Madame

Par Arkhamon
vendredi 20 septembre 2019
par  Jeanne Franval
popularité : 2%
1 vote

Après de longues soirées de recherche, j’ai enfin trouve un couple qui a accepté de s’occuper de moi. Nous avons échangé plusieurs messages, et ils ont su par leurs propos me rassurer pour cette première expérience. Monsieur est dominateur, et Madame est tantôt soumise, tantôt dominatrice. Pour moi, ils seront tous les deux dominateurs. Ils n’ont envoyé aucune photo, car ça aurait pu me faire reculer, et tout rater. La surprise sera totale de ce point de vue. Au fur et à mesure des messages échanges, nous avons discute de mes goûts, et bien sur des leurs. L’osmose sera complète. Ca sera ma première expérience dans ce domaine, et j’espère en secret qu’elle sera une grande réussite. Je sors de ma salle de bains, et je m’essuie avec attention. Mon corps est naturellement glabre, mais mon sexe est épilé de près, afin que des poils ne viennent pas gêner mes futurs Maîtres. Ceux-ci m’ont assuré apprécier mon allure gracieuse et juvénile de chérubin imberbe, et je suis assuré de leur plaire ainsi. Je me parfume discrètement, et après avoir bien vérifié que toute l’eau du lavement a disparu, je mets en place mon plug anal. Il faudra que je sois prêt quand Monsieur décidera de m’utiliser. A moins que ce ne soit Madame avec un harnais. Et pourquoi pas les deux ? Oui ça serait bien les deux. Madame me fouillant l’anus, pendant que Monsieur me fouille la bouche... Avec un peu de lubrifiant, le plug a fini par rentrer. Il est assez gros, mais comme ça Madame et Monsieur n’auront aucun problème pour m’utiliser. Je mets mon string, et j’enfile par dessus un T-shirt et un pantalon de toile. Je finis de rassembler mon matériel, en vérifiant que je n’ai rien oublie : mes chaussures, quelques pinces, un allume-gaz électrique modifié, mes sous-vêtements, et divers autres ustensiles...
Je mets tout ça dans un sac, et le sac dans la voiture. Je ferme la porte avec un battement de coeur, et me lance vers l’inconnu... Durant toute la route, le doute m’assaille... Ne seraisje pas en train de faire une bêtise. Mais mon désir est plus fort que l’appréhension. J’arrive devant la maison correspondant à l’adresse qu’ils m’ont donnée. Une bonne impression de respectabilité me laisse penser que je ne me suis pas trompé. Je gare la voiture, et me présente sur le perron devant la porte. Mon coeur bat à tout rompre et en tremblant mon doigt s’approche de la sonnette. « Dring ». Cette fois le sort en est jeté. J’entends des pas de femme s’approcher. Reconnaissables au bruit aigu des talons. La porte s’ouvre sur une femme magnifique, la trentaine épanouie. Elle me toise pendant un court instant, instant qui me semble une éternité. Timidement je la regarde aussi, et découvre une grande femme au corps parfait, dans une robe de soirée fendue très haut, avec un décolleté drapé qui laisse voir la naissance d’une poitrine qui frise la perfection. « Entre nous t’attendions... » J’entre dans la maison et aperçois derrière elle Monsieur qui me toise lui aussi. Il est grand, la trentaine lui aussi, et a un corps fin qu’on devine puissant. Il est vêtu d’un chandail et d’un pantalon de toile. Comme prévu, il n’est pas question de tout ce cuir et du décorum BDSM. Le raffinement avant tout. « Suis-moi » ordonne Madame, qui me donne par la même l’occasion de contempler son dos nu jusqu’à la naissance de fesses qui sont un vrai miracle pour les yeux. Mes yeux suivent les lignes interminables de ses jambes gainées de soie noire pour arriver à des pieds fins ornés de fines sandales à talons hauts, avec une bride sur la cheville. Je sens mon sexe enfler à cette vue, et je sens bien que Monsieur me fera payer cette outrecuidance...
J’aperçois le caméscope numérique qui filmera toute la séance pour me laisser un souvenir impérissable. Nous arrivons dans le salon et Madame s’étend à la romaine sur le canapé, me dévoilant toute la splendeur de ses jambes. Elle allume négligemment une cigarette, et m’ordonne de me déshabiller. Monsieur s’est assis dans le canapé, et caresse négligemment les contours de la poitrine de Madame, ce qui fait encore augmenter le volume de mon érection. Il allume lui aussi une cigarette. Mon T-shirt est tombe révélant mon torse orné d’un tatouage. Mon coeur bat de plus en plus fort. Puis j’enlève mon pantalon, et mon érection apparaît. La honte me fait virer au rouge, mais j’enlève quand même mon string. Je suis maintenant nu devant eux, le sexe dressé. « Tu as mis le plug ? - Oui Monsieur - Tourne toi et montre-le moi » Je me tourne et me penche en avant pour lui montrer que j’ai bien respecte les ordres. « Montre-nous ce que tu as amené dans ton sac » dit Monsieur. Cette fois la honte s’empare de moi. J’ouvre le sac, et je sors ce qu’il y a dedans, et mes mains tremblent quand je sors une paire de sandales à hauts talons. « Quelles belles chaussures. Montre-nous si elles te vont bien » m’ordonne Monsieur. Je suis mort de honte, mais je m’agenouille et j’enfile les sandales qui me perchent sur 10 cm de talons aiguille. Mon sexe s’est redressé de plus belle... « Bien dit Madame en se levant. Mais dis moi, qui t’a autorise à bander comme ça devant moi ? - Personne Madame - Alors pourquoi le fais tu ? - Parce que je suis excité Madame - Qu’il est mignon » dit-elle en rapprochant le bout de sa cigarette incandescente de mon téton gauche. "Quel beau tatouage tu as là. Il y manque une pointe de chaleur
cependant« dit-elle en appliquant légèrement le bout brûlant sur mon téton. La douleur est fulgurante, mais je serre les dents. »L’autre est jaloux dirait on, il est dressé comme s’il en voulait autant. Le veux-tu ? - Comme il vous plaira madame". Mais c’est Monsieur qui s’approche avec sa cigarette et qui l’approche doucement de l’autre téton. La douleur une fois encore est forte mais supportable. Et soudain une forte douleur sur ma verge. Madame vient de la claquer de la main. La douleur est sourde et inattendue. Quel plaisir... LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
- d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Henic
vendredi 20 septembre 2019 à 22h30 - par  Henic

Ce texte d’Arkhamon est plus court que les autres, aussi bien écrit mais également beaucoup moins violent, sauf la fin qui rappelle « Linda aime les tortures » et « Nathalie ou la révélation », lesquels sont vraiment des ouvrages très durs.
J’avoue préférer celui-ci qui me paraît s’adresser à un public plus large.