Le hamam

mardi 4 mars 2003
par  Christine Arven
popularité : 2%
1 vote

Une pièce rectangulaire carrelée de bleu très pâle envahie par la vapeur.

Touffeur moite, ambiance embuée, chaude, lumière douce changeante, tamisée.

Il fait très chaud. Sensation de suffocation.

Gestes lents, corps transpirants, ruisselants de sueur…..

Je suis assise dans un coin, nue, le dos appuyé contre le carrelage humide. Mes jambes sont légèrement écartées, une est appuyée sur le sol, l’autre repliée devant moi laissant apercevoir mon sexe. Mes yeux sont mi-clos. Ma respiration lente. Une de mes mains est posée sur mon sein gauche et effleure nonchalamment, du bout de l’ongle, comme par inattention mon mamelon. De l’autre je m’amuse à démêler les poils de ma toison. Prémisses de caresses à venir et qui déjà m’émeuvent.

Autour de moi, 4 hommes. Je les distingue à peine à travers le dense halo de vapeur brûlante qui estompe et adoucit tous les détails. Je sais qu’ils me regardent. Je sens leur regard sur moi, sur mes seins, mon ventre, mes cuisses. Mon corps se cambre légèrement alors qu’une première vibration de désir le parcourt faisant naître sur mes lèvre un léger sourire de connivence.

Des perles de sueur gouttent lentement entre mes seins, glissent le long de mon ventre pour se perdre dans mon nombril. Je soulève mes bras, les étire loin au dessus de moi offrant ainsi tout mon corps à leur regard.

Je regarde ces quatre hommes. Il y a en un très jeune, à peine 25 ans, le look italien, assez beau, le regard que je devine attentif au moindre de mes gestes. Un autre un peu plus âgé, je dirai 35, a une peau d’ébène et un corps athlétique. Sa main est posée sur son sexe, énorme, qu’il caresse négligemment et qui, déjà, se tend. Les deux derniers sont un peu plus âgés, la quarantaine bien sonnée peut-être même davantage. L’un d’eux, le plus âgé semble-t-il, à une carrure massive d’ancien boxeur, l’autre pourrait être qualifié, selon les critères en vigueur, de laid avec son double menton et son ventre au replis flasques. Je sais déjà que je vais faire l’amour avec chacun de ces quatre hommes non pas parce qu’ils me plaisent physiquement, ce qui serait un motif pour le moins banal, mais parce que je l’ai décidé, parce que j’en ai envie. Parce que eux m’ont choisie et que moi je n’ai pas envie de choisir entre eux. Parce que ce soir, je serai soumise à leur désir. Une soumission librement consentie, voulue. Chacun d’eux me plait tout simplement parce qu’il est un homme. Je suis venue pour ça, me faire baiser et donner du plaisir. J’ai envie de chacun, indifféremment. LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
- d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires