Les Origines de la Saga des esclaves au Château... (chapitre 01)

1. Année 1784 - Les deux Marquis ...
jeudi 13 septembre 2012
par  Marquis d’Evans
popularité : 1%

Je vous proposerai en parallèle à ’’La Saga des esclaves ...’’ de nombreux épisodes des ’’Origines de la Saga des esclaves au Château ...’’ (ces épisodes font partie des 120 de la série). Ces ’’Origines ...’’ sont faciles à repérer par rapport à la Saga car l’action se passe en l’année 1784 avec un certain ... Marquis Donatien Alphonse François de Sade ! L’action démarre quand de Sade sort de la sordide prison de Vincennes... Bonne lecture à tous ! :

Année 1784 - (1) - Le carrosse & L’Invité fugitif -

Printemps 1784. Un carrosse tiré par quatre puissants chevaux brinquebale sur la route cahoteuse et poussiéreuse. Il laisse loin derrière lui le sinistre donjon de Vincennes réputé pour ses prisons sordides... Les geôliers, qui se montraient cependant fort déférents à l’égard de "Monsieur le 6" (du nom de sa cellule), ainsi qu’il est d’usage dans les forteresses royales... Les lettres de cachet, qui ont déjà trop souvent interrompu ses tumultueuses expériences...

Il devait être transféré... Pour plus de sécurité, lui avait-on dit. Certes ! Mais ces geôliers si attentionnés l’étaient aussi aux pièces d’or sonnantes et trébuchantes. Il avait suffi d’une bourse suffisamment bedonnantes pour les convaincre de fermer les yeux lorsque s’était effectué un discret échange. Il avait quitté le donjon, franchissant d’un pas toujours un peu plus léger les dix-neuf portes et grilles métalliques qui le séparaient de l’air vif de la liberté, tandis qu’un pauvre bougre quelque peu simplet faisait le chemin en sens inverse.

Ainsi il y aurait bien un prisonnier, le lendemain matin, dans la cellule depuis laquelle il serait transféré vers l’immonde prison de La Bastille. Maintenant, il dévorait les lieux... ou plutôt se laisse porter par une folle chevauchée. Madame de Montreuil a su parfaitement élaborer son évasion, il est vrai qu’elle n’a plus qu’un espoir en tête, se débarrasser de lui, aussi définitivement qu’il est possible, sans bien entendu, se salir les mains. Tout ce qu’elle désire, c’est qu’il s’éloigne, disparaisse... sorte de sa vie et de celle de sa fille.

Certes, il la déteste... Il ne cesse d’imaginer pour elle, les pires supplices. Voici seulement quelques jours, il l’imaginait écorchée vive, traînée sur des chardons, avant d’être jetée dans une cuve de vinaigre ! Mais ce soir, il se sent d’humeur indulgente. Peut-être la livrerait-il à quelque nègre acheté tout exprès pour la taille extrême de sa virilité... juste pour le plaisir de voir cette bigote rabougrie écartelée, hurlante ou gémissante ? Allez savoir avec les grenouilles de bénitier !

Il ne peut s’empêcher de sourire à l’idée de Mme de Montreuil se faisant ramoner sans ménagement par un esclave noir... d’imaginer l’énorme phallus d’ébène la transpercer, tant par le devant que par le fondement... Certes il lui doit sa liberté, mais à quel prix ! Car il est vrai que le prix à payer n’est pas anodin. Il doit disparaître et laisser le pauvre hère qui l’a remplacé assumer le poids d’une détention dont nul ne sait combien de temps elle pourrait durer...

Sombres pensées... Mais bien vite, son esprit se réveille et il profite du délicieux spectacle qui lui est offert au cours de ce long et périlleux périple. Face à lui, deux jeunes beautés. A la longue chevelure ondulée, l’une est brune, l’autre est blonde. Elles sont nues, comme au jour de leur naissance, puisqu’il ne subsiste aucune pilosité sur leurs corps épilé, jusqu’aux moindre recoins de leurs sensuelles formes Elles sont l’ultime présent de sa belle-mère. Un cadeau qu’il a obtenu de haute lutte, laissant entendre qu’il préférait renoncer à la liberté, s’il ne pouvait en jouir pleinement...

Il se souvient encore de ses mots, lorsqu’elle était venue, nuitamment lui rendre une visite aussi inattendue qu’intéressante. D’abord hautaine, elle avait fini presque le suppliant d’accepter de ses conditions pour disparaître de sa vie. "Si vous mettez ma liberté au prix du sacrifice de mes principes et de mes goûts, nous pouvons nous dire un éternel adieu. Car je sacrifierai plutôt qu’eux, mille vies et mille libertés si je les avais", lui avait-il lancé voyant qu’elle ne cédait point à ses exigences.

"Soit, Monsieur. puisque tel en est le prix vous les obtiendrez, en échange d’un définitif éloignement", avait-elle rétorqué, gardant dans la défaite comme un accent d’autorité.

L’argent et les deux filles. Il avait tout obtenu. Ces deux délicieuses ingénues dont il avait assuré l’éducation. Bien avant même d’être si vilainement emprisonné. Elles n’avaient survécu qu’en vendant leur corps si frais et se désespéraient de ne plus être en son pouvoir, où elles avaient tant appris des délices et des souffrances d’un total esclavage. Elles l’avaient si souvent inspiré, qu’il n’était que justice qu’elles puissent l’accompagner en son lointain exil pour, à nouveau, n’être qu’à lui....

Le fugitif n’accorde pas un regard à leurs visages. Il préfère se perdre dans le balancement de leurs seins blancs et lourds, qui suivent le rythme des cahots qui secouent le carrosse. Il se laisse bercer par cette émouvante vision. Il a passé tant de mois entre les quatre murs d’une cellule. Pour quelques pièces, les geôliers lui amenaient quelques fois une catin, mais ce n’étaient que femelles de bas étage, au corps usé, qui se pliaient difficilement aux exigences les plus sublimes de ses sens.

Les deux charmantes créatures qui se tenaient docilement face à lui étaient tout autres. Il les avait connues fort jeunes et les avait éduquées. Au fil des ans, il avait façonné leurs pensées, mais aussi leurs corps. Et il était bien fier de son "oeuvre" ! Des seins, son regard descendait peu à peu vers leur ventre et leurs cuisses, docilement ouvertes, offrant une vision idéale sur la cicatrice rosée de leurs sexes parfaitement lisses.

Il savait leurs regards baissés. Leurs pensées toutes tendues vers l’unique volonté de lui plaire. Leurs esprits parfaitement dressés, désireux seulement de combler chacune de ses attentes, les plus perverses de ses envies. Juliette et Justine, ainsi qu’il les a baptisées, sont pour lui, un aboutissement. Tout ce qu’il écrit et qui lui vaut tant d’avanies, elle en ont été la substantifique moëlle. Sur elles, il a tout expérimenté... elles se sont pliées à ses plus sombres désirs, ont offert docilement leurs corps à ses plus folles tentatives.

Comblé, le voyageur contemple ses créatures. Elles lui appartiennent corps et âme et ont à jamais lié leurs destins au sien. Alors qu’il était emprisonné, elles se sont vendues à des hommes pour survivre. Le vulgaire a ainsi pu souiller leurs corps’ si magnifiques, malgré tout ce qu’ils ont subi. Mais il sait que leurs pensées sont restées vierges (le mot le fait sourire) de toute tâche. C’est pour leur Maître qu’elles ont fait commerce de ces corps qu’il avait façonné. Elles n’ont gardé que le minimum vital pour elles même, envoyant à leur Seigneur adoré tout le surplus afin d’améliorer un peu son triste quotidien. Elles n’ont fait ainsi que leur devoir d’esclaves, mais il sait que rares sont les êtres qui se seraient montrés aussi fidèles.

Et cette nuit elles sont là, assises face à leur Maître. Nues, offertes, prêtes à tout accepter de lui, pour lui. Leurs cuisses à la chair ferme sont largement ouvertes, dévoilant la chair rose de leurs sexes qu’il a tant de fois pénétrés et dont la vue lui procure pourtant toujours un si délicieux émoi.

L’observation de ces deux corps fait peu à peu monter le désir en lui. Après des mois de quasi abstinence, après la multiplication des pensées les plus perverses, dont il n’a pu se soulager que par l’écriture, il sent la vie renaître dans sa plus vive intimité. Il sent son sexe qui gonfle et durcit, palpitant comme aux plus beaux jours de sa jeunesse. il fixe les deux paires de seins qui palpitent au gré des cahots du chemin, les tétons roses foncé et l’une et nettement bruns de l’autre... des souvenirs lui reviennent. Il n’hésite alors pas une seule seconde et fait claquer les doigts de sa main gauche. C’est Juliette qui réagit donc. Sans un mot, sans un regard, conservant les yeux baissés, elle quitte le siège et vient s’agenouiller entre ses jambes. Lui, d’une main assurée, défait sa culotte et libère son épais phallus. Celui ci demeure droit, tendu et Juliette doit se rehausser légèrement afin de pouvoir le saisir entre ses lèvres. Elle y parvient malgré la position rendue fort inconfortable par les aléas du parcours.

Mais elle est experte et sa bouche se referme sur le sexe telle une gaine parfaitement proportionnée. Elle l’avale et le suce avidement. L’érection est telle que la fine bouche parvient à peine à l’engloutir, Juliette devant l’accueillir jusqu’au plus profond de sa gorge. Puis, elle laisse le mouvement du carrosse imposer son rythme et elle offre à son Maître la plus chaude et délicieuse des fellations, serrant bien les lèvres afin d’assurer son plaisir, jusqu’à ce que celui ci jaillisse brusquement, violemment, inondant la bouche de la jeune soumise d’un flot épais et chaud qu’elle s’applique à avaler jusqu’à la dernière goutte, sans oublier de nettoyer avec le plus grand des dévouements le gland rougi du Maître avant que de reprendre sa place, humble et silencieuse...

2 - L’Auberge

Ainsi se poursuit le voyage, jusqu’au plus profond de la nuit. Lorsqu’enfin le cocher arrête ses chevaux, le sombre manteau d’Hécate s’est refermé. Un léger frisson fait trembler les grands arbres qui assombrissent encore cette contrée si éloignée de tout. Au coeur de cette forêt se dresse une minuscule bâtisse. L’auberge est plus isolée du monde que la plus lointaine des îles exotiques. C’est ici qu’a été prévue l’étape nécessaire avant que le carrosse n’atteigne le terme de son périple.

Le cocher descend de son siège et va ouvrir la porte du carrosse dont une épaisse couche de peinture noire a définitivement dissimulé les armoiries qui en ornaient les flancs. Justine et Juliette, aidées par le cocher, en descendent les premières, toujours aussi nues qu’au jour de leur naissance. Elles s’installent à quatre pattes sur le sol afin de constituer un marchepied de chair et de sang, sur lequel le voyageur s’appuie afin de rejoindre le sol, face à l’entrée lumineuse de son abri pour la nuit.

Sans un regard pour ses servantes, le voyageur gagne la porte de la petite bâtisse dont la porte s’ouvre sur un homme trapu, à la barbe épaisse. De l’intérieur s’échappe un lourd effluve de cuisine. Senteurs chaudes et parfumées qui réveillent l’esprit de l’occupant du carrosse. A l’intérieur, près d’une vaste cheminée qui occupe un pan entier de mur, une table a été dressée, couverte de victuailles, vers laquelle l’aubergiste mène le voyageur en multipliant les gestes de déférence. Tout a été prévu pour réserver le meilleur accueil à ce voyageur de renom. L’aubergiste ayant reçu des instructions claires moyennant une forte bourse de pièces d’or.

Le voyageur se laisse lourdement tomber sur un banc de bois qui ploie un peu sous son poids, tandis qu’à l’extérieur, le cocher libère ses chevaux et les mène à l’écurie afin de les bouchonner. Toujours agenouillées au sol, face à l’entrée, les deux jeunes femmes demeurent immobiles dans la nuit. Elles grelottent un peu et c’est l’unique mouvement qu’elles osent. Le cocher viendra s’occuper d’elles, lorsqu’il en aura fini avec les chevaux... respectant ainsi l’ordre établi des priorités.

Ce n’est donc que bien plus tard que, et usant parcimonieusement de son fouet, que le cocher vient les faire avancer, à quatre pattes, afin de regagner à leur tour l’intérieur. Là, le voyageur a déjà regagné la chambre préparée pour lui, en compagnie de la fille de l’aubergiste qui a été largement récompensé pour avoir su préserver la virginité de la jeune femme afin de la livrer aux appétits de son hôte prestigieux, qui sait apprécier de tels sacrifices lorsqu’il les impose au commun.

Tandis que l’âtre s’éteint doucement et que la nuit avance, le cocher savoure les restes du repas de son Maître, qui aime l’abondance mais se rassasie promptement. Face à lui, accroupies sur le sol, les deux jeunes femmes attendent docilement qu’il daigne leur jeter quelques reliefs de son festin. Lorsqu’il lance ses restes, elles s’en nourrissent avec reconnaissance, heureuses de retrouver ainsi les délices qui étaient leur quotidien aux temps heureux où leur Maître jouissait pleinement de sa fortune et de sa liberté.

Les temps bénis où il leur avait appris à offrir la moindre parcelle de leur corps pour combler les désirs les plus inavouables. Il ne se privait de rien, ne connaissait aucune limite et elles avaient appris très tôt à l’accompagner en ses extravagances, apprenant au fil du temps à faire plaisir et délices des douleurs et avilissements qu’il se plaisait à leur imposer.

Elles ont tout connu auprès de ce Maître qui a guidé leurs vies et les a dressées mieux que jamais ne le fut animal domestique. Il les a entraînées dans ses folles aventures, faisant d’elles les vestales perverses de cérémonies qui auraient valu le bûcher, place de Grève à tout autre. Au sein même d’une chapelle, il avait avec elles consommé l’offrande de sa jeune belle-soeur, la tendre chanoinesse Anne-Prospère, dont il avait possédé chacun des orifices en un quasi-pervers sabbat. La jeune religieuse avait en une folle nuit, fait le sacrifice de sa virginité et l’offrande de son âme à celui qui avait déjà fait trois enfants à sa soeur. Et avant que de la posséder et de lui faire renier tous ses voeux de chasteté, il avait confié à ses deux esclaves le soin de la pervertir et de lui faire découvrir sur l’autel même tous les charmes du saphisme le plus échevelé. ...

Tous repus passèrent une reposante nuit. La seule qui fut courbaturée était la fille de l’aubergiste que le voyageur avait chevauchée avec passion durant de longues heures, n’hésitant pas à la flageller fort durement lorsqu’elle tentait sans grand espoir d’échapper à son priapique initiateur.

C’est donc de fort plaisante humeur que le voyageur quitte l’auberge, non sans avoir une dernière fois fourragé le fondement de la jeune femme sous les yeux même de son cupide aubergiste de père, surtout préoccupé par les pièces d’or offertes par son noble et anonyme client, pour le prix de ‘’cet ultime service’’
Et le carrosse reprend la route... Chacun a retrouvé sa place, le cocher fouette ses bêtes tandis que le voyageur, aussi confortablement installé que possible, fait ses délices d’un recueil de Pétrarque, dont parfois il daigne faire grâce à ses deux silencieuses accompagnatrices de la lecture de quelques vers :

"De longs cheveux brillants à rendre l’or jaloux,

Le regard le plus pur, le plus charmant visage

Qui jamais aient fait mettre un mortel à genoux,

Un sourire ineffable, un si gracieux langage,

Une main, de beaux bras noblement arrondis

A faire implorer grâce au cœur le plus rebelle,

Un pied fait par l’amour, une femme si belle

En un mot, qu’il n’est rien de tel au paradis"...

Ainsi lit le voyageur, faisant profiter ses deux douces créatures de la richesse de son esprit. Et la poésie aidant, le voyage se passe et le jour s’alanguit. Peu à peu il décline et déjà le terme du voyage approche. Enfin ! s’exclame le voyageur. Enfin le voyage s’achève. Le carrosse s’est engagé sur une longue allée de graviers qui crissent sous les lourdes roues ferrées. De part et d’autre de l’allée, de hautes torches éclairent le trajet qui mène jusqu’au devant d’une impressionnante bâtisse. Le Château d’un fort précieux et si prestigieux ami qui a accepté avec enthousiasme de l’accueillir et de l’héberger aussi longtemps qu’il le souhaitera.

Quelques minutes encore pour qu’enfin, les chevaux ne stoppent face au perron du Château. Comme devant l’auberge, le même cérémonial... Le cocher ouvre la porte aux armoiries cachées et les deux jeunes servantes qui servent de marchepied au voyageur qui descend d’un pas assuré.
Mais cette fois, depuis le perron, c’est un autre noble et grand personnage qui s’avance. Plus qu’un ami, un égal pour le voyageur qui ne s’en reconnaît que fort peu. Tandis que l’un monte les premières marches menant au Château, l’autre les descend et ils tombent dans les bras l’un de l’autre...

— "Cher Marquis, quel bonheur !" lance l’invité...
— "Marquis... il y a si longtemps !" répond l’hôte...

Et tous deux de s’embrasser en s’étreignant...

— "Donatien de Sade... Donatien, mon ami ... Sentez vous ici, chez vous... autant qu’il vous plaira"
— "Merci Sir Evans, je n’aurai pu rêver d’un meilleur refuge !".... LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre et des 20 chapitres que comportent ce récit sont disponibles pour les abonnés de RdF




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Henic
dimanche 16 septembre 2012 à 19h29 - par  Henic

On peut supposer que cette Saga ne compte pas 120 chapitres par hasard...
Le premier est bien écrit, on se laisse mener au rythme de l’attelage, ou des chevauchées, selon l’heure et le lieu...

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur