Mallorye Story

Chapitre 1 et 2
vendredi 16 janvier 2009
par  mallorye63
popularité : 1%
3 votes

Les paquets sont ouverts sur le lit, de retour des soldes Mallorye et Marc contemplent leurs achats, c’est lui qui a choisi pour elle. Mariés depuis quelques années elle vient de se découvrir une envie folle de satisfaire son mari dans tous ses fantasmes grâce à la lecture de textes érotiques, voire pornographiques sur internet Son site favori « revesdefemes.free.fr » lui ayant fait découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence, elle sait qu’elle doit obéir à celui qui est désormais son maître.

Pour une première il ne l’a pas emmenée dans un sex-shop mais dans une lingerie où la vendeuse connaissait bien son affaire et leur a rapidement trouvé ce qu’il fallait, de plus elle fait une taille standard en tout alors le choix était large.

Ils doivent sortir et il a décidé qu’elle porterait ses emplettes ce soir, elle se met nue pour enfiler ce nouvel accessoire qu’est un porte-jarretelles. Il est de couleur noire assorti au soutien gorge, au string transparent et aux bas de soie. Il lui a offert en même temps des escarpins et un petit tailleur bleu dont la jupe est assez courte.

Elle met donc le porte-jarretelles puis les bas et enfin le string, la ficelle lui rentre dans les fesses et elle n’est pas très habituée, une petite tape sur la main la rappelle à l’ordre lorsqu’elle essaye de sortir la ficelle de la raie de ses fesses.

"Pourquoi dois je mettre le string par dessus les jarretières ?" demande-t-elle.

"Très simple, tu dois pourvoir, si j’en ai envie, ôter ton string en gardant tes bas"

"Mais je serais sans culotte dans ce cas là"

"Quel est le problème ? Il n’y aura que toi et moi pour le savoir"

Elle se demande quel sera son sentiment de se sentir ainsi nue, comme si tout le monde le savait. Elle enfile ensuite le soutien-gorge, un modèle assez spécial qui se détache sur le devant et passe le tailleur, elle a rapidement compris que le chemisier était superflu pour cette sortie, elle se sent un peu habillée comme une pute, car on voit largement la naissance de ses seins dans l’échancrure de la veste et, dès qu’elle s’assoit, la jupe laisse deviner la barrière plus sombre du haut de ses bas.

Enfin du moment que ça lui plait et que le regard des autres hommes ne le rend pas jaloux, c’est lui qui décide, elle a toujours été docile en fait, mais elle lui acheté aussi des strings et il en porte un comme elle en a émis le souhait, elle trouve que ça lui fait un joli petit cul, elle aime ça.

On frappe à la porte, c’est un de leurs voisins, la première relation qu’il se sont faits à leur arrivée dans cette maison, il entre et émet un sifflement en la voyant vêtue ainsi, elle sait que lui ne fera jamais un geste déplacé, mais elle est sensible à l’hommage du mâle.

"Joli ce que tu porte dessus, tu me fais voir ce que tu portes dessous ?"

Elle regarde son homme pour demander son accord, il incline la tête car il sait que ce ne sera que le plaisir de l’œil, ce voisin lui a déjà demandé plusieurs de devenir sa maîtresse sur le ton de la plaisanterie, mais il ne dirait pas non si elle était d’accord.

Elle défait alors les deux boutons de sa veste pour montrer son soutien gorge, cela ne la gêne pas trop quand même car à l’occasion de leurs vacances il l’a vue sur la plage et là elle ne cachait pas grand chose.

"Pas mal, mais quand je parlais de dessous, c’était plutôt sous la jupe"

Elle soulève alors la jupe découvrant la peau blanche au dessus des bas et l’attache des jarretières, elle se sent un peu honteuse de s’exhiber ainsi et hésite sur la conduite à tenir, son mari la regarde, elle soulève encore un peu la jupe, à ras du bas de son string, et reste ainsi quelques secondes, l’air est moite et l’ambiance assez érotique quand même, elle se montre aux regards de deux hommes.

"Voilà, tu en as assez vu, après ce ne serait pas bien, ta femme ne m’aime déjà pas alors si elle sait que tu m’as vu presque nue, ça va pas le faire"

"Presque nue, tu rigoles, juste vu tes jambes, je suis sûr que tu n’as pas de culotte"

Alors par défi, elle remonte sa jupe jusqu’à la taille laissant admirer son anatomie, se permettant le luxe de faire un tour complet pour qu’il voie bien qu’elle porte un string de taille minimaliste.

Elle rabaisse ensuite tranquillement le vêtement cachant ses atours à la face du monde, se sentant femelle jusqu’aux bouts des ongles.

"Voilà, tu as vu que je porte une culotte, enfin si on peut appeler ça une culotte"

" Oui c’est très joli, je crois que je vais demander à mon épouse de mettre ça de temps en temps, bon et bien à plus tard", sur ce il sort de la maison ayant totalement oublié pourquoi il était venu.

Elle regarde son mec, un peu étonnée elle même de son audace, ayant un peu peur de sa réaction, mais il est sourit énigmatique, elle finit de se maquiller et ils partent au restaurant. Pour la suite on verra lui a t’il dit, ballade à l’improviste selon mon envie.

Tout le long du voyage en voiture, avec les bouchons ça ne roule pas vite, son homme a la main baladeuse et la jupe ne cache pas rien de ses jolies jambes, elle écarte même les cuisses pour qu’il puisse atteindre son petit nid d’amour, elle surveille les environs ayant un peu d’appréhension sur le regard possible des routiers ou autres passagers de véhicules plus hauts, mais il la rassure :

" Ce n’est pas grave ça leur donne un peu de plaisir et ça ne te fait pas de mal, et puis la plupart des gens regardent devant eux. Moi même je suis très voyeur, quand une femme ne sait pas qu’elle est observée et dévoile ses trésors à la vue indiscrète des hommes, au bout d’un moment tu n’y feras plus attention"

" D’accord, si toi ça ne te gêne pas, moi je me sens un peu honteuse de sentir ces regards indiscrets, mais je le fais pour toi"

"Oui de toute façon maintenant sauf cas de force majeure plus de collants quand nous sortons ensemble et toujours en jupe ou en robe, nous allons faire le nécessaire pour que tu ais une garde robe digne de ce nom, tu aimes te sentir sexy, non ? "

" Je reconnais que je préfère ces tenues mais pour faire autre chose que sortir ensemble ce n’est pas aussi pratique qu’un pantalon, et un pantalon moulant c’est joli il me semble, et de toute façon si nous sommes avec les gens que nous connaissons, il faudra que personne ne sache ce que sont mes dessous, enfin pour l’un au moins c’est trop tard, c’est vraiment un cochon"

" Je suis d’accord avec toi, mais quand je suis là, je décide de ce que tu portes"

Elle acquiesce d’un signe de tête, il force un peu plus et elle écarte les jambes plus largement pour qu’il accède a son sexe ruisselant signe d’une excitation qu’elle ne peut cacher et qui est en partie due à cette tenue qu’elle porte.

Arrivés au restaurant, elle a fait attention et a tiré sur la jupe pour que l’on ne voit pas qu’elle porte des bas, ils retrouvent attablés dans un coin du restaurant, elle prend place sur la banquette et il s’assoit sur la chaise, il y a 2 hommes d’une quarantaine d’années à la table d’à coté.

En se glissant sur la banquette, mécaniquement la jupe remonte et dévoile le haut des ses jambes, une fois assise elle tire sur la jupe mais le mal est fait, les mâles ont vu que la jeune dame ne portait pas de collants.

Ils papotent de choses et d’autres en fumant des cigarettes, au bout d’un moment elle ne se méfie plus et elle dévoile à nouveau ses jambes gainées de soie mais cette fois elle ne tire pas sur la jupe et laisse ses cuisses dévoilées, elle n’y fait même plus attention en fit et ne remarque pas les regards intéressés de ses voisins de table.

Ceux ci engagent la conversation en demandant du feu, l’attente est un peu longue pour être servis, ils sont charmants mais quand même très dragueurs et assez surs d’eux. Après quelques banalités ils orientent franchement la discussion sur le sexe, elle reste muette car elle ne veut pas s’engager sur ce terrain disons dangereux.

Ils la complimentent sur sa tenue et brusquement elle se rend qu’elle est un peu indécente, elle tire sur la jupe pour cacher ce qu’elle montre depuis près de dix minutes.

"C’est dommage, le spectacle d’une jeune femme avec des bas était charmant, lui dis le plus âgé des deux, et il nous occupait l’esprit en attendant d’être servis"

"Avec mon ami, on se demandait si vous aviez un porte jarretelle ou une guêpière à l’ancienne qui serait si jolie sous cette veste de tailleur et dont on devinerait le haut. Mon collègue prétend que vous portez de ces bas qui tiennent seuls, nous sommes assez curieux de savoir ce qu’il en est, si votre compagnon est d’accord pour vous nous répondiez bien sur "

" Il est clair que mon épouse ne porte pas de bas qui tiennent seuls, on voit bien la jarretière quand sa jupe remonte, par contre pour la guêpière ce sera le prochain achat, votre curiosité est elle satisfaite ?"

" Tout à fait, je vous remercie"

Sur ce le serveur arrive et chacun s’occupe à se sustenter, prenant la réponse de son mari pour une autorisation à laisser les deux hommes regarder elle laisse les choses suivre leur court et elle croise les jambes comme elle le fait par habitude quand elle est assise.

Chacun discute de son côté mais elle voit bien que les yeux de ses deux voisins sont toujours attirés par ses cuisses ou se perdent dans la profondeur de son décolleté qu’ils ne regardent d’ailleurs plus à la dérobée. Dans l’attente de l’addition le même homme lui demande

" Si je peux voir sous ta jupe et ta veste, je vous offre ce repas, qu’en penses tu ?

Elle est vraiment estomaquée par cette question incongrue et se tourne vers son mari pour qu’il remette en place ce type. Mais il dit :

" Ce Monsieur t’a demandé quelque chose, tu le fais tout de suite s’il plait"

Interloquée et choquée elle est prête à se lever pour partir, mais pour aller ou se demande t’elle, elle se décide donc à obéir, regardant autour d’elle, elle défait les deux boutons et ouvre les pans de sa veste pour montrer sa poitrine et se tournant vers eux elle écarte largement les cuisses pour qu’ils puissent regarder à loisir son string noir si transparent et la partie blanche au dessus des bas barrée par les jarretières.

"Parfait, votre femme est superbe, cher Monsieur, mais que faites vous après ce restaurant nous pourrions aller boire un verre dans un endroit tranquille. A moins que nous ayez prévu autre chose"

" Pourquoi pas, nous n’avons rien de prévu et nous pensions aller au cinéma"

" Pas de problème je vous invite, je connais un club tranquille, on peut y danser et boire un verre sans que ce soit trop bruyant, par contre nous n’avons pas de véhicule, vous pouvez nous emmener ?"

" Je suis garé juste à coté j’espère que ce n’est pas trop loin "

" Non ne vous inquiétez pas et en plus je connais bien le patron, nous serons bien servis"

Mallorye a eu le temps de se rajuster, le serveur a encaissé et comme convenu les deux hommes ont réglé les deux notes sans sourciller

Tout le monde sort du restaurant et se dirige vers la voiture.

Ce texte est écrit pour faire plaisir à ma femme fan assidue de ce site, si il lui plait ainsi qu’a d’autres je publierais la suite


JPEG - 47.6 ko
exhib publique : photos et vidéos



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur