Huitième épreuve

vendredi 22 janvier 2010
par  nathykara
popularité : 1%
2 votes

Il m’accompagne dans la chambre, me fait allonger sur le lit et commence à masser mon corps avec une pommade, elle me fait du bien apaise le feu et la douleur qui une fois l’action passée se réveille et lance ses piques.

Il me masse délicatement, n’oublie aucune parcelle de mon corps qu’il a torturé avec plaisir, jouissance, il me demande de me retourner et c’est tout aussi attentionné qu’il me masse l’autre côté.

Il s’attarde sur mes seins, je gémis quand il les malaxe fortement et surprenante réaction il se fait plus doux.

Il me caresse le visage, se penche et m’embrasse, je suis gênée, je prends plaisir à ce baiser, mon sexe se redresse doucement, une nouvelle sensation s’empare de moi, je lui rends son baiser, je ne reste pas passive.

C’est un tournant de notre relation, j’étais prisonnier(e), je deviens consentant(e).

Je prends conscience que tout ce qu’il m’a fait subir je l’ai toujours rêvé ou fantasmé, ce que je souhaitais sans jamais le réaliser Lui me l’a fait faire.
Lorsque je me suis pliée à ses caprices je l’ai fait volontairement, je prenais ma part de plaisir, je dois me l’avouer j’aime être contrainte.

Il m’aide à me lever et me tend une robe, je ne la connais pas, une robe bustier courte, elle m’arrive mi cuisse, la douceur du tissu me fait pointer les tétines.

Nous descendons à la cuisine, il sort du frigidaire des plats touts prêts à réchauffer.

J’ouvre les placards et cherche les plats, allume le four et met les plats à chauffer, dresse les couverts.

Il vient sans bruit dans mon dos, m’attrape par la taille et me fait courber sur la pierre évier, il remonte ma robe sur mes fesses nues, les caresses, les malaxe, un filet froid coule le long de mon sillon, humidifie mon petit trou qui d’une poussée lente mais régulière se fait investir par sa verge bien dure.

Je me suis habituée, je n’ai plus mal lors des intromissions, je prends du plaisir, je tends et vais à la rencontre de mon assaillant, j’ondule mon bassin, contracte mes muscles anaux sur cet envahisseur qui me fait du bien.

Mes yeux se portent sur notre reflet, il me prend sans brutalité, il me fait l’amour, une expression de bien être, de contentement sur son visage, puis son visage s’illumine en même temps qu’il explose en moi, il continue lentement ses va et viens.

Je me dégage, me penche pour prendre sa verge en bouche, je lui caresse les bourses, il me caresse les cheveux et la joue, il me redresse et m’embrasse.

Lorsque nous nous séparons je me m’empresse pour sortir les plats du four et les emmène sur la table.

• Monsieur est servi.

Le repas s’est passé en silence tous deux avons évité de nous regarder, une fois la cuisine rangée je l’ai trouvé dans l’entrée avec nos sacs.

• Il est temps de rentrer.

Je me suis assoupie dans la voiture, pas de pause sur l’aire d’autoroute.

La voiture rangée dans son box, les bagages sortis nous sommes là face à face en silence, pas un mot n’a été échangé depuis notre départ.

• J’ai bien réfléchi, je te laisse le choix si tu souhaite continuer tu rentre chez toi pour récupérer tes affaires et tu me retrouve à l’appartement, je laisse la porte ouverte cette nuit, prends le temps qu’il te faut pour te décider mais demain elle sera fermée.

Il prend ses affaires et part dans le sous sol en direction de son bâtiment.

Je rentre dans mon appartement, je suis toujours en femme, j’ai traversé la résidence sans m’en rendre compte, sans peur du qu’en dira t’on, m’assoit sur mon canapé et repasse mentalement le déroulement de ce week end.

Il m’a bousculée, m’a obligée en vérité à réaliser mes fantasmes les plus fous, je n’arrive pas à oublier les moments de tendresse qu’il m’a prodigué, le massage et cette étreinte dans la cuisine ou il ne simulait pas le plaisir qu’il donnait et recevait.

J’ai pris ma décision, peut importe si ça dure peu de temps, vivre le jour le jour, prendre le plaisir et le bonheur comme il vient, il me considère comme une femme et ne serais ce que ça c’est énorme pour moi, je vis seul avec mon secret depuis pas mal d’années et là je peux le partager, le vivre quotidiennement, je vais préparer mes affaires et irai le rejoindre avant demain matin.

PRECEDENT .................................................................... SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés, d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur