Restaurant particulier

mercredi 10 octobre 2007
par  Crabou
popularité : 2%
2 votes

Ce récit est un mélange d’un fantasme et d’une histoire que j’ai partiellement vécue. Mais j’ai bien l’intention de la vivre complètement sous peu quelque part à Bruxelles…

C’est la première fois que nous venons dans ce restaurant fétichiste. Mary est habillée d’une robe très sexy. Pour ma part, je porte un pantalon en cuir et une chemise blanche. Dans la salle, il y a visiblement des habitués mais d’autres semblent plus venir pour la première fois.

Je suis un peu nerveux. Je ne sais pas exactement ce qui m’attend mais je sais que ce ne sera pas un petit souper tranquille en amoureux.

Après avoir passé commande, Mary m’ordonne directement :

— Mets toi pieds nus

Je suis intrigué mais je me déchausse. Pendant ce temps, elle sort une boîte qui se trouvait dans le sac qu’elle avait apporté, la pose sur la table et me demande de l’ouvrir. Dedans, je découvre un gros rosebud (XL). En apportant l’entrée, la serveuse jette un coup d’œil au contenu de la boîte et un sourire apparaît sur ses lèvres.

Nous mangeons l’entrée tout en discutant. Moi, pendant ce temps, n’ayant aucun doute quant au fait qu’elle va me demander de le mettre en moi, je me demande comment je vais m’y prendre pour le faire rentrer.

Pendant que la serveuse enlève les assiettes, Mary me demande de tendre les mains ouvertes. Dans une, elle pose le rosebud, dans l’autre une noisette de beurre qu’elle a prise dans le beurrier qu’elle avait réclamé à la serveuse. C’est donc pieds nus que je me rends aux toilettes pour m’équiper sous les regards intéressés et les murmures des gens présents.

Je prends mon temps pour faire le trajet de retour pour mieux profiter des sensations que me procure le rosebud planté dans mes reins. J’adore et il m’arrive assez souvent de me promener en ville avec un rosebud (certes un peu plus petit) caché en moi.

Lorsque le plat de consistance arrive, Mary m’ordonne cette fois de confier ma chemise à la serveuse pour qu’elle la dépose sur la chaise à côté de nous. C’est donc torse nu que je poursuis mon repas. Je suis terriblement excité et mon sexe déforme mon pantalon. Le regard de Mary est de plus en plus brillant, traduisant aussi une certaine excitation.

La commande du désert me réserve une nouvelle épreuve. La serveuse est à nouveau à nos côtés et tout en consultant la carte, Mary m’ordonne :

— Mets toi debout près de moi.

Tout en regardant la serveuse et en vérifiant que les gens des autres tables se sont aperçus du manège, elle commence à me caresser les fesses puis le sexe à travers mon pantalon. S’adressant à la serveuse :

— Cela me donne très envie de le sentir en moi mais c’est encore trop tôt, il doit encore le mériter

Elle plonge à nouveau la main dans son sac et en sort une laisse en chaîne et un mini collier.

— J’adore le tenir en laisse…..par le sexe.

Sans rien me dire cette fois, elle enroule la laisse au tour de mon cou et me tend le collier.

Lorsque je reviens à la table, un bout de laisse sort à l’avant de mon pantalon, le reste est glissé dans les passants de mon pantalon à la place d’une ceinture.

Mary termine son café et en reposant la tasse, le dernier ordre tombe :

— Enlève ton pantalon

Mes fesses et mon sexe sont maintenant bien visibles à travers mon boxer en tulle noir.

— Va chercher ce que j’ai laissé en bas.

Mon apparition au rez-de-chaussée est très remarquée car si le premier étage est le lieu régulier de jeux divers, le rez-de-chaussée est beaucoup plus classique. Lorsque je reviens, c’est une longue et fine cravache que je tiens en main. Un léger tremblement s’est emparé de moi, mélange de peur et d’envie irrésistible de la sentir s’abattre encore et encore sur moi, en laissant de belles marques.

Je traverse très lentement la salle pour retourner à notre table, laissant ainsi à chacun le temps d’admirer ma tenue et de deviner ce qui m’attend encore.

La main de Mary glisse encore sur mes fesses puis ses doigts s’accrochent au tulle de mon boxer et commencent à le déchirer. En prenant son temps, elle le réduit en charpie.

Mon excitation est à son comble : être nu au milieu de ces gens, un rosebud bien visible entre mes fesses, mon sexe entouré du collier rouge et relié à un laisse….hummm quel pied !

Mary se lève, prend la laisse reliée à mon sexe. J’admire ses belles jambes dévoilées par sa robe très courte si moulante et fine qu’il est clair qu’elle ne porte rien en dessous. Les voisins immédiats devinant que nous avons besoin de place pour poursuivre notre jeu débarrassent notre table. Je me couche en travers de celle-ci, exposant bien ma croupe et me préparant ainsi à recevoir la cravache.

Deux dames se lèvent et font le tour de notre table, non sans avoir emporté les bougies qui étaient sur leur table.

Je n’ai qu’une hâte maintenant, c’est de sentir mon sang bouillir sous le double effet de la cravache et des bougies, c’est de faire résonner la salle du premier étage de mes gémissements et de mes cris de jouissance mais cela est une autre histoire…..



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur