Il m’attacha les mains dans le dos et aussi les avant-bras en les tirant en arrière accentuant le sentiment d’impuissance et de douleur.

Je ne pouvais retenir mes larmes et à ma grande honte, mon nez se mit à couler. Sanglots et reniflements me faisaient hoqueter.

« Voyez-vous cela » s’exclama-t-il.

Il essuya la morve avec son mouchoir qu’il glissa ensuite dans mon sexe. « Il faut bien trouver une place pour vos secrétions nasales, ma Chère ».

Il me laissa quelque temps dans cette position. J’avais oublié la présence des poids à mes seins jusqu’au moment où il les retira provoquant une douleur fulgurante. Il me détacha. Je crus que c’était terminé mais Il me fit mettre à genoux, me faisant lécher le mouchoir qu’il avait retiré.

« Voyez comme il est gluant, je crois que vous devriez le nettoyer ! Faites disparaître toute trace ! »

Il me regarda lécher le tissu puis me tirant la tête en arrière, Il me dit
« Je suis sûr que vous regrettez de ne pas pouvoir lécher à la place mon sexe ? N’est-ce pas ? »

« Oh, oui, Sir, permettez-moi de sucer votre sexe ! »

« Croyez-vous vraiment, ma Chère que je vais exaucer vos désirs. Ouvrez la bouche ! »

Il y glissa un bâillon-boule et attacha soigneusement le harnais sur la nuque. Il retira mon rosebud et après m’avoir emmené aux toilettes, Il me fixa une ceinture de chasteté dotée de deux plugs vibrants.

« Vous allez pouvoir passer une nuit, un peu agitée, ma Chère. Les piles sont neuves ! »

La lumière s’éteignit, J’étais allongée dans le lit, les poignets attachés et reliés au montant du lit. La nuit allait être longue !

PRECEDENT ............................................................... A SUIVRE








align="middle" quality="high" bgcolor="#000000" name="12438_SAS_220x280"
allowScriptAccess="sameDomain" allowFullScreen="false"
type="application/x-shockwave-flash"
pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer"
flashvars="siteurl=aff.sexandsubmission.com&sitename=sexandsubmission&natsid=christinearven&program=revshare&campaign=flash"
>



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de Henic
jeudi 11 avril 2013 à 16h19 - par  Henic

Ces trois premiers épisodes sont fort bien menés.
Je partage l’avis de KingLiArt et espère que la suite ne tardera plus...

Logo de kingliart
mercredi 25 janvier 2012 à 01h44 - par  kingliart

Très jolie histoire : le récit dans le récit est fort bienvenue. On veut évidemment la suite (corsée). La vraisemblance est l’ingrédient suprême ici.

Navigation

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur